Collections privées #1 – Entretien avec Brice Périn

En cette rentrée 2017, Fotota inaugure une nouvelle rubrique dédiée aux collectionneurs de photographies privées en lien avec l’Afrique et son histoire, qui ont à coeur de partager leurs « trouvailles ». Cette série démarre avec Brice Périn, jeune collectionneur qui s’intéresse notamment aux instantanés (snapshots, en anglais) anonymes des Première et Seconde Guerres mondiales (1). Brice Périn a récemment rejoint le collectif des « Snapshoters de Vanves », un groupe de passionnés réuni autour de Jacques Barbier (2), ancien galeriste parisien. Ces derniers ont initié début 2017 une collection de livrets photo, dont Prisonniers de guerre (3) qui veut rendre hommage aux 100 000 tirailleurs faits prisonniers suite à la défaite française en 1940 (4).

Couverture de « Prisonniers de guerre » – Droits réservés

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à ces instantanés de la Seconde Guerre mondiale ? D’où proviennent-ils ?

Collectionneur de photos depuis tout jeune, je me suis intéressé à la Seconde Guerre mondiale pour des raisons familiales. Le grand-père maternel de ma mère a été fusillé par les Allemands dans la Meuse, le 29 août 1944, lors du massacre de la vallée de la Saulx. Cette mémoire familiale qui se transmet de génération en génération a nourri en moi la volonté de découvrir des photographies de l’occupation allemande en France, pour me rapprocher d’une réalité que mes grands-parents avaient vécue. Dès lors, c’est en me rendant en Allemagne, il y a une dizaine d’années, que j’ai pu constater que de nombreux snapshots pris par des soldats allemands témoignaient de leur arrivée en France en 1940. En effet, dans les albums de familles de ces soldats, se trouvent de nombreuses photos de l’occupant dans nos villes et villages, ainsi qu’un bon nombre de clichés de militaires français venant d’être faits prisonniers. Par la suite, j’ai choisi de cibler ma collection sur l’occupation en Meuse, mon département, et également sur les clichés amateurs les plus marquants. Quand je suis tombé sur certains portraits de prisonniers coloniaux, l’évidence de leur rendre hommage en collectant ces photos s’est imposée d’elle-même.

Extrait de « Prisonniers de guerre » – collection Brice Périn – Droits réservés

Ces photos de tirailleurs de l’armée coloniale française faits prisonniers en 1940 sont-elles récurrentes dans les albums de famille que vous avez retrouvés ?

Dans ces albums, j’ai pu constater que les prisonniers coloniaux étaient particulièrement représentés. Cela s’explique d’une part par le fait que l’Allemagne possédait peu d’unités coloniales et d’autre part par la peur qu’inspiraient les soldats noirs, générée notamment par les récits des poilus allemands de la Première Guerre mondiale, évoquant la force et la vaillance de ces soldats venus du continent africain. Bien que ce type de photos soit assez présent dans ces albums, l’œil de chaque soldat allemand est différent et chaque cliché nous apporte un regard particulier sur la captivité de ces soldats africains.

Pouvez-vous dire quelques mots sur la/les manière-s dont ces photos de prisonniers sont agencées dans ces albums ?

Le plus souvent, le militaire allemand a agencé ses photos chronologiquement, en inscrivant à côté de chacune d’entre elles une légende situant la scène. Ces photos sont aussi pour lui des souvenirs mémorables de la victoire allemande sur la France. Dans la plupart des conflits militaires, les prises de guerre participent de la propagande renvoyée au peuple occupé. Ici, la présence de photos de prisonniers noirs dans ces albums de soldats allemands témoigne non seulement de prises de guerre, mais surtout de l’idéologie raciale nazie qui prévalait alors (cf. les lois de Nuremberg de 1935 qui s’appliquaient aux Juifs, mais également aux Noirs et aux Tsiganes).

Extrait de « Prisonniers de guerre » – collection Brice Périn – Droits réservés

Comment avez-vous opéré votre sélection pour ce livret ?

J’ai choisi des photos qui n’ont pas besoin de légende. Autrement dit, des photos qui parlent par une émotion, un regard, une attitude, qui nous plongent directement après les combats. De plus, j’ai décidé de sélectionner les photographies qui mettent le plus en valeur ces soldats. En effet, certains soldats allemands n’hésitaient pas à montrer dans leurs photos la domination sur leurs prisonniers. L’objectif de ce livret est avant tout de rendre hommage à ces soldats pour leur courage et leur dignité et non de dénoncer l’attitude de l’occupant.

Quelles sont vos attentes par rapport à ce projet ?

Le premier objectif de cette publication est de faire connaître l’histoire de ces troupes coloniales lors de la Seconde Guerre mondiale. Trop souvent mis de côté, ces soldats méritent, comme tous les autres, un hommage et un respect éternel pour leur engagement, souvent forcé en contexte colonial. En outre, j’ai décidé de présenter une partie de ma collection, afin de motiver un ou plusieurs historiens français ou étrangers à se pencher sur ces documents photographiques privés. J’ai également pour souhait d’exposer ces photos dans des institutions nationales ou internationales. Selon moi, ce sujet n’est pas seulement français, il touche tous les pays africains ayant eu des hommes engagés militairement pour la France.

Extrait de « Prisonniers de guerre » – collection Brice Périn – Droits réservés

Enfin, ce projet est un livre de mémoire pour les descendants de ces combattants. Il est important pour moi de permettre à la jeunesse française d’origine africaine ainsi qu’à la jeunesse des pays africains concernés, d’avoir un regard sur la Seconde Guerre mondiale et de ne pas oublier la place de ces combattants dans ce conflit mondial.

Notes :

(1) Brice Périn expose actuellement à Gondrecourt-le-Château (dans la Meuse) des photos de sa collection, qui retracent l’arrivée des Américains en France en 1917. Une bonne partie de ces photos a été acquise aux États-Unis. Dans cette collection, une dizaine de clichés représente des soldats afro-américains en France entre 1917 et 1919. Un livret sur le sujet est en préparation.

(2) Jacques Barbier est aussi l’initiateur depuis l’été 2016 d’un petit festival dans le Gers (France) consacré à la photographie de famille et à ses collectionneurs : Lussan Mille Photos.

(3) « Prisonniers de guerre », Collection : Brice Périn, Éditions des Snapshoters de Vanves, n˚9, mars 2017, non paginé. Les éditions des Snapshoters de Vanves (du nom du célèbre marché aux puces parisien, lieu incontournable des collectionneurs de photos) ont pour but de publier régulièrement un fanzine consacré aux instantanés (snapshots) retrouvés dans des albums photo. Chaque livret / fanzine, tiré en quelques centaines d’exemplaires (300 pour « Prisonniers de guerre »), présente en 40 pages un thème privilégié par un collectionneur membre de ce collectif.

(4) Lire Johann Chapoutot, Jean Vigreux, (dir.), Des soldats noirs face au Reich. Les massacres racistes de 1940, Paris, Presses universitaires de France, 2015, 176 p. Sur 90 000 à 100 000 soldats coloniaux faits prisonniers en 1940, les historiens estiment que 1500 à 3000 d’entre eux furent massacrés.


2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 19/09/2017

    […] Collections privées #1 – Entretien avec Brice Périn FOTOTA – Perspectives africaines en photographie, 29 août 2017 > http://fotota.hypotheses.org/4274 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *