CfP – Cahiers d’études africaines – Contestatory/Contested Images

© Marian Nur Goni, Djibouti, 26 avril 2010

(English below)

Nous vous invitons à répondre en grand nombre à cet appel à contributions pour le numéro thématique bilingue « Images contestataires, images contestées » que nous coordonnons pour les Cahiers d’études africaines. Ce numéro à paraître en juin 2018 est le prolongement de débats commencés lors de l’European Conference of African Studies (ECAS) en 2015.

IMAGES CONTESTATAIRES, IMAGES CONTESTÉES

Si, au cours des vingt dernières années, beaucoup a été écrit sur l’image photographique (et ses dérivés) comme instrument de coercition (colonial, scientifique), qu’en est-il d’une image qui conteste, « résiste » et émancipe ? Pensons à la photographie du jeune Hector Pieterson agonisant dans les bras de son ami, prise par Sam Nzima à Soweto, le 16 juin 1976, devenue une icône de la lutte contre l’apartheid ou encore aux portraits iconiques des acteurs des indépendances africaines que l’on retrouve aujourd’hui en abondance sur divers supports numériques ou physiques (des timbres aux graffiti ou sculptures, en passant par les autocollants, t-shirts, pochettes de disques). Si des portraits le plus souvent « officiels » sont détruits en tant que symboles d’un pouvoir contesté (par exemple, les portraits photographiques d’universitaires blancs qui ornaient les murs de l’Université du Cap en Afrique du Sud, épicentre du mouvement étudiant Rhodes Must Fall en 2015) d’autres, au contraire, relatant les moments-clés de ces mêmes mouvements de contestation, entreprennent des parcours inédits, virtuels ou matériels, un phénomène qui s’est amplifié à l’ère numérique avec la vague de « printemps » qui ont récemment secoué le continent africain, du Nord au Sud.

Seront ainsi abordées dans ce dossier les histoires et les trajectoires particulières d’une image, d’un corpus d’images, d’une (ou plusieurs) archive(s) visuelles « contestataires » ou « contestées » produites sur le continent africain et dans ses diasporas, au cours de différents moments de leur vie sociale : de leur production à leur diffusion, jusqu’à leur disparition ou « résurrection » sur tout type de support. Dans chaque contexte spécifique (historique, géographique, culturel, social, politique) et d’un bout à l’autre de la chaîne (de leur production à leur réception), quels sont leurs impacts et leurs filiations ? Quels réseaux les redistribuent et les rendent accessibles ou, à l’inverse, les rendent invisibles ? Quels sont les zones d’ombres, les ambiguïtés, voire les écueils qui peuvent, à un moment donné de leur trajectoire, entourer ou façonner ces images symbolisant la contestation ?

Dans le sillage de nombreux travaux portant sur les usages sociaux et politiques de la photographie en Afrique (Geary 2002 ; Peffer 2012 ; Sohier 2012), l’enjeu principal de ce dossier est de mettre en lumière les différents contextes dans lesquels ces images, leurs usages et les circulations de leurs supports, ont pu, à un moment donné, contester les discours dominants de leur temps, afin de produire un changement significatif dans la vie de différentes communautés d’hommes et de femmes. Face au besoin grandissant de se réapproprier ces images historiques et contemporaines à l’ère du numérique, ce numéro thématique tentera d’étudier comment ces images « en résistance » sont réinvesties et actualisées afin de servir les luttes passées ou présentes.

Modalités de soumission :

Les articles inédits (d’une longueur maximale de 50 000 signes) écrits en français ou en anglais doivent être envoyés à Marian Nur Goni (m.nurgoni@gmail.com) et Érika Nimis (erikanimis@gmail.com) pour le 15 juin 2017.

Les images proposées pour publication doivent être libres de droit et autorisées pour reproduction (à insérer dans le texte et à envoyer en fichier à part en résolution 300 dpi).

© Studio Shop-Photo Silué, Korhogo, Côte d’Ivoire, ca. 1980 (detail)

CONTESTATORY/CONTESTED IMAGES

If, over the last twenty years, scholars have extensively written on the photographic image (and its derivatives) as a tool of (colonial, scientific) coercion in Africa, what about an image, which contests, resists, and emancipates? Think, for instance, of the photograph of young Hector Pieterson dying in the arms of his friend, taken by Sam Nzima in Soweto on June 16th, 1976, which became an icon of the struggle against apartheid or the iconic portraits of the fathers of African independence movements which today abundantly move along very diverse digital or physical formats and media (stamps, graffiti, sculptures, stickers, T-shirts, album covers). While official portraits can be destroyed as symbols of controversial powers (as happened to some white academics’ photographic portraits on the walls of the University of Cape Town in South Africa, epicentre of the students’ protest movement Rhodes Must Fall in 2015), others, documenting key moments of these very same protest movements, undertake unexpected virtual or material journeys, a phenomenon which has burgeoned in the digital era with the Springs wave which recently shook up the African continent, from North to South.

This special issue will address the particular histories and trajectories of contestatory or contested image(s), visual bodies of works and archive(s) produced on the African continent and by its diasporas, during various moments of their social life: from their production to their distribution, including the very moments of their disappearance or resurrection. In each specific (historical, geographical, cultural, social, political) context and throughout the whole chain of production and reception of these images, what are their impacts and filiations? What networks distribute them, making them largely accessible or, inversely, totally invisible? What are the grey areas, the ambiguities or pitfalls, which can, at some point in their trajectories, surround or shape these images?

Following in the path of a growing number of works analyzing the social and political life of photographic images produced on the African continent (Geary 2002; Peffer 2012; Sohier 2012), this issue aims to bring to light the various contexts in which images, their uses and circulation, have been able, at specific moments, to dispute the dominant discourse(s) of their times. Facing an increasing need to reconnect with and (re)gain control of historical images, this special issue will try to grasp how these resistance images may be borrowed and updated today to serve present and past fights and stakes.

Submissions are welcome from interdisciplinary authors and from different disciplines in French or English. Articles should be no more than 50 000 signs.

Images should be included embedded in the text and in separate .jpeg files (300 dpi resolution minimum), named with captions including photographer’s name and date. Proof of right to use will be requested, either permission from photographer for print and online or copyright free. All manuscripts should be previously unpublished material.

Please send your submission by email to:

Marian Nur Goni (m.nurgoni@gmail.com) and Érika Nimis (erikanimis@gmail.com), coordinators.

The deadline for receipt of articles is 15th June 2017.


2 réponses

  1. Emanuele Fantini dit :

    Felicitations Marian, super agenda de recherche! J’ai hate de lire le dossier? Connais tu des chercheurs/euses qui travaillent sur photo et images ou mappes contestés á propos du Nile? Merci at á bientot! Emanuele

    • fotota dit :

      Merci Emanuele ! Quelle question pointue que tu nous poses ;)! A première vue, non, mais nous allons y réfléchir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *