La plateforme « Ibraaz » consacre un dossier à l’archive

« Ibraaz » – plateforme de réflexion dédiée à « la culture visuelle contemporaine en Afrique du Nord et au Moyen-Orient », lancée lors de la Biennale de Venise de 2011 – consacre un dossier entier, « Archival Dissonance » Platform #6, à l’archive dans les pratiques de certains artistes (Joy Garnett, Hassan Darsi, Mounir Fatmi, Hémla Ammar, etc.) et, plus largement, au rôle qu’elle peut jouer dans le développement et le soutien d’une histoire de l’art critique et décentrée.

Ibraaz

Dans ce dossier passionnant, nous signalons entre autres l’entretien de Stephanie Bailey avec Maryam Jafri, « Archives on Archives« , au cours duquel l’artiste revient sur son travail préparatoire dans les archives pour l’œuvre Independence Day 1936-1967 (2009-en cours), qui comprend environ 67 photographies d’époque relatant les cérémonies officielles d’indépendance de différents pays asiatiques et africains : un travail de recherche, d’assemblage qui interroge les similitudes et les différences existant entre ces moments historiques dont « l’esthétique politique reflète les faits politiques aussi bien que le passé, le présent et l’avenir de ces nouveaux États-nations ».

Maryam Jafri, Independence Day 1936-1967, 2009-present. Courtesy the artist.

Maryam Jafri, Independence Day 1936-1967, 2009-present.
Courtesy the artist.

Au cours de cette entrevue, Jafri évoque également le projet Getty vs. Ghana (2012) – auxquels ont fait suite Corbis vs. Mozambique (2012) et Getty vs. Kenya vs. Corbis (2012) – où elle  juxtapose deux supports matériels, recto verso, de la même image : telle que conservée dans les archives de Getty Images et dans celles du Ghana Ministry of Information. Ce faisant, elle questionne l’accessibilité et la propriété de ces archives : « So with the entire ‘Versus series’ – Getty vs. Ghana, Corbis vs. Mozambique and Getty vs. Kenya vs. Corbis – there is, on the one hand, a public archive located in a postcolonial country, with actual photographs stored in an often hard to find physical location. Then, on the other hand, there is a private image bank, located in cyber space but headquartered primarily in the United States, with information stored in digital format and with an army of lawyers, marketing agents, sales agents, computer programmers and so on ready to enforce their ownership over what are often collective histories.

One important thing to keep in mind also is the question of access – or rather, ease of access – to these images. For example, 2007 was the fiftieth anniversary of Ghanaian independence, and I noticed that some blogs and even online newspapers from Ghana linked to the Getty website, with Getty’s version of the independence images. So Getty was able to represent this iconic moment of self-determination to the very people from the country in question. »

Extrait de l’entretien de Stephanie Bailey avec Maryam Jafri, « Archives on Archives« , 6 novembre 2013

À lire dans Archival Dissonance, Ibraaz Platform 006


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *