Musée de la Photographie, Madagascar – entretien avec Helihanta Rajaonarison

Le Musée de la Photographie de Madagascar a été inauguré en novembre 2015, via le lancement d’un site Internet et par l’organisation d’une exposition à l’Alliance française d’Antananarivo.

À l’origine du projet, l’historienne Helihanta Rajaonarison, auteure d’une thèse soutenue à l’Université d’Antananarivo en 2014 intitulée  « Sociétés et photographie : les usages sociaux de la photographie à Tananarive (milieu XIXe-milieu XXe siècle) », qui nous présente ici les grandes lignes de ce projet et ses objectifs.

Une autre exposition est d’ores et déjà programmée à Antananarivo pour avril 2017, à la Villa Rose, bâtisse des années 1930, qui abrite actuellement le musée, afin de marquer son entrée dans la cour du patrimoine photographique malgache.

Entrée du palais de la reine, Antananarivo, n. d. © Musée de la Photo | Madagascar

Comment est né le projet d’un musée de la photographie à Madagascar ? Quelles sont ses principales vocations et quels publics visez-vous ?

C’est au cours de mes recherches doctorales que je me suis rendue compte qu’il existe un patrimoine photographique malgache peu connu, essentiellement du fait qu’il est davantage conservé en dehors de Madagascar et que ce que l’on a sur place l’est encore moins en raison des difficultés d’accès ou du manque de visibilité des photothèques où elles sont conservées.

Par ailleurs, en suivant la trajectoire d’une « dynastie » de photographes de studio réputée (les Razafitrimo, gérants propriétaires de Photo Hova à Antananarivo), j’ai très tôt été confrontée à la disparition des traces d’activité de cette maison qui fut pourtant présente dans le paysage urbain d’Antananarivo pendant plus de cent ans (de 1903 à 2010). J’ai trouvé cela regrettable, d’où l’idée de sauvegarder ce qui est resté des productions des pionniers malgaches par la création d’un musée. Un musée qui par essence même est un lieu de conservation des traces matérielles de l’histoire, de la photographie dans notre cas. Et ce aussi pour « corriger » cette méconnaissance qu’ont les Malgaches de leur propre patrimoine.

Ce musée a donc été conçu dans un but de valorisation et d’appropriation par les Malgaches de leur patrimoine photographique, sachant par avance que notre fonds ne sera jamais exhaustif. Nous visons d’abord les étudiants et les chercheurs et, dans une plus large mesure, le grand public.

1

2

Quels sont les principaux défis à relever pour assurer sa pérennité ?

Ayant une identité légale en tant qu’association et bénéficiant d’un mécénat, le musée possède ses premières bases. Nous sommes financièrement et matériellement soutenus par un « business angel » belge, Cédric Donck, propriétaire d’une entreprise d’assistance personnalisée en ligne, Smartelia, sise à Antananarivo, et appuyés par des institutions formelles telles que les Archives nationales. Le musée dispose également d’un directeur exécutif, Tsiry Solofomihanta, engagé à temps plein dans la gestion de l’ensemble du projet ainsi que l’animation de notre site.

Notre base académique est la garantie de la pérennité du projet dans la mesure où, grâce à la collaboration de la filière « Histoire » de l’Université d’Antananarivo, des étudiants en master ayant choisi l’image comme sujet de recherche sont et seront les principaux utilisateurs de notre base de données. Enseignante au sein de cette filière, je dispense un cours de méthodologie des usages de l’image dans la recherche, c’est-à-dire la photographie en tant que source et comme objet de recherche. Avec un autre collègue, nous nous penchons sur la question des images fixes et mobiles et de leurs usages en tant que documents comme sources en histoire.

Plus tard, bien ancré, solidement fonctionnel, le musée sera « donné » à l’État malgache par le biais d’un établissement public.

3

4

Comment avez-vous constitué les collections ? Et comment comptez-vous les enrichir ?

Notre base de données est régulièrement approvisionnée grâce à nos collectes. Elle conserve des photos sur Madagascar datant d’avant 1960. En fait, nous négocions et concluons des conventions de partenariats avec des établissements publics (tels que les Archives nationales) et/ou privés et des particuliers qui partagent notre vision de valorisation et d’appropriation.

Après numérisation, nous rendons à nos partenaires leurs documents physiques et une copie numérisée. Jusqu’ici, les auteurs de photographies anciennes nous demandent seulement de mentionner leur nom lors de chaque usage. Ensuite, nous enregistrons et cataloguons les images numérisées. Puis, suivant des protocoles de protection (nous apposons le logo du musée en filigrane sur chaque photographie), nous les diffusons en ligne à travers notre site.

5

Concours de natation, n. d. © Musée de la Photo | Madagascar

Étant donné que le musée fonctionne déjà sur la toile, la mise en place d’un musée physique qui nécessite des moyens beaucoup plus lourds, reste-t-elle une priorité pour vous ?

Sans aucunement l’intention de délaisser nos activités sur la toile, nous sommes maintenant dans la phase préparatoire de mise en place d’un musée physique. Cela nous prendra sûrement beaucoup de temps, car nous sommes sans cesse à la recherche de « souteneurs » pour cette étape, mais nous avançons.

Se pose alors la question des collections : si les exemplaires papiers sont rendus à leurs propriétaires après numérisation, que mettra-t-on dans le musée ?

Nous avons la version numérique de chaque photographie. C’est dans cette collection que nous choisirons les photos qui répondent ou qui correspondent au mieux aux problématiques traitées dans chaque exposition.

A l’instar d’autres projets en ligne, l’usage des réseaux sociaux est-il important pour le musée ?

L’usage de Facebook nous aide beaucoup, aussi bien dans la comptabilisation que la traçabilité de nos visiteurs en ligne.

Le président de la République Philibert Tsiranana (1958-1972) lors d’une tournée, n. d. © Musée de la Photo | Madagascar

capture-decran-2016-10-13-a-22-26-04

Enfin, pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec la Direction des archives nationales (un organisme public souvent décrié sur le continent lorsqu’il est question de patrimoine photographique) ?

Il existe parmi les archives nationales malgaches des documents photographiques rangés dans des albums et/ou classés dans des dossiers, des fonds très diversifiés. Grâce à la signature d’une convention de partenariat aux clauses très strictes avec la Direction des archives nationales, le musée prospecte albums et dossiers conservés par cette institution, les numérise, les catalogue et les met en ligne.

C’est une opportunité pour les publics de prendre connaissance d’une partie de notre patrimoine photographique et archivistique. Si des étudiants ou chercheurs veulent utiliser ces photos pour leurs travaux, nous les dirigeons vers la Direction des archives nationales qui se trouve à Antananarivo, pour conclure les conditions d’utilisation des photos qu’ils y verront physiquement. Nous n’avons rencontré aucun problème dans notre collaboration avec cette institution : nous nous rendons service mutuellement.

7-honneur-aux-meres-et-a-leurs-enfants

Concours de bébés, lors de la « fête des enfants » à Antananarivo, coup de pouce à la politique nataliste des autorités coloniales, c.1958 © Musée de la Photo | Madagascar

Groupe de « mpihira gasy », chanteurs et danseurs folkloriques merina, n. d. © Musée de la Photo | Madagascar

Site du Musée de la Photo de Madagascar : http://www.photo-madagascar.com/

Page Facebook du Musée : https://www.facebook.com/MuseeDeLaPhotographieDeMadagascar/?fref=ts

En complément à cet entretien, lire l’article d’Helihanta Rajaonarison, L’essor de la photographie de studio à Antananarivo dans les années 1930, Études. Océan Indien (Images contemporaines dans les sociétés de l’océan Indien occidental. L’image au quotidien à Madagascar), 44, 2010, p. 99-120.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *