Revue de presse #48 – Mars 2017

Relizane, Algérie, 2016, série Stadiumphilia © Fethi Sahraoui

Mars 2017. Grand ménage de printemps. La génération Instagram s’impose dans le monde de la photographie, soutenue par des institutions, des prix, des expositions et des publications (comme Everyday Africa). Fethi Sahraoui, membre du Collectif 220, notre photographe à la une, se distingue ces derniers temps : lauréat du prix Saima 2017, il expose prochainement à l’IMA à Paris. Tandis que de plus en plus de femmes (Marie-Ann Yemsi, Nana Oforiatta-Ayim) rejoignent le cercle (très fermé) des commissaires incontournables et qu’à Tunis, la première « révolution Facebook » entre aux Archives nationales. Bonne lecture !

PHOTOGRAPHES

Goldblatt is failing his subjects, par Martin Hall, Times Live, le 20/03/17 ;

« In Susan Sontag’s memorable insight, “all photographs are memento mori. To take a photograph is to participate in another person’s (or thing’s) mortality, vulnerability, mutability.”

Goldblatt’s formidable reputation has been built on memento mori of the suffering of the oppressed and the incomprehension of the oppressor. He has caught countless subjects in his lens, almost all unnamed, silent and now dead. Seen in this way, the point of principle that leads him to prefer Yale to UCT seems asymmetrical, one-sided — about his rights as an artist, about his right to artistic freedom, his right to freedom of expression. Today South Africa’s universities are caught up in the biggest crisis of a lifetime.

A core issue is: what should be taught and researched? How do outmoded concepts of knowledge perpetuate the legacies of the past? What forms of knowledge are appropriate for the future? A new scholarship will be forged from these debates. »

Documenter l’Algérie, le défi du jeune photographe prometteur Fethi Sahraoui, par Lise Lanot, Konbini, mars 2017 ;

« C’est avec son Smartphone que le photographe a pris les images de Stadiumphilia ainsi que les photos qui lui ont permis de gagner le prix de l’IMA. Pourtant, Fethi Sahraoui nous raconte que cela n’a pas toujours été son outil de prédilection. Auparavant, il utilisait un Nikon D700, « un appareil de guerre ». Le choix d’opérer au mobile s’est produit il y a environ deux ans (…)

Le jeune homme ajoute que, de toute façon, un gros appareil photo n’aurait pas été pratique au sein du stade, « pas possible » ajoute-t-il même. Tant mieux, le résultat est d’autant plus prenant, tant il semble nous emmener au cœur des petits groupes de supporters. »

Une jeune génération d’artistes africains veut vivre et créer sur place, par Raoul Mbog, Télérama, le 15/03/17 ;

« Inspirée par des pointures comme le Franco-Algérien Kader Attia, l’Ethiopienne Julie Mehretu, la Franco-Marocaine Yto Barrada, le camerounais Barthélémy Toguo ou d’autres encore comme l’Algérien Adel Abdessemed et le Nigérian Yinka Shonibare, la nouvelle garde entend faire parler d’elle. Notamment à travers une esthétique volontiers provocatrice et politique, et des œuvres souvent en lien étroit avec l’actualité.  »

Artist Zwelethu Mthethwa Convicted of Murder [UPDATED], par , Hyperallergic, le 16/03/17 ;

Zed Lebon, la nouvelle identité de la photographie congolaise, par Athanase Jaurès Moussoungou, La Congolaise 242, le 10/03/17 ;

10 Emerging Photographers in Nigeria, par Oyin Olaniyan, Omenka online, le 6/03/17 ;

« In our continuing series on contemporary photography in Africa, we turn our searchlight on an emerging and talented group of young photographers living and working in Nigeria. Born between the mid-80s and mid-90s, many of them are already award-winners and have gained much international recognition. »

EXPOSITIONS

En direct : visitez avec nous « Afriques capitales » à La Villette, Le Monde Afrique, le 31/03/17 ;

Namsa Leuba, Ya Kala Ben et The Kingdom Of Mountains, par Brigitte Ollier, L’Oeil de la Photographie, le 27/03/17 ;

The Global History of African Textiles at the Fowler Museum, par , Hyperallergic, le 24/03/17 ;

« The exhibition African Print Fashion Now!, opening this Saturday, chronicles the history of African textiles, beginning with their 19th-century origins in West and Central Africa. »

Q&A: Roger Ballen’s new show The Theatre of Apparitions, par Susanna D’Aliesio, The British Journal of Photography, le 22/03/17 ;

Omar Victor Diop, Project Diaspora, par L’Oeil de la Photographie, le 13/03/17 ;

« Le Project Diaspora du photographe sénégalais Omar Victor Diop, actuellement exposé au Scad Fash Museum of Fashion + Film d’Atlanta, est un essai riche et méticuleusement assemblé de dix-huit œuvres d’art qui explorent les relations entre l’Afrique et le reste du monde, sujet souvent négligé, mais profondément ancré dans la trame historique. Le projet aborde notamment le commerce, les premières rencontres diplomatiques et l’héritage de l’esclavage. Les photographies de Diop se concentrent sur la représentation des Africains dans l’histoire de l’art européen et asiatique du XVe au XIXe siècle en recréant le portrait d’individus qui sont devenus des personnages importants dans le contexte de l’époque. »

Mois de la Photo du Grand Paris : qu’y voir ?, par Emilie Lemoine, Actu Photo, le 16/03/17 ;

Making Jamaica: photographies des années 1890, par Julie Bonzon, L’Oeil de la Photographie, le 13/03/17 ;

« Alors que la plupart des négatifs ont été détruits, ces archives, elles, ont voyagé. D’abord produites par Awakening Jamaica, elles sont ensuite exposées à la Word’s Fair avant d’être acquises par le Caribbean Photo Archive. A un nouveau contexte s’articule un nouveau sens, une nouvelle lecture des images et de leur sujet. Comme le soulignent les curateurs Mark Sealy et Renée Mussai, les archives ne sont pas dotées d’un sens intemporel et universel. Ce sont au contraire des objets actifs.

L’exposition Making Jamaica est accompagnée d’un nouveau travail de la photographe guyano-britannique Ingrid Pollard. Marquant l’anniversaire de son projet Pastoral Interludes, débuté en 1987, celle-ci choisit d’investir cinq archives de l’exposition. Imprimées en grands formats, les photographies sont teintées manuellement par l’artiste, suivant un procédé datant du XIXe siècle. »

Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli, photographe (1875-1895), site de l’INHA, non daté ;

« Redécouvert très récemment par le recoupement de recherches de spécialistes de la photographie et du Moyen Orient, le travail de Beniamino Facchinelli réalisé au Caire entre 1875 et 1895 sera présenté pour la première fois à l’Institut national d’histoire de l’art du 21 avril au 8 juillet 2017, illustré par une sélection de tirages originaux, ouvrages scientifiques et cartes postales d’époque. »

PUBLICATIONS

Everyday Africa – 30 Photographers Re-Picturing a Continent, par Afrique in visu, le 26/03/17 ;

À la découverte de la première revue de photographie d’Haïti, par Olamy, Loop, le 22/03/17 ;

« C’est un « travail collectif » qui mélange à priori réflexion, technique, talent, et créativité d’une pléiade de photographes, vidéastes, rédacteurs, graphistes réunis au sein du « Kolektif 2 Dimansyon », aidés d’autres professionnels haïtiens et étrangers. Sous le thème « Frontières », ils ont accouché de la revue semestrielle de photographie « Fotopaklè », la première du genre en Haïti. En attendant la cérémonie du lancement officiel ce jeudi 23 mars, Dumas Maçon et Pierre Michel Jean ont répondu aux questions de Loop Haïti pour le Kolektif. »

Guillaume Bonn, dans les rues d’Addis Ababa, par L’Oeil de la Photographie, le 20/03/17 ;

HISTOIRE DE LA PHOTOGRAPHIE

Early Histories of Photography in West Africa (1860-1910), par Giulia Paoletti, Heilbrunn Timeline of Art History. New York: The Metropolitan Museum of Art, mars 2017 ;

Les origines de la photographie à Madagascar, entre crainte et fascination, par RFI, le 21/03/17 ;

« En 1853, les habitants de Tamatave voient débarquer William Ellis, un missionnaire protestant, équipé d’un étrange appareil : un daguerréotype, l’ancêtre de l’appareil photo. C’est donc à ce Britannique que l’on doit la première photo prise sur la Grande Île. Durant les 100 ans qui vont suivre, les usages de la photographie vont évoluer en même temps que le contexte social et politique de l’île. »

ARCHIVES

Alger en 1899 à travers ces photochromes, par Times of Algiers, le 31/03/17 ;

« Les photochromes présentés ici sont issus de la collection de la Detroit Photographic Company, ils sont conservés à la bibliothèque du Congrès des Etats-Unis (Library of Congress).  Ces images montrent Alger à une autre époque et malgré le fait qu’elles soient statiques, le dynamisme de la vie transparait dans ces images hautes en couleurs. »

« A Tunis, la première « révolution Facebook » entre aux Archives nationales », par Frédéric Bobin, Le Monde Afrique, le 14/03/17 ;

« Cette mémoire de la révolution de 2011, soulèvement tunisien qui déclencha la vague des « printemps arabes », commençait à être menacée dans ses supports numériques. La foison de vidéos réalisées dans le feu de la révolte par des anonymes, témoignages à l’impact fatal pour la dictature de Ben Ali une fois relayés par le web planétaire, n’avait rien de pérenne. Nombre de ces documents étaient fragiles, certains commençaient à disparaître. »

MARCHÉ DE L’ART

Interview: Art Paris Art Fair 2017 (avec Marie-Ann Yemsi) : « C’est une belle occasion de présenter des artistes qui, sinon, sont invisibles en France », par Tanja Schreiner, ContemporaryAnd, sans date ;

« Le panorama des galeries que l’on va montrer reflète la dynamique qui existe aujourd’hui sur le continent africain. Parmi la vingtaine de galeries du focus, beaucoup d’entre elles sont des jeunes galeries. Nous avons des galeries provenant aussi bien du Nord que du Sud du continent, comme Loft Art Gallery du Maroc, Espaço Luanda Arte d’Angola, Afriart Gallery basée à Kampala en Ouganda ou encore Art Twenty One du Nigéria. Seront bien entendu présents des galeristes européens tels que Tyburn Gallery et Tiwani Contemporary qui font un travail remarquable à Londres. Je suis aussi contente de la présence d’October Gallery, une galerie qui assure la promotion des artistes de ce continent et des diasporas depuis très longtemps déjà.

10 Young African Artists to Look Out For at the Art Paris Art Fair, par Paul McQueen, The Culture Trip, le 29/03/17 ;

Simon Njami : “L’Afrique doit créer son propre marché de l’art”, par Raoul Mbog, Télérama, le 29/03/17 ;

« L’effervescence artistique permet de réactualiser le regard porté par la France sur l’Afrique », entretien avec la commissaire d’exposition Marie-Ann Yemsi, par Roxana Azimi, Le Monde Afrique, le 28/03/17 ;

« L’équipe précédente a eu peu de temps pour préparer les Rencontres, dans un contexte marqué par des attentats spectaculaires. Cette année, la Biennale a été décalée d’un mois, pour laisser une respiration aux autres événements de l’automne comme la Biennale de Lubumbashi [du 7 octobre au 12 novembre] ou l’inauguration du musée de la Fondation Zeitz [en septembre au Cap]… Je veux créer un espace de liberté, d’échange. Je compte travailler de façon collaborative avec des acteurs du continent. Il y aura un forum, des masterclasses. Cette Biennale sera celle d’une Afrique fière de ce qu’elle est. Elle témoignera du fait que l’Afrique est son propre centre. »

CLICHES

L’Afrique à l’honneur à La Gacilly : une programmation qui se veut loin des clichés, par Emilie Lemoine, Actu Photo, le 8/03/17 ;

L’affiche de ce festival français programmé pour l’été 2017 « qui se veut loin des clichés » crée justement une polémique sur la toile.

LES ANNONCES DU MOIS

Le Goethe-Institut et la famille Grohs lancent le Prix Henrike Grohs pour les artistes africains, par Institut Goethe Côte d’Ivoire, mars 2017 ;

« Le prix de 20 000 euros sera décerné chaque année, à un ou plusieurs lauréats, dans le domaine des arts visuels, de la danse, du théâtre, de la musique ou du film et sera également ouvert à ceux qui travaillent dans une démarche interdisciplinaire. »

Festi Flash, festival africain de photographie (Bénin), 3e édition. Date limite d’envoi : le 31 mai 2017 ;

Call for Proposals: Photographs on the safety of journalists and the issue of impunity, UNESCO, le 13/03/17 ;

Magnum Foundation Fund Announces New Grant Winners, par Alexandra Genova, Time, le 23/03/17 ;

« This year’s selection of grantees are Mari Bastashevski,
 Marko Drobnjakovic, Carlo Gabuco , Daniel Castro Garcia, Eduardo Hirose, Nneka Iwunna, Mimi Cherono Ng’ok, Musuk Nolte, Alessandra Sanguinetti 
and Faiham Ebna Sharif. These ten photographers, who hail from nine different countries, will each receive a sum of money to work on their proposed projects – either a new chapter of a story previously explored or an entirely new perspective. »

How Diverse Is African Art? A 54-Volume Encyclopedia Will Try for an Answer, par Ginanne Brownell Mitic, The New York Times, le 11/03/17 ;

Artful Accra: Ghana’s 60th marked by the birth of an ambitious gallery, par David Goode, The Guardian, le 1/03/17 ;

« Art historian and film-maker Nana Oforiatta-Ayim founded ANO (named after the Akan language word for old woman, who is “the first human being and origin of all things”) in 2002 as a cultural research institute. She says the new space comes as Accra’s arts scene is experiencing a renaissance: “The exhibition is going to help us look at who we are in this city, in this country, at this point in time. Our generation is out of the post-colonial phase and we’re now reacting to the colonial. I’m obsessed with the idea of revolution – be it cultural, social or political – and the idea of writers and artists sitting in a room and dreaming up what a new reality might look like. I really feel we’re in that moment.” »

1:54 art fair to launch in Marrakech next February, par Anny Shaw, Art Newspaper, le 1/03/17 ;

« The biannual art fair 1:54, which takes its name from the 54 countries that make up the African continent, is launching its first African edition in Marrakech in February 2018. The expansion follows successful fairs in London and New York. (…) The first African edition will be small, with around 15 galleries. “Because of space, the selection will be more specific,” El Glaoui says, adding that the programme will be “very sensitive” to the local audience. “We want north African and Moroccan galleries to feel included in the project,” she says. »


2 réponses

  1. fotota dit :

    Re-Framing Africa, par Fleur McDonald, 1843magazine.com/The Economist, le 17 mars 2017.

    « The book, though, feels disappointingly static. It doesn’t say how many people have liked each photo. Captions and hashtags provide some context – but you can’t help wanting to click on the hashtags to see other photos filed under #elephantorphanage. And you have to flick through lots of pages – the closest you’ll get to scrolling – before you’ll find the section devoted to the comments (which range from curious to argumentative to delighted, as followers spot a scene they recognise).As Africa changes so does the way we document it. Instagram has long since introduced new filters and editing tools, not to mention video, making many of the pictures in the book look dated. The value of “Everyday Africa” lies in the way it shows a familiar place in a new light, yes, but also in the way it captures an optimistic moment in the early days of Instagram, when many users still believed in the power of social media to change the world for the better. »

    (Everyday Africa: 30 Photographers Re-Picturing a Continent Edited by Teun van der Heijden, Peter DiCampo, Austin Merrill, Nana Kofi Acquah (Kehrer Verlag), published in March in Britain, and in May in America)

  2. fotota dit :

    100% Afrique à la Villette : l’art contemporain africain inventif et moderne, par Thierry Hay, France TV Info, le 29 mars 2017 ;

    « Je refais un tour général et une chose me saute aux yeux : le thème de la migration et de l’exil est très présent et domine les autres. Ce n’est évidemment pas un hasard… Cette exposition, aux cartels pas assez explicatifs et pédagogiques, prouve le dynamisme, l’éclectisme et la maturité des créateurs africains. Ils sont à la fois inquiets face au drame des migrants et fiers d’appartenir à une Afrique qui, malgré son passé lointain difficile, a su relever la tête. Cette Afrique complexe, diverse, se conjugue désormais au présent. Consciente du poids du passé, de la corruption, des croyances religieuses, elle se tourne avec fierté vers le XXIe- XXIIe siècle, prête à jouer le rôle qu’elle mérite dans un monde moderne. Et pas de doute, l’art contemporain africain est à prendre très au sérieux, collectionneurs et conservateurs de musées l’ont déjà compris. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *