Discover Somalia

Alors qu’une conférence internationale sur la Somalie se tenait à Londres cette semaine (le 7 mai 2013) – anticipant une présence accrue de ce pays dans l’agenda de la communauté internationale cette année [1] – et qu’une ambassade britannique y ouvrait ses portes fin avril (22 ans après l’évacuation de son ancienne représentation diplomatique [2]), un nouveau site [3], « Discover Somalia. Promoting Art, Culture & History of Somalia », semble vouloir accompagner et décrire visuellement cette dynamique de (fragile) renaissance.

Le site publie une ou plusieurs images par jour.

Le premier billet en image – une photographie de « The Arch of Umberto I », à Mogadishu en 2013 – qui date du 10 avril dernier, rappelle d’emblée la présence coloniale italienne, ceci alors que l’Italie contemporaine ne semble pas avoir entamé un travail de mémoire historique en profondeur vis-à-vis de ce passé [4] (et ce, malgré la légende qui y est accolée : « The Arch is still in good shape, despite the heavy fighting in Mogadishu. Italy has on several occasions voiced it’s (sic) desire to reconstruct this arch and many more other monuments across Mogadishu ». Information que je n’ai pas, à présent, la possibilité de vérifier).

Au fil des jours, on y découvre pêle-mêle : la couverture d’un ouvrage récemment édité (sept. 2012), Mogadishu Then and Now, par Rasna Warah, Mohamud Dirios et Ismail Osman mais aussi des photographies de grandes panneaux d’éducation civique installés dans les rues de Mogadishu (billet du 9 mai 2013) ; des images de l’imprimerie « Daha Printing Press » active depuis les années 1960 et qui semble conserver, d’après le billet du 4 mai 2013, des archives conséquentes remontant à ses débuts (ce qui serait une excellente nouvelle pour les chercheurs et les historiens) ; l’activité de reconstruction dans la ville (billet du 30 avril 2013)…

Des photographies historiques (à plus ou moins long terme) y sont également présentées. Défilent ainsi sous nos yeux : équipes sportives (le 14 avril 2013) ; vie des expatriés à Mogadishu où il faisait bon vivre et où l’on rappelle la tradition de tolérance des habitants de Mogadishu autrefois (le 16 avril 2013) ; le « portrait of a beautiful Somali woman, Mogadishu, 1920s » (billet du 16 avril dernier) ; « a traditional Somali warrior dance » au British Somaliland (aussi le 16 avril 2013), ainsi que des images anthropologiques issues de la collection du prince Roland Bonaparte (billet du 14 avril 2013,  attribuées ainsi : « French-Somaliland (Djibouti) colonial portraits, with names, age & tribe [5]).

Si ce n’est pas clair (probablement à dessein) de quelle « entité Somalie », passée et à venir, il soit question ici [6] – le Somaliland s’est déclaré indépendant de la Somalie dès 1991 mais, à ce jour, il n’a pas été reconnu par la communauté internationale [7] – l’insertion de photographies contemporaines de villes issues de ce territoire [8], de celles, historiques, des habitants du British Somaliland et du « French Somaliland » de Bonaparte, semble répondre à la volonté de rappeler une communauté culturelle [9] et historique [10].

Aussi, ce « souffle pansomali » ne pourrait-il pas, plus simplement, être attribué à la disponibilité des images dans l’archive globalisée pourvue par Internet ?

Au-delà de l’hétérogénéité des images présentées, de leurs sources et temporalités diverses, ce qui paraît intéressant dans ce site, c’est précisément l’idée de s’appuyer sur l’image photographique (les images sont commentées, légendées, et non pas l’inverse) pour raconter à la fois la nouvelle dynamique du pays et de Mogadishu, ville longtemps meurtrie et emblématique de l’histoire récente de la Somalie, mais aussi pour faire remonter à la surface une série d’histoires – de personnages, lieux et situations – oubliées ou méconnues.

L’image photographique semble alors alterner ici visées pédagogiques, « réparatrices » vis-à-vis d’une histoire douloureuse (et peut-être vécue comme incomplète, interrompue) et recouvrir aussi son « traditionnel » attribut de preuve dans la nouvelle narration de parabole ascendante du pays qui en est faite aujourd’hui dans les médias.

M. N. G

Image 1

Discover Somalia, There is more to Somalia! : http://discoversomalia.tumblr.com/


[1] Voir, par exemple, ce récent article du Guardian du 3 mai 2013 : http://www.guardian.co.uk/global-development/2013/may/03/london-conference-vision-somalia-forward

[2] Voir le reportage de la BBC du 25 April 2013 : http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-22296956

[3] Il fait écho à « Vintage Somalia » déjà présenté.

[4] Voir à ce sujet en particulier les travaux d’Angelo del Boca et d’Alessandro Triulzi, ainsi que l’ouvrage de Mohamed Aden Sheikh, La Somalia non é un’isola dei Caraibi (Diabasis, 2010) et le roman Timira d’Antar Mohammed et Wu Ming 2 (Einaudi, 2012). Ce dernier sera bientôt traduit en français par les éditions Métailié.

[5] Les photographies de cette collection furent pour la plupart prises à Paris à l’occasion des expositions universelles, coloniales ou ethnographiques et de la venue d’ambassades étrangères à Paris. Voir à ce sujet l’excellent mémoire de DEA de Pierre-Jérôme Jehel, « Photographie et anthropologie en France au XIXe siècle » (sous la direction de André Rouillé et Sylvain Maresca), Université Paris VIII. Saint-Denis, 1994-1995. En ligne, ici.

[6] Aucun texte d’introduction n’y figure et l’auteur est anonyme.

[7] Voir comment Ahmed Mohamed Mohamoud Silanyo, le président de la République du Somaliland, élu en 2010, commente la situation actuelle de son pays et en retrace un historique dans The Guardian (du 7 mai 2013) : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2013/may/07/london-somalia-conference-somaliland

[8] Des photographies de la ville d’Hargeisa y sont publiées le 8 mai 2013 et créditées « Somaliland, Somalia », tandis que le 10 mai 2013 était présentée une photographie représentant : « A man stands outside his suite shop in Borama ».

[9] D’où les images publiées le 4 mai 2013 rappelant l’importance du chameau dans la culture nomade somalie et la mention de « culture » dans le titre.

[10] L’expérience de la colonisation commune à la Somalia italiana, au British Somaliland et à la Côte française des Somalis.

—-

ANNEXES sur la Somalie dans le champ académique :

– Le dernier numéro de la revue Journal of Eastern African Studies (Volume 7, Issue 2, 2013) est entièrement consacré à la Somalie et au Somaliland : « Effects of ‘statelessness’: dynamics of Somali politics, economy and society since 1991 ». Voir : http://www.tandfonline.com/toc/rjea20/7/2#.UZJTQoXhP0c

Il est possible par ailleurs d’écouter les communications de la rencontre tenue au British Institute for East Africa, organisée par the Rift Valley Institute à Nairobi à l’occasion du lancement du numéro spécial de JEAS, ici

– Appel à contributions de la revue Territoire en Mouvement : « Villes d’Afrique de l’Est en mutation » / « Cities of East Africa in mutation » : http://calenda.org/245432

– Le cas de la Somalie, dans le cadre plus large de la Corne de l’Afrique, a été débattu lors de la conférence « State and societal challenges in the Horn of Africa » à Lisbonne le 29 avril 2013 : http://calenda.org/247348 Un ouvrage issu du projet de recherche ‘’Monitorization of Conflicts in the Horn of Africa’’ (financé par la Portuguese Foundation for Science and Technology (FCT), Ministry of Science and High Education) devrait être publié dans la foulée.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *