REAF 2016 – Le détail de notre panel !

Details of our panel at the 4th Meetings of African Studies in France in Paris (5-7 July 2016) are now available. Cinq communications ont été sélectionnées pour notre atelier Une (autre) histoire des images photographiques en Afrique : quelles « manipulations » pour quelles lectures ? qui se tiendra dans le cadre des 4e Rencontres des études africaines en France (REAF) à Paris du 5 au 7 juillet 2016.

Emma Wolukau-Wanambwa, Bergen National Academy of the Arts, Norvège — « Image as Commodity: The Archive of La Croisière Noire »

This presentation draws on my research into La Croisière Noire, the 30,000 km overland journey across the African continent from Algeria to Madagascar, organized by Citroën and the French military, and sponsored by Louis Vuitton, that took place in the years 1924-5.

The visual documentation of La Croisière Noire was unusually extensive. The team of participants included an artist, a photographer and an entire film crew, who took with them one of the world’s first slow-motion cameras, specially ordered from Hollywood. The tens of thousands of images they brought back in turn were reproduced and replicated in books, films, exhibitions, toys, games, merchandise and souvenirs that were disseminated widely across the western world.

Treating La Croisière Noire as a case study for the representation of the colonial project in western popular culture, this presentation traces the routes that some of the most iconic images in this archive have taken over the past 90 years, and reflects upon the methods and functions of their instrumentalisation. The ways that these images have been manipulated, decontextualised, recontextualised, appropriated and reappropriated can potentially tell us a lot about the idea of Africa that the French elite sought to construct and cement in the minds of the general population.

Alexandra Galitzine-Loumpet, CESSMA, Université Paris-Diderot, IRD, Inalco — Un nouvel objet ? Circulation et usages de photographies du royaume bamoun (Ouest Cameroun) dans l’espace numérique

Le royaume bamoun (Ouest-Cameroun) apparait comme l’un des Etats africains les plus photographiés dès l’arrivée des premiers Européens, les Allemands, en juillet 1902, notamment en raison de l’étonnante personnalité du roi Njoya (vers 1863 – 1933). Dès 1906, les plaques photographiques développées sur place par administrateurs, missionnaires et chercheurs, s’inscrivent dans la circulation des objets de prestige. Arrangeant lui-même ses clichés à partir de 1910, le roi acquiert un appareil et produit ses propres images, évidemment distinctes du regard colonial. L’administration coloniale française lui interdit en 1924 l’usage de l’écriture qu’il a inventée comme de l’appareil photographique. Njoya meurt en exil en mai 1933.

Dans les années d’après-guerre, les clichés missionnaires et de chercheurs entreront dans un double processus de patrimonialisation : en Occident, avec l’émergence de nouvelles recherches ; à l’échelle locale, avec la patrimonialisation de la figure du roi Njoya et l’exposition de reproductions de clichés missionnaires dans le musée et le palais royal. Plus récemment, la numérisation de différents fonds d’archives achève une diffusion des représentations à l’échelle globale, induisant de nouveaux usages et de nombreux malentendus : décontextualisation, erreurs significatives d’attribution ou d’identification… aussi bien dans de grands musées occidentaux que dans le royaume bamoun et dans la région des Grassfields, où les récentes recompositions muséographiques font grand usage de clichés photographiques sans références. L’espace numérique contribue ainsi non seulement à de multiples réinventions de la tradition, mais également à une réévaluation des processus d’authentification et de valeur des clichés originaux et de leurs recompositions. Un nouvel objet, normatif et consensuel, parait ainsi émerger dans l’espace e-matériel[1], transformant aussi bien le cliché photographique que ses modalités d’association avec d’autres éléments, textuels ou sonores.

Dans la suite du panel « African Arts on the Web » (Ecas 2015) et plus largement, d’une étude en cours des fonds photographiques de musées européens (MEG-Genève, Documentation des collections MQB), cette intervention voudrait présenter, à partir de l’exemple bamoun, quelques-unes des modalités de ces constructions en miroir entre local et global.

[1] « E-materiel : De la virtualisation du patrimoine au musée-signe. Exemples du Cameroun et du Gabon » Ethnologies, revue de l’Université de Laval, 2013 : 77-100 et « Reconsidering Patrimonialization in the Bamun Kingdom: Heritage, Images and Politics from 1920 to the Present » à paraître dans African Arts, printemps 2016.

Estelle Sohier, Université de Genève et Giulia Bonacci, IRD — Circulation, usages et réinterprétations des photographies du sacre du roi des rois Haylé Selassié (1930), entre Éthiopie et « Amériques noires »

Cette communication à deux voix propose d’analyser la « vie » politique et sociale d’une série de photographies de Haylé Selassié, de leur création à Addis-Abeba lors du sacre du roi des rois en 1930, à leur diffusion internationale les décennies suivantes, en particulier dans les « Amériques noires », notamment en Jamaïque, ancienne colonie britannique dans les Caraïbes. Il s’agira de questionner l’usage, la lecture et l’impact de ces images dans des contextes culturels très différents, et plus largement le pouvoir de la photographie et son rôle dans l’articulation entre représentations et pratiques sociales.

En 1930, le nouveau roi des rois d’Éthiopie Haylé Selassié réinvente la cérémonie du sacre pour communiquer à différents publics les fondements de l’idéologie royale éthiopienne. Les dirigeants, l’armée, l’Église, la ville sont mis en scène devant un large public, mais aussi devant de nombreux journalistes, cameramen et photographes étrangers, au nombre desquels l’équipe du National Geographic Magazine. Nous interrogerons les enjeux symboliques et idéologiques des photographies du roi publiées alors dans cette revue influente et largement diffusée, qui servait de véritable « fenêtre sur le monde » aux États-Unis et au-delà.

Si la médiatisation du sacre a fait surgir l’Éthiopie sur la scène internationale, l’événement a eu une résonance particulière dans des contextes racialisés, notamment auprès les populations noires aux Amériques. Les médias ont en effet contribué à faire circuler la nouvelle et les images du sacre, mettant ainsi en contact des mondes politiquement et culturellement très éloignés. Par quels canaux, quels acteurs, quels gestes les photographies du pouvoir éthiopien ont alors été réappropriés et réinterprétées ? Nous nous demanderons comment elles ont servi de supports à de nouveaux discours et à de nouvelles identités pour contribuer à créer, c’est notre hypothèse, une icône politique et religieuse internationale. Nous questionnerons les glissements de sens, de valeurs, d’affects associés aux photographies en fonction des spectateurs, l’utilisation des gestes, de l’écrit, et de l’oralité pour donner du sens aux images, et leur rôle dans la production de nouvelles pratiques sociales, avec la naissance du mouvement rastafari.

Marina Lafay, CEPED, Paris Descartes-INED-IRD — Productions photographiques en ligne chez les militants facebookers pro Azawad

A partir de données issues du projet de recherche MINWEB*, récoltées « en ligne » par observation participante et documentées par des entretiens à Bamako et Ouagadougou (2014 et 2015) auprès d’activistes militants pro Azawad, j’interrogerai la place de la photographie dans leur mobilisation sur Facebook.

J’insisterai en particulier sur les usages de la photographie pour la présentation de soi sur ce média social (photographies de profil et de couverture) en tant que véhicules et supports de l’entre-soi militant, reflets de la position politique et partisane dans le conflit MNLA/Gouvernement du Mali. Dans ce cadre une attention sera portée sur l’usage des photographies de martyrs ou de défunts, ainsi que l’évolution de leur mise en scène au cours du temps (du moment de la disparition, confirmation du décès, jusqu’à l’anniversaire de la mort).

Dans les publications en ligne pro Azawad sur Facebook la place de la photographie est absolument centrale : l’affichage militant et les hommages se réduisent fréquemment à une mise en scène photo/iconographique, avec des retouches, assemblage et travail graphique dont il faut questionner la circulation, les contextes d’instrumentalisation et de productions, à la fois au niveau techniques mais aussi symboliques.

* Projet de l’université Paris Descartes, « Minorités, identités numériques et circulation des messages politiques sur le web dans le Sahara », sur financement Emergence de la ville de Paris, 2014-2016, en collaboration avec l’ANR ENEID dirigé par Fanny Georges sur les Eternités numériques post mortem (CIM, Paris 3).

Melissa Thackway, INALCO/Sciences Po — Histoire(s) en images : la réinterprétation des archives photographiques et filmiques dans les cinémas d’Afrique et de la diaspora

A travers le travail des réalisateurs Jean-Marie Teno (Cameroun) et John Akomfrah (GB/Ghana), dont les œuvres incorporent régulièrement des archives photographiques et filmiques occidentales, nous considérons les différentes manières dont ces cinéastes revisitent ces archives pour contrecarrer l’invisibilisation, le silence, la défiguration et l’asymétrie des représentations des populations africaines dans les historiographies officielles dominantes. Nous chercherons à démontrer la manière dont, en revisitant ces archives, ces cinéastes dévoilent et déconstruisent leurs discours historiques hégémoniques. Nous démontrerons aussi les stratèges artistiques pour pallier également à ce qui s’avère être parfois une absence d’images. Ces explorations cinématographiques du passé cherchent toujours à questionner et à comprendre les complexités du présent. Nous considérons ainsi la manière dont ces cinéastes créent un contre-mémoire, ou des lectures alternatives de ces archives historiques dans leurs films, en réinscrivant les populations africaines et diasporiques dans des Histoires qui les ont jusque-là ignorées.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *