La photographie au Cameroun, hier et aujourd’hui – par APhI

Ce mois de février 2016, nous nous sommes rendus au Cameroun pour lancer deux expositions photographiques et organiser une table-ronde, ainsi qu’un atelier. L’objectif principal de ce voyage était de présenter au public camerounais le travail d’African Photography Initiatives, notre organisation, sur les archives photographiques de presse à Buea et le Studio Photo George à Douala, afin de créer un espace de réflexion et de débat concernant la situation actuelle des archives photo et les conditions de travail des photographes dans le pays.

IFC-Yaounde_Expo.La_Vie_Qotidienne_au_Cameroun_6

Exposition « La vie quotidienne au Cameroun » à l’Institut Français du Cameroun de Yaoundé, le 3 février 2016

L’ouverture de l’exposition « La vie quotidienne au Cameroun dans les années 60’ et 70’ » à l’Institut Français du Cameroun à Yaoundé, le 3 février, montrait une sélection de vingt photos choisies parmi les 25 000 négatifs numérisés par African Photography Initiatives au cours d’un projet de deux ans sur les archives de presse à Buea. Le 9 février, nous organisions une table-ronde intitulée « La photographie au Cameroun : profession, pratiques ». Les cinq participants – Clément Tjomb, photoreporter au Cameroun Tribune pendant 44 ans, Fabrice N’gon, photoreporter au même organe de presse depuis 12 ans et qui est en train d’écrire une thèse sur l’histoire de la photographie au Cameroun, Pascal Toch, propriétaire de trois studios photo à Yaoundé, Rodrig Mbock, artiste photographe et Lawrence Chi Nyamngoh, photographe au Ministère de la Communication et archiviste aux archives photographiques de presse à Yaoundé – s’exprimaient sur les défis, difficultés et opportunités des professionnels de la photo dans un contexte d’évolutions technologiques profondes : le passage du noir et blanc à la couleur et, de là, au numérique, l’avènement d’Internet et des réseaux sociaux, ainsi que le phénomène d’une nouvelle génération de photographes ambulants issus de la grande masse de jeunes sans emploi qui entrent en concurrence avec les professionnels. Cette initiative, qui a rassemblé une quarantaine de photographes professionnels et amateurs toutes générations confondues, a stimulé de vives discussions sur ces thèmes clés, si bien qu’elles ont continué après la fin de la table-ronde au café de l’Institut Français.

Table_Ronde. La photographie au Cameroun profession, pratiques_1

Table-ronde sur « La photographie au Cameroun : profession, pratiques », à l’IFC de Yaoundé, le 9 février 2016

Table_Ronde. La photographie au Cameroun profession, pratiques_3

Table-ronde sur « La photographie au Cameroun : profession, pratiques » à l’IFC de Yaoundé, le 9 février 2016

L’exposition et la table-ronde ont été couvertes par la presse et la radio locale Kalak FM, émission à laquelle nous avons pris part avec Rodrig Mbock.

Le vendredi 12 février, l’espace Doual’art inaugurait l’exposition « Portrait d’un Studio. Photo George, Douala, Cameroun » en l’honneur de George E. Goethe et Cyrille Doualla Goethe. Ouvert à Douala en 1934, le Studio Photo George est l’un des premiers établissements permanents au Cameroun. Créé par George E. Goethe, né en 1896 en Sierra Leone et décédé en 1976 à Douala, le studio a continué ses activités sous la direction de son fils ainé, Cyrille Doualla Goethe, jusqu’en 2000. Le studio Goethe a documenté pendant plus de cinquante ans la ville de Douala et la vie de ses habitants.

EXPO_GOETHE

Inauguration de l’exposition « Portrait d’un Studio. Photo George, Douala, Cameroun », Doual’art, le 12 février 2016

Entre 2013 et 2015, African Photography Initiatives, en collaboration avec le Prince Claus Fund, a réussi à sauvegarder une partie des archives du Studio George menacées par les intempéries et un dégât qui laissait pénétrer librement la pluie dans le local des archives.

Produit de deux années de travail, une sélection d’œuvres du studio est présentée pour la première fois au public camerounais, en l’honneur du photographe octogénaire Cyrille Doualla Goethe et de son père George. L’exposition, visible jusqu’au 5 mars 2016, se construit autour de la pratique de studio avant l’introduction de la photographie numérique, époque où une partie importante des travaux du photographe se passait dans la chambre noire. L’exposition a été organisée selon quatre domaines d’activité du Studio George : les portraits de studio, les reportages (manifestations publiques, inaugurations, fêtes des entreprises, mariages, funérailles), les cartes postales / reproductions d’anciennes photographies et la chambre noire.

Expo_Portrait-d-un-studio_6

Installation mobile – 96 cartes postales de George Goethe – Exposition « Portrait d’un Studio. Photo George, Douala, Cameroun », Doual’art, le 12 février 2016

Le fond peint du studio est l’une des attractions principales de l’exposition : une toile immense (5 x 2,50 mètres) de style victorien commandée en France dans les années 1940 par George Goethe et présente dans toutes les photos de studio. Un grand nombre de visiteurs, clients du studio Goethe depuis leur enfance, se rappelait de ce « monument historique » qui trouve peu d’équivalent ailleurs en Afrique centrale. Dans l’exposition, ce fond devenait de nouveau la scène centrale devant laquelle les visiteurs se plaçaient, seuls ou en groupe, pour se faire photographier.

Fond-Studio_George

Installation du fond de Photo George lors de l’exposition « Portrait d’un Studio. Photo George, Douala, Cameroun », Doual’art, février 2016

Expo_Portrait-d-un-studio_2

Inauguration de l’exposition « Portrait d’un Studio. Photo George, Douala, Cameroun », Doual’art, le 12 février 2016

Ce cycle d’évènements s’est clos le 13 février à l’Institut Goethe de Yaoundé avec l’atelier « Nos histoires, notre histoire : photographies, mémoire/s, archives ». Ecrire sur l’histoire de la photographie, ses pratiques, évolutions et appropriations locales n’est pas tout. Il faut aussi établir des histoires avec la photographie en tant qu’objet en la laissant parler, en réveillant les histoires qu’elle contient. Partant de cette idée que chaque photographie a besoin de la parole sans laquelle elle reste muette, les participants à l’atelier étaient invités à partager une photographie qui leur était chère, qui leur rappelait un moment, une personne ou une histoire importants. Un tel exercice, presque ludique, donne accès au grand potentiel narratif de la photographie et fournit, en outre, un argument fort pour la préservation des collections de photographies.

Expo_Portrait-d-un-studio_7_Cyrille_Doualla_Goethe

Cyrille Doualla, lors de l’inauguration de l’exposition « Portrait d’un Studio… », Doual’art, le 12 février 2016

Tous ces évènements organisés par African Photography Initiatives s’insèrent dans un cadre d’activités qui vise à renforcer la place de la photographie en Afrique, non seulement par rapport à la préservation durable des fonds photographiques, mais aussi par rapport à leur place dans le milieu professionnel et celui de la recherche. Affaire à suivre !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *