L’archive et l’héritage photographique de Paul Kodjo en question

Photo extraite du photo-roman "Deux femmes, un homme" réalisé par Paul Kodjo.                              Crédit photo : Paul Kodjo, Abidjan, Côte d'Ivoire, 1971.

Photo extraite du photo-roman “Deux femmes, un homme” réalisé par Paul Kodjo. Crédit photo : Paul Kodjo, Abidjan, Côte d’Ivoire, 1971.

(English below)

Le 24 février 2015, Goethe Institut Abidjan, à 19h

S’intéresser à l’œuvre photographique de Paul Kodjo, c’est en quelque sorte renouer avec l’histoire culturelle et politique de la Côte d’Ivoire des débuts de la période post indépendance jusqu’aux années 90.

Le président ivoirien Félix Houphouët-Boigny avec le président français, Georges Pompidou.      Crédit : Paul Kodjo, Abidjan, Côte d'Ivoire, 1971.

Le président ivoirien Félix Houphouët-Boigny avec le président français, Georges Pompidou. Crédit : Paul Kodjo, Abidjan, Côte d’Ivoire, 1971.

Paul Kodjo démarra sa carrière au début des années 60. Il traîna sa bosse dans la presse ainsi que dans le monde des arts, notamment le cinéma. Dans les années 90 la vie de l’artiste va connaître un bouleversement et son fond photographique va en pâtir.

En 2008 Paul Kodjo confia au photographe Ananias Léki Dago toute sa collection de négatifs hélas sérieusement abimés par l’humidité en raison d’une mauvaise conservation. Une situation d’urgence qui fait inévitablement appel à un travail de recherche sur sa production photographique en rapport avec la question essentielle de la préservation et de la conservation du patrimoine.

Dans le cadre de cette recherche qu’il a en charge avec le soutien du Goethe-Institut, Ananias Léki Dago recevra le photographe, le doyen Paul Kodjo, en vue d’une conversation publique autour de son œuvre photographique. Ce plateau offrira en outre l’image saisissante d’une rencontre intergénérationnelle de photographes. Ce sera aussi l’occasion de présenter le projet dans son ensemble dont le point nodal est l’œuvre de Paul Kodjo.

Sera conviée à cette rencontre la canadienne, d’origine française, Erika Nimis, ancienne élève de l’école de photographie d’Arles. Aujourd’hui Erika Nimis enseigne à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en tant que professeur associée en histoire de l’art. Elle a publié de nombreux écrits sur la photographie et son histoire en Afrique de l’Ouest.

Au nombre des questions qui seront abordées lors de cette rencontre figureront celles-ci : pourquoi  s’intéresser particulièrement au cas Paul Kodjo ? En quoi la Côte d’Ivoire, mieux encore, l’Afrique de l’Ouest est-elle concernée par la mémoire photographique de celui-ci ? Et quel sens symbolique sous-tend l’acte de préservation et de conservation du patrimoine de ce photographe ivoirien ?

24th of Febuary at Abidjan Goethe-Institut. 7pm

To take up Paul Kodjo’s work is to reconnect with the cultural and political history of Côte d’Ivoire, from the early post-independence period through the 1990s.

Paul Kodjo began his photographic career in the early 1960s. He worked as a press photographer and was active in the art world, mostly cinema. In the 90s, the artist met with hardships that had a destructive impact not only on his life but on his negative archives.

In 2008, Paul Kodjo entrusted his entire collection of negatives — which, unfortunately, were damaged by humidity because they had not been well preserved — to the photographer Ananias Léki Dago. This emergency situation sparked a research project on Paul Kodjo’s photographic career and work, with a view to doing vitally necessary preservation and conservation in his archives.

Within the framework of this research, which he is leading with the support of the Goethe-Institut, Ananias Léki Dago will meet with the photographer, the luminary Paul Kodjo, for a public conversation about his work. The event will give us a striking image of intergenerational exchange between two photographers. It will also be a rare opportunity to unfold, in greater detail, the larger and ongoing project focused on Paul Kodjo’s work.

Joining us for this conversation will be the Franco-Canadian scholar and author, Erika Nimis, who studied photography at the Arles School of Photography [École de photographie d’Arles], and who, today, teaches, as associate lecturer of art history, at the University of Quebec at Montréal (UQAM). She has published many texts on photography and photography history in West Africa.

Amongst the questions that will be discussed: what makes Paul Kodjo’s case so interesting? Why is the photographic memory represented by Paul Kodjo’s photographs relevant to Côte d’Ivoire or, better, to all of West Africa? Why is the act of preserving and conserving the archives of this Ivorian photographer so symbolically significant?

(Information tirée du communiqué de presse diffusé le 8/02/15)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.