“Algérie, août 1955 : la mort filmée en direct”, par Marie Chominot

À lire l’excellent article “Algérie, août 1955 : la mort filmée en direct” de l’historienne Marie Chominot (initialement paru sur le site de la LDH de Toulon, le 17 mars 2012, puis dans le carnet de recherche visuel de l’auteure)… et reparu, il y a quelques mois, sur le blog « Camp volant ».

En prenant appui sur les commentaires que la diffusion à grande échelle d’une séquence d’actualités tournée en Algérie en août 1955, dans le cadre d’un documentaire (Guerre d’Algérie, la déchirure, de Gabriel Le Bomin et Benjamin Stora, 2012), avait déclenchés, l’auteure revient sur les conditions de production de ces images, leurs circulations et les conséquences politiques de leur existence pour la suite de la guerre.

A ce sujet, écrit-elle, « l’écho qu’elles obtinrent à travers le monde et à la tribune de l’ONU n’est peut-être pas pour rien dans la décision prise par les responsables de l’Armée de libération nationale (ALN) (…) de lancer une vaste campagne de publicité à l’étranger fondée sur l’image. A partir de 1956, la guerre qu’ils menaient contre les Français fut aussi une guerre diplomatique et une guerre médiatique, qui s’appuya notamment sur des reporters étrangers invités à venir filmer dans les maquis.

Ces images, réalisées par le caméraman Georges Chassagne qui était alors « correspondant permanent dans ce pays pour deux firmes d’actualités : la française Gaumont et l’américaine Fox-Movietone », donnent à voir trois exécutions sommaires d’Algériens à Aïn Abid, un village situé au sud de Constantine, en représailles à l’insurrection nationaliste du 20 août 1955.

D’abord projetées dans une bande d’actualités à New-York, quelques jours avant « l’ouverture de la 10e session de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU, à l’ordre du jour de laquelle 15 Etats du groupe afro-asiatique avaient demandé l’inscription de la question algérienne », puis dans Life (édition du 5 septembre 1955) et enfin en France dans L’Express (29 décembre 1955), elles déclenchèrent un scandale politique majeur que Chominot détaille dans toute sa tortueuse « inefficacité ».

Après avoir décrit les différents modes de circulation de ces images exploitées dans des documentaires contemporains où elles finissent souvent par illustrer d’autres épisodes de la guerre, l’historienne revient sur la nécessité de traiter les sources visuelles avec la même rigueur appliquée aux autres sources historiques et plaide pour une meilleure contextualisation des images d’archives dans toutes ces réalisations audiovisuelles, via une « collaboration plus grande entre réalisateurs et historiens spécialistes des images ».

Lire l’article ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *