Revue de presse #24 – Point sur les collections

En complément à la revue de presse du mois de mars, nous faisons un focus à part sur les “mouvements de collections” dont la presse a parlé au cours du mois dernier.

Ce billet est aussi l’occasion pour signaler un séminaire qui se tiendra ce soir à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) à Paris – Les frontières du patrimoine – organisé par le groupe de travail en histoire du patrimoine et des musées (HiPam) qui poursuit cette année sa “réflexion sur les collections et les collectionneurs”, avec les interventions de Laurier Turgeon (“De la tombe au musée : la requalification des objets européens et amérindiens dans le contexte nord-américains”) et de Julien Bondaz (“Des collectionneurs subalternes ? Amateurs d’art et pouvoirs de la collection en Afrique de l’Ouest”). La présentation de Turgeon sur le site de HiPam débute ainsi : “Nous proposons de réfléchir sur le rôle transformateur du collectionneur et des collections. Loin de simplement subir les assauts du monde social ou de témoigner de son passage, les objets collectionnés agissent sur le monde social et participent activement à sa construction/reconstruction. Plus encore, les objets possèdent un pouvoir de régénération des personnes et des groupes.”

A la toute fin du mois de février dernier, nos amis d’African Photography Initiatives attiraient notre attention sur une vente aux enchères, “Photographie pour tous”, qui allait se tenir quelques jours plus tard à Paris (le 10/03/15) :

“Great African studio photography on sale in in an auction Paris. We welcome the growing interest in African photography. Sadly, however, the photographs sold at auctions often disappear in private collections and are not accessible to researchers anymore. Sanle SORY. Deux amis au studio Volta Photo, 1981.” (Post APhI, FB, le 28/02/15)

Un peu plus tard au cours du mois de mars, le magazine en ligne L’Oeil de la photographie revenait sur les “résultats” de cette vente (Photographies pour tous, 6e édition, le 24/03/15) :

“Choix d’expert et découvertes d’images rares se succèdent depuis six éditions, telle la collection d’un amateur lyonnais de photographie de studios africains des années 50 à 80, proposée pour la première fois en vente. L’intérêt suscité des jeunes collectionneurs s’est concrétisé avec de jolies envolées doublant l’estimation (lots n°174 à 191).”

Parmi les nombreux lots proposés figuraient des tirages issus de « Studios africains » génériques rassemblés par thématique (« Fonds peints, c. 1950-1980 », « Prends la pose ! c. 1950-1980 », « Les copains d’abord, c. 1950-1980 », « Sapes traditionnelles/Sapes modernes I, c. 1950-1980 »…) ou mélangés (Mix I, II, III, IV), ainsi que des tirages isolés attribués au photographe burkinabé Sanle Sory et au photographe togolais Nouvi Degbava. Triste sort pour des images qui, vendues à la découpe, ont ainsi quitté à jamais les communautés pour qui elles pouvaient revêtir une valeur autre que marchande ou basée sur des critères uniquement esthétiques.

Les “jolies envolées” des photographies africaines peuvent être appréciées ici (lots 174 à 180) et (lots 181 à 200).

Entre temps, la lecture d’un article publié dans le tout nouveau “Monde AfriqueSindika Dokolo : « Nous, Africains, allons intégrer le monde de l’art sans baisser notre pantalon » (entretien d’Olivia Marsaud, le 20/03/15) nous apprenait que le fonds photographique de Revue Noire fait désormais partie de la collection de cet homme d’affaires, “la première collection africaine privée d’art contemporain”, d’après l’article, et qui comprendrait aujourd’hui entre “3 000 à 5 000 œuvres”.

Enfin, à la suite de la vente “Une histoire particulière de la photographie. Collection de Monsieur et Madame X” chez Pierre Bergé et Associés du 19 mars 2015, la journaliste Claire Guillot écrivait dans Le Monde (Pas de prix record à la vente de photo de « M. et Mme X », le 20/03/15) :

“Les institutions publiques françaises, du coup, ont pu acheter des pièces à des prix avantageux : en particulier le Musée du Quai Branly, qui a préempté deux pièces. La première est un daguerréotype montrant Un Tambo dans les Cordillères à la hauteur de 16000 pieds (65000 euros). « Nous avons une collection qui comprend beaucoup d’images anciennes de l’Amérique latine, explique Christine Barthe, chargée de la collection de photographie au Musée du quai Branly, et cette image magnifique va s’y insérer. Elle est à mi-chemin entre la photo d’archéologie et le paysage. On pense en général que les premières photos de la cordillère des Andes datent des années 1860, cette image prouve qu’il y en a eu avant ». La deuxième photo qu’elle a acquise (8000 euros, prix marteau), est un portrait d’un jeune noir de Tanger, est « attribuée à Gustave de Beaucorps » selon le catalogue de la vente. « Même si cette photo pose des problèmes d’identification, peu importe, elle complète notre collection qui s’intéresse à la représentation des Africains au XIXe siècle ».

« attribuée à Gustave de Beaucorps », d'après le catalogue de la vente et préempté par le Musée du Quai Branly. Épreuve sur papier albuminé d'après un négatif sur verre.
« Attribuée à Gustave de Beaucorps », d’après le catalogue de la vente et préempté par le Musée du Quai Branly. Épreuve sur papier albuminé d’après un négatif sur verre.

(A propos de cette vente, voir aussi les articles de Polka Magazine, s. d. et de L’Oeil de la Photographie, le 24/03/15).

La lettre d’informations à la presse du Musée du Quai Branly d’avril (10/04/15) formalisait ainsi ses acquisitions :

ACQUISITION DE DEUX* ŒUVRES MAJEURES POUR L’HISTOIRE DE LA PHOTOGRAPHIE

“La photographie Jeune noir de Tanger de face, a été réalisée en 1859. Gustave de Beaucorps effectue entre 1858 et 1861 un voyage autour du bassin méditerranéen, et réalise des photographies en Algérie et au Maroc, notamment à Tanger. Il est connu pour avoir pratiqué le calotype (négatif sur papier), mais aussi le collodion. Le cadrage assez serré donne une modernité étonnante à cette image. Ce portrait constitue un jalon important de l’histoire du portrait photographique en Afrique, à la suite des daguerréotypes de Charles Guillain pris sur la côte Est de l’Afrique, et des premiers portraits au calotype de Pierre Trémaux au Soudan.”

(* “Ce daguerréotype pleine plaque, de grand format (15.8 x 21 cm), montre un tambo, (aire de repos inca située à proximité des routes) dans un paysage assez large. Un papier accompagnant la pièce indique la date de 1849 et l’altitude de prise de vue (16000 pieds, soit 4876 m). Cette pièce présente un intérêt majeur pour l’histoire de la photographie particulièrement en lien avec l’archéologie. Elle est probablement la 1ère photographie connue de la cordillère des Andes. Elle repousse de façon significative les limites temporelles du monde photographié, et apporte des éléments nouveaux très importants sur l’histoire de la photographie en Amérique du sud.” Lettre d’information à la presse du MQB, le 10/04/15).

Quels impacts et transformations ces objets photographiques produisent-ils “sur le monde social et [comment] participent-[ils] activement à sa construction/reconstruction” ? (Pour citer L. Turgeon ci-dessus). Seule une étude rapprochée de leurs circulations et appropriations successives serait en mesure de nous l’indiquer précisément… Pour l’heure, gardons trace de leurs mouvements.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.