À la découverte des collections spéciales de l’Institut Getty

15 août 2014
Par

Retour sur deux courts articles parus l’hiver dernier dans Iris, the online magazine of Getty - Photographs of Africa from the Late 1800s par Suzanne Blier et Frances Terpak et Portraits of Africa, from Colonization to E-Waste par Isotta Poggi – qui portent chacun sur une sélection de photographies tirées des “collections spéciales” du Getty Research Institute (Los Angeles), qui ont été présentées dans la galerie de l’Institut du 7 décembre 2013 au 13 avril 2014, lors de l’exposition Connecting Seas: A Visual History of Discoveries and Encounters.

Dans le premier article, Blier et Terpak font l’analyse de quelques images publiées dans les ouvrages (au nombre de sept) d’Edouard Foà, qui retracent ses séjours africains entre 1886 et 1897, d’abord – nous apprend l’article – en tant que gérant d’une maison de commerce dans ce qui s’appelait autrefois le Dahomey, puis, sur l’invitation du Ministère français des Affaires étrangères, en Afrique orientale et australe.

Ces voyages furent l’occasion de prendre (ou d’acquérir auprès de studios commerciaux) l’équivalent d’environ 500 photographies, comprenant des portraits et des vues. Blier et Terpak commentent en particulier le portrait d’un négociant et de sa famille, pris à Lagos,  soulignant “how the local subjects and the explorer together shaped the image”, ainsi que quelques photographies de groupe de femmes, prises à Zanzibar, en insistant notamment sur l’histoire des étoffes qu’elles ont revêtues pour la pose.

Dans le second article, Isotta Poggi tisse notamment des liens entre deux oeuvres contemporaines présentées dans la dernière partie de l’exposition – Triumph of the Will (FARDC Soldiers Demonstrate the Purpose of an Old Belgian Commando Training Structure at Rumangabo Military Base), 2011, de Richard Mosse et Yakubu Al Hasan, Agbogbloshie Market, Accra, Ghana, issue de la série Permanent Error de Pieter Hugo – en montrant comment ces sujets qui semblent, à première vue, pour le regardeur occidental, refléter des situations fort lointaines, placent aujourd’hui de fait le continent africain au coeur de la modernité et du marché global, à la fois comme pourvoyeur de matières premières indispensables à l’industrie et à la consommation du Nord et comme récepteur des déchets électroniques que les ressources de son sous-sol ont contribué à fabriquer.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Ailleurs dans la presse et sur le web

Laisser un commentaire


Carnets de recherche