Revue de presse #50 – Mai 2017

Déjà la 50e ! Publiée en cette belle journée du 9 juin dédiée aux archives…
À lire entre autres, le lancement à Bamako de Archive of Malian Photography, des comptes-rendus sur les pavillons africains à la la Biennale de Venise, la suite du « printemps africain » à Paris, le phénomène Instagram, un entretien avec Bisi Silva dans Frieze et un compte-rendu sur Everyday Africa, le livre… D’ici quelques jours, nous vous annoncerons les programmes de deux colloques estivaux auxquels nous participons. D’autres surprises à venir… Restez à l’écoute. Et pour ouvrir cette 50e revue, cette image tirée de la dernière série d’Eloghosa Osunde, And Now We Have Entered Broken, dont la première exposition solo vient de refermer ses portes à la galerie Rele à Lagos. Bonne lecture ! 

« The Lords Womb », extrait de la série « And Now We Have Entered Broken », 2017 © Eloghosa Osunde

 

ACTUALITÉS

Interview – In Profile: Bisi Silva. The independent curator on 25 years in the arts, par Houghton Kinsman, Frieze, le 31/05/17 ;

« The gaps in the art education system are jarring. While I would say that west Africa, in particular Nigeria, is more fortunate than other African countries in being able to offer several art education possibilities at tertiary level, that provision remains anachronistic: a colonial relic out of tune with present day contextual, stylistic and intellectual realities. It’s a very frustrating situation. »

How Everyday Africa Sparked a Movement That’s Changing Western Stereotypes of Africa, par Molly Gottschalk, Artsy, le 31/05/17 ;

« It’s in that casual inclusiveness that Everyday Africa finds its voice. The Instagram feed, at 3,762 posts and counting, is catalyzing a new form of journalism that thrives not on the decisive moment but rather on a reality told in small pieces, from multiple perspectives. In doing so, it’s engaging a new generation of African photographers with newfound access to amplify their voices via social media, the internet, and mobile phones. And it’s giving them a platform—an audience nearly 330,000 followers strong, of Westerners and Africans and people of African descent alike—through which to define their own narrative. »

The New York 2017 Portfolio Reviews, par Elizabeth Avedon, L’Oeil de la Photographie, le 30/05/17 ;

« The Fifth Annual New York Portfolio Review, sponsored by The New York Times LENS Blog and the City University of New York’s Graduate School of Journalism, again gathered 150 photographers, juried from 2900 entries, and 75 of the most influential editors, curators, gallerists and book publishers for two days of private photo critiques on April 29 and 30, 2017. »

La nouvelle photographie algérienne s’expose à Alger, par Zahra Chenaoui, Le Monde Afrique, le 30/05/17 ;

« L’exposition « Iqbal » présente les clichés de vingt jeunes photographes au Musée d’art moderne d’Alger. L’occasion pour les Algériens de poser un regard sur eux-mêmes. »

GRAND FORMAT. « L’histoire du peuple noir », réinventée par un photographe, par L’Obs, le 27/05/17 ;

«  »Une narration réinventée de l’histoire du peuple noir » : c’est ainsi qu’Omar Victor Diop définit sa série « Liberty ». Mêlant autoportraits et mise en scène, l’artiste sénégalais revisite, sans lamentation, des épisodes marquants de la protestation noire. Ce travail sera exposé au Festival de La Gacilly, en Bretagne (Morbihan), du 3 juin au 30 septembre prochains. »

How 6 Pro Photographers Are Using Instagram Stories, par Olivier Laurent, Time, le 25/05/17 ;

« With 200 million users, Instagram’s Snapchat clone, Instagram Stories, has already surpassed its competition. The ephemeral platform, launched last August, lets users post photos and videos that vanish after 24 hours. They can be adorned with text, stickers and drawings to create a narrative story. »

Exposition photographique de Sihem Salhi : « La lumière que nous cherchons est dans nos cœurs », El Moudjahid, le 21/05/17 ;

« Native de Constantine, Sihem Salhi expose avec dix-neuf autres photographes jusqu’au 13 juillet au musée national d’art moderne et d’art contemporain à Alger (MAMA) dans le cadre de l’exposition photographique (Iqbal / Arrivées). »

9 Contemporary African Photographers You Need to Know Now, par Antwaun Sargent, Creators (Vice), le 9/05/17 ;

Looking at New Generations of African Photographers, par Finbarr O’Reilly, Lens Blog, The New York Times, le 8/05/17 ;

EXPOSITIONS

In Jus’this”. A solo exhibition by the 2016 Tierney Fellow Celimpilo Mazibuko, par le Market Photo Workshop, le 24/05/17 ;

« In Jus’this is a photography documentary project by Celimpilo Mazibuko that confronts historic land injustice by examining human settlement in South African townships, particularly in relation to post-1994 urban planning and township development that came in to being as part of the Reconstruction and Development Programme (RDP). Mazibuko’s focus is on documenting ‘’development’’ in his community, Palm Ridge, Katlehong, through personal experiences of human settlement and spatial constraints, questioning the reach of this housing policy in the daily lives of residents 23 years later. »

Réunis dans l’indifférence – regards croisés au Soudan du Sud, Tout un monde (émission radio), par Marie-Hélène Fraïssé, France Culture, le 13/05/17 ;

Entretien de 30 minutes avec le photographe Claude Iverné.

Claude Iverné, le renard soudanais, par Jonas Cuénin, L’Oeil de la Photographie, le 10/05/17 ;

« La Fondation Henri Cartier-Bresson, à Paris, expose le travail du lauréat de son prix décerné en 2015. L’œuvre sur vingt ans d’un itinérant des sables. »

Samuel Nja Kwa : « L’histoire de l’esclavage, c’est une histoire du monde », par Antoinette Delafin, Rfi, le 10/05/17 ;

« (au Musée de l’Homme) Dix photographes français, africains, brésiliens exposent leurs œuvres jusqu’au 10 juillet 2017. Un « regard artistique et contemporain sur un sujet longtemps occulté », explique son commissaire, Samuel Nja Kwa. »

(en passant) Impressions Mémorielles – Exposition photographique au Musée de l’Homme, levée de fonds de l’Association Duta : « L’argent collecté servira à financer le catalogue et l’itinérance de l’exposition. »

57e BIENNALE DE VENISE

Despite Obstacles, African Countries Shine at the Venice Biennale, par Tess Thackara, Artsy, le 24/05/17 ;

« A breakdown of the racial demographics of the 2017 Venice Biennale by Artsy’s editorial team revealed that “more than half of the participating artists are white” and that a “mere five artists are black”, with only a single black woman artist included by Macel to represent her vision in Viva Arte Viva!: Senga Nengudi, an American.

« Pour cette 57e édition, le Nigeria, la Tunisie, l’Afrique du Sud et l’Egypte s’emparent des douloureuses questions contemporaines : migration, esclavage, racisme et misogynie. »

SUITE DU PRINTEMPS AFRICAIN À PARIS

Simon Njami, un commissaire d’exposition qui se joue des clichés coloniaux, par Yann Plougastel, Le Monde, le 24/05/17 ;

Le Camerounais, concepteur d’« Afriques Capitales », démonte la persistance du regard paternaliste porté par l’Occident sur l’Afrique et ses artistes contemporains.

Article tiré du hors-série du Monde, Art, le printemps africain.

«Art/Afrique», retour en arrière ou bond en avant ?, par Siegfried Forster, Rfi, le 11/05/17 ;

« L’art contemporain d’Afrique ? C’est un espace-temps symbolique, réel ou fantasmé. C’est précisément là aussi où se négocient le présent, le passé et le futur de notre monde à tous. La nouvelle exposition de la Fondation Louis Vuitton est un feu d’artifice de chefs-d’œuvre venus d’Afrique et s’est donné un titre prometteur : « Art/Afrique, le nouvel atelier ». Mais le concept derrière la mise en scène éblouissante ressemble plus à un retour en arrière. »

The South Africans in Paris make most of ‘Being There’, par Sean O’ Toole, Mail & Guardian, le 10/05/17 ;

« The South African exhibition at the Louis Vuitton Foundation is titled Being There. A team of in-house curators led by Suzanne Pagé, the foundation’s artistic director, organised the exhibition. “Our choice here is based primarily on the action of the artists themselves, on their engagement with the current economic and social situation, their awareness and conviction that they can act and play a role,” explains Pagé in the show’s accompanying catalogue.

She is not voicing anything out of the ordinary. South African art, especially when it is made to travel across borders, has long been treated as illustrative of our social life. It is why South African photography is so popular abroad. »

Mode, arts, cuisine… Paris s’enflamme pour l’Afrique, par Stéphanie O’Brien, Le Figaro Madame, le 11/05/17 ;

ARCHIVES

100.000 images historiques de photographes maliens archivées, par Kassim Traoré, VOA Afrique, le 16/05/17 ;

Préservation des œuvres de cinq photographes maliens : L’université d’Etat du Michigan à la rescousse des précurseurs de la photographie malienne, par Moussa Samba Diallo, source : Le Républicain, dans  Niarela, non daté ;

Archive of Malian Photography : un site web pour la préservation du patrimoine photographique malien, par Baptiste Madinier, Jeune Afrique, le 18/05/17 ;

« Inauguré le 11 mai, le site, d’abord destiné à la recherche et l’éducation, a pour ambition de réunir près de 100 000 clichés. Les membres de l’équipe ont d’abord sélectionné les photographes en fonction de la période  choisie (début des années 1950 – années 1990), de leur renommée mais aussi de l’accessibilité des négatifs. En effet des archives comme celles des photographes Mountaga Dembélé, Baru Koné, Youssouf Traoré, ou encore Samba Bâ sont supposées en grande partie ou totalement disparues explique le site. »

Archives de la photographie malienne : L’Ambassade des Etats-Unis soutient la culture malienne, par Adama Diabaté, Mali 7, le 12/05/17 ;

Les archives photographiques de la présidence en état de détérioration très avancé, Source : Seneweb.com, le 11/05/17 ;

Ibrahima Diallo, photographe de la présidence à la retraite : « La restauration des clichés permettra aux générations futures de savoir comment travaillaient les chefs de l’État, comment le pouvoir était exercé. Elle pourra profiter aussi aux chercheurs, à la presse… Avec plus de 14 millions de clichés à traiter, le projet va prendre plus de 10 ans. Nous devons même l’étendre aux autres institutions et aux confréries, qui ont des archives photographiques qui ont valeur de patrimoine national. » (…)
La partie la plus touchée de la mémoire de la Présidence, c’est celle qui retrace les activités présidentielles sous Léopold Senghor et Abdou Diouf. On n’était pas encore à l’ère du numérique, comme sous Wade et Macky. « Des registres ont disparu ou se sont détériorés, alerte le photographe à la retraite. Ce qui reste doit être sauvé. Les clichés doivent être dépoussiérés, numérisés, corrigés, encodés, légendés et classés. Le temps presse. »

The Archive of Malian Photography, par Liz Timbs, Africa is a country, 4/05/17 ;

« “Every unit of meaning, and not just every image, is a public crossroads of histories of interpretation.” This reflection comes from Paul Landau’s introduction to Images and Empire: Visuality in Colonial and Postcolonial Africa (2002), but also applies to the images and the overall mission of the Archive of Malian Photography. By digitizing more than 100,000 images by Malian photographers, project director Candace Keller, a professor of African art history and visual culture at Michigan State University, hopes that the collection will “shape the way photographic history and cultural practice in West Africa are taught and studied since the concepts displayed go beyond what we’re used to seeing….” In pursuing these goals, the archive not only preserves an important element of Mali’s artistic past, but also shifts the interpretations possible at this particular historical crossroad. »

MARCHÉ DE L’ART

L’Afrique dans le monde de l’art occidental : post ou néo-colonialisme ?, par Ingrid Luquet-Gad, I-D, le 18/05/17 ;

« Bien que « curieuse et enthousiaste » du coup de projecteur braqué sur l’art africain, Eva Barois de Caevel, curatrice auprès de la RAW Material Company à Dakar, estime néanmoins qu’il s’agit surtout du « printemps de l’expert d’art africain, du marchand d’art africain, du collectionneur d’art africain », comme elle l’expose en détail dans un article à paraître dans la nouvelle revue « Something we African got ».

Pour elle, exposer la collection de Jean Pigozzi pose le problème de la « perpétuation de la toute-puissance de la seule expertise occidentale » et d’un certain « fantasme de découvreur » du collectionneur Occidental achetant ses oeuvres à distance, sans avoir lui-même posé le pied sur le sol du continent africain. S’y perpétuerait alors l’histoire binaire et hiérarchisée de l’ère coloniale, distinguant entre l’art « élitiste » et « populaire », « primitif » et « moderne », « artistique » et « artisanal ». »

« Toutefois, pour la responsable de la maison de vente aux enchères, « il reste encore beaucoup de chemin à parcourir puisque aujourd’hui, ce marché ne représente que 0,01% du marché international de l’art ». Avant la vente, Sotheby’s avait exposé les oeuvres à Paris, New York, mais aussi Johannesburg, Le Cap et Lagos. Car les acheteurs viennent de plus en plus souvent du Nigeria et d’Afrique du Sud. »

PUBLICATIONS

Beyond the Decisive Moment: ‘The Truth Isn’t Told in a Single Photograph’, par  Stephen Mayes, Time, le 15/05/17 ;

« Our perspective has been so distorted by decades of strictly formatted media reporting on Africa that sometimes we can no longer see what we’re looking at. The use of stereotype to tell the story of many by telling the story of a single symbolic figure has bred a blindness to the individual, and the legacy of this media trope is a confused tangle of conflicting perceptions. Individuals are obscured as they are seen to represent the lives of others, and significant social issues can be overlooked because the expected symbols of stress and distress may not be immediately obvious in the routine activities of an individual who’s been stripped of symbolic cues. »

Girma Berta: Moving Shadows, Publisher: Addis Fine Art, 2017.

« Girma Berta is an award winning young artist based in Addis Ababa, Ethiopia. Born in 1990, Berta’s work fuses street photography with fine art. This pulication showcases Berta’s Moving Shadows series I & II, where solitary figures are juxtaposed against vibrant backgrounds, creating truly unique artworks which exemplify the contrasting colours and personalities on the streets of his home town. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *