« Le peuple qui manque » : deux nouveaux projets

Voici deux nouveaux projets initiés par « le peuple qui manque » (« a people is missing ») qui rejoignent nos préoccupations !

« Le peuple qui manque » est une plateforme curatoriale, oeuvrant entre art contemporain, théories critiques et recherche, à l’initiative d’expositions, projets curatoriaux, colloques internationaux, festivals, publications. Le peuple qui manque est également distributeur de films d’artistes.

A Thousand Years of Nonlinear History / Mille ans d’histoire non-linéaire

Centre Pompidou
6 Novembre 2013 – 18 Décembre 2013
Rencontres, projections, performance
mario-garcia-torres-tea

Depuis quelques décennies, les concepts d’Histoire et de temps historique se trouvent profondément remis en cause. Avec la dislocation des grands récits maîtres (masters narratives) et le tournant postmoderne de l’historiographie, l’Histoire ne peut plus être pensée comme un continuum temporel ordonné, régulé et linéaire, le long d’une échelle du progrès. Dans un livre fameux, paru en 1997, A Thousand Years of NonLinear History, le philosophe Manuel DeLanda, proposait d’envisager l’Histoire non plus comme un enchaînement événementiel de causes à effets, mais formée de retournements et de bifurcations. Si la figure de l’artiste en historien s’est immiscée massivement ces dernières années dans les pratiques artistiques, elle a tout d’abord convoqué autant de discussions sur les protocoles de l’enquête historique, le constructivisme du fait historique, les frontières instables entre fiction et histoire, la valeur indicielle de l’archive, la monumentalisation du geste mémoriel. Mais, plus encore, c’est à partir de méthodologies délinéarisant l’écriture de l’Histoire, telles que l’anachronisme, la bifurcation, l’uchronie ou la reconstitution, que les artistes ont exacerbé ce mouvement de déconstruction de la représentation séquentielle du temps historique. Convoquant des concepts issus de ce renouveau historiographique, la manifestation Mille ans d’histoire non-linéaire s’intéresse aux temporalités alternatives proposées par les artistes pour repenser la mise en scène de l’Histoire (histoires potentielles, spéculatives, rétrospectives, projectives, rétrocipatives).

Kapwani Kiwanga / Mario Garcia Torres / The Speculative Archive (Julia Meltzer and David Thorne) / Deimantas Narkevicius / Mariana Castillo Deball / Olivier Debroise / Monica Mayer / Louis Henderson / Christine Meisner / Yael Bartana / Rania Rafei & Raed Rafei / Santu Mofokeng / Mathieu K. Abonnenc / John Akomfrah & Black Audio Film Collective.Rencontres avec : Ingrid LaFleur, Louis Henderson, Françoise Vergès, Monica Mayer, Yael Bartana (sous réserve), Zofia Waslicka, Mathieu K. Abonnenc, Estelle Nabeyrat, Rasha Salti, Christine Meisner, Annabela Tournon.Commissariat : Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós

Numéro double 53-54 de la revue Multitudes
Majeure – Histoires afropolitaines de l’art

Un dossier coordonné par Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff
Editions Inculte
Parution : Novembre 2013
2013_couv_multitudes2

Depuis la fin des années 1980, un mouvement d’internationalisation des échanges culturels a dessiné les contours d’une nouvelle géographie culturelle mondiale. Sous la forme de ce qui a été appelé un nouvel internationalisme (tel que ces débats ont été formulés à la biennale de Venise en 1990), la prise en compte par les grandes institutions muséales occidentales des scènes artistiques extra-occidentales, longtemps négligées, est allée de pair avec une révision de leurs récits historiographiques.
Dans ce contexte, la reconnaissance d’artistes contemporains d’origine africaine est allée croissante sur les scènes globales de l’art (musées, grandes expositions régionales panoramiques, collections privées, fondations, biennales, foires).
Elle a néanmoins souvent été coupée, et en France tout particulièrement, de la réception et la traduction de ressources discursives et pensées théoriques sur l’art, venues d’Afrique.
Ce premier volet d’un chantier de traductions choisit de s’intéresser à l’émergence, dans les années 1990, d’un « nouveau discours africain sur l’art », porté par une génération de commissaires, historiens et théoriciens de l’art, qui aura développé des plateformes discursives à forte valeur critique et choisi, en premier lieu, de réévaluer les modernités artistiques africaines.
Son discours sur l’art s’est ancré dans un refus de l’ « authenticité » et du « nativisme »  et un projet de désessentialisation de l’Afrique. L’Afrique, comme « région géoesthétique » a été repensée, depuis un paradigme de mobilité (des populations et des flux culturels), que le penseur camerounais Achille Mbembé a théorisé, plus récemment, à partir du concept d’« afropolitanisme », envisagé comme une stylistique, une esthétique et une certaine poétique du monde.
Constitué de contributions originales autant que de traductions de quelques textes importants publiés ces vingt dernières années, sont discutés dans ce numéro la fonction de la critique d’art et des discours historiographiques sur l’art en Afrique, les politiques de la représentation, la relecture des modernités africaines et les discussions autour des catégories d’authenticité, de diaspora,  d’afropolitanisme, ou de post black art pour penser l’art moderne et contemporain africain autant que des études monographiques et un entretien dédié au tournant éducationnel des nouvelles initiatives curatoriales en Afrique.

Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff

thumbs_butcher-boys-jane-alexander

Sommaire de la Majeure: Histoires afropolitaines de l’art, N°53 (version papier, en français):

Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff, Historiographies de l’art, depuis l’Afrique (Fragments pour un chantier de traductions des discours africains sur l’art)
John Peffer, Les diasporas des images de l’Afrique
Chika Okeke-Agulu, The Art Society et la construction du modernisme postcolonial au Nigeria
Sandy Prita Meier, Malaise dans l’authenticité : écrire les histoires « africaines » et « moyen-orientales » de l’art moderniste
Malick Ndiaye, L’image théorique ou l’artiste face à l’Histoire
Nana Adusei-Poku, « Enraciné dans, mais pas limité par » – Les Black Artists contemporains et l’évolution des conditions de la représentation
Olu Oguibe, La critique d’art et l’Afrique. Pensées pour un nouveau siècle

N°54 (version numérique):
Pratiques curatoriales et tournant éducationnel. Entretien avec Koyo Kouoh, par Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós
Anitra NettletonModernism, Primitivism and the search for Modernity: A 20th Century quandary for Black South African artists.
Olu Oguibe, Art Criticism and Africa. Thoughts toward a New Century
Sandy Prita Meier, Authenticity and Its Discontents: Making Modernist Art Histories “African”  
Nana Adusei-Poku,  » rooted in, but not restricted by «  – Contemporary Black Artists and the Changing Conditions of Representation

Résumés n°53 (version papier) :

Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff, Historiographies de l’art, depuis l’Afrique (Fragments pour un chantier de traductions des discours africains sur l’art)
Depuis la fin des années 1980, la reconnaissance croissante, sur les scènes « globales » de l’art, d’artistes contemporains d’origine africaine,  longtemps négligés, a largement été coupée – et en France particulièrement-, de la réception de ressources discursives et pensées théoriques sur l’art, venues d’Afrique. Cet article introduit un projet de traductions des pensées historiographiques africaines sur l’art, choisissant de s’intéresser à l’émergence dans les années 1990, d’un « nouveau discours africain » porté par une génération de commissaires, historiens et théoriciens de l’art, qui aura choisi, en premier lieu, de réévaluer les modernités artistiques africaines. Il met en relief la géographie paradoxale de cet « espace discursif africain », où plusieurs spatialités se superposent (celles de discours très mobiles – portés par des revues d’histoire et théorie de l’art, plateformes curatoriales ou éducationnelles nomades, basées dans les métropoles de la diaspora ou implantées sur le continent le temps d’une biennale – et de revues, institutions académiques, centres d’art, musées continentaux plus enracinés).

John Peffer, La diaspora des images de l’Afrique
Que se passerait-il si nous commencions à considérer les objets d’art d’Afrique comme étant eux-mêmes une diaspora, par opposition à la conception traditionnelle des diasporas qui concerne la dispersion des personnes, à travers le globe, avec leurs spécificités culturelles? Cet essai propose de conceptualiser une histoire des objets d’art africains en les pensant comme véhicules, à travers le temps et l’espace, des « diasporas d’images ». John Peffer propose en effet d’examiner la production d’objets visuels en Afrique comme objets en mouvement, qui articulent des histoires et des zones culturelles disparates. En cela, il propose d’envisager un continuum pour des arts catégorisés, ailleurs, soit comme «traditionnels» soit comme «contemporains».

Chika Okeke-Agulu, The Art Society et la construction du modernisme postcolonial au Nigeria
Cet article se concentre sur le travail de l’Art Society, groupe artistique formé au Nigéria (1957-1961), comme première manifestation significative d’un modernisme postcolonial, envisagé comme ensemble d’attitudes formelles et critiques adoptées par les artistes africains et noirs à l’aube de l’Indépendance politique du Nigéria. L’Art Society a souligné l’importance des ressources artistiques locales dans la réalisation d’un travail résolument moderniste, modèle esthétique qu’il a théorisé sous le nom de synthèse naturelle. La logique sous-jacente à la synthèse naturelle était basée sur la notion dialectique de réconciliation entre deux esthétiques opposées (les traditions de l’art africain et de l’art occidental). Quoique typique de l’avant-garde du début du vingtième siècle, la synthèse naturelle n’était ni un appel à une rupture totale avec la tradition coloniale, ni une déclaration de rejet par l’artiste de la modernité occidentalisée en retournant à une culture indigène authentique et imaginaire.

Sandy Prita Meier, Malaise dans l’authenticité: écrire les histoires « africaines » et « moyen-orientales » de l’art moderniste
Sandy Prita Meier examine les chevauchements et les divergences qui ont façonné le modernisme « africain » et « moyen-oriental » au sein de la discipline de l’histoire de l’art. Elle analyse les multiples façons dont les curateurs, critiques et universitaires ont fait un usage de la catégorie de «modernité» au cours des deux dernières décennies. Meier met en évidence le modèle des «modernités multiples » comme position stratégique à la fois pour « exciser l’inquiétude continue à propos de la catégorie d’«authenticité » et dépasser la dichotomie « particularisme et universalisme » à laquelle l’enquête historiographique de l’art est trop étroitement mariée.

Nana Adusei-Poku, « Enraciné dans, mais pas limité par » – Les black artists contemporains et l’évolution des conditions de la représentation
La Blackness a été et est toujours en vogue au début du XXIè siècle, non seulement dans la culture populaire, mais aussi dans les arts, qui reproduisent de façon synchronique des stéréotypes classiques sur le corps Noir. Cet article vise à explorer les difficultés et les subtilités d’un art « post-black », introduit comme concept curatorial en 2001. Le « Post-black » est intrinsèquement lié à l’Expérience Noire, qui n’est pas seulement limitée à des revendications politiques mais offre une perspective élargie des pratiques esthétiques qui n’ont pas été prises en compte dans la vision dominante et étriquée sur l’art des artistes Noirs. Le « Post-black» décrirait donc un autre genre de blackness que celle qui était représentée auparavant, une différente performance de la différence au sein d’une «multiplicité de multiplicités». Nana Adusei propose ainsi d’envisager la création d’une différence différente qui a toujours fait partie de la discussion sur la blackness depuis les origines de la réflexion intellectuelle Noire.

Malick Ndiaye, l’Image théorique ou l’artiste face à l’Histoire.
Ce texte entend démontrer la dimension théorique de l’œuvre d’art en prenant appui sur le Butcher boys de Jane Alexander. L’indétermination formelle que suscite cette œuvre est mis en rapport avec l’ambivalence telle qu’envisagée par Homi Bhabha dans la théorie déconstructionniste. Après avoir montré l’influence du poststructuralisme sur le postcolonialisme, l’auteur s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle la problématique de l’ambivalence et la critique de la temporalité sont les deux points d’ancrage qui placent Butcher boys au centre du discours deconstructionniste postcolonial. C’est ainsi que l’œuvre est analysée par rapport au Temps, à la Mémoire et à l’Histoire et mise en relation avec les évènements historiques déterminants de l’Afrique du Sud. L’auteur dégage ce qu’il nomme une corporéité de la mémoire comme support d’une écriture de l’histoire.

Olu Oguibe, La critique d’art et l’Afrique. Pensées pour un nouveau siècle
« À l’époque, j’avais pris ce que beaucoup considèrent comme une position pure et dure, intransigeante, en faisant valoir que les questions de l’état de la critique d’art en Afrique devaient être laissées aux Africains. Je pensais également que cette entreprise devrait être menée, idéalement, en Afrique. Alors, l’idée même de discuter de la critique d’art et de l’Afrique, à Londres ou à New York, ne me semblait pas particulièrement appropriée. Elle ne me le semble toujours pas. » O.U., 199 Cette conférence prononcée en 1996 par l’artiste, historien de l’art et commissaire nigérian Olu Oguibe, devant la Conférence de l’Association Internationale des Critiques d’Art, à Londres, esquisse un état des lieux prospectif pour la critique d’art africaine.

Résumés  n°54 (clé usb) :

Anitra Nettleton, Modernism, Primitivism and the search for Modernity: A 20th Century quandary for Black South African artists.
Anitra Nettleton explore la relation entre la modernité et le modernisme au cœur de générations successives d’artistes modernes noirs en Afrique du Sud, au milieu du XXe siècle, et dans le contexte plus large d’une société coloniale. Les deux artistes étudiés, Sydney Kumalo et Lucky Sibiya, ont tous deux connu un certain succès commercial en Afrique du Sud et à l’étranger et sont morts relativement jeunes. Ils ont été négligés en tant que contributeurs à l’histoire du modernisme dans l’art sud-africain depuis 1994 et la fin de l’apartheid. L’article argumente que les raisons de cette négligence résident dans les lectures primitivistes de l’art africain face à des artistes noirs  ayant épousé les formes du modernisme.Pratiques curatoriales et tournant éducationnel

Entretien avec Koyo Kouoh
(par Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós)
Ces dernières années, on a pu observer une effervescence des initiatives curatoriales en Afrique, portées par une nouvelle génération de curateurs habitant sur le continent africain.  Ceux-ci en créant des plateforme curatoriales indépendantes ou des lieux d’art mettant en avant une réflexion sur les pratiques immatérielles de l’art, les formats curatoriaux, la création de publics, de nouvelles formes de savoir et de muséologie participative, se sont inscrits dans un tournant des pratiques curatoriales qu’on a qualifié d’éducationnel. Entretien avec Koyo Kouoh, fondatrice de la Raw Material Company, située  à Dakar, « projet mobile d’art » intervenant dans les domaines du commissariat d’exposition, de la commande artistique,  l’éducation, l’archive, la critique.Plus d’informations sur ces deux projets ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *