Revue de presse # 13 – Semaine du 8 au 14 avril 2014

Suite du focus sur le Rwanda : toujours l’exposition “Rwanda in Photographs: Death Then, Life Now” (présentée au King’s College de Londres jusqu’au 30 avril) sur une proposition de Zoe Norridge, enseignante en littérature africaine du King’s College qui a mené une recherche sur  “le manque de perspective visuelle rwandaise sur le génocide”. Par ailleurs, Internazionale signale cette semaine les reportages de James Nachtwey et Gilles Peress réalisés au Rwanda pendant le génocide. Photo en une de cette revue de presse : Album photo, Nyamata, 1994 © Gilles Peress.

Rwanda, 20 years later, par Hannah McGivern, The Art Newspaper, le 8 avril 2014 ;

Quando il mondo si è voltato dall’altra parte, Internazionale, le 8 avril 2014 ;

PHOTOGRAPHES

Nigerian Photographer Perfectly Reenacts “The Godfather” With One Major Difference, par Katherine Brooks, The Huffington Post, le 7 avril 2014 ;

Sur la dernière série d’Uche Okpa-Iroha’s, “The Plantation Boy“, qui réinterprète le chef-d’oeuvre de Francis Ford Coppola, Le Parrain.

Peter Magubane & the boers, par Percy Mabandu, City Press, le 8 avril 2014 ;

EXPOSITIONS

‘Savage beauty’ of the AK-47, par Jeremy Kuper, Mail & Guardian, le 11 avril 2014 ;

La culture des armes à feu, en particulier celle de l’AK-47, en Afrique du Sud a inspiré à Ralph Ziman des mises en scène fétichistes du fusil Kalachnikov dans une installation, “Ghosts”, qui vise l’industrie de l’armement, présentée à la galerie Muti de Cape Town à partir du 24 avril.

ARCHIVES

The birth of a city – a photo essay on the history of Nairobi, Kenya, Sleepout, le 9 avril 2014 ;

Exposition de Clic clac Baby, Afrique in visu, le 10 avril 2014 ;

Amin Swimming, by Elly Rwakoma (part 1), History in Progress blog, le 10 avril 2014 ;

(A ce sujet, voir le billet “Researching the history of Ugandan photojournalism”, a guest post by Anna Kućma”)

Angola 1938. Fantasia Africana, L’Oeil de la photographie, le 11 avril 2014 ;

REPRÉSENTATIONS DU CONTINENT

David Turnley: Mandela, Struggle and Triumph, Part 2, Leica Camera Blog, le Blog Leica, le 10 avril 2014 ;

PHOTOGRAPHIE ET RÉSEAUX SOCIAUX

Le Maroc en lutte contre le phénomène du «Tcharmil» sur Internet, RFI, le 10 avril 2014 ;

MODE

Campbell contro photoshop: la Venere nera diventa bianca, D Repubblica, sans date ;

Vintage Africa: meeting Namibia’s hipsters, The Guardian, le 9 avril 2014 ;

PORTFOLIOS

Avant la présidentielle, l’Algérie sur le vif. Photos de Ramzy Bensaadi, par Isabelle Mandraud, Le Monde, le 10 avril 2014 ;

“Scènes de vie à Oran, sans fard ni exubérance, loin de l’agitation électorale de l’élection présidentielle du 17 avril et du face-à-face entre les partisans du président Abdelaziz Bouteflika, candidat à un quatrième mandat de cinq ans, et ses opposants. Une Algérie populaire que Ramzy Bensaadi, 32 ans, saisit comme elle est, « sans la magnifier ni la rendre pathétique », pour, dit-il, « laisser une trace ».”

CNAP : Harry Gruyaert. Le Caire, Egypte, L’Oeil de la Photographie, le 10 avril 2014 ;

Bruno Barbey. Morocco, A Scorching Beauty, L’Oeil de la Photographie, le 10 avril 2014 ;

David Pace. Sur la route, Art Photo Index, non daté ;

LES ANNONCES DE LA SEMAINE

Vincent Meessen pour Venise 2015, par Guy Duplat, La libre Belgique, le 8 avril 2014 ;

“Leur projet (NDR : de Vincent Meessen et Katerina Gregos) pour 2015 est très original. “Une dizaine d’artistes africains invités collaborent à la mise en scène du pavillon (parmi eux, Sammy Baloji, Mathieu Abonnenc, Tamar Guimaraes, Otobong Nkanga…). Au centre du projet, se trouve la Belgique elle-même, son histoire, ses héritages artistiques, ses relations enchevêtrées avec l’Afrique. Ceci se manifeste non seulement dans la thématique du projet, mais aussi par l’inclusion de ces artistes africains qui ont été absents, jusqu’ici, à de rares exceptions près, des pavillons des nations porteuses d’une histoire coloniale. A travers des œuvres d’art, des documents et archives consignés dans ‘La Réserve’, un trésor muséographique installé au cœur du pavillon, l’expo revisite les rapports de fascination et de répulsion des avant-gardes face aux colonies.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.