Initiative panafricaine pour sauver les archives photographiques #3 – par Franck Ogou

Voici les dernières nouvelles du projet de sauvegarde des archives photographiques initié par Franck Ogou, responsable de pôle à l’Ecole du Patrimoine Africain de Porto-Novo (EPA) au Bénin. Dans cet entretien, Franck Ogou revient sur les actions qui ont été menées sur le fonds Cosme Dossa (accessible sur la plateforme PhotoAfricaine.org), évoque les difficultés matérielles qui ralentissent la mise en place des différentes phases du projet et appelle toutes les bonnes volontés qui veulent mettre leur énergie à contribution pour faire aller de l’avant ce projet d’envergure panafricaine.

[Pour lire les deux précédents billets de la série, c’est ici et ]

capture-decran-2016-12-09-a-17-57-04

Quelles sont les suites du chantier-école organisé en février 2016 à l’École du Patrimoine Africain (EPA) ? Cela a-t-il impulsé des initiatives liées à la préservation d’ensembles photographiques dans les trois pays concernés par ce chantier-école (Bénin, Burkina Faso et du Togo) ?

Le chantier-école lançait, à vrai dire, l’opération de sauvetage et de valorisation des fonds de la collection Cosme Dossa, à savoir : la numérisation des collections, la création d’une banque d’images, la mise en conservation et l’édition d’un catalogue. Ces activités sont en cours et la plateforme, lancée tout récemment, est disponible à l’adresse www.photoafricaine.org. Il est vrai que la numérisation suit toujours son cours car la collection a une taille non négligeable : plus de 16 000 négatifs et tirages devront être numérisés.

A l’issue de cette phase pilote, l’objectif est de pouvoir lancer des actions similaires dans d’autres pays mais, déjà, on peut se réjouir de constater que l’initiative intéresse beaucoup de personnes et d’institutions qui nous contactent pour en savoir plus. De même, les participants à l’atelier de février, y compris ceux du Bénin, prennent de plus en plus d’initiatives et nous associent au besoin. A titre d’exemple, la collection photographique de la Direction des Archives nationales du Bénin est en train d’être documentée. Il en est de même pour les photographes privés qui nous sollicitent à propos des conditions de conservation de leurs collections.

Dans le billet #2, vous évoquiez un catalogue et le montage éventuel d’une exposition dédiés à l’œuvre de Cosme Dossa pour juillet-août 2016. Cela a-t-il pu être mis en place comme prévu ? Et si non, quels ont été les obstacles ?

Ce travail que nous faisons est un travail de passion et de rêves. Mais entre le rêve et la réalité, il y a toujours un fossé. C’est donc ce qui explique le fait que tout ce qui est prévu ne soit pas encore totalement mis en œuvre, notamment à cause des ressources financières, car il faut rappeler que ce projet se fait sur des fonds propres, donc forcément réduits. Toutefois, nous faisons de notre mieux dans la limite de nos moyens et, comme je le disais plus haut, nous avons déjà lancé la plateforme et la maquette du catalogue est en cours de finalisation, en attendant d’avoir les moyens de le publier en version papier.

A défaut d’une exposition physique, nous sommes en train de penser à une exposition virtuelle sur la plateforme que nous avons lancée. Mais pour cela, nous devons faire quelques aménagements techniques complémentaires sur le site web. Les discussions sont en cours avec le technicien. S’il y a des bonnes volontés pour aider à finaliser la concrétisation des activités du projet, c’est le lieu de leur dire que nous sommes très ouverts à toutes formes de collaborations.

fcd-c-73-090_0

Cérémonie de libération, Porto-Novo, 1973 © Cosme Dossa

La numérisation des 600 tirages réalisés par Cosme Dossa est désormais achevée et le travail continue sur les négatifs. Quelles sont les mesures prises pour la sauvegarde du fonds physique ? Où est-il conservé ?

Il faut d’abord préciser que Cosme Dossa n’a pas réalisé que 600 tirages dans sa longue carrière mais c’est ce que nous avons pu récupérer chez lui pendant notre opération. La conservation de la collection se fait dans deux salles que nous avons pu avoir au sein de l’EPA. Nous avons créé des conditions minimales de conservation par l’acquisition de matériels et le reconditionnement des œuvres qui sont désormais disposées dans des armoires fabriquées sur place.

numeurisation0156_0

Funérailles, Porto-Novo, non daté © Cosme Dossa

Si aujourd’hui ce fonds est considéré comme un bien patrimonial historique à caractère national, il s’agit à la base d’une initiative privée. Comment avez-vous envisagé et puis géré ce « passage », également au vu du fait que ces images sont aujourd’hui accessibles sur une plateforme en ligne ? Cela semble d’autant plus important que la dispersion du patrimoine photographique, liée notamment à l’appétit du marché, est une réalité dans bien des pays africains.

Tout est parti de mon intérêt personnel pour les photographies anciennes, cet intérêt qui m’a amené à y consacrer un travail scientifique en 2004. Depuis lors, j’ai gardé de très bons rapports avec les anciens photographes, ce qui a permis de créer entre nous un climat de confiance. Je me rappelle que quelques temps avant sa mort, Cosme Dossa m’avait déjà suggéré un jour d’accepter de prendre tout son fonds qu’il allait me léguer, nous n’avons pas eu le temps malheureusement d’en parler après. J’ai donc une certaine légitimité et une crédibilité auprès des anciens photographes et de leurs familles.

Il n’a donc pas été difficile d’enclencher les négociations de cession du fonds Cosme Dossa après sa mort. Mais puisque c’était une opération institutionnelle qui implique l’École du Patrimoine Africain-EPA, nous avons élaboré une convention avec la famille. Cette convention précise de façon très claire toutes les actions qui devraient être engagées sur le fonds et l’implication de la famille à chaque étape de notre travail. L’élément majeur du contrat est l’exploitation du fonds qui, dans ce cas, est exclusivement à titre scientifique. Je dois avouer que c’est une première au Bénin. Désormais, nous avons créé le cadre pour combler le vide et d’autres pourraient en profiter à l’avenir.

Avez-vous réfléchi aux éventuelles retombées financières que ce projet pourrait générer ?

Il est vrai que l’objectif du projet n’est pas la rentabilité financière, mais il n’est pas exclu que nous fassions des actions qui soient rentabilisées. Par exemple, si des chercheurs nous sollicitent pour avoir des droits de reproduction des œuvres de Cosme Dossa, nous sommes totalement ouverts. Nous avons aussi pensé à des produits dérivés comme le catalogue qui sera vendu. De toute manière, nous l’avons prévu dans la convention avec la famille car elle en sera bénéficiaire. Une clé de répartition des bénéfices éventuels qui découleraient des activités liées au fonds photographique a été prévue.

fcd_d_00_12_0_0

Fête de l’Épiphanie, Porto-Novo, non daté © Cosme Dossa

Pourriez-vous nous présenter le site du projet, la manière dont vous l’avez conçu et ses potentialités ?

L’objectif de ce site est de montrer les œuvres de Cosme Dossa. Cette plateforme qui évolue au fur et à mesure que la banque d’images est mise à jour, a été conçue pour faciliter les recherches. Les images sont regroupées par catégories et chaque image est accompagnée d’une notice descriptive. Le chercheur a la possibilité d’agrandir les images à condition que son inscription soit validée par l’administrateur du site.

Si le projet pilote autour du fonds Cosme Dossa suit bien son cours, qu’en est-il du projet panafricain qui doit recenser le patrimoine photographique conservé dans les institutions publiques et privées de 26 pays africains ?

Malgré toute notre bonne volonté et l’engagement affirmé, nous n’avons pas pu encore mobiliser de partenaires autour du grand programme panafricain. Nous espérons qu’avec les résultats du projet pilote, les partenaires seront convaincus de notre capacité à mettre en œuvre un programme de cette envergure. Dès que nous aurons mobilisé les ressources, le programme pourra être lancé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *