Vintage Somalia

 

Vintage Somalia

#1

Blog épuré et un brin mystérieux (l’auteur(e) ne s’y donne point à lire), aux publications irrégulières, et dont les images, de provenance diverse, sont parfois documentées, parfois créditées, parfois livrées telles quelles… Leur point commun : elles ont toutes pour objet la Somalie d’avant guerre.

Dans le merveilleux ouvrage Photo trouvée (Phaidon, 2006), Michel Frizot et Cédric de Veigy écrivaient :

« Il se prend plus d’un milliard de nouvelles photos chaque semaine. Et, depuis plus d’un siècle, les clichés d’amateurs s’entassent dans des poubelles ou s’accumulent dans les cartons des marchés aux puces. En mettant les mains dans ces cartons, nous avons recueilli ce trop-plein d’images que l’humanité déverse avec indifférence. Et ce trop-plein est devenu pour nous, semaine après semaine, une source d’étonnement. Notre regard se surprenait d’y trouver des évocations intimes et familières, rarement perçues jusqu’alors en images : des réminiscences de postures, de vacillements, de rêveries, d’élans, d’indécisions.
Que peut-il y avoir dans ces photographies anodines, prises par des inconnus, qui se goûte ainsi comme une saveur et persiste comme un énigme ? »

Si « ce tout plein d’images » nous parle peu, aujourd’hui, de ce pays de la Corne de l’Afrique (et quand il le fait, c’est pour nous montrer ses « war lords », al-shababs, destructions, famines et pirateries), ces photographies éparses, presque miraculées, nous parlent bel et bien de « réminiscences de postures, de vacillements, de rêveries, d’élans, d’indécisions » à la fois à l’échelle individuelle et de tout un pays, à des moments donnés. Il n’est qu’à voir, pour cela, la photographie du hall d’entrée de ce studio de Mogadishu prise en 1984 (1) et ses portraits accrochés où nous apercevons une image de John Travolta dans le célèbre « Saturday Night Fever » (qui en dit long sur l’ampleur de la circulation de produits de consommation alors et des imaginaires qui pouvaient y être attachés) mais aussi ces images de vedettes dont fait état la légende (« Some of the photos on the wall are of Somali celebrities of that era ») : étaient-elles achetées par la population (pratique documentée, par exemple, à Djibouti au tournant de l’indépendance du pays, précisément à l’occasion de tournées de vedettes somaliennes aux accents nationalistes, et qui permettait au photographe de quartier d’arrondir ses fins de mois), servaient-elles plutôt de modèle à ceux et celles qui allaient se faire tirer le portrait ?.
Voyons, encore, la carte postale de la « Somali Airlines » (2), compagnie qui fut symbole de modernité mais aussi de souveraineté pour un pays qui démarrait alors une nouvelle ère (et dont j’ai une pile d’exemplaires similaires à la maison qui me ramène à d’autres histoires familiales*…), ou l’image de la jeune fille à la foire de Milan (3), debout à côté du drapeau national, quelques années seulement après que le pays ait accédé à l’indépendance (1er juillet 1960)…

Ainsi, si les histoires qui se cachent derrière chaque photographie émergent en partie (avec les couleurs caractéristiques de chaque époque), et que la saveur – aujourd’hui au goût très amer – de ces années-là ré-apparaît en filigrane, ces images fragiles interrogent également les moyens et manières dont les images peuvent concourir à écrire de nouvelles histoires, notamment pour un pays dont les déchirements durent depuis presque un quart de siècle…
Nous nous perdons ainsi à rêver de toutes les archives – privées, publiques – que ce laps de temps infini a sans doute laissé derrière lui.

Vintage Somalia : http://vintagesomalia.tumblr.com/

#2

* En lisant l’article « Addis-Abeba, me revoilà » de Dinaw Mengestu, publié dans le Hors-série du Courrier International « Afrique 3.0 » (Mars-Avril-Mai 2013) et initialement dans « The Observer », je lis :

« Je m’imaginais admirant un vaste panorama de montagnes avec une ville délabrée construite au milieu. Mon père, qui avait travaillé pour Ethiopian Airlines avant de fuir le pays en 1978, quatre ans après le début de la révolution communiste, m’avait montré une carte postale représentant un appareil de la compagnie sur le tarmac, avec un énorme lion accroupi à côté. Depuis ce jour, c’était l’image qui me revenait chaque fois que je songeais à retourner au pays : un jour ensoleillé, un seul avion sur la piste, avec le lion et tout le reste. » (p. 74).

Ainsi, on pourrait à la fois se demander si la carte postale de l’avion de la compagnie nationale posé sur le tarmac (avec attributs particuliers – ici, le lion traditionnellement symbole de la royauté éthiopienne) constitue un genre à part dans l’iconographie des pays nouvellement indépendants ou entrant dans une nouvelle ère de « modernité » (ce qui donne une nouvelle idée de recherche !), ainsi que la place que ces cartes postales ont pu prendre dans l’imaginaire de tous ceux qui – enfants de la diaspora, immigrés – étaient spatialement et/ou culturellement éloignés de ces derniers.

Pour terminer ce billet, notons que l’article de Dinaw Mengestu est accompagné de deux photographies de Michael Tsegaye (issues de la série Future Memories), auteur qui nous tient très à coeur et dont nous reparlerons sans doute à l’avenir.

M. N. G.

Notes :

(1) Image publiée dans le site le 17 janvier 2013.

(2) Carte postale publiée le 11 décembre 2012.

(3) Image publiée le 27 décembre 2012.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *