Revue de presse #32 – Novembre 2015

Delio 3 big final

from Pontus © Délio Jasse

Pendant la biennale de Bamako, la planète photo continue de tourner… Expositions, publications, festivals, tout ce que vous devez retenir de novembre 2015, avec notamment un focus sur le travail du photographe Délio Jasse dans un article du British Journal of Photography.

Photographes

Nigeria – Photographie : Solomon Osagie Alonge, l’oeil de Bénin City (Diaporama), par Margaux Lombard, Jeune Afrique, le 2/11/15 ;

“Fin observateur à l’écoute des autres, jusqu’à sa mort, en 1994, il sera le témoin privilégié de l’émergence d’une nouvelle société qu’il a lui-même accompagnée. « Il représente un véritable tournant dans la manière dont les Nigérians se représentent. Il est injustement peu connu, même au Nigeria », regrette Amy Staples.”

These Vintage Photos Recount Nigeria’s History, Dissolving Stereotypes Along The Way. Revisiting the stunning portfolio of royal photographer Chief S.O. Alonge, par Priscilla Frank, The Huffington Post, le 11/02/15, mis à jour le 2/11/15 ;

“For the Spanish photographer Cristina de Middel, documentary-driven recreation has become a signature working style, and over the past few years, she has tested its boundaries in a succession of highly original projects. Historical documents and texts (both real and fabricated) have provided much of her initial inspiration – emails from Internet scammers, documents from the overlooked 1960s-era Zambian space program, Mao Tse-tung’s iconic Little Red Book, journals from a failed 1911 North Atlantic discovery expedition – and de Middel has liberally expanded on and transformed each archival/literary source, blurring the lines between photographic fact and fiction.”

Burkina – Photographie : Sory Sanlé, l’oeil des années yéyé à Bobo, par Séverine Kodjo-Grandvaux, Jeune Afrique, le 3/11/15 ;

“Florent Mazzoleni se souviendra longtemps de sa rencontre avec Ibrahima Sory Sanlé. En 2011, alors qu’il préparait son livre Burkina Faso, musiques modernes voltaïques, il souhaitait faire la connaissance de l’auteur de pochettes de vinyles qu’il voulait reproduire. Il se rend à son studio à Bobo-Dioulasso et découvre, stupéfait, le photographe en train de brûler des négatifs, des « vieilleries » que celui qui immortalisa les nuits yéyé de Bobo pensait n’intéresser personne.

Au milieu de la poussière, dans des malles, sont entassés quelque 300 000 négatifs relativement bien conservés. Un trésor qui révèle un travail de qualité.”

Biennale africaine de la photographie : Omar Victor Diop, l’Afrofuturiste, par Nicolas Michel, Jeune Afrique, le 3/11/15 ;

“« Certains vêtements sont prêts avant la séance photo, mais d’autres sont créés directement sur le mannequin, explique-t-il. J’aime beaucoup cet aspect expérimental. Dans mes travaux à venir, je voudrais conserver cette dimension qui relève de la performance. »

« Je voudrais que mes photos se retrouvent dans un manuel scolaire sur les questions d’environnement. Je veux parler à tout le monde, pas seulement à une élite. » Et, avec un sourire qui en dit long, il annonce : « J’ai maintenant un gros projet d’exposition à Dakar. J’espère le faire financer par les entreprises qui polluent le plus ! » En voilà un qui a bien compris comment fonctionne le XXIe siècle et qui, sans doute, saura se tenir en équilibre sur cette corde où évoluent les artistes – entre les exigences de la création et les chausse-trappes du marché de l’art.”

Abdelhak el-Ouertani, les mosquées tunisiennes au coeur, par Joël Rumello, Jeune Afrique, le 4/11/15 ;

“(…) un jeune lettré né en 1872 et travaillant pour le service des antiquités et des arts de Tunisie. Fils d’un savant réputé, il met à profit un séjour à Lyon, en 1892, pour se former auprès des frères Lumière. De retour à Tunis, il se voit confier la mission de photographier l’intérieur des édifices religieux, interdits aux chrétiens. Entre 1894 et 1895, Abdelhak el-Ouertani réalise ainsi environ 150 photographies documentaires, qui constituent aujourd’hui un témoignage unique.”

Frantz Fanon’s psychology of race, in photographs, par Ciaran Thapar, British Journal of Photography, le 5/11/15 ;

“The series is about learning to work with the process of failure. Never have I gone to Algeria and found what I expected,” he explained.

(…) “I have tried to find Fanon, and understand Algeria,” he said, “but I do not have access to them. For me, this is important – it has meaning. It tells us about legitimacy – am I allowed to be there?””

(Le début de l’article laisse perplexe tout de même : “In 2015, the cross-pollination of races occurs freely and globally. Yet it is easy to overlook the complex process of identification that a mixed-race person must confront. For in each race’s DNA is a history, culture and psychology that are all too-often defined in isolation.”)

Bruno Boudjelal et son hymne photographique à l’Algérie, par Myriam Boudjemia, Actu Photo, le 6/11/15 ;

“Algérie, clos comme on ferme un livre ?” Photographies de Bruno Boudjelal. Prix Nadar 2015, 60ème édition – éditions Le Bec en l’air, interview de Bruno Boudjelal par Anne-Frédérique Fer, Paris, durée 41’11”, FranceFineArt, le 17/11/15 ;

An African King in Bolivia15 ;

“An African king and his wife, Queen Angelica, work in a small grocery store on the ground floor of their house in Mururata, Bolivia. Photos: Susana Giron.”

Peter Magubane’s best photograph: a girl and her maid on a ‘Europeans only’ bench, interview de Peter Magubane par Sian Cain, The Guardian, le 12/11/15 ;

“I did not want to leave the country to find another life. I was going to stay and fight with my camera as my gun. I did not want to kill anyone, though. I wanted to kill apartheid. My editors always pushed me. “Work as hard as you can,” they’d say, “to defeat this animal apartheid. Show the world what is happening.”

James Barnor – Ever Young, enregistrement de 9’35”, par Matthew Kay, Rfi.fr, non daté ;

“The Ghanaian president has described him as a national treasure. In photography circles, he is now viewed as perhaps the greatest Ghanaian photographer of his generation. But it hasn’t always been like this – James Barnor was only recognised five years ago at the age of 80. RFI’s Matthew Kay looks at the life of the man who calls himself Lucky Jim…”

Dissecting post-colonial memory with colour and experimental print techniques, par Brennavan Sritharan, British Journal of Photography, le 26/11/15 ; (sur Délio Jasse)

“His processes are experimental and Jasse often turns to older, almost forgotten techniques, to further dissect the image and discover the layers of memory that lie within: “these processes let me deconstruct and build the image, exploring the complex relationship between memory and photography and also the complicated relationships among the object or the people in the image and their context.””

Expositions

Culture : exposition « Lumières d’Afrique », Palais de Chaillot à Paris, par Sarah Tisseyre, Rfi.fr, le 5/11/15 (audio, 4:38) ;

Biennale des Photographes du Monde Arabe Contemporain : une première édition en pleine ouverture, par Araso, TLC, le 10/11/15 ;

Le monde arabe pris en photo par une Biennale pionnière, par Siegfried Forster, Rfi.fr, le 11/11/15 ;

“« Cette Biennale est très politique, à un moment où de grandes confusions sont exprimées, tempête Christophe Girard, l’ancien adjoint à la Culture de Paris qui participe à l’initiative en tant que maire du 4e arrondissement. En France, nous avons des liens très importants avec le monde arabe. Donc, c’est aussi notre histoire. »

Paris exhibition takes on clichés of Arab world, par Sarah Leduc, France24, le 13/11/15 ;

Beauté Congo wonderfully represents Congolese contemporary art, yet fails to completely evade European colonial baggage, par Sarah Van Beurden, Africa is a Country, le 23/11/15 ;

“The international press has showered the exhibition with the kind of attention many museums can only dream of, but reviews demonstrate how difficult it is to disassociate Conradian imagery from public perceptions of the Congo. Reviewers have hailed the exhibition as “brightly coloured and musical” (le Monde) with “luscious” art “leaping” from the walls (New York Times). The Wall Street Journal, however, takes the proverbial Conradian cake by noting “only the most fleeting sense of Conradian heart of darkness”. Although the exhibition represents a laudable attempt at reframing the representations of Congo through the history of its modern art, it nonetheless fails to fully escape the archetypes that burden us when it comes to Congo.”

L’Afrique allumée au Palais de Chaillot, par Edelweiss Vieira, Le Monde, le 24/11/15 ;

(Autour de l’exposition « Lumières d’Afrique » qui a eu lieu au Palais de Chaillot à Paris) ;

“Au départ, il y a eu un challenge : exposer une œuvre inédite d’un artiste issu de chacun des 54 pays du continent sur le thème de la lumière. Le challenge a été relevé – et en un éclair car les commandes ont été passées en mars – et le résultat fait apparaître des inégalités proportionnelles à celles qui existent sur le terrain de l’accès à l’énergie et à l’électricité sur le continent. (…) Enfin, on notera une belle sélection photographique, avec notamment Malala Andrialavidrazana (Madagascar), dont la série de photomontages mêlant cartes et billets de banque anciens a été très remarquée aux Rencontres de Bamako. Des valeurs sûres comme le Nigerian Emeka Okereke, l’Ethiopienne Aïda Muluneh, le Burkinabé Nyaba Ouedraogo ou encore l’Ivoirien Paul Sika, dont les couleurs électriques de la série « Glôglô Gospel » et le personnage central « illuminé » prennent ici tout leur sens. Et on redécouvre avec plaisir la série « Délestage » du Tchadien Abