Nelson Mandela : “arrêt sur hommage”

Tandis qu’un voile de silence se pose sur les hommages rendus en Afrique du Sud et dans le monde entier à la vie et aux luttes de Nelson Mandela pour l’égalité des droits et pour la fin de l’apartheid, nous avons choisi de réunir ici, parmi la profusion de textes parus ces dernières semaines, quelques articles de réflexion sur le rôle et le statut de la photographie pendant et après l’apartheid, et les rapports qu’elle a entretenus avec la figure de Nelson Mandela et la lutte anti-apartheid.

Neelika Jayawardane, “The photographer who showed Nelson Mandela to the world“, publié sur le site Africa is a Country, le 9/12/13.

Dans ce billet, l’auteure analyse des photographies de Mandela réalisées par George Hallett, à la demande de l’ANC, pendant le processus électoral historique de 1994, et nous invite, sur les conseils d’Omar Badsha*, à les relire aujourd’hui dans le contexte plus large des années 1980 et 1990.

Image 3

La série complète de G. Hallett est accessible sur le site du World Press Photo.

* Ce billet est pour nous l’occasion de mentionner l’excellent site South African History Online, ONG créée par Omar Badsha qui co-fonda (avec d’autres photographes et activistes comme Paul Weinberg, Leslie Lawson et Peter Mc Kenzie) le collectif/agence Afrapix en 1982.

La newsletter datée du 11/12/13 de cette ONG s’ouvre sur un hommage à Nelson Rolihlahla Mandela “lawyer, anti-apartheid activist, banned person, ANC member, SACP member, MK Commander in Chief, 1956 Treason Trialist, Robben Island prisoner, Nobel Peace Prize winner and first elected President of a democratic South Africa.”

Le 11 décembre dernier, le rédacteur en chef du magazine Polka, Dimitri Beck, commentait sur France Info une autre image (de propagande) de Mandela prise en 1977 et aujourd’hui conservée aux Archives nationales d’Afrique du Sud : http://www.polkamagazine.com/24/le-mur/l-image-de-la-semaine/1495

Par ricochet, cette image de Mandela aux lunettes noires nous ramène à l’œuvre d’Alfredo Jaar “Lament of the images” (2002) dont l’un des trois volets est précisément consacré à Mandela (aux images de sa libération, au travail harassant que lui et ses camarades ont enduré pendant leurs années de captivité, sous le soleil aveuglant des carrières…) : du contrôle politique aux enjeux politico-économiques des images…

Dans “Polaroid & Apartheid: Inside the Beginnings of the Boycott, Divestment Movement Against South Africa” (Democracy Now, le 13/12/13), la vidéo et sa retranscription reviennent sur les phases de la campagne de boycott menée au sein de l’entreprise américaine Polaroid – dont les produits étaient distribués en Afrique du Sud depuis 1938, soit une année après la création de l’entreprise – à travers le témoignage de Caroline Hunter, une ancienne chimiste de Polaroid qui fut le fer-de-lance de cette campagne (licenciée par la suite en raison de son activisme) et co-fondatrice du “Polaroid Workers Revolutionary Movement”.

Polaroid

Il semble pertinent ici de faire le lien avec l’article de David Smith “Racism’ of early colour photography explored in art exhibition” (The Guardian, le 25/01/13) qui démarre ainsi : “Can the camera be racist?” et qui rappelle que “in 1977, when Jean-Luc Godard was invited on an assignment to Mozambique, he refused to use Kodak film on the grounds that the stock was inherently “racist”.

L’exposition des artistes Adam Broomberg & Oliver Chanarin, dont il est question dans cet article, s’intitule  “To Photograph the Details of a Dark Horse in Low Light” et a été présentée à la Goodman Gallery de Johannesburg début 2013.

On peut lire les propos d’Adam Broomberg et Oliver Chanarin dans l’entretien de Rémi Coignet, “Une conversation avec Adam Broomberg & Oliver Chanarin“, publié sur son blog “Des livres et des photos” le 1er/10/13 :

“Adam Broomberg : Tu connais l’histoire de Kodak ? Juste après la fin de la ségrégation aux États-Unis, on a remarqué que si l’on prenait la photo d’un enfant blanc et d’un enfant noir et que l’on exposait sur l’enfant blanc, on ne voyait de l’enfant noir que le blanc des yeux et des dents. La chimie du film n’avait pas une amplitude suffisante pour représenter les deux. Ce n’est que lorsque deux de ses principaux clients se sont plaints, que Kodak a développé des films qui puissent rendre ces nuances : quand l’industrie du chocolat et celle du meuble, se sont plaintes de ne pouvoir, par exemple, photographier à la fois un chocolat noir et un chocolat blanc, ou qu’un meuble sombre ne ressortait pas !

Récemment, nous sommes allés au Gabon. C’était un projet typiquement colonial. Mais nous avons utilisé uniquement des films périmés que Godard aurait qualifiés de racistes. Les films étaient si anciens que nous sommes revenus avec une seule image exploitable. Mais tout cela correspond à une réflexion sur le medium et montre que quelque chose à l’intérieur même du matériel est potentiellement problématique.

Oliver Chanarin : Comme dit Adam, nous nous intéressons beaucoup à l’éthique du medium photographique. Comment ce petit morceau de plastique chargé de chimie peut-il incorporer une dimension éthique toute particulière ? (…)”

Suite à cette conversation, les deux artistes expliquent comment ils se sont emparés d’un appareil Polaroid utilisé pour le fichage des populations noires en Afrique du Sud, en détournant son utilisation.

Broomberg-Chanarin

Adam Broomberg & Oliver Chanarin, extrait de “To Photograph the Details of a Dark Horse in Low Light”, 2012

L’article “Images of an icon, real and imagined” de Sean O’Toole, publié le 13/12/13 sur le site du Mail and Guardian, montre comment les images de l’icône Mandela ont évolué, entre ses années de captivité (et de son “invisibilité forcée”) et les années qui ont suivi sa libération : “The visual hole presented by Mandela’s missing years in prison has, to some extent, been plugged by the activities of the Nelson Mandela Centre of Memory, an organisation established to honour and document the statesman’s life. In 2005 it hosted an exhibition that included rare prison photographs. An image showing Mandela in horn-rimmed sunglasses and a hat caught the public imagination; it was quickly pirated and turned into a T-shirt emblem.”

Les témoignages de João Silva, “Photographing Outside Apartheid’s White Bubble” (par Shreeya Sinha, Lens/The New York Times, le 6/12/13) – “My parents never spoke about it. I had no understanding who Mandela was. I lived in my little bubble and that’s exactly the way the government wanted the country to be.” – et de Greg Marinovich, “Mandela and me – Reflections by Greg Marinovich” (The National, le 6/12/13).

Encore un article de Sean O’Toole, paru le 20/12/13 dans le Mail & Guardian, “Paparazzi bang-bangers shoot from the hip“, qui retrace le parcours de deux photographes, le controversé Juhan Kuus et Fanie Jason (qui fut célèbre un temps pour avoir réussi à surprendre les infidélités du frère de Diana Spencer, installé au Cap) dans le contexte du photojournalisme durant l’apartheid. (…)

“As a young man growing up, I was enthusiastic,” says Jason. “I looked at myself as a photographer. I had great aspirations and was ambitious.” Starting out in the early 1970s as a street photographer using a borrowed camera, by the end of the decade Jason was a sought-after pin-up photographer for Drum and Pace. “I was the Hugh Hefner of the townships,” he boasts.

Emboldened, he approached Cape Town’s newspapers for work. “We don’t employ Blacks,” he was told. “That’s when I realised I am not a photographer, I am a black photographer. There is a difference.”

Signalons enfin l’intéressante analyse de Duane Jethro au sujet du tribut rendu à Mandela par une chaîne de distribution sud-africaine, qui a circulé massivement sur les réseaux sociaux : “Consuming Woolworths’ Tribute to Nelson Mandela” (Africa is a Country, le 14/12/13) dont voici un extrait : “What to make of this? Judging by the comments on YouTube, many South Africans would not have read the tribute in this way. Who can judge public mourning? But that does not detract from the reality that this well-intended, well-meaning tribute presents itself as a basket of unintended narratives that are hard to associate with what Nelson Mandela struggled for. Indeed, it is a supreme irony that this video reproduces some of the very injustices Nelson Mandela struggled against and re-presents them as a tribute to him.”

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.