Revue de presse #26 – Mai 2015

BIENNALE DE VENISE

The Venice Biennale and the problem of nationalism, par le photographe Serubiri Moses, Africa is a Country, le 27/05/15 ;

Pavillon belge : Rencontre avec Sammy Baloji, par Amélie Timmermans, IAM, le 15/05/15 ;

Three Standout Exhibits at the Venice Biennale, par Tim Auld, The Wall Street Journal, le 7/05/15 ;

L’Afrique à Venise (1) : le mea culpa des Belges, par Roxana Azimi, Le Monde Afrique, le 6/05/15 ;

“Le travail de Sammy Baloji sort du lot. Né dans la province minière du Katanga en République démocratique du Congo, le jeune homme dissèque à partir d’archives l’exploitation des noirs durant le régime colonial. Passé et présent se télescopent dans les vues aériennes de Lubumbashi, entremêlées avec des images de moustiques et de mouches dénichées au musée d’histoire naturelle. L’idée de ces insectes vient d’une photo saisissante de 1929 que Sammy Baloji a découverte dans les annales de la compagnie Gécamines : deux noirs assis à côté d’une pile de mouches mortes. Et de rappeler une époque où l’absurde le disputait à la cruauté : « Chaque ouvrier dans ces années-là devait ramener 50 mouches pour recevoir sa ration quotidienne de nourriture ».”

HISTOIRES D’IMAGES

La foto si ripete in forse, par Michele Smargiassi, Blog Fotocrazia, le 9/05/15 ;

Réflexions de l’auteur autour de la réinterprétation de l’image du massacre de Garissa (qui a largement circulé dans les médias et les réseaux sociaux au lendemain de la tragédie) développée au sein de “Fabrica” par Silvia Giralucci.

Mi plagi, ma non mi converti, par Michele Smargiassi, Blog Fotocrazia, le 7/05/15 ;

L’auteur y suit et décrypte la trajectoire – imprévue – d’une photographie de Daniele Tamagni sur la SAPE (issue de son ouvrage Gentlemen of Bacongo), utilisée à l’insu du photographe sur Twitter par le politicien anglais Nick Griffin contre le Scottish National Party et à des fins racistes. Cependant, cette appropriation indue ne va pas produire les effets escomptés…

ACTUALITÉ DES PHOTOGRAPHES

Interview with Kiluanji Kia Henda, par Kim Knoppers, Foam, le 20/05/15 ;

Snapped in Conversation with Délio Jasse, Art South Africa, le 14/05/15 ;

Praise poem for the photographer Omar Badsha, par Neelika Jayawardane, Africa is a Country, le 13/05/15 ;

Fresh Eyes: Amaal Said’s portraits of belonging, par Zachary Rosen, Africa is a Country, le 11/05/15 ;

“I couldn’t imagine losing all the pictures I came back to so often. I do not have my own memories of Somalia, but I’ve used my parents’ pictures to try and fill a void I felt. I started having conversations with friends about the pictures we took across continents with us, how communication occurs through pictures as well as language.”

Ruminations? Or, Ruinations? in the work of Santu Mofokeng, par Drew Thompson, Africa is a Country, le 9/05/15 ;

The art of “Unrest” –The work of Cape Town artists Hasan and Husain Essop, par Cornelia Knoll, Africa is a Country, le 5/05/15 ;

Teddy Mazina: « Mettre un bulletin dans une urne, au Burundi, c’est de la foutaise », par Ayoko Mensah, Le Monde Afrique, le 4/05/15 ;

“Vous photographiez, mais vous refusez de voter. Pourquoi ?

Je refuse de déposer un bulletin de vote dans une urne. Mais en réalité, je vote tous les jours. À chaque clic de mon appareil photo, je vote. À chaque fois qu’on arrête ou qu’on libère quelqu’un, je vote. C’est de la contestation positive. J’aimerais bien que des gens plantent des arbres ou ramassent les sacs plastiques qui traînent dans les rues pour exprimer leur colère ou leur vote démocratique. Mettre un bulletin dans une urne au Burundi, c’est de la foutaise. Depuis le sommet de la Baule, en 1990, qu’avons-nous vu en Afrique ? Des fils de dictateurs ou leurs clones qui s’accaparent nos pays et veulent trafiquer les Constitutions.”

Jumoke Sanwo – Creating familiarity with portraits, par Jorrit R Dijkstra, This is Africa, le 4/04/15 ;

“Last year I came up with an idea called the ‘Black and White Project’, to be presented in two parts. The first was the ‘Retrospective’ project to create an archival image bank. I believe we have a wealth of photographic history in private collections currently. The idea is to create a central body to digitally archive these images. The second part of the project is called the ‘Perspective’ and the idea is to consciously document ongoing occurrences pertaining to our lifestyle in the current day. I am still at the stage of fine-tuning the idea, but hope to be able to carry it out some day.”

(…)

“It’s very challenging to survive as an artist here with the lack of an enabling environment for anything artistic. We see the future in ways how we can generate innovative ideas that can sharpen growth and development, but the government doesn’t understand this and therefore doesn’t support it. There is a rise in popularity of photography in Nigeria, but more in a commercial aspect. I don’t think we need more magazine type portrayals though, because this doesn’t add real value to the art of photography. Unfortunately the artistic practice is not lucrative enough for investments or support here.”

COLLECTIONS

Sindika Dokolo on African Art and His Collection in Portugal, par Nicholas Forrest, Blouinartinfo.com, le 4/04/15 ;

SD: “For me, the real issue is whether us Africans together can manage to take control and have authority over our own cultural destiny. i.e. the way we value our art and our culture. This for me, at the end of the day is really important. It is not whether contemporary art in Africa as such will ‘reign’ or will just have been a trend. I don’t think it depends on the international market but as I said, it is whether we are ready to value our culture and art. The only way this market will be consistent and viable in the long run is if we manage to be stronger on the inside than on the outside which means art schools, collectors, institutions, galleries and curators.”

If I were a rich (African) man …, par Marc Lenot, Blog Lunettes rouges, le 4/04/15 ;

“… je collectionnerais l’art contemporain africain (ou je serais plus précisément un collectionneur africain d’art contemporain), j’achèterais des œuvres (parfois secondaires) d’artistes reconnus et quelques pièces pas trop chères de jeunes artistes, je me ferais conseiller par un artiste et un curateur africains très connus, je donnerais beaucoup d’interviews sur ma collection, en y parlant davantage de politique, de civilisation, de respect pour l’Afrique que de mes pièces, mais je ferais attention à ne pas acheter de pièces trop radicales (ça pourrait choquer bon-papa), je monterais une grande campagne de relations publiques (qui m’apporterait de beaux articles élogieux), je réfuterais aussi élégamment que possible les allégations sur ma fortune mal acquise et minimiserais les réactions négatives qui pourraient en résulter, et je montrerais ma collection dans les lieux les plus prestigieux auxquels je pourrais accéder, d’abord Venise et maintenant (même si c’est un peu moins glorieux – mais moins risqué – que Venise) le Palais de Cristal à Porto (jusqu’au 17 mai).”

Foire d’art contemporain 1:54 à New York

A Contemporary African Art Fair Arrives in New York, par Jillian Steinhauer, Hyperallergic, le 14/05/15 ;

5 Trends at 1:54 Contemporary African Art Fair, par The Art Genome Project, Artsy, le 15/05/15 ;

1:54 Contemporary African Art Fair Is Full of Good Art and Tough Questions, par Ben Davis, Artnet, le 16/05/15 ;

EXPOSITIONS

Ebishushani 2&3: Exhibition archiving Uganda’s history, par Dominic Muwanguzi, Start Journal of Arts and Culture, le 26/05/15 ;

“With this exhibit, the archivist is able to open up conversation on the role played by photography in the visual arts and beyond. Like any archive, this (private) collection of photographs can be re-worked into film, sculpture or painting to be exhibited in a Museum.”

How to photograph four Ugandan presidents and live to tell the tale, par Andrew Kaggwa, The Observer, 20/05/15 ;

Out Look. A South African photographer brings her life’s work to Brooklyn, par Andrea K. Scott, The New Yorker, le 18/05/15 ;

(Autour de l’exposition de Zanele Muholi au Brooklyn Museum et que l’article labelle comme étant son “first major show in the U.S.”)

“In the past eight years, more than two hundred and fifty people have gazed frankly, shyly, proudly, defiantly at Muholi’s camera, including the artist herself. “I’m one of us,” she told me recently. “I’m not observing from a distance. It’s not just me who is here at the museum; we are here.

(…) In 2009, she established the collective Inkanyiso (Zulu for “the one who brings light”), urging younger “born frees”—as the post-apartheid generation is known—to be the historians and archivists of their own lives, from reporting at “corrective rape” murder trials to photographing baptisms.”

Autre extrait intéressant à reporter ici : “Muholi’s epic series is a firebrand update of the black-and-white portraits of Seydou Keïta, the great self-taught studio photographer who was active in Mali in the forties and fifties, as well as a feminist spin on August Sander’s lifelong effort, “Man in the Twentieth Century.””

“(…) she opts for black and white in her portraits, “to create a sense of timelessness—a sense that we’ve been here before, but we’re looking at human beings who have never before had an opportunity to be seen.”

Tiwani Contemporary Highlights Photography Work of African and Diaspora Artists, par Rachel Will, Blouinartinfo.com, le 17/05/15 ;

Pictures of apartheid, in a midst of an anti-migrant crisis, par Jeremy Harding, The New Yorker, le 9/05/15 ;

Review: Santu Mofokeng, ‘A Metaphorical Biography’, par Holland Cotter, The New York Times, le 7/05/15 ;

“Our art galleries often give us what our museums should but don’t, as is the case with this small yet chronologically comprehensive survey of work by the South African photographer Santu Mofokeng.”

(A propos de l’exposition Visibles/Invisibles, l’Afrique urbaine et ses marges présentée à la Fondation Blachère jusqu’au 26 septembre prochain)

“Avec des diptyques photographiques en noir et blanc, Nadja Makhlouf rend hommage aux femmes qui ont combattu pour l’indépendance de l’Algérie, car si certaines ont été mises sur le devant de la scène, beaucoup d’autres sont tombées dans l’oubli, comme Nassima Ablal. « Pendant la guerre, elle s’occupait de taper le premier journal algérien qui s’appelle El Moudjahid, explique Nadja Makhlouf. Nassima Ablal était à côté d’Abane Ramdane qui est un des grands Messieurs de la guerre de libération et elle a fini ses derniers jours dans l’oubli et l’anonymat. C’est probablement une des femmes qui m’ont le plus touchée. »”

HOMMAGE

Photographie : radioscopie nigérienne, Jeune Afrique, le 8/05/15 ;

“Une exposition de jeunes photographes nigériens se tient au Centre culturel franco-nigérien de Niamey du 9 mai au 20 juin, sous la houlette de Philippe Guionie et en hommage à Philippe Koudjina Ayi.”

“Hétéroclite et inégal, le résultat offre une image fragmentée et originale du Niger actuel que ces jeunes artistes espèrent pouvoir exposer lors des prochaines Rencontres de Bamako en décembre prochain. Jusqu’à présent, un seul photographe a pu représenter le Niger à la biennale panafricaine… le Béninois Philippe Koudjina Ayi.”

Niger : Koudjina en héritages. Un hommage photographique, par Philippe Guionie, L’Oeil de la photographie, le 8/05/2015 ;

Ccfn Jean Rouch KOUDJINA en heritages 12 Ccfn Jean Rouch KOUDJINA en heritages 13 Ccfn Jean Rouch KOUDJINA en heritages 5

Ccfn Jean Rouch Koudjina en héritages expo

ARCHIVES

35mm Film Saved From Garbage Uncovers Rare Footage From Across Egypt, par Enas El Masry, Egyptian Streets, le 11/05/15 ;

“A personal plea; if you ever come across an abandoned roll of film negative, keep it or give it to someone who is concerned with archiving,” said Hamed. “But please don’t burn or throw it away, for it’s part of human history.”

PHOTOGRAPHIE ET POLITIQUE AU SÉNÉGAL

PRÉSIDENCE- Les photographes Sénégalais mis à l’écart pour recyclage … Lionel Mandeix se présente comme un « simple » formateur, Dakaractu, le 1/05/15 ;

“Une petite enquête a permis de savoir que nos compatriotes ont été mis en quarantaine et remplacés provisoirement par cet «expert». Un expert, tout de même plutôt connu dans la planète People que dans une sphère aussi importante que celle de la Présidence. Motif de leur mise à l’écart : « piètre qualité des photos, absence de maîtrise de certains logiciels de traitement de photos, défaut de maîtrise de la fonction sous certains de ses aspects…» selon Mandeix.
Autrement dit, il a quand même fallu un peu moins de trois ans pour remarquer ce manque de professionnalisme et cette médiocrité des productions. Bref, la Présidence ou mieux la cellule de communication de la Présidence a jugé utile d’aller se trouver “une expertise occidentale”. Encore un simple jeu de mots pour justifier une décision bien surprenante, même s’il est laissé croire que « la mise à l’écart est momentanée » et qu’il n’a jamais été question de licenciement.”

Lire aussi la réaction de Erick Christian AHOUNOU sur la mise à l’écart des photographes sénégalais de la Présidence

SOUVENIR : composition du premier gouvernement du Sénégal formé le 17 septembre 1960 par le président Léopold Sédar Senghor, Dakaractu, le 4/05/15 ;

REPRÉSENTATIONS DU CONTINENT

En Libye : « Nous sommes là pour être vendus », reportage de Samuel Gratacap, Le Monde Afrique, le 31/05/15 ;

Parole et portraits de migrants “parqués” au centre de détention de Zaouïa, en Libye.

Picture story: how photographing the Omo Valley people changed their lives, par Matilda Temperley, The Guardian, le 24/05/15 ;

“It is estimated the Suri receive fewer than 1,000 visitors a year, mostly photographers and filmmakers hoping for an “authentic” experience. In reality there is little authenticity in a visit to the most popular Suri villages. (…) A huddle of toddlers joined the parade, lying belly-up in the grass. In the pursuit of “photo money”, women piled pots, pans, horns and bushes on their heads; flowers were placed in mouths, stuck in ears and on nipples. Offers to form singing groups, body paint and even to scarify themselves ensued. Susan Sontag’s words about the “predatory nature of the photographic act” resounded.”

The Spectacular Return of the Pigmy Mother, par Patrick Willocq (photographies) et Laurence Butet-Roch (texte), narrative.ly, non daté ;

“In the remote reaches of the Congo, young mothers follow an ancient tradition of living in isolation with their newborns for months or even years. Here’s what happens when they come back.”

A French-language version of this story was originally published in Polka Magazine in June 2014.

PRIX

A vision of urban decay in Johannesburg wins the Deutsche Börse Photography Prize 2015, par Tom Seymour, British Journal of Photography, le 28/05/15 ;

“A photography project that reveals, layer by layer, the complex stories concealed within one of Johannesburg’s most iconic buildings, Ponte City, has won this year’s Deutsche Börse Photography Prize 2015.

Mikhael Subotzky and Patrick Waterhouse were awarded the Deutsche Börse Photography Prize 2015 at The Photographers’ Gallery this evening, Thursday 28 May 2015.”

LES ANNONCES DU MOIS

Espace Partage Photo de Bamako (Un espace de travail partagé dédié à l’image à Bamako. A shared worspace for photographers in Bamako) lance une campagne de financement participatif !

Depuis sa création, EPP a été une initiative “SBF” : Sans Bailleur de Fonds. Notre équipement actuel provient des animateurs eux-même et de quelques dons, et les frais de fonctionnement sont couverts par les cotisations des utilisateurs (5000 FCFA/mois, soit 7,5 €).
Nous voulions prouver qu’il est possible de faire vivre un projet culturel 100% malien, sans dépendre de subventions extérieures. Ce que nous avons réalisé en trois ans en est la preuve.
Cependant il nous faut étendre nos capacités de soutien à un nombre croissant de participants. Le crowdfunding nous a paru être une solution qui préserve notre indépendance.

Photography Competition: ‘Ways we watch films in Africa’, Africa in Motion (AiM) Film Festival [annual African film festival bringing African cinema to Scottish audiences]

“Competition call-out to photographers interested in exploring Africa’s film viewing experiences.”

** The deadline for the competition is 31 July 2015 **


1 réponse

  1. fotota dit :

    Un ajout tardif à la revue de presse du mois de mai 2015 :

    ICI ABIDJAN – L’autre capitale de la photographie, par Dany Simonet, Le Point Afrique, le 28/05/15.

    Où il est question de Paul Kodjo et Ananias Léki Dago, Paul Sika, Franck Abd-Bakar Fanny, François-Xavier Gbré, Joana Choumali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.