Images of Current Affairs. Press Photography and Archives in Africa

Entretien avec Rosario Mazuela / African Photography Initiatives, co-commissaire.

L’exposition Images of Current Affairs. Press Photography and Archives in Africa a pour point de départ le projet de sauvegarde mené par African Photography Initiatives entre 2013 et 2015 aux « Buea Press Photo Archives » (Archives de photos de presse de Buea), au Cameroun.

Panneaux translucides « illustrés » © APhI

Quelle approche curatoriale avez-vous adopté dans cette nouvelle exposition ?

Images of Current Affairs. Press Photography and Archives in Africa (Images de l’actualité. Photographie de presse et archives en Afrique) n’est pas une exposition de photos au sens classique du terme, elle présente des photos de presse dans le contexte de leur production, utilisation et circulation et, surtout, dans le contexte de leur archivage.

Une amie qui l’a visitée me disait : « il y a des photos partout, sur les posters, dans les vitrines, dans des sarcophages (en référence à l’installation « Mort et résurrection » – voir plus loin), sur des panneaux translucides, des diaporamas et puis il y a des films, des installations, des livres et des journaux, des grandes bâches …. ». C’est vrai, il y a tout cela, car cette exposition veut célébrer non pas l’image en tant qu’œuvre unique attribuée à un/une photographe, mais la série, la répétition des mêmes thèmes qui distinguent la photo de presse.

En un mot, nous avons voulu montrer le lien étroit qui existait entre les photographies et les archives. Les archives sont au centre de notre propos, en tant que lieu où les photos sont classées, conservées et tenues en ordre pour une utilisation future. Si nous – individus, institutions, états – perdons ces archives, pour quelque raison que ce soit, nous perdons beaucoup plus que quelques vieilles photos et négatifs poussiéreux, nous perdons notre patrimoine visuel. Là est le principal message de l’exposition. Évidemment, c’est aussi le credo d’African Photography Initiatives.

Y a-t-il une raison à cette variété de supports ?

Nous avons pensé cette variété en fonction de la salle d’exposition qui n’a pratiquement pas de murs, mais de grandes vitres qui donnent sur l’extérieur et des portes vitrées sur l’intérieur. Ces contraintes nous ont poussé à expérimenter différents formats, matériaux et supports. Finalement, nous sommes ravis d’avoir fait cet exercice.

Panneaux translucides. Intérieur et extérieur des archives de photos de presse à Buea © APhI

Avec quelles archives et sur quel matériau avez-vous travaillé ?

Nous sommes partis d’un cas concret, celui du centre d’archives de la photographie de presse à Buea, au Cameroun, que nous connaissons bien, pour y avoir beaucoup travaillé. Nous avons inclus d’autres archives dans l’exposition pour élargir la thématique à la fois chronologiquement et géographiquement. Ainsi, l’exposition présente des photos de presse sud-africaines (qui proviennent de l’Independent Newspapers Archive au Cap et du collectif Afrapix) et ougandaises.

L‘Independent Newspapers Archive est une collection de plus de 850 000 photographies de presse issues de deux journaux, The Cape Times et The Cape Argus, qui couvrent l’histoire sociale et politique du Cap et de sa région de 1870 à 2000. Nous avons choisi une quinzaine de photos.

Le collectif Afrapix a existé pendant une dizaine d’années, porté par des photographes tels que Paul Weinberg,  Santu Mofokeng et bien d’autres encore qui ont documenté les atrocités et les injustices de l’apartheid dans les années 1980. Là aussi, nous avons choisi une quinzaine de photos pour l’exposition.

Enfin, nous avons collaboré avec l’Uganda Press Photo Award (UPPA), une plate-forme pour les photographes ougandais. Cette structure nous a fourni un certain nombre de photos de presse historiques. L’ensemble de ce matériel donne un aperçu encore très incomplet, certes, de l’histoire de la photo de presse sur le continent et de son dynamisme actuel.

Planches de contact © APhI

Photos de presse sud-africaines (Independent Newspapers Archive au Cap et collectif Afrapix) et ougandaises © APhI

Comment l’exposition est-elle structurée ?

Notre but est de montrer comment les changements techniques et politiques ont affecté la photographie de presse et ses archives en Afrique au cours des cinquante dernières années qui ont vu la fin de la colonisation, la création de nations indépendantes, la quête et la consolidation des identités nationales, l’avènement du multipartisme, le développement de la presse nationale et internationale, la photographie en couleurs, Internet. Afin de saisir ces changements, nous nous sommes demandés pourquoi ces photos avaient été prises, par qui, qui étaient leurs utilisateurs ou encore où les photos avaient été reproduites.

Une partie de l’exposition est dédiée au fonctionnement des archives et à leurs outils : les registres qui documentent la classification des matériaux, les étapes du processus de commande et livraison des photos, et plus généralement tout ce qui touche à la production, la classification, l’utilisation et circulation des photographies de presse au sein et en dehors des archives. Ici, un clin d’oeil est fait à la chambre noire qui était centrale dans les services photo. Enfin, nous proposons un parcours guidé à la recherche d’une ou plusieurs photographies à travers différentes vitrines, de même qu’au moyen de dossiers imprimés qui décortiquent ce processus, étape par étape : les registres, les planches-contacts, les négatifs et les tirages. Et comme nous sommes à l’ère de l’Internet, nous invitons également les visiteurs à faire cette recherche sur un ordinateur par mots-clés dans une base de données.

