En attendant l’exposition « Le jour d’après / The Day After » de Maryam Jafri…

En attendant, avec impatience !, l’exposition de Maryam Jafri qui ouvre bientôt (vernissage le 17 mars) au centre d’art et de recherche BétonsalonLe jour d’après / The Day After – nous vous conseillons la lecture d’un article récent de l’artiste publié dans la revue en ligne Ibraaz (novembre 2014, Platform #8 « How do we effectively map the historical and contemporary relationships that exist between North Africa, the Middle East and the Global South? »). 

Dans ce court essai, l’artiste continue de creuser les problématiques qui parcourent son œuvre depuis le début du projet Independence Day 1934-1975, installation où elle collecte et met en regard les photographies officielles des célébrations de l’indépendance conservées dans les archives de différents pays africains et asiatiques.

Pages de Maryam_Jafri_Betonsalon_Press_release_feb_2015_lightL’artiste tente ainsi de questionner de manière productive les « symétries et contrastes » de formes entre différents espaces nationaux. Toutefois, dans cette nouvelle pièce, tout en mettant au centre de sa réflexion les « symmetries between forms of aspirational consumption in the Global South », Jafri veut également interroger leurs circulations en mettant le focus sur « l’eau et non sur la terre » : « (…) I want to ask the question, what would it mean to read the globe not according to land but water – covering 70 per cent of the planet, fluid rather than fixed, transient rather than solid? »

A noter qu’en novembre 2013, Ibraaz avait publié un entretien passionnant avec l’artiste intitulé « Archives on Archives. Maryam Jafri in conversation with Stephanie Bailey » (dans le cadre de la plateforme # 6 « What role can the archive play in developing and sustaining a critical and culturally located art history? »)

CIRCULATION D’IMAGES

Enfin, signalons le compte-rendu de Tamar Garb, Of States and Stamps: The Otolith Group at the Delfina Foundation, publié dans Contemporary And (sans date), autour du film « In the Year of the Quiet Sun » et de la programmation conjointe mise en place par The Otolith Group à Londres. Il fournit un fécond complément de lecture à la question des œuvres d’artistes travaillant sur l’imaginaire politique de l’ère post-indépendance et à l’aide d’archives.

Garb écrit par ailleurs : « At times the film probes and problematises the visual language of the stamps through extraction and enlargement. Take for example the stamp designed to mark Ghana’s opening of parliament in 1957 which incorporates a photograph showing Queen Elizabeth II on the throne flanked by newly-empowered Ghanaians attired in national dress and British military personnel in uniform. The tiny grainy photograph embedded in the heart of the stamp grows to fill the screen. »

On se demande dès lors si l’image du parlement ghanéen en question, ici incrustée dans un timbre, est celle présentée par Maryam Jafri dans son installation (et visible dans l’entretien de 2013) ?

Pour rappel : Maryam Jafri interviendra dans le séminaire SOMETHING YOU SHOULD KNOW:  ARTISTES ET PRODUCTEURS AUJOURD’HUI (conçu et organisé par Patricia Falguières, Elisabeth Lebovici et Nataša Petrešin-Bachelez, EHESS /MSH) le 11 mars à 19h.  Toutes les informations à propos de cette séance ici.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *