ECAS Paris, 8-10 juillet 2015 – Le détail de notre panel !

Nous avons le plaisir d’annoncer le panel que nous organisons pour la prochaine édition de l’ECAS !

Image 5

6th EUROPEAN CONFERENCE ON AFRICAN STUDIES

Histories of contestatory/contested photographs

Following the path of a growing number of works (Christraud Geary, 2002 and Estelle Sohier, 2012) analyzing the social and political life of photographic images produced on the African continent since the second half of the 19th century (in order to enlighten history with renewed tools while enriching a global history of photography), this panel aims at bringing to light the various contexts in which photographs, their uses and the circulations of their media, have been able at some point to dispute the prevailing views of their times.
So, at the turning point of the African independence era, the photographer’s studio became the place to re-shape personal and social identities. In a different context, South African documentary photography became a formidable tool to fight against apartheid. Not to mention the production of an official imagery released during and after liberation wars which froze, for propaganda aims, the images of revolt.
Finally, facing an increasing need to reconnect with historical images – which is facilitated today by digital technologies – this panel will try to grasp how these “resistance photographs” may be borrowed and updated today to serve present fights and stakes.
Hence, particular trajectories of images that “contest” or are even “contested”, that move the boundaries of what is usually admitted within groups or communities of interest in contemporary African societies, will be at the center of our panel’s concerns.

Histoires de photographies contestataires/contestées

Dans le sillage de nombreux travaux (Christraud Geary, 2002 et Estelle Sohier, 2012) analysant la vie sociale et politique des images photographiques produites sur le continent africain depuis la deuxième moitié du 19e siècle pour éclairer, avec des outils renouvelés, les enjeux des époques qui les ont vu naître, cet atelier visera à mettre en lumière les différents contextes dans lesquels ces images, leurs usages et les circulations de leurs supports, ont pu, à un moment donné, contester les discours dominants de leur temps.
Ainsi, au tournant des indépendances africaines, le studio du photographe devient le lieu où se réinventer en tant qu’individu. Dans un tout autre contexte, la photographie documentaire sud-africaine va devenir un redoutable outil de lutte contre l’apartheid. Autre exemple : la production d’une imagerie officielle fait surface pendant et après les guerres de libération, figeant à des fins de propagande les images de la révolte.
Face au besoin grandissant de se réapproprier ces images historiques, à l’ère du numérique, cet atelier tentera également d’étudier comment ces photographies “en résistance” sont réinvesties et actualisées afin de servir les luttes présentes.
Ainsi, les trajectoires particulières d’images “contestataires”, voire “contestées”, faisant bouger les lignes de ce qui est couramment admis au sein de groupes et de communautés d’intérêt dans les sociétés africaines contemporaines, seront au cœur des préoccupations de cet atelier.

Pour proposer une communication, suivez la procédure ici ! (Date limite pour ce faire, le 5 janvier 2015)

Pour un aperçu de la conférence, ainsi que de tous les autres panels validés, se reporter .

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.