Vestiges of Oblivion – Sammy Baloji’s Works on Skulls in European Museum Collections, par Lotte Arndt

A partir de l’analyse des stratégies de représentation à l’œuvre dans les photographies et installations de Sammy Baloji, Allers et retours (2009) et Untitled (Passages) (2010)*, la chercheuse Lotte Ardnt interroge l’histoire de l’appropriation violente, de la présentation muséale et de l’intérêt scientifique (tant aujourd’hui qu’au 19e siècle où naît l’anthropologie physique dans le contexte du projet colonial) porté à ce qu’elle appelle des ‘boundary objects’ (objets-frontière). Ce faisant, elle suggère qu’une meilleure collaboration entre le monde des arts et celui de la recherche pourrait permettre l’émergence de nouveaux processus de remémoration et d’écriture d’histoires, que les précédentes conditions d’appropriation, de circulation et de présentation de ces collections avaient empêchés : démarches d’inclusion, de ré-attribution du statut de personne à ce qui a été déshumanisé et par là même asservi.

* Ces séries ont été réalisées autour de restes humains, notamment des crânes (dont celui du chef congolais Lusinga), conservés dans différentes institutions muséales européennes.

FIG9_arndt

Sammy Baloji, Aller et retours, 2009, © musée du quai Branly, Paris.

Vestiges of Oblivion – Sammy Baloji’s Works on Skulls in European Museum Collections, par Lotte Arndt, darkmatter in the ruins of imperial culture, le 18 novembre 2013

In the last years, artist Sammy Baloji repeatedly worked on human remains located in some of the ethnographic museums in Europe. For one of his artistic works Allers et retours (2009), Baloji conducted photographic research dedicated to the skull of the murdered Congolese chief Lusinga, kept in the storerooms of the Royal Belgian Institute of Natural Sciences in Brussels.

Lire la suite ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *