Revue de presse – la nouvelle rubrique de Fotota

Nous avons décidé de démarrer une nouvelle rubrique pour y compiler, chaque semaine ou tous les quinze jours (décision en cours !), une revue de presse des articles identifiés par nos soins, à l’aide des réseaux sociaux (sans aucune prétention d’exhaustivité) et qui concernent les sujets qui nous préoccupent dans ce blog.

Nous avons désormais atteint un point de bascule dans la perception de cette photographie dite “africaine”, dont l’étendue et la diversité est longtemps demeurée confidentielle, concentrée qu’elle était sur le travail de quelques photographes, désignés comme étant les “pères de la photographie” de tout un continent (expression qui, d’ailleurs et fort heureusement, nous n’entendons plus guère). Ainsi, alors que cette information “élargie” a longtemps été le fait de quelques médias et structures plus ou moins militantes spécifiquement consacrés à l’Afrique, elle semble aujourd’hui largement banalisée, y compris dans quelques “grands” médias tout public.

La profusion de projets et d’informations disponibles à leur sujet (qui semblent faire tomber les dernières barrières, mais pas toujours… -1) est cependant le fruit d’un écheveau d’initiatives et d’acteurs épars, parfois antagonistes, qui ont œuvré chacun à partir de perspectives et d’enjeux différents (la recherche, le monde de l’art contemporain, de la photographie, les institutions étatiques ou para-étatiques, des activistes culturels, etc.) depuis les années 1990 (2). A quoi s’ajoute probablement une nouvelle perception des potentialités de ce continent (le “fameux” Africa rising – 3), notamment en matière économique.

Si nous n’analyserons pas forcément chaque texte, ce recueil d’articles hétérogènes, amené à se développer dans le temps, pourra peut-être aider par la suite à mieux cerner qui parle de qui et de quoi, à partir de quel support et avec quel type de discours.

Nota bene : Les articles présentant un développement particulièrement intéressant feront, comme d’habitude, l’objet d’un focus à part, dans la rubrique “Ailleurs dans la presse et sur le web”.

Notes :

1 – Voir par exemple la présentation de l’exposition consacrée au photographe Oumar Ly, “Portraits de brousse. 1963-1978” au Comptoir Général à Paris, téléchargeable ici. A sa lecture, les bras nous en tombent ! Cela démarre ainsi : “Le Comptoir Général est un musée dédié à l’art du ghetto : c’est ainsi qu’il a choisi de désigner les cultures marginalisées, méconnues, exotiques et dépourvues de moyens pour se faire connaître. Elles fleurissent aux quatre coins de notre planète, et tout particulièrement sur le continent africain.” Deux paragraphes plus tard, on lit : “Ainsi dans cet aller-retour, entre Oumar Ly et le public français, le Comptoir Général rend hommage à cette culture du portrait studio : exotique, fantasmatique, joyeuse, colorée, avec ses défilés de familles en grandes tenues, ses décors en trompe-l’oeil et toute sa panoplie d’accessoires.” Ces propos semblent nous ramener bien en arrière…
On ne peut alors s’empêcher de penser à l’analyse que fait Jean-Loup Amselle de l’émergence et  la reconnaissance de cette photographie dans son ouvrage L’art de la friche, Essai sur l’art contemporain africain (Paris, Éd. Flammarion, 2005).

2 – Voir l’introduction de l’article de Jean-François Werner : “La sauvegarde du patrimoine photo­graphique africain. Le cas des archives de Cornélius A. Augustt”, publié dans la revue Etudes photographiques #8 en 2000 (pp. 138-145).

3 – A ce sujet, voir par exemple : “Against the gospel of Africa rising“, par Solome Lemma, Africa is a Country, le 6 novembre 2013 ou “Africa? Wht there’s no such place“, par Simon Kuper, ft.com, le 1er novembre 2013.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.