La deuxième partie de l’exposition est dédiée aux archives « en résidence » dont j’ai déjà parlé : trois vitrines qui présentent des photos de presse d’Afrique du Sud et d’Ouganda. Dans cette partie, nous montrons aussi, sur un écran, les lauréats des cinq dernières années du concours Uganda Press Photo Award. La troisième et dernière partie de l’exposition est une installation qui porte le titre « Mort et résurrection ».

« Mort et résurrection » ?

Oui, dans trois grandes vitrines nous avons disposé des boites « cercueils » qui renferment des épreuves photographiques des années 1960 et 1970. C’est notre façon à nous de dramatiser et aussi un peu de pleurer la disparition de la photographie argentique. Car, au fond, c’est une question très importante : avec le numérique, la photographie comme médium et pratique n’est plus la même chose.

« Mort et résurrection », installation © APhI

Quid donc de la résurrection » ?

Le contexte dans lequel nous travaillons pose une question essentielle : « pourquoi préserver des photos historiques, pourquoi les numériser, pourquoi lutter pour l’accès aux archives, en bref, pourquoi tout cet investissement en temps et argent ? » Si plusieurs réponses sont envisageables, toutes sont directement liées à l’utilisation du matériel. En fait, toute l’activité d’African Photography Initiatives – organiser des expositions, conférences et séminaires ou y participer, publier et même cet entretien – sert un but : montrer ce que l’on peut faire avec des photographies historiques et, à travers tout cela, sensibiliser le public et les responsables politiques au sujet de ce patrimoine.

La résurrection des photos est donc liée à leur utilisation : en d’autres termes, elles ressuscitent parce qu’elles sont utilisées. Ainsi, dans cette partie de l’exposition, nous montrons une sélection d’œuvres provenant de notre projet « Reinterpreting Historical Photographs ». Vingt-sept artistes originaires de dix-sept pays ont répondu à notre appel afin d’utiliser des photos issues des archives à Buea dans une approche à la fois critique et artistique de ce matériel. Un livre « Multiples gazes of a country’s photographed past », résultat de ce projet, est en cours d’impression. Nous avons par ailleurs collaboré avec un lycée à Yaoundé où, dans une classe d’arts plastiques, des élèves de treize et quatorze ans ont aussi travaillé à partir de ces photos. À Bâle, nous montrons quelques résultats de cet atelier, qui sont en même temps exposés à l’Institut français à Yaoundé. Ce fut un grand succès et un exemple convaincant quant à l’utilisation du matériau d’archives.

« Multiples Gazes of a Country’s Photographed Past » qui fait partie du projet « Reinterpreting Historical Photographs » © APhI

L’exposition propose également des films…

Oui, sur un écran de télé, on peut, confortablement installés, visionner neuf court-métrages noir et blanc et couleur des années 1960 et 1970 que nous avons trouvés dans les Archives à Buea. Le Service de l’Information de l’État camerounais comprenait non seulement une section photographique, mais aussi une section cinématographique. Outre la production de films, cette section s’occupait de leur diffusion dans la région. Cela se faisait à travers des cinémas mobiles qui projetaient des films de production locale et étrangère dans les villes de la partie anglophone du pays. Les séances comportaient toujours un mélange de films éducatifs, d’information et de divertissement, comme par exemple Charlie Chaplin. Dans l’exposition, ces films sont accompagnés d’extraits musicaux provenant des Archives de la Musique Camerounaise (Arc Musica), une association fondée par Joachim Oelsner, un Allemand qui depuis dix-sept ans travaille sur l’archivage de la musique camerounaise et, en particulier, de la musique produite dans les studios de Radio-Cameroun à partir des années 1950. C’est un travail qui mérite d’être mentionné car, tout comme les archives visuelles, les archives sonores se trouvent au Cameroun dans une situation critique par rapport à leur préservation et accès.

Enfin, sur un autre écran, nous présentons six documentaires : des films produits par des stations de télévision camerounaises sur les archives nationales à Buea, notre projet de numérisation de ces archives de presse et un film dans la série « Beacons of time » de la télévision nationale sur le premier photographe de la section photographique à Buea, Emmanuel Mbwaye. On peut voir également deux courtes entrevues avec Mbwaye et avec le photographe de presse ougandais Elly Rwakoma.

Court-métrages des années 1960 et 1970 des Archives de Buea accompagnés de la bande sonore fournie par Arc Musica, Cameroun, provenant des stations de Radio-Cameroun de la même période

Quels sont vos projets à venir ?

Cette exposition continue jusqu’à fin août et, pendant le temps qui reste, nous envisageons différents événements pour capter l’attention du grand public comme des visites guidées. Par ailleurs, la septième conférence européenne des études africaines (ECAS 2017 – European Conference on African Studies) aura lieu fin juin à Bâle, où nous sommes basés. Cette conférence réunira un très grand nombre d’africanistes venus du monde entier et, évidemment, nous espérons que certain(e)s d’entre eux pourront visiter l’exposition qui a été incluse dans la programmation culturelle de la conférence. De plus, nous prévoyons de montrer l’exposition à Photobastei à Zurich. D’autres projets sont en cours, mais il est encore trop tôt pour en parler. Vous voyez, nous avons toujours quelque chose sur le feu. On ne s’arrête jamais !

Images of Current Affairs. Press Photography and Archives in Africa

University Library, Basel, Switzerland

28 Apr 2017 – 26 Aug 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *