Regards d’artistes sur les archives 3 – Le Roman algérien par Katia Kameli

L’artiste Katia Kameli présente son travail à l’espace Mosaic Rooms (Londres), jusqu’au 3 décembre 2016. Parmi les oeuvres exposées dans What Language Do You Speak Stranger?, une vidéo d’une quinzaine de minutes  intitulée Le Roman algérien (Chapitre un), « immersion dans l’histoire algérienne et dans la mémoire des hommes au travers d’une collection d’images ». Cette collection unique, véritable musée vivant accessible dans une rue passante au coeur d’Alger, permet littéralement une « rencontre avec une représentation de l’histoire figurée » qui va jusqu’à donner un visage aux « personnages parfois exclus du manuel scolaire ». L’artiste qui, à travers son oeuvre, est en quête de tiers espaces qui permettent « des allers-retours entre l’Histoire et les narrations », répond à nos questions.

vue-projection-roman_mosaic_rooms

Le Roman algérien (2015). Vue de la projection vidéo, Mosaic Rooms, Londres © Katia Kameli, 2016.

Comment vous est venue l’idée de ce film ?

C’est lorsque l’auteure Zahia Rahmani m’a parlé de son projet d’exposition Made in Algeria, généalogie d’un territoire, que je suis me dit qu’il était temps de questionner les Algériens sur leur relation à l’histoire et à sa représentation. Depuis de nombreuses années, j’observe le kiosque de la famille Azzoug à Alger qui me semblait un bon point de départ.

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots l’histoire de ce kiosque, de ses propriétaires ?

Depuis trente ans, chaque matin, la famille Azzoug installe son kiosque nomade rue Larbi Ben M’Hidi à Alger, au pied de la banque nationale d’Algérie, juste derrière la grande poste. Le père et son fils collectionnent et vendent des cartes postales du territoire et des reproductions de photos d’archives. Ce fonds est constitué de différents types d’images datant de la fin du 18ème siècle jusqu’aux années 1980. Il comporte des cartes postales originales représentant des « scènes de genre », de l’architecture, des publicités art déco vantant les chemins de fer, mais aussi des reproductions photographiques de figures politiques algériennes importantes ou de passage en Algérie. Cette collection éclectique, rangée sous plastique, nous plonge dans une iconographie de la période coloniale et postcoloniale. Sa classification est d’apparence chaotique mais elle permet de faire des libres associations. C’est une forme d’Atlas mnémosyne algérien.

dsc00038

Le kiosque photographié par Katia Kameli, 2015.

Qui sont les personnes qui commentent en voix off dans votre film ?

La première personne que l’on entend dans le film est Samir Toumi, chef d’entreprise, mais aussi écrivain et fondateur de “La Baignoire”, un espace d’art contemporain à Alger. Dans son avant-dernier livre, Alger, le Cri, il évoque les vendeurs de cartes postales et sa relation à ces images : “Je ne veux pas finir dans une carte postale, ma colère sous cellophane.” Ensuite, c’est l’auteure Djalila Kadi Hanifi qui écrit sous le nom de Hajar Bali. Elle est aussi dramaturge et enseignante en mathématiques à l’université d’Alger. Je l’ai rencontrée, il y a plus de dix ans, car elle était aussi la présidente de l’association culturelle Chrysalide qui m’a beaucoup soutenue pour la réalisation des workshops “Bledi in Progress” et “Trans-Maghreb”. Puis, on entend Wassyla Tamzali, écrivaine, ancienne avocate à la cour d’Alger et directrice des droits de la femme à l’UNESCO. Elle est aussi fondatrice des Ateliers Sauvages, un nouvel espace d’art indépendant à Alger. On entend également Nassim Labri, un collectionneur qui fréquente et achète régulièrement des cartes postales, Farouk Azzoug, le propriétaire du kiosque, Mahdia Gheffaz, une étudiante en Histoire à la faculté d’Alger et enfin Daho Djerbal, historien, maître de conférences à l’université d’Alger et directeur de la revue NAQD.

Leurs témoignages analysent bien les rapports complexes qu’entretiennent les Algériens avec leur propre histoire et ses représentations. Comment expliquer cet engouement pour « l’Algérie d’avant » que certains de vos interlocuteurs vont jusqu’à identifier comme de la « nostalgie », alors que d’autres évoquent une forme de « schizophrénie » ?

Oui, leurs témoignages rendent bien compte de la complexité que les Algériens entretiennent avec leur histoire. Face à un présent déprimant, étouffant et à un futur trouble, un grand nombre préfère se plonger dans un passé plus glorieux dont ils sont les héros. Les Algériens ne sont pas dupes et savent très bien qu’une histoire officielle leur a été narrée. À travers ce kiosque et les images que l’on peut y trouver, on ressent une volonté de combler les failles historiques et de mettre des visages sur des noms ou bien de s’approprier une ville en perpétuelle expansion dont le centre historique est malheureusement laissé à l’abandon.

kameli_still_algeriannovel_1

Photographie tirée du film Le Roman algérien © Katia Kameli, 2015.

En parlant du kiosque de la famille Azzoug dans un entretien, vous employez l’expression « archive populaire ». Pourriez-vous en dire plus ?

C’est une archive populaire à plusieurs points de vues. Le fonds iconographique constitué par Farouk Azzoug et son père provient de différentes sources. Il récupère des photographies d’anciens journalistes, il rachète des fonds de cartes postales anciennes. Je pense qu’il en trouve aussi certaines sur Internet. On y retrouve par exemple des reproductions de photographies réalisées par Mohamed Kouaci, l’un des pionniers de la photographie indépendante en Algérie. Sa femme qui a vu le film au Mucem, se demandait comment ces images avaient pu atterrir sur le kiosque. Comme l’explique Wassyla Tamzali dans le premier chapitre, un commerce répond toujours à un besoin. Farouk répond aussi à une demande populaire, car il y a peu d’images dans les manuels d’histoires et l’accès aux archives algériennes n’est pas facilité. Les bibliothèques sont quasi inexistantes, il y a aussi très peu de librairies. Heureusement la nouvelle génération s’est saisie d’Internet, mais tout le monde n’a pas la chance d’avoir une connexion. Quant aux archives, leurs accès est un terrain semé d’embûches et même les historiens ont du mal à accéder au précieux sésame.

À quoi renvoie le titre Le roman algérien ?

Le roman est né au XIIe siècle, tout d’abord écrit en vers et en langue romane (en langue vulgaire), par opposition au latin qui est la langue des érudits. L’expression « mettre en roman » est utilisée, vers 1150, pour désigner des récits adaptés des textes latins. Cette traduction est en général une adaptation plus ou moins éloignée de l’œuvre « originale ». L’historien Mohammed Harbi fait souvent allusion au « roman national » quand il parle de l’histoire officielle distillée parle le FLN (Front de Libération Nationale). Dans le film, on comprend que certaines figures historiques ont été effacées des manuels scolaires et de l’histoire nationale. De mon côté, je considère que l’Histoire est un récit écrit constitué par différents narrateurs et que malgré la volonté scientifique de la discipline, celle-ci reste subjective. Ce titre renvoie donc à ces différents questionnements.

2048x1536-fit_katia-kameli-noie-photographie-tiree-film-roman-algerien

Photographie tirée du film Le Roman algérien © Katia Kameli, 2015.

Ce film est le premier chapitre. Sur quoi vont porter les chapitres suivants ?

Le deuxième chapitre apportera un regard critique sur le premier, une mise en abyme qui progressivement va basculer vers un récit enchâssé. Il me reste différents rushes encore non utilisés que j’aimerais introduire dans le deuxième chapitre comme support d’échanges avec une théoricienne de l’image. L’idée est de créer dans un premier temps une distance nécessaire avec ce que j’ai déjà monté/écrit pour rebondir sur l’histoire et les projections que l’on peut faire à travers les images. Je suis déjà en train de réfléchir au troisième chapitre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *