Revue de presse #49 – Avril 2017

Retour sur quelques morceaux choisis d’avril 2017, avec le « printemps africain » à Paris et la découverte de nouveaux regards, comme celui de la photographe documentaire Maheder Haileselassie que l’on retrouve ici dans un entretien à l’occasion de la 2016 Masterclass East Africa.

© Maheder Haileselassie, portrait issu du projet « Distance », 2016. Source : http://www.tales-on.com/ethiopia/maheder-haileselassie/

ACTUALITÉ DES PHOTOGRAPHES

Fatima Mazmouz : « L’appareil photo est cette autorité absolue qui me permet d’avancer », par Emilie Lemoine, Actu Photo, le 26/04/17 ;

« Un art provocateur, souvent drôle et intelligent. Fatima Mazmouz a tout compris. Cette artiste protéiforme a l’oeil aiguisé de la photographe, mis au service d’un discours percutant autour de l’intime, de la domination culturelle, du post-colonialisme, de l’avortement, de l’émancipation… Et comme une sculptrice survoltée, elle taille dans sa chair les contours d’un corps libre, engagé, politique. A l’occasion de l’exposition « A corps rompu » proposée par NegPos à Nîmes jusqu’au 3 mai 2017, nous lui avons posé quelques questions. »

Self-Portraits of the Artist as Historical African Figures, par Bansie Vasvani, Hyperallergic, le 20/04/17 ;

« While the inclusion of these objects introduces a touch of levity to the hard-fought stories of Africa’s predecessors, they are also reminders of the narrow pathway that an underprivileged child from Africa must walk in order to succeed. Soccer here is the double-edged nemesis of the African people: both revered and patronized by the West, it is perceived as Africa’s main achievement in recent history. By commingling the old with the new, Diop inserts conspicuously absent historical black male figures into Western art while making it amply evident that there is more to African history than sports. »

A History of White Men in South Africa, par Ian Bourland, Aperture, le 19/04/17 ;

« In a new film, photographer Mikhael Subotzky takes on two hundred years of white masculinity. »

Nigerian Photographer Lubee Abubakar is Taking the Art Scene by Storm, par Immaculata Abba, OkayAfrica, le 12/04/17 ;

Photo: le burkinabè Warren Saré, ou l’art de «rendre les invisibles, visibles», par Sébastien Jédor, Rfi, le 11/04/17 ;

« Ce qui m’intéresse dans la photographie c’est de pouvoir échanger avec les gens. Si j’avais eu la chance d’aller à l’école, j’aurais peut-être été historien ou écrivain, car tout mon travail est basé sur l’Histoire. »

Leading Nigerian Photographers in Diaspora, par Oyin Olaniyan, Omenka Online, le 6/04/17 ;

Meet the masterclass East Africa: Maheder Haileselassie, par Juliette Warms, Witness, le 5/04/17 ;

« Yes, I use Instagram and Facebook mostly. Instagram because it gives you that freedom to take pictures with your phone and not carry a professional camera everywhere. In that sense, you’re also less visible. I created Everyday Ethiopia’s Instagram account to tell the story of our country and enable my fellow photographers in Ethiopia to tell their own stories.

Recently, I have become increasingly aware that I have to put myself out there more in order to stay visible in the global photography community. I think it is important to let people know that you exist and show them what you’re doing. »

NUMÉRISATION ET PATRIMOINE

Numériser le patrimoine : les ambitions africaines d’Arkhênum, par Benjamin Polle, Jeune Afrique, le 4/04/17 ;

« Absorbée en 2016 par le groupe de déménagement international AGS-Mobilitas, présent dans les 54 pays africains, la société française de numérisation entend se développer activement sur le continent, où les politiques de préservation du patrimoine et d’archivage sont encore balbutiantes. »

CLICHÉS

Carol Beckwith & Angela Fisher, Pratiques rituelles en Afrique. Une série de la Galerie Holden Luntz, par Sara Tasini, L’Oeil de la Photographie, le 21/04/17 ;

The Artist Using Photography to Confront Racial Stereotyping, par Grace Banks, AnOther, le 5/04/17 ;

« Ayana V. Jackson’s new exhibition spotlights the problematic positioning of blackness in the art world. »

Revisiting James C. Lewis’ Portrayal of Yoruba Deities, par Tomiwa Yussuf, Omenka Online, le 4/04/17 ;

EXPOSITIONS

CCA Lagos at ISCP, International Studio & Curatorial Program, New York, du 21/04 au 9/06/17 ;

« CCA Lagos is in residence at ISCP through June 9th and will present an exhibition and series of public programs during this time. (…)

CCA Lagos at ISCP centers around the exhibition Orí méta odún méta ibìkan. Originally presented at CCA Lagos in 2016, this exhibition is reconstructed at ISCP and features selections from CCA Lagos’s archives as well as works in progress by three artists from Nigeria–Kelani Abass, Taiye Idahor and Abraham Oghobase. »

Invisible Borders at Photography Museum of Amsterdam (FOAM), par Innocent Ekejiuba, IB blog, le 18/04/17 ;

Exploring the Politics of Hair at West African Salons, par Marquita Harris, I-D, le 11/04/17 ;

« In her series ‘Hair,’ photographer Émilie Régnier captures the women of Côte d’Ivoire’s beauty parlors. (…)

« From Mobutu to Beyoncé » by Émilie Régnier is on view at the Bronx Documentary Center from April 15 through June 4. »

City Press speaks to local artist Andrew Tshabangu about his new exhibition, par

« Born in Soweto in 1966, Andrew Tshabangu has been a photographer his whole life. Now, his extensive body of work has been curated into an exhibition, called Footprints, at the Standard Bank Gallery. »

« PRINTEMPS AFRICAIN » À PARIS

A la recherche de l’art africain, par Philippe Dagen, Le Monde Afrique, le 26/04/17 ;

« Art africain, qu’est-ce à dire ? La question se pose d’autant plus vivement que s’accumulent dans le calendrier culturel parisien du printemps les expositions qui lui sont consacrées. D’une part, leur nombre et leur diversité affirment avec une force jusqu’ici jamais atteinte en France la présence dans l’art actuel d’artistes qui, d’une façon ou d’une autre, ont des relations étroites avec le continent africain. D’autre part, ce même nombre et cette même diversité rendent la question de sa définition de plus en plus difficile et l’hypothèse de sa cohérence de plus en plus douteuse. Pourquoi devrait-il y avoir un « art africain » alors que nul ne soutiendrait qu’il existe un « art européen » ? »

Marie-Cécile Zinsou : « L’art africain vit un moment qui ressemble à la Renaissance italienne », Le Monde Afrique, le 27/04/17 ;

« Quand la Fondation Zinsou a ouvert, en 2005, il n’y avait presque aucune possibilité de montrer la création africaine. On en était à réparer les routes. Maintenant, il y a de plus en plus d’institutions, des privés qui se sont emparés de la question de la création, qui collectionnent et s’ouvrent aux autres. Si les gouvernements africains n’ont pas beaucoup avancé, la société civile a pris une place énorme. Ça ressemble un peu aux Etats-Unis, où il n’y a pas de ministère de la culture mais une foule de fondations privées. »

Africa Now: une opération manquée ?, par Eva Sauphie, Into the Chic, le 20/04/17 ;

« L’Afrique safari tendance savane à coup de touches d’imprimé léopard par-ci, et l’Afrique réduite au wax – est-il utile de rappeler l’origine de ce tissu ? – par-là. « On a avant tout souhaité représenter un événement festif », a défendu l’une des représentantes de la communication des Galeries Lafayette lors de la table ronde « Africa Now Talk » organisée le 20 avril dans le cadre de l’événement. »

Marie-Ann Yemsi : « Les artistes regardent l’Afrique telle qu’elle est, pas telle qu’on la fantasme », par Aurore Merchin, Le Monde, le 19/04/17 ;

Les artistes africains à la conquête de Paris, loin des clichés, par Antoine Froidefond, Fashion Network, le 3/04/17 ;

« Grand Palais, Halle de la Villette, Galeries Lafayette, Fondation Vuitton : les artistes africains sont partout à Paris, plus que jamais annoncés comme la relève de la création, mais dont une nouvelle génération refuse désormais les clichés. »

Paris-Dakar : parcours artistiques alternatifs, par Philippe Dagen, Le Monde, le 30/03/17 ;

« Simon Njami, commissaire d’« Afriques capitales », l’était en 2016 de la Biennale de Dakar – dite Dak’Art – et le sera de la prochaine. Il a donc invité à La Villette, à Paris, et à la Gare Saint-Sauveur de Lille, où se tient l’autre moitié de l’exposition, nombre d’artistes présents à Dakar en 2016 et plusieurs d’entre eux présentent les mêmes œuvres ou d’autres très proches. Principe simple et judicieux, dont on aimerait qu’il s’applique à chaque Biennale de Dakar, afin d’assurer sa diffusion. »

FESTIVAL

Festival Emoi Photographique à Angoulême : une image vaut mieux que mille mots, par Thierry Hay, France TV Info, le 11/04/17 ;

« Warren Saré est un des trois photographes invités, il travaille sur le rôle des soldats africains, du Burkina Faso et du Bénin, lors de la guerre de 1940. Humaniste, ancien agriculteur et autodidacte, il est fasciné par la photographie dès l’enfance. En 1986, il obtient son premier appareil photographique et commence la réalisation de reportages. Dans cette série, « La dernière carte », il présente les anciens combattants burkinabè et béninois, ayant combattu sous le drapeau français. (…) C’est à l’histoire des ouvriers des sociétés d’extraction de pierres au Congo, que s’intéresse Arnaud Makalou. Ces entreprises sont, depuis longtemps, dirigées par des Coréens ou des Chinois. Le photographe montre la dureté de la vie quotidienne des ouvriers africains. (…) Louis Oke Agbo ose s’en prendre à un sujet tabou au Bénin et ailleurs : la folie… Il a travaillé avec l’ONG Vie et Solidarité. A travers ses photos, il souhaite sensibiliser la société béninoise à ce problème et contribuer à une action d’entraide envers ces malades particuliers. »

MARCHÉ DE L’ART

What’s driving the growing interest in African art?, par Jane Morris, The ArtNewspaper, le 13/04/17 ;

« The core of the African art market, he says, is centred on international collectors with connections to South Africa and Nigeria, which have the continent’s strongest economies and biggest collector bases. There are also smaller markets in Ghana and Kenya, as well as Morocco and Tunisia, which Bonhams is now keen to reach.

(…) Edson Chagas is a former photojournalist who studied in the UK and Portugal before transferring his skills to the art world. His breakthrough was in 2013 when the Angolan pavilion at the Venice Biennale, in which he featured, was awarded a Golden Lion for best pavilion—the first time the country had participated. He also creates installations using discarded objects that raise questions about urban living and consumerism. A survey of his work will be included in the inaugural exhibitions at Zeitz Mocaa and his work has been shown at the Museum of Modern Art in New York and the Seattle Art Museum. He is represented by Tyburn Gallery in London and Stevenson Gallery, Cape Town and Johannesburg. »

LES ANNONCES DU MOIS

The Lagos Biennial | Living on the Edge, ArtSouthAfrica, le 13/04/17 ;

« The vision is not to mystify or demystify, but rather to embark on a journey to explore multi-faceted scenarios which will undoubtedly question the very essence of our humanity, spirituality, and the interconnectedness of the universe. If we were to take a portrait of the world, would it be life-giving? Would it be a collage of despair? The greatest challenge of this exercise would be to solicit the interest of local communities who are a key to the eventual plausibility of the continuum.
In essence, art will be put to the ultimate test; can it save the world or at least make an attempt? The narrative of the biennial, which shares its title with the 2012 project of Mozambican artist Mário Macilau, is expanded to accommodate the geographical, spiritual, and most importantly, the psychological ramifications of living on the edge.The Lagos Biennial: Living on the Edge will take place from 14 October – 22 December 2017. For more information go to www.lagos-biennial.org » (from the curatorial statement by artistic director, Folakunle Oshun)

Center for Photography in Ethiopia, Workshop #2: Call for applications

« The Photograph Archival and Community Project want to inspire discussion and awareness of Addis Ababas’ histories and futures. By looking at architectural archive materials and photography archives, contemporary images of our cities can be understood in wider contexts. The Project hopes to engage photographers around these ideas. Participants will look at personal archives and social media images as a starting point to understand how we make place and cities. Participants will learn to contextualize images of space and place within historical, social and political understandings. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *