Revue de presse # 18 – Septembre 2014

 

Rentrée 2014. Nouvelle moisson d’articles qui débute avec le festival du photojournalisme Visa pour l’image qui s’est tenu à Perpignan du 30 aout au 14 septembre dernier et qui donnait une large place à la couverture des conflits contemporains en Afrique.

 

26e ÉDITION DU FESTIVAL VISA POUR L’IMAGE

L’immontrable horreur de la Centrafrique, par Claire Guillot, Le Monde, le 12/09/14 ;

Photographers Facing Danger and Death, par James Estrin, Lens – The New York Times, le 10/09/14

Visa pour l’image décroche une expo, par Maria Malagardis, Libération, le 10/09/14 ;

(Il s’agit de l’exposition The Long Road Home in Africa: Famine to Reconciliation 1992-1996 de Yunghi Kim en RDC dont traite l’article de James Estrin paru dans Lens – The New York Times le 1/09/14 – Revisiting Life and Death in Africa – corrigé depuis sa publication) ;

Bangui droit dans les yeux, par Maria Malagardis, Libération, le 9/09/14 ;

«Le défi, c’est aussi de ne pas renforcer les clichés d’Africains condamnés à se massacrer en permanence», souligne de son côté Zumstein. Voilà près de vingt ans qu’il sillonne l’Afrique : «Avec l’expérience, quand une crise s’amorce, on a des antennes qui frétillent. Quand je suis parti pour la première fois à Bangui en septembre, les ONG tiraient déjà la sonnette d’alarme. Je sentais que la situation était en train de déraper et c’était d’autant plus stimulant qu’il y avait encore peu de couverture médiatique.»
(…)
« Chaque conflit a ses particularités. La crise en Centrafrique a été marquée par une extrême violence mais aussi, paradoxalement, par une très grande facilité d’accès pour ces photographes qui pouvaient passer d’un camp à l’autre sans être inquiétés.»

Meet the Photographers Covering Africa’s Forgotten Conflict, par Olivier Laurent, Time – LightBox, le 4/09/14 ;

“Part of the propaganda campaign in CAR is to scare your adversary,” Zumstein adds. “We can become intermediaries in these situations. At some points, guys would come to us announcing that they had arrested a Muslim man and were going to kill him in front of us. In these situations, you know that if you accept, you’ll witness [acts of torture] that might not have taken place otherwise.”

À Visa pour l’Image, un livre en mémoire de la photojournaliste Camille Lepage, par Molly Benn, Our age is 13, le 4/09/14 ;

Visa pour l’image: le poème d’Anne Rearick à l’Afrique du Sud, par Patricia
Blettery, RFI, le 4/09/14 ;

(Ainsi que Anne Rearick, croqueuse de townships, par Gilles Renault, Libération, le 22/08/14) ;

L’humanitaire et le photojournalisme, une collaboration «engagée», par Patricia Blettery, RFI, le 4/09/14 ;

Getty Grants for Personal Photo Projects, par James Estrin, Lens – The New York Times, le 4/09/14 ;

Krisanne Johnson was awarded her second Getty Images editorial grant today for “The Born Frees,” her project on South Africa’s post-apartheid generation. She previously received a Getty grant in 2009 for “I Love You Real Fast,” which documented the effects of Swaziland’s H.I.V./AIDS epidemic on young women coming of age.”

CENTRAFRIQUE. “Le sang n’est pas la preuve que la photo est bonne”, par Tancrède Bonora, Le nouvel Observateur, le 30/08/14 ;

Images de guerre, guerre des images, par Michel Puech, A l’oeil, le 29/08/14 ;

“Pourtant si l’on n’hésite pas à publier des photographies où l’on voit des femmes, des enfants, des civils ou des militaires atrocement blessés, ou morts, on ne peut s’empêcher de remarquer qu’ils sont souvent moyen-orientaux, africains, asiatiques mais rarement occidentaux. Et surtout, pas journaliste ! Penser aux familles ? Certes, mais de toute façon il y a peu de chance qu’une famille de Centrafrique, du Mali, de Gaza, d’Afghanistan, d’Irak ou de Syrie trouve le chemin d’un tribunal pour se plaindre d’une atteinte à la mémoire et au respect dû aux morts.”

 

PHOTOGRAPHIE DANS L’ESPACES PUBLIC

The dilemma of public space photography, par Tibebeselassie Tigabu, The reporter, le 30/08/14 ;

“Though the public space reaction is filled with doubts and fear, many of the photographers say the culture of taking pictures for personal use is increasing. Apart from taking pictures on different occasions of birthdays, weddings, holidays, funerals, with the digitalization and access of cameras, many take pictures only to seize the day and post it on social media.”

Article passionnant sur la question du droit à l’image en Ethiopie, pays qui reste marqué par la couverture médiatique de la famine de 1974.

L’info descend dans la rue. #Dysturb met la presse au pied du mur, par Élodie Cabrera, Polka magazine, sans date ;

“Ambitieux ou naïfs”, ils veulent croire en ce nouveau format qui peut faire évoluer la manière d’informer, dans une société où la presse est sclérosée par les “réflexes marketing” et où la photographie s’est transformée en une “simple illustration”.

 

 PHOTOGRAPHES

Touré Mandémory : « Quand on est passionné par quelque chose, on est obligé de toujours travailler », par Djibril Drame, Pleuplesenegalais.net, le 30/09/14 ;

“Ah non ce n’est pas la même vision ! Les jeunes d’aujourd’hui ont une chance extraordinaire. Nous quand on entrait dans la photographie, il fallait avoir une formation très musclée. Il fallait savoir travailler avec un 24 36 mm, il fallait savoir quel genre de film, fallait utiliser pour telle situation… Si je dois parler de ça, 5 heures de temps nous suffirait. Donc, c’était compliqué (Il éclate de rires) !  On travaillait dans un milieu où la photographie était méprisée. Le gens ne prenaient pas en compte la photographie dans les différentes corporations culturelles. « Bokoul won ». D’ailleurs, jusqu’à présent, il n y a même pas un organe officiel de l’Etat chargeait de gérer ce medium-là. Donc, pour que la photographie puisse rentrer dans les Arts plastiques, on a créé une plateforme de concertation, de réflexion et de décision : c’était le mois de la photo.”

(Au sujet de Boubacar Touré Mandémory voir aussi la rubrique “Projets”, ci-dessous)

Courtoisie de Boubacar Touré Mandémory ©

Courtoisie de Boubacar Touré Mandémory ©, “Chronique d’une ville en décrépitude – Guédiawaye”, 2013.

 

When Ofili Met Sidibé: Behind The Scenes in Mali, par Siobhan Bohnacker, The New Yorker, le 29/09/14 ;
(Autour d’une prise de vues, durée deux heures et une quinzaine de pellicules, commissionnée par The New Yorker à Malick Sidibé… No comment !)

Jürgen Schadeberg: My South Africa: Jazz & Politics at Photokina 2014 DasWesentliche, Leica Camera Blog, le 18/09/14 ;

Ainsi que l’excellent Schadeberg can’t beat the Drum years, par Sean O’Toole, Mail & Guardian, le 12/09/14 ;

“A detail: the couple in Township Shuffle have their eyes pinched shut. Lost in music and rhythm, they refuse the political savagery destroying their neighbourhood. Their indifference, if one can call it this, is less an exhibition of political will than it is a retreat to a place of internal exile that is impervious to the inquiries of the camera and proscriptions of state ideology. This is how many ordinary people coped under apartheid.”

Striking Portraits Capture Africa’s Final Generation of Scarification, par Ellyn Ruddick-Sunstein, Feature Shoot, le 17/09/14 ;

(Autour du travail de Joana Choumali, Hââbré, The Last Generation)

16 significant SA photographers to know, par Stefanie Jason, Mail & Guardian, le 18/09/14 ;

Ernest Cole: Brave photographer who exposed horrors of apartheid from within, par Teo Kermeliotis, CNN, le 15/10/14 ;

“Subtle yet incendiary, Cole’s powerful photographs offer a stark insight of what it meant to be black under apartheid — there are pictures of townships being bulldozed to make way for white settlements; of benches marked “Europeans only;” of crammed commuter trains; of handcuffed black men arrested for being in white areas without a pass; of downtrodden mineworkers enduring humiliating examinations and dehumanizing living conditions.”

Et aussi What Ernest Cole’s Hidden Camera Revealed, par Holland Cotter, The New York Times, le 11/09/14 ;

“From the start, Cole knew what he wanted to do: compile a comprehensive visual account of contemporary life in South Africa from a black perspective. He understood that life was political on every level, however mundane.”
(…)
“Cole’s departure, two weeks later, marks the end of the story told by the exhibition, which was organized by Gunilla Knape of the Hasselblad Foundation in Sweden, the repository of the Cole archives. He traveled by stages through Europe to New York. There, the following year, “House of Bondage: A South African Black Man Exposes in His Own Pictures and Words the Bitter Life of His Homeland Today” appeared (with a foreword by Mr. Lelyveld) and was a popular hit in a climate of growing black-power activism.”

The Spirits of Samuel Fosso, par Siobhan Bohnacker, The New Yorker, le 12/09/14 ;

These Portraits Of Moroccan Hipsters Are More Nuanced Than They Look, par Mallika Rao, The Huffington Post, le 12/09/14 ;

“The New York Times sees shades of Matisse and Koons. ArtNet is convinced he’s the next David LaChapelle. But Hassan Hajjaj, the Moroccan stylist and photographer, started out simply wanting to capture the essence of his home country in ways his buddies back in London would appreciate.”

Capturing African Everyday: Aisha Augie-Kuta, par Alafuro Sikoki-Coleman, Art Base Africa, le 12/08/2014 ;

(Dans le #2 de cette revue en ligne, numéro dédié au design)

Décès de la photographe Dominique Darbois, par Nicolas Sur, RFI, le 08/09/14 ;

“Née le 5 avril 1925 à Paris, femme de conviction, résistante durant la Seconde Guerre mondiale, elle fut aussi une militante active dans la lutte contre la colonisation, et notamment aux côtés du FLN avec le réseau Jeanson pendant la guerre d’Algérie. « Elle a travaillé du Sénégal jusqu’au Congo, mais plus particulièrement en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Dahomey, au Niger, en Haute-Volta et au Mali, raconte le galeriste et collectionneur Pierre Amrouche qui l’a bien connue. Il y a environ 100 000 négatifs dont beaucoup sont inédits. Elle laisse aussi beaucoup d’articles et des livres magnifiques sur l’Afrique, en particulier sur les femmes.””

Untold Stories After the Arab Spring, par Rena Silverman, Lens – The New york Times, le 4/09/14 ;

“Mr. Rashad is among 28 photographers featured on World Press Photo’s interactive website Stories of Change, as well as in a recently published book showing 11 of these photographers. The project came after a series of World Press Photo workshops called “Reporting Change” from 2012 to 2014 designed to train local photojournalists in North Africa. The goal was to foster a more authentic, representative portrayal of the region and its people in the wake of the Arab Spring uprisings.”

Akintunde Akinleye’s best photograph: the aftermath of a Nigerian pipeline explosion, interview de Sian Cain, The Guardian, le 31/07/14 ;

New African Photography: Andrew Esiebo, par Jorrit R Dijkstra, This is Africa, le 8/09/14 ;

Esiebo says many photographers ignore or fail to notice such subjects, especially if they come from ‘outside’ and don’t know what’s going on in the society. “Until now, the story of our continent has been told by non-Africans. For example, every time they come to Lagos, they want to go the slums. Why not expand? Now that we have the tools and skills, I feel responsible to fill in that gap.”

Thought-Provoking Photos Expose the Human Cost of South Africa’s Mines, par Ellyn Ruddick-Sunstein, Feature Shoot, le 5/09/14 ;

(Autour du travail d’Ilan Godfrey, Legacy of the Mine)

 

“VOIES DES IMAGES”

The Making of Marlene Dumas’s “The Widow”, The New York Times Style Magazine, 20/08/14 ;

“De Beauvoir sympathizes with Rochefort, explaining, ‘The assassination of Lumumba, the last pictures of him, the photographs of his wife leading his mourners, head shaved, breast bared — what novel could compare with that?”

Rwanda 1994: 100 Days, Juliane Okot Bitek and Jason Huettner, Warscapes blog, sans date ;

 

FESTIVALS

The Joburg Photo Umbrella Is The First Of Its Kind, JHBLive, le 1/09/14 ;

LAGOS Photo Festival 2014, Photosmag, sans date ;

Et FNB Art Fair: Lagos looks are deceiving, par Katlego Mkhwanazi, Mail & Guardian, le 21/08/14 ;

Worth a thousand words: Cape Town’s Month of Photography in full swing, par Marelise van der Merwe, Daily Maverick, le 19/09/14 ;

 

COMPTE-RENDUS D’OUVRAGES

Witness the Evolution of Africa’s Tallest Residential Skyscraper, par Andrew Katz, Time LightBox, le 25/09/14 ;

Ponte city, archive et mémoire d’un lieu, par Anaïs Pachabézian, Africultures, le 2/09/14 ;

(Ici une vidéo du lancement de l’ouvrage lors de la FNB Joburg Art Fair 2014)

Photographs in Between Place and Memory. Reviewing a monograph on Ugandan photographer Deo Kyakulagira’s archives, par Serubiri Moses, Another Africa, 20/08/14 ;

 

EXPOSITIONS

Elikia M’Bokolo analyse la propagande coloniale belge, Le carnet de Colette Braeckman, le 26/09/14 ;

(Autour de l’exposition « Notre Congo/Onze Congo », la propagande coloniale belge dévoilée, au musée Belvue)

The black Victorians: astonishing portraits unseen for 120 years, par Sean O’Hagan, The Guardian, le 15/09/14 ;

(Autour de l’exposition Black Chronicles II organisée par Autograph ABP à Londres)

South African photography at the Barbican, par Jeremy Kuper, Mail & Guardian, le 15/09/14 ;

Constructing Worlds, a new exhibition at London’s Barbican Centre, explores the relationship between photography and the built environment. It features work from leading photographers around the world, including two South Africans, Nadav Kander and Guy Tillim.”

« Everyday Africa » et « The Everyday Project » : une première !, par Annabelle Giudice, Afrique in visu, le 29/09/14 ;

 

PRIX

PopCap ’14 Award. African Photography, Africanah, par Jorrit Dijkstra, le 7/09/14 ;

Prix ORISHA

“En 2014, Nathalie Miltat et Timothée Chaillou créent le Prix ORISHA pour l’art contemporain africain. Ce prix international met en lumière les démarches les plus emblématiques de la scène africaine subsaharienne. Il concerne tous les modes d’expression des arts plastiques et visuels (peinture, sculpture, installation, photographie, vidéo…).”

(Parmi les nominés de l’édition 2014, Mame-Diarra Niang et Boubacar Touré Mandémory)

 

PROJETS

Sénégal : le photographe Boubacar Touré Mandémory anime un atelier pour partager son savoir, Agence Ecofin, sans date ;

Il (NDR : Boubacar Touré Mandémory) tient depuis le 20 septembre 2014 la première édition d’un atelier de photographie qui court jusqu’au 3 décembre. La session de formation se déroule à Rufisque, ville du Sénégal située à quelque 25 km de Dakar la capitale. 12 photographes et 3 journalistes travaillent sous le thème « Regards sur la vie de Rufisque ». (…) Il est prévu de créer au terme de l’atelier, une plateforme photographique, un festival de photos et d’autres manifestations d’envergure.

Photographie: Regard sur … une fenêtre sur Rufisque, par Malick Ngom, Echos2rues, le 29/09/14 ;

Session pratique de formation de photographes de presse : Touré Mandémory partage son expérience avec « Regards sur la vie de Rufisque », Le Soleil.online, par Serigne Mansour Sy CISSE, le 28/09/14 ;

“« Regards sur la ville » est conçu comme un projet collectif. Il s’agit de confronter la diversité des points de vue à un sujet identique : la ville. Outre sa vision personnelle, il est demandé aux photographes d’enrichir leur travail par une recherche parallèle se réclamant autant de l’inventaire et du documentaire que de la sensibilité. Par cette juxtaposition et cette complémentarité, les organisateurs pensent communiquer une image de la ville suffisamment complète et ainsi, produire un document essentiel à la mémoire rufisquoise. « L’idée est de montrer comment Rufisque est tombée en disgrâce et puis faire quelque chose pour enrayer cette décadence », a expliqué  Touré Mandémory.”

SENEGAL-PHOTOGRAPHIE-PATRIMOINE. Des photographes confrontent leurs regards sur Rufisque, Agence de Presse Sénégalaise, le 17/09/14 ;

 

REPRÉSENTATIONS DU CONTINENT ET DE SES HABITANTS

New Nations, Living in Limbo, par Jonathan Blaustein, Lens – The New York Times, le 29/09/14 ;

Gay Africans Seeking Asylum in New York, par Fayemi Shakur, Lens – The New York Times, le 26/09/14 ;

See the Real Impact of War in the Democratic Republic of Congo, par Andrew Katz, Time LightBox, le 30/09/14 ;

(Autour du travail du photographe britannique Phil Moore)

Campus universitaire d’Abidjan, 5 ans après, par Camille Millerand, Afrique in visu, le 25/09/14 ;

Anoek Steketee & Eefje Blankevoort Love Radio Project, par Jeanne Mercier, L’Oeil de la Photographie, le 15/09/14 ;

MEP : Pascal Maitre. Incroyable Afrique, par Romuald Hazoumé, L’Oeil de la photographie, le 12/09/14 ;

(Autour de l’exposition Afrique(s) à la MEP)

(Ainsi que Pascal Maitre expose ses «Afrique(s)»: «la photo, c’est la surprise», par Siegfried Forster, RFI, le 11/09/14) ;

Asturias : Isabel Muñoz A Todo Color, par Christian Caujolle, L’oeil de la photographie, le 3/09/14 ;

“Entre la nudité superbe des Africains et la souffrance voulue pour atteindre l’extase des mystiques, il y a comme deux pôles qui s’attirent et se repoussent, ce mystère de la forme que prend le corps, toujours à la recherche d’une forme de plaisir.”

PJL: September 2014 (Part 1), par Mikko Takkunen, Time – LightBox, le 1/09/14 ;

Récapitulatif des reportages les plus intéressants, et publiés dans le monde, selon Time -LightBox, dont plusieurs consacrés à l’Afrique et au virus Ebola en Afrique de l’Ouest : Peter Muller: Birthplace of an Outbreak (Washington Post) ; Daniel Berehulak: Quarantine Creates a New Reality (New York Times) ; John Moore: Ebola Outbreak in Liberia (New York Times Lens blog) ; Philippe Brault: Immunizing Nigeria (MSNBC) ;  Jason Larkin: Marikana: After the Massacre (New Yorker) ;  Katie Orlinsky: Women Beyond the Veil in Mali (New York Times Lens blog).

 

LES ANNONCES DU MOIS

Démarrage des activités de l’agence photo PCC/CFP ce lundi 29 sept. 2014

“Avant le démarrage effectif de leurs activités ce lundi 29 septembre 2014, les sept premiers membres de l’Agence PCC/CFP ont bénéficié d’une journée de formation et d’information sur les nouvelles directives de Getty Images et le contenu des relations Commerce and Culture et le Centre de Formation en photographie d’Hippodrome, deux structures financées par le Centre danois pour la Culture et le Développement (CKU) dans le cadre du Programme de formation en photographie conceptuelle commerciale (PCC). C’était le samedi 27 septembre dernier, au CFP.”

Invisible Borders wins the 2014 Prince Claus Award ;

The Mo Ibrahim Foundation launches the ‘Snapping Cities’ photo competition

(Date limite pour l’envoi des candidatures : le 10/10/14) ;

The Photocopy Club, in partnership with Brighton Photo Biennial and Joburg Photo Umbrella, invite photographers of all ages and abilities to join them for a giant collective making to be exhibited during BPB14 and one month later, during the Joburg Photo Umbrella festival.”

(International Open Call for Submissions: le 22/10/14) ;

Cabo Verde International Photography Festival Open Call!

The Cabo Verde International Photography Festival aims to promote contemporary artistic creation, by opening this space for the dissemination of photographic work of local and international photographers.

(Date limite pour l’envoi des candidatures : le 22/09/14) ;

Faces of Trade Photo Contest

PhotoPhilanthropy launches the Faces of Trade Photo Contest on Instagram, open to professional and amateur photographers living and working on the African continent.
(Submission period: August 21 – September 8, 2014)

Lancement de “Panic”

“PAN!C – a Pan African Network for Independent Contemporaneity – is a platform for cross-continental connection, collaboration and information. This website is a listing of independent contemporary art spaces throughout Africa, but is also a repository of content and ideas relevant to independent contemporary art practice on the continent.”

Shifting Africa: Artistic views from the Sub-Sahara
(Kunsthalle Faust, Hannover, Germany, 28 September 2014 – 26 October 2014 )

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.