CFP : Art contemporain : quelles pratiques pour quelles circulations ?

3e Rencontres des Etudes africaines en France
« L’Afrique des/en réseaux »

30 juin, 1 et 2 juillet 2014 CNRS/IEP/Université de Bordeaux

Art contemporain : quelles pratiques pour quelles circulations ?

Les idées, les techniques, les savoir-faire circulent avec les individus : les pratiques
artistiques n’échappent pas à ce phénomène de reconfiguration constante (par transferts, appropriations et tissages) d’éléments hétéroclites et provenant de différentes sphères culturelles.
Alors que les artistes venant d’Afrique gagnent du terrain sur la scène et le marché
internationaux et que leurs œuvres voyagent toujours plus loin, notamment grâce au virtuel (mouvement paradoxal qui s’amorce au moment même où les individus sont de plus en plus restreints dans leur liberté de mouvement), il convient de s’interroger sur la manière dont cette visibilité s’est construite : à travers quels réseaux (institutionnels ou privés) et expériences (quels sont les artistes qui parviennent à s’affranchir des frontières, qui privilégient “un art du réseau” ?), avec quelles narrations et pratiques ? Comment les nouvelles technologies et les réseaux sociaux bouleversent-ils les réseaux physiques déjà implantés ? Inversement, comment s’organisent les scènes artistiques des espaces enclavés tant virtuellement que réellement ?
L’art contemporain questionne entre autres ce qui enfreint et ce qui facilite le passage
des idées : il semble important dès lors d’analyser également la manière dont les “objets” et les pratiques artistiques circulent aujourd’hui entre différentes sphères : du musée à la rue, en passant par les universités et les archives, et en transit entre différentes zones géopolitiques.

A titre d’exemple, les communications pourront être axées sur ces questions :

– démarches d’artistes/commissaires qui s’organisent en réseau, en collectifs ou inventent des ateliers itinérants ou des espaces de création en Afrique et au-delà ;
– partenariats entre les écoles de beaux-arts de différents pays ;
– festivals, leurs stratégies et réseaux ;
– objets et pratiques produits entre différents médiums, lieux de production, sources et matériaux, etc.

Les propositions, 500 mots maximum, doivent être envoyées avant le 27 février à l’adresse suivante : ge.katja@gmail.com

Cet atelier est élaboré à partir des propositions de Katja Gentric, Érika Nimis, Marian Nur Goni et Stéphanie Vergnaud.

Katja Gentric : Chercheur associé au Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne ;
Érika Nimis : Professeure associée au département d’histoire de l’UQAM, Montréal ;
Marian Nur Goni : Doctorante, EHESS/CRAL, Paris ;
Stéphanie Vergnaud : Doctorante, EHESS/CEAF, Paris.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site des Rencontres.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.