Revue de presse – Rencontres de Bamako

Si un article du Monde annonçait en septembre dernier que la “majorité des douze rédactions parisiennes ayant initialement accepté l’invitation a préféré renoncer au voyage de presse (…) pour raisons de sécurité”, force est de constater que les articles ont plu de toutes parts ! En voici un aperçu (classés par ordre chronologique).

Rencontres à Bamako, par Claire Kueny, Movement.net, 21/09/15 ;

“Former et informer, honorer les ainés – le nom de Malick Sidibé, « l’œil de Bamako », est sur toutes les bouches – et promouvoir la jeunesse ; accorder une place aux artistes femmes, aux photographes de Gao, de Menaka et de Ségou, qui ont pu saisir au plus près « La crise ». C’est dans une salle du Musée national de Bamako que se sont réunis une quinzaine de photographes maliens et représentants de l’art contemporain pour partager leurs intentions et leurs projets « off » qui occuperont la ville pendant les deux mois de la Biennale.”

“Chab Touré, actuellement directeur de la galerie Chab à Bamako, après avoir dirigé la galerie Carpe Diem à Segou pendant des années, nous offre une vision élargie de la photographie malienne, loin des studios historiques bamakois. Déjà en 2001, lors de la 4ème édition des Rencontres de Bamako, il avait mis en lumière quelques clichés de Sadio Diakité. A l’occasion de la 10ème édition de la Biennale africaine de la photographie, il ressort de l’ombre le travail remarquable mais malheureusement toujours inconnu de ce photographe originaire de Kayes, qui n’a rien à envier à ces contemporains de Bamako…”

Mali: la 10e Biennale africaine de la photographie s’ouvre à Bamako, par Siegfried Forster, RFI, le 31/10/15 ;

“Ce thème a plusieurs facettes : d’abord, on souhaite exprimer notre gratitude et montrer notre respect envers la riche tradition orale du Mali, aux griots et leur manière de raconter les histoires et l’Histoire. Avec Telling Time, nous allons aussi regarder le présent, examiner ce qui s’est passé au Mali et les effets provoqués afin de se régénérer et guérir, de renouer avec la région et le monde. Mais nous allons aussi parler du présent après la révolution au Burkina Faso, le Printemps arabe… Nous allons ensuite regarder vers l’avenir. Quelles sont nos possibilités ? De quelles alternatives disposons-nous : être, agir et raconter ce monde ? Pour cela nous invitons des artistes à présenter leurs œuvres, des photographies, des vidéos, des documentaires, des reportages, des concepts artistiques, pour savoir quel usage ils font du passé pour inventer le futur.”

(L’article “Mali: la 10e Biennale africaine de la photographie s’ouvre à Bamako”, publié dans MaliPress le 1/11/15, reprend tels quels les propos de RFI) ;

Le Mali accueille la 10e Biennale africaine de la photo, annulée en 2013 à cause du conflit, MaliActu.net, le 31/10/15 ;

“« Cette édition des Rencontres de Bamako témoigne du courage des acteurs maliens et est aussi un signal fort de la résilience du Mali », a déclaré le délégué général de la manifestation, Samuel Sidibé, lors de la cérémonie d’ouverture.”

Métropolis, Arte, édition du 1/11/15 ;

Mali : reprise de la Biennale africaine de la photographie à Bamako, TV5Monde, le 2/11/15 ;

RENCONTRES BIENNALES DE LA PHOTOGRAPHIE DE BAMAKO : Le Burkina représenté avec deux photographes, Afriyelba, sans date ;

Mali’s Showcase of Contemporary African Photography Returns in the Wake of Political Turmoil, par Sean O’Toole, le 2/11/15 ;

African biennale of photography returns to Mali amid unrest, par Saskia de The New-York Times, le 2/11/15 ;

“After four years of waiting, hundreds of photography devotees, including journalists, artists and students, gathered here last weekend in Bamako, the Malian capital, to welcome back one of their key cultural gatherings. The cancellation of the biennale in 2013, because of political turbulence and war, seemed to have left an unsatiated need for this continent’s visual storytellers to show their work, and organizers received more than three times as many submissions as in previous years.”

Mali : Biennale de la Photographie/Rencontres de Bamako : Vivement la 10e Edition, par Hamidou NGATTE, MaliActu.net, le 2/11/15 ;

(Article qui reprend notamment les discours prononcés lors de la cérémonie officielles des Rencontres)

Les histoires de mon grand-père, Contemporary And, le 3/11/15 ;

(Entretien avec Lebohang Kganye, Prix du jury 2015)

“J’ai compris à quel point un album de famille pouvait composer une sélection des souvenirs que nous pourrions garder en nous, et de ceux que nous pourrions oublier, en faisant de nos histoires des fictions orchestrées, des histoires sorties de notre imagination.”

Nassim Rouchiche “ça va waka”, par Claire Nini, Afrique in visu, le 3/11/15 ;

Biennale : Bamako retrouve le temps de la photo, par Valérie Marin la Meslée, Le Point, le 3/11/15 ;

“Au-delà des négociations, il y a l’amitié. Voir les gens revenir, c’est retrouver des forces », dit Alioune Ba. Se nourrir aussi d’échanges avec les artistes venus du continent et de la diaspora, briser l’isolation. On est dans le temps long de la reconstruction.”

Rencontres de Bamako: la lumière contre l’obscurantisme, par Luc Debraine, L’Hebdo, le 5/11/15 ;

“Nous voici en plein exercice de soft power français, une opération de communication qui sert le rapprochement récent de l’ancien colonisateur et du pays francophone d’Afrique de l’Ouest. Sous son vernis artistique, la culture reste un efficace instrument d’influence.

Un outil aussi empoigné par la Suisse, qui apporte un soutien actif à la biennale par le biais de Pro Helvetia, de fondations, surtout la Direction du développement et de la coopération de la Confédération. La DDC prend notamment en charge des ateliers pédagogiques dans des écoles de Bamako, sensibilisant les élèves à la création photographique contemporaine, organisant au passage un concours entre établissements. La Suisse a aussi soutenu la venue sur place d’artistes sud-africains, ainsi que l’organisation d’une exposition collective de photographes du Niger, montrée pendant la manifestation dans les locaux de l’Institut français à Bamako. Depuis la crise du Sahel il y a quarante ans, le Mali est un «pays focus» pour la DDC, qui le soutient à hauteur de 30 millions de francs par année.”

À Bamako, une Biennale de la photo en forme de résistance, par Roxana Azimi, Le Quotidien de l’art, édition n. 937, le 5/11/15 ;

Mali solidifies its reputation as a hub for photographic practice in Africa, par John Owoo, ArtsGhana, le 8/11/15 ;

In pictures: Telling time in Bamako, BBC, le 9/11/15 ;

Telling Time: A refreshing edition of the ‘Bamako Encounters: African Biennale of Photography’ in Mali, par Gabriela Salgado, sans date ;

Un jour, une photo : “L’exposition panafricaine”, toute la vitalité de la photographie africaine, Le Point Afrique, le 9/11/15 ;

Photo : les Rencontres de Bamako au secours du Mali, par Joséphine Bindé, Télérama, le 9/11/15 ;

Tisser le temps à travers les images: entretien avec Héla Ammar, par Icaro Ferraz Vidal Junior, Buala, le 10/11/15 ;

“La révolution tunisienne a permis de libérer l’image de la fonction dans laquelle la dictature l’a enfermée. Celle-ci a d’abord commencé par traduire l’énorme besoin d’immortaliser des moments uniques de l’histoire de la Tunisie, pour ensuite témoigner de sujets dont l’exploration était jusque là interdite. (…) Comme si cette présence soudaine d’une Tunisie en pleine effervescence révélait l’absence de tous les pans d’une Tunisie occultée ou reniée. C’est ce qui m’a donné envie de revenir sur les traces du passé et de les relier au présent. (…) Pour ce faire, j’ai utilisé la broderie parce qu’elle évoque d’abord le temps, la patience voire l’abnégation et la précision. (…) C’est dans cette mesure que cette technique m’est apparue comme le médium le plus approprié pour parler du long processus de construction de l’histoire de la Tunisie.”

Biennale africaine de la photographie : Ségou découvre en « OFF » les photos de « Foto Ton », par Assane Koné, Notre nation, le 10/11/15 ;

“« Dans le cadre des Rencontres de Bamako, dont le thème est cette année ‘’Telling Time’’ ou conter le temps, avec le soutien de la Fondation du Festival sur le Niger, pour ne pas dire celle de Mamou Daffé, l’Association des photos journalistes-artistes au Mali (APAM) a décidé de faire une exposition en ‘’OFF ‘’ à Ségou, sous le thème de ‘’ Kobê nan wati’’ ou chaque chose à son temps », c’est en ces termes que Amadou Keita, Président de l’association « Photo ton » a introduit ses propos.”

Photo – Rencontres de Bamako 2015 : la créativité pour raconter et agir, Le Point Afrique, le 14/11/15 ;

Le dossier du Monde (par Roxana Azimi)

Casablanca, l’intarissable source d’inspiration du photographe Youssef Lahrichi (1), le 2/11/15 ;

“Un personnage, la tête résumée à un casque noir. Lors de la présentation de la Biennale de la photographie africaine à Arles à l’été 2014, cette photo du Malien Aboubacar Traoré avait servi de visuel au dossier de presse. Mais par mesure précaution, la direction a opté entre-temps pour un cliché moins litigieux de la Sud-Africaine Lebohang Kganye, lauréate le 2 novembre du prix du Jury.

« Je ne souhaitais pas que la question religieuse soit au centre de la Biennale ni que les musulmans perçoivent cette série comme une critique », justifie Samuel Sidibé, délégué général des Rencontres.”

Les migrants d’Afrique subsaharienne hantent les Rencontres de Bamako, le 9/11/15 ;

” Au bout d’une semaine, un autre parti pris esthétique a fait jour : la transparence, qui donne à ces êtres un aspect spectral. Un moyen aussi de protéger leur anonymat sans leur faire perdre en dignité, tout en rendant compte de l’indifférence dont ils font l’objet. « Les fantômes, ce sont ceux qui n’arrivent à pas à passer dans l’au-delà. Ils sont coincés entre la vie et la mort, explique Nassim Rouchiche. Eux, c’est pareil. Ils sont coincés ici. Ils ne peuvent pas revenir en arrière, car c’est trop compliqué de retraverser le désert. Et ils n’arrivent pas à aller plus loin. Ils tournent en rond. »

A La Terrasse de Bamako, de jeunes photographes veulent prouver que la vie continue (2), le 4/11/15 ;

Le dossier « Les pionniers de la photographie africaine » par Jeune Afrique (sauf mention contraire, tous les articles sont de Nicolas Michel) :

Mali : les Rencontres de Bamako, au-delà de la photo, le 2/11/15 ;

“Des doutes, il y en eut plus que nécessaire, et ils ne portaient pas seulement sur les conditions sécuritaires au cœur de la capitale malienne. En réalité, la question du financement de la manifestation, nerf d’une autre guerre, demeure le principal obstacle à sa pérennité. Chaque édition soulève le même problème : existe-t-il une véritable volonté politique d’asseoir les Rencontres de Bamako dans l’agenda malien ? (…) « Trois semaines avant la date prévue pour le début de la Biennale, il fallait encore se battre pour essayer d’obtenir l’argent nécessaire à son organisation », confie Samuel Sidibé, qui a par ailleurs perdu la contribution autrefois substantielle de l’Union européenne.

Le budget, environ 620 000 euros, a pour la première fois été bouclé grâce aux participations à parts égales de l’Institut français et du Mali (250 000 euros chacun), le reste étant apporté par différents sponsors, dont la compagnie aérienne Royal Air Maroc. L’État malien a lui seul a apporté 130 000 euros.”

Photographie : le jury des Rencontres de Bamako récompense l’audace, le 3/11/15 ;

“(…) un palmarès qui privilégie les approches plastiques les plus audacieuses – aux dépens des approches frontales du réel et du thème proposé par la commissaire d’exposition nigériane Bisi Silva, « Telling time ».

(…) Le jury a décidé cette année de ne pas remettre le prix de la Fondation Blachère, jugeant que la récompense proposée – une résidence à Dakar avec cession d’oeuvre à la clef – n’était pas appropriée.”

(Le palmarès complet est disponible ici sur le site des Rencontres)

Photographie : les pionniers africains et leurs héritiers, le 4/11/15 ;

“Contrairement à une idée répandue, tout ne commence pas à Bamako dans le studio de Seydou Keïta (1921-2001) puis dans celui de Malick Sidibé – légende vivante honorée lors de la biennale d’art contemporain de Venise en 2007. Non, en vérité tout commence dans les ports (Sierra Leone, Togo, Sénégal actuels…), par où les Toubabs introduisirent une invention bien française, le daguerréotype, au milieu du XIXe siècle.

(…) Le style des studios maliens qui plaît tant aujourd’hui aux Occidentaux – Paris organise une grande rétrospective Seydou Keïta au Grand Palais du 30 mars au 24 juillet 2016 – n’est que le début d’un renversement, quasi contemporain des indépendances.

(…) Aujourd’hui, alors que tout le monde est photographe, archiviste de sa propre mémoire et metteur en scène compulsif de son image rêvée par le truchement des réseaux sociaux, les photographes se réinventent en artistes, hommes sans foi ni loi ni frontières.”

Photographie – J.D. ‘Okhai Ojeikere : architecture, sculpture et coiffure au Nigeria, le 5/11/15 ;

“Pour autant, la carrière d’Ojeikere ne se limite pas aux coiffures féminines : passionné d’architecture, convaincu de la nécessité de sauvegarder un patrimoine en péril, il consacra de nombreuses pellicules aux évolutions de l’habitat urbain et aux bâtiments les plus anciens de Lagos. (…) Selon Bisi Silva, commissaire de l’exposition monographique qui lui est consacrée à l’occasion des Rencontres de Bamako, « l’ensemble des photographies d’Ojeikere propose une chronologie visuelle des transitions sociales, culturelles et politiques du Nigeria ».”

Paul Kodjo, le miracle abidjanais, par Séverine Kodjo-Grandvaux, le 5/11/15 ;

“Depuis 2008, le photographe ivoirien Ananias Léki Dago s’est assigné une mission : restaurer les quelque 30 000 négatifs, abîmés par l’humidité et la négligence, que lui a confiés son compatriote Paul Kodjo. Un projet qu’il mène à bien avec le soutien du Goethe Institut d’Abidjan et qu’il doit présenter lors des Rencontres de Bamako.

(…) « Contrairement à des photographes comme Seydou Keïta ou Malick Sidibé, qui étaient des artisans pratiquant une photographie utilitaire et que l’on a fait artistes plus tard, Paul Kodjo se définissait lui-même comme artiste. Il a exposé en tant que tel dans les années 1960 à Paris, où il avait acquis une petite notoriété », explique Ananias Léki Dago. Paul Kodjo, correspondant pour Fraternité Matin, avait été l’un des rares photographes africains à couvrir Mai-68, avant d’ouvrir un studio dans la capitale française et d’immortaliser des chanteurs de passage, comme Barry White ou Manu Dibango.”

Rencontres de Bamako : vive le OFF !, le 6/11/15 ;

Sénégal – Photographie : Ibrahima Thiam, dans le regard des autres, le 9/11/15 ;

“Avec Clichés d’hier, il présente à Bamako une installation « revisitant l’espace commercial d’un studio photographique au XXe siècle ». Les quelque 350 images qu’il a collectées forment ainsi un patchwork aux multiples significations.”

Photographie : Philippe Koudjina, un Béninois au Niger, le 9/11/15 ;

Moussa Kalapo ou l’art de préserver le patrimoine photographique malien, le 10/11/15 ;

“Le Mali, c’est acquis, a donné avec Seydou Keïta et Malick Sidibé de grands portraitistes de studio. Mais ces photos qu’ils prenaient, comme d’autres collègues moins connus, n’avaient pas pour objectif, à l’origine, de finir encadrées sur les cimaises des plus grands musées du monde.”

Tunisie – Photographie : Héla Ammar tisse l’histoire, le 12/11/15 ;

“Suivre ce fil rouge, c’est paradoxalement prendre conscience des choix et des omissions qui caractérisent une mémoire nationale, fluctuante au gré des régimes, éclatée. C’est aussi mettre le doigt sur l’influence démesurée des images sur l’Histoire et la perception que nous avons de nous-mêmes dans le corps social et politique.”

RDC – photographie : Georges Senga, Lumumba et pseudo-Lumumba, le 13/11/15 ;

“Assurément, le travail du jeune Congolais Georges Senga est troublant. En proposant une série de diptyques photographiques qui confrontent des images d’archives du Premier ministre congolais Patrice Lumumba et celles d’un modeste professeur de Lubumbashi, Kayembe Kilobo, qui s’y est physiquement et intellectuellement identifié, l’artiste de 32 ans bouscule notre rapport au temps et ouvre un champ des possibles vertigineux.”

Les Rencontres de Bamako rattrapées par le présent, par Clémentine Gallot, Libération, le 28/11/15 ;

“Avec la distance, la nécessité de ce grand rassemblement panafricain apparaît plus qu’essentielle pour la place de l’image en Afrique et celle des photographes.”

5 highlights from the 2015 Bamako Encounters, African Biennale of Photography, par Negarra A. Kudumu, Art Radar, le 29/11/15 ;

10th Bamako Encounters: Snapped in Conversation with Uche Okpa-Iroha, par Brendon Bell-Roberts, ArtAfrica, 3/12/15 ;

“Uche Okpa-Iroha has been an instrumental figure in the development of African photography and is a founding member of both the Invisible Borders: Trans-African Project and the Nlele Institute.

This interview also speaks to his body of work, The Plantation Boy (2012), which won the Seydou Keita prize at this year’s edition of Bamako Encounters, the first time that anybody has been awarded the prize twice in the festival’s history.”

Telling Time in Bamako, par Joseph Gergel, Aperture, 3/12/15 ;

“The biennale has also created a standard for art festivals in Africa to push for a deeper reading of contemporary African photography, in particular through the accompanying catalogue, which includes an indispensible appendix of essays and an illustrated chronology reflecting upon the biennale’s tenth anniversary. As contemporary art from the continent commands a renewed focus on the global stage, Telling Time attests to the festival’s rigorous engagement with new ways of approaching photography’s complex relationship to Africa.”

Deux vidéos des Rencontres produites par l’Institut français :

10ème Rencontres de Bamako – Expositions Panafricaine et “Tu m’aimes” au Musée National – Remise des Prix, 6’05 ;

10ème Rencontres de Bamako – Expositions au Mémorial Modibo Keita, 3’40

 


6 réponses

  1. fotota dit :

    Nouvel article sur les “Rencontres” !

    Bamako Encounters, par Emmanuel Balogun, Nataal, sans date ;

  2. fotota dit :

    Encore un article sur la biennale :
    Art in a time of terror: Mali’s photo festival makes defiant return, par Charlotte Jansen, The Guardian, le 31/12/15 ;

    A noter l’intéressant commentaire de Bisi Silva, en bas de l’article, qui dénonce un titre et une approche pour le moins biaisés, ainsi que des informations erronées.

  3. fotota dit :

    Kaourou Magassa, 1384 jours : un projet d’archives photographiques à Bamako, Camicaos, le 20/12/15 ;

    Les photos de l’espoir au Mali, Arte, le 17/12/15 (3 min.) ;

  4. fotota dit :

    Suite des articles parus à la suite de la publication de cette revue de presse des “Rencontres” :
    Bamako Diaries II, par Neelika Jayawardane, Africa is a Country, le 18/12/15

  5. fotota dit :

    Telling Time in Bamako: Curator Bisi Silva on the Anniversary Edition of the African Biennale of Photography, par Sharon Obuobi, Artslant, le 8/12/15.

    “(…) whilst the potential is very substantial a lot more infrastructure needs to be put in place. With or without the help of government (preferably with) there needs to be more inter-biennale activities especially in Mali. There needs to be more focus on critical discourse around photography emanating from the continent: hence the importance of the publication and the retrospective look at the 20 years of the biennale. And as I mentioned before my hope is that this Bamako Encounters becomes a Malian (local) event that continues to fulfill its important international remit of providing a professional platform for photographers and artists from across Africa and the Diaspora.”

    Du studio aux archives, par Emmanuelle Cordonnier, Camicaos, le 16/12/15 ;

    “Aujourd’hui, les projets visant à réhabiliter, préserver et valoriser le patrimoine photographique (qu’il soit artistique ou commercial) en Afrique se multiplient. Archive of Malian Photography fait partie de ce mouvement qui envisage l’archivage comme un processus nécessaire à la réappropriation du patrimoine.”

  6. fotota dit :

    Le devoir de soutien de la France aux Rencontres de Bamako, par Coste Christine, Le Journal des Arts, décembre 2015 ;

    C& Video: We Are Still Here (Mimi Cherono Ng’ok), le 9/12/15 ;

    [Carte interactive] Biennale africaine de Bamako: «Un jour. Une photo», par Charlotte Herzog, RFI, le 04/11/15 ;

    The Godfather gets African look for Mali exhibition, par Serge Daniel, Yahoo News, le 7/11/15 ;

    Un air d’archives aux Rencontres de Bamako, par Emmanuelle Cordonnier, Camicaos, le 13/12/15 ;

    “[RE]générations, c’est avant tout une rétrospective. Élaborée par les deux commissaires associés Antawan Byrd et Yves Chatap, elle revient de manière chronologique sur les 20 ans d’histoire de la biennale (…) Un fonds riche qui met en avant les évolutions et les mutations de cet événement culturel unique, et qui tente aussi d’amorcer des pistes pour son avenir. La biennale apparaît ainsi comme un espace potentiel d’archivage d’une mémoire, celle d’une des histoires de la photographie contemporaine du continent africain.”

    Bamako Diaries I, par Neelika Jayawardane, Africa is a Country, le 10/12/15 ;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.