Revue de presse #54 – Octobre 2017

Des parutions importantes (J.A. Green, les 10 ans d’Afrique in visu), de même que des expositions attendues au menu de cette revue de presse d’octobre 2017. La photographie malienne est à l’honneur (Malick Sidibé, Archive of Malian Photography), mais aussi celle qui restitue la vision panafricaine des années 1950-60, avec la première rétrospective consacrée à l’oeuvre du photojournaliste Priya Ramrakha, proposée par Erin Haney et Shravan Vidyarthi, en partenariat avec le Visual Identities in Art and Design Research Centre (VIAD), qui vient tout juste de refermer ses portes et sur laquelle nous reviendrons dans un prochain billet. Bonne lecture.

Soldiers in training, Enugu, Biafra/Nigeria, ca. 1967. © Priya Ramrakha/Courtesy of the Priya Ramrakha Foundation

DISPARITION

Nous ouvrons cette revue par un hommage au photographe et réalisateur sud-africain Peter McKenzie disparu le 13 octobre dernier à l’âge de 62 ans. De nombreux témoignages sur les réseaux sociaux et dans les médias sud-africains soulignent sa contribution essentielle au dynamisme de la scène photographique sud-africaine.

One last, exhilarating swim with true rebel Peter McKenzie, par Paddy Harper, Mail&Guardian, le 27/10/17;

Making photos, forging connections, par Niren Tolsi, Mail&Guardian, le 20/10/17;

« Photographer and filmmaker Peter McKenzie died on October 13. He will no longer “make pictures”. That distinction between “taking” and “making” photographs was important to McKenzie — as a photographer, an intellectual, an activist and an aesthete. »

Hamba Kahle Peter McKenzie, par Niren Tolsi, The Con Magazine, le 20/10/17;

PUBLICATIONS

Ineffable Magazine N°2, بالفن و الى الشعب Algerian Art & Culture Magazine, publié le 30/10/17;

Avec un focus sur les femmes photographes algériennes.

African Photographer J. A. Green. Reimagining the Indigenous and the Colonial, sous la direction de Martha G. Anderson et Lisa Aronson, avec des essais de Ebiegberi Joe Alagoa, Tam Fiofori et Christraud M. Geary, Indiana University Press, African Expressive Cultures, le 16/10/17;

Le métier de photographe en Afrique : 10 ans Afrique in visu, sous la direction de Jeanne Mercier et Baptiste de Ville d’Avray, Éds Clémentine de la Féronnière, le 10/10/17;

« Pour fêter les 10 ans d’Afrique in Visu, les entretiens et critiques les plus mythiques du site Internet sont ici republiés, complétés et classés dans trois thématiques introduites par des essais rédigés par des personnalités du monde de la photographie. »

Un beau livre avec, en prime, un essai d’une des co-auteures de ce blog !

PHOTOGRAPHIE HISTORIQUE

Rare photos of life inside an ancient kingdom capture Nigeria’s transition to independence, par Lily Kuo, Quartz Africa, le 18/10/17;

« For more than half a century, Chief Solomon Osagie Alonge, a self-taught photographer from Benin City, documented a country and society in flux. Starting in the 1930s as the official photographer for the Royal Court of Benin, the ancient kingdom of what is known today as southern Nigeria, he snapped photos of the royal wives, visiting dignitaries and celebrities, annual festivals, and court ceremonies. »

En parallèle à l’exposition sur Malick Sidibé qui vient d’ouvrir à la Fondation Cartier (Paris), le blog de la Fondation Zinsou (Cotonou) a publié toute une série de billets consacrés au photographe malien disparu en avril 2017 et à qui une grande rétrospective était consacrée à Cotonou en 2008 :

Archives du présent, par

Archives du présent, Malick Sidibé. Entretiens, Fondation Zinsou, octobre 2017;

– Entretien avec Malick Sidibé dans son studio à Bamako le dimanche 25
novembre 2007, par Marie-Cécile Zinsou
– Entretien avec Malick Sidibé à la Fondation Zinsou à Cotonou lors de
l’exposition «Malick Sidibé 08» en 2008, par Ana Tognola

EXPOSITIONS

Le « Mali Twist » de Malick Sidibé, par Axelle Simon, À l’affiche, émission de France 24, en ligne, le 27/10/17;

Impossible de manquer cet événement ultra-médiatisé à Paris. En passant, un clin d’oeil dans ce reportage est fait à la photographe Fatoumata Diabaté qui intervient dans le cadre des Soirées nomades de la Fondation Cartier du 2 au 5 novembre avec son festif Studio de la rue.

Et pour compléter cette célébration de la photographie malienne, à voir à Michigan State University jusqu’à fin octobre 2018, une exposition d’un autre style, plus en phase avec la vision de notre blog. Nous avons d’ores et déjà prévu la parution prochaine d’un billet dédié à cette initiative :

STUDIO/ ATELIER/ FOTOTALAYƆRƆLA. Five Photographers from Mali, October 25, 2017 – October 2018, MSU Museum;

« The West African country of Mali has long been home to a creative community of photographers, many based in urban studios. This exhibition explores five exemplary practitioners of the art of photography –Mamadou Cissé, Adama Kouyaté, Abdourahmane Sakaly, Malick Sidibé, and Tijani Sitou—spanning the period from the 1940s to the 1990s. Their works document the region’s transition from colonial French West Africa to the independent nation state of Mali, and feature portraits, landscapes and cityscapes. The exhibition is anchored in the collaborative Malian-US partnership The Archive of Malian Photography, and is curated by Dr. Candace Keller, Associate Professor in the MSU Department of Art, Art History and Design.« 

L’esclavage moderne par Moussa Kalapo, par Hadejah S. Maïga, Journal du Mali, le 20/10/17;

Une exposition du photographe Moussa Kalapo, entre autres collaborateur du projet « Archive de la Photographie Malienne » (cité précédemment), organisée à l’Institut français de Bamako en parallèle à la tenue d’un colloque international sur Droit et esclavage en Afrique de l’Ouest : quand art et science font bon ménage !

Interview with Filip De Boeck, Harbourfront Centre, Toronto, le 17/10/17;

« For their exhibition Urban Now: City Life in Congo, Sammy Baloji and Filip de Boeck offer an artistic and ethnographic investigation of what living – and living together—might mean in Congo’s urban worlds. The exhibition focuses on the « urban now, » a moment suspended between the broken dreams of a colonial past and the promises of a neoliberal future. »

#ToDo – Pan-African Perspective 1950-1968, émission joburgtoday, vidéo en ligne, le 13/10/17;

« Shravan Vidyarthi and Erin Haney premieres Priya Ramraka work at the FADA Gallery, UJ on 5 October to 1 November 2017, which they hope to bring Priya Ramraka work to a bigger audience. »

Priya Ramrakha’s Pan-African Perspective, par PDN Photo of the Day, le 4/10/17;

« Priya Ramrakha was a Kenyan photojournalist who worked in Africa and the U.S. during the 1950s and ’60s, covering the struggle for racial equality and political independence in Kenya and elsewhere. Ramrakha died in 1968, killed by crossfire while covering the Biafran War in Nigeria, but his archives were recently rediscovered in Nairobi. A new show, “Priya Ramrakha: A Pan-African Perspective, 1950-1968,” on view at FADA Gallery at the University of Johannesburg from October 5 to November 1, aims to examine Ramrakha’s role covering anti-colonialist movements and producing images that countered the propaganda that often appeared in the press. Curated by Shravan Vidyarthi and Erin Haney, the show was made possible by the University’s Visual Identities in Art and Design Research Centre. »

Priya Ramrakha: A Pan-African Perspective, 1950-1968, Viad-Online, le 21/09/17;

« Presented in this exhibition is the first comprehensive survey of images by pioneering Kenyan photojournalist Priya Ramrakha. Following the recent recovery of his archive in Nairobi, and the subsequent production of an award-winning documentary by Shravan Vidyarthi (African Lens – The Story of Priya Ramrakha, 2008), the photographs on show track Ramrakha’s global travels in the 1950s and 1960s, and his sensitive chronicling of anti-colonial and post-independence struggles. »

Kiluanji Kia Henda: In the Days of a Dark Safari, Goodman Gallery, Cape Town, 07 Oct 2017 – 28 Oct 2017, C&, non daté;

« Kiluanji Kia Henda is the winner of 2017 Frieze Artist Award and the 2012 National Prize of Art and Culture, awarded by the Ministry of Culture, Luanda. »

Who is African Art ‘Rising’ For? African artists are creating new and positive narratives of the continent. But what risks come with the globalization of ‘African culture’?, par Jonelle Twum, Raddington report, le 28/09/17;

BIENNALES ET FESTIVALS

Bénin : la photographie comme vecteur de paix avec l’Apab, par Gilles Biguezoton, Banouto, le28/10/17;

Cette édition de la Quinzaine dédiée à la photographie est placée sous le thème : « La photographie en temps troublants ».

A look at Addis Foto Fest. Bringing Africa to the world with photography (and vice versa), par M. Scott Brauer, Witness, le 18/10/17;

10 artists to watch out for at the Lagos Biennial, par Oyin Olaniyan, Omenka, le 12/10/17;

Photo : le Maghreb loin des clichés, par Clémentine Mercier, Libération, le 6/10/17;

« Là-bas, la photographie bouge au même titre que la littérature et le cinéma. On voit émerger une nouvelle génération d’artistes connectés, nourris aux regards étrangers comme Martin Parr ou Anders Petersen, avance-t-il. Avant, on voyait surtout de la photographie patrimoniale, illustrative. Aujourd’hui, les photographes documentent ce qu’il se passe et utilisent des métaphores pour parler de l’enfermement. » A ce titre, les femmes choisissent souvent de travailler en intérieur. « Seule Besma Khalfa s’est confrontée aux jeunes chômeurs dans la rue. C’est encore rude pour une femme photographe de travailler dans l’espace public », note Bruno Boudjelal.

MARCHÉ DE L’ART

Episode 16: Contemporary African Art, par Charlotte Burns, In other words, le 5/10/17;

« Joining us in London to discuss contemporary African art are Zoe Whitley, Osei Bonsu (the curator and writer) and Hannah O’Leary (head of Modern and Contemporary African art at Sotheby’s).

In a broad-ranging conversation covering the diversity of contemporary African art as well as the growth in its market, we also discuss the challenges of bringing more recognition to artists who have lived or worked on the Continent or been part of its diaspora. »

LES ANNONCES DU MOIS

Liste des artistes sélectionnés dans le « in », Dak’Art 2018, le 27/10/17;

Kiluanji Kia Henda Receives the 2017 Frieze Artist Award, par, Whitewall, le 4/10/17;

Invisible Borders takes part in COSMOPOLIS #1: COLLECTIVE INTELLIGENCE at the Georges Pompidou Centre in Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *