3e édition des REAF à Bordeaux du 30 juin au 3 juillet 2014

bandeau_web_8

Les 3e Rencontres des études africaines en France (REAF), un événement quadriennal, débutent demain à Bordeaux, avec pour thème L’Afrique des/en réseaux.

Le programme général est à télécharger ici.

Le 1er juillet à 15h45, rejoignez-nous à la salle Bastiat (E 106) de SCIENCES PO BORDEAUX, pour suivre l’atelier « Art contemporain : quelles pratiques pour quelles circulations ? ».

Katja Gentric (Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne) assurera l’introduction et la modération de cet atelier auquel participent (par ordre d’intervention) :

Komguem Kamsu Achille (Université de Maroua, Cameroun) : Exitour – Performance artistique itinérante : A pied et en bus, de Douala à Dakar, 7 artistes à la conquête de 7 pays ;

Sept artistes contemporains africains entreprennent, à deux mois du début de la Biennale de Dak’art 2006, une performance artistique à travers sept pays d’Afrique : le Douala de Dakar de l’art contemporain. Cette expérience, quotidiennement partagée en ligne par mail, à une période où l’Afrique n’avait pas encore connu l’invasion de Facebook, Twitter, Msn… interroge les pratiques artistiques contemporaines en Afrique et leur mobilité. Cet article fait une analyse sous forme de récit critique et prospectif, des articulations d’une performance artistique intermédia, avant de questionner la construisent de nouveaux modes de circulation et de monstration des oeuvres en vigueur aujourd’hui en Afrique.

Érika Nimis (UQAM, Canada) et Marian Nur Goni (EHESS/CRAL, Paris) : Afrique connectée ? Communautés photographiques à l’ère numérique ;

À l’heure où s’intensifient toujours plus les connexions entre les acteurs de la photographie contemporaine en Afrique et au-delà et que l’écran est devenu la lucarne privilégiée pour découvrir le monde « depuis son salon », notre présentation tentera de questionner les bouleversements engendrés par cette « révolution numérique », tant sur le plan de la production – par qui, où et comment – que sur celui de sa mise en valeur et de sa circulation. Ce qui nous mènera également à interroger nos propres pratiques de recherche, elles aussi de plus en plus dépendantes de la toile.

Stéphanie Vergnaud (EHESS/ IMAF, Paris) : Les résidences internationales. El Anatsui hors de son atelier ;

Les résidences internationales sont porteuses de nouveaux contextes et de nouveaux réseaux pour les artistes en Afrique. À travers elles, le sculpteur ghanéen El Anatsui a voyagé aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Brésil, en Italie… Selon lui, la distance de son atelier lui permet d’éprouver de nouveaux stimuli, de découvrir de nouveaux matériaux et d’expérimenter des processus créatifs différents. Le déplacement intensifie son rapport au monde, accroît la portée de ses réflexions sur les connexions entre l’Afrique et le reste du monde, participant ainsi à l’élaboration d’un art nomade.

Emmanuelle Spiesse (LAM, Bordeaux) : Elizabeth et Peju, deux femmes sculpteurs nigérianes à l’extérieur des réseaux ?

Jusqu’au milieu des années 1960, le travail du bronze est une activité artistique qui reste au Nigeria exclusivement réservée aux hommes. C’est pourtant cette même activité qui permit à deux femmes nigérianes, mère et fille de se lancer dans une carrière artistique. Dans une société où la visibilité et l’indépendance des femmes étaient alors très limitées et contrôlées, comment et jusqu’où Elizabeth Olowu et Peju Layiwola sont-elles parvenues à s’imposer ? A travers leur art, quels messages ont-elles voulu transmettre ?

À noter que Sophie Eliot (Kulturwissenschaftliches Institut, Carl von Ossietzky Universität Oldenburg) qui devait intervenir sur « le rôle du/ de la curateur/trice indépendant/e en Afrique dans la consolidation des réseaux internationaux et intercontinentaux dans le champ de l’art contemporain », en s’appuyant sur l’exemple du Center for Contemporary Art (CCA) à Lagos ne pourra malheureusement être des nôtres.

A ne pas manquer également lors de ces REAF : l’exposition d’Andrew Esiebo – Soccer Worlds -, sous le commissariat d’Emmanuelle Spiesse, au Centre d’architecture arc en rêve en présence du photographe !

aoOwev12Xzlqi580rFAz8PXMsA1P2fyN3WWqFOrjuhvPtMAUI-E0JPukeRO32T604LdQJh5Z04WggEAJXy0yCVFZKK3hQ-RzkXPJONqwfRLMp21Wc80jvWGYBxus7BZfvaGPpbI12phA9U2bPLQQNmGEG92S407q7KoAMg=s0-d-e1-ft


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *