Le photographe Philippe Koudjina Ayi n’est plus

Fotota tient à souligner la disparition d’une grande figure de la photographie nigérienne, Philippe Koudjina Ayi (26 mai 1940 – 29 mai 2014).

Nous reproduisons ci-dessous un extrait de l’hommage qui lui a été rendu dans les pages du quotidien national Le Sahel et mentionnons au passage la notice biographique sur le site de l’association Contrechamps qui a accompagné le photographe dans sa promotion, notamment hors des frontières du Niger.

« Nous sommes en 1963. Sollicité par les milieux intellectuels et administratifs, il va s’ériger en photographe incontournable. Les mariages, les baptêmes, les décès, c’est lui. Mais c’est surtout l’armée française basée au Niger qui lui fournira l’essentiel de sa clientèle. S’y ajoutent les politiciens. Le Président Diori et quelques membres de son gouvernement.
Il est alors le photographe le plus célèbre du pays. Contrairement à ses collègues, qui restent assis devant leurs studios, lui se déplace. Partout. Dans les bistrots, la rue, les palais, les salons de Niamey. Partout, on le sollicite. » (Aliou Ousseini, « Décès de Koudjina Ayi Philippe : Il était une fois un photographe émérite », Le Sahel, 29 mai 2014).

Philippe Koudjina par Didier Frappier, 1995.

Philippe Koudjina par Didier Frappier, 1995. 

Pour finir, nous relayons ce témoignage porteur d’espoir, extrait de la page Facebook du photographe français Philippe Guionie, présent à l’enterrement de Philippe Koudjina :

« Ce portrait de Philippe Koudjina date de 1995. Je ne l’ai pas connu personnellement mais je suis sensible à son histoire, à sa photographie, à ses engagements artistiques. Presque vingt ans plus tard, il vient de dire adieu à son cher pays, le Niger, cette terre sahélienne qu’il avait tant photographié depuis des décennies. Il était le père de la photographie au Niger. Il était le photographe de l’indépendance et des décennies qui ont suivi. Hier, j’étais présent à son enterrement au cimetière chrétien de Niamey. Comment rendre hommage à un photographe si ce n’est en faisant des photographies ! C’est ce que j’ai fait, modestement, tout en douceur. J’ai aussi enregistré les chants religieux, la parole de ses trois enfants, le texte, simple et digne, lu par Aliou du Centre Culturel Franco-Nigérien. J’ai vu quelques larmes couler sur les visages de nigériens, en général très économes dans l’expression de leurs sentiments. Depuis deux ans, j’encadre un workshop photographique au Niger, histoire d’accompagner et d’échanger avec une nouvelle génération de photographes nigériens. Ils sont talentueux mais souffrent en silence. Plusieurs d’entre eux étaient présents hier au cimetière, comme si la petite communauté des photographes s’était donné rendez-vous ici à l’ombre des manguiers. Nous nous sommes regardés, nous nous sommes parlés. Nous réfléchissons à la mise en place d’un projet photographique inédit « Koudjina en héritages » que nous proposerons à la prochaine Biennale de la photographie de Bamako, si celle-ci renaît de ses cendres. Car il n’y a pas de meilleur hommage pour un photographe défunt que de voir son oeuvre perdurer dans le regard et l’acte photographique des nouvelles générations… » (Ph. Guionie, 3 juin 2014).

Rappelons enfin qu’un film, Photo Souvenir, réalisé par Paul Cohen et Martijn van Haalen en 2006, retrace sa trajectoire professionnelle et humaine, jalonnée d’épreuves, surtout dans les dernières années de sa vie, et questionne par là même le processus de légitimation artistique des photographes africains en activité à l’époque des indépendances.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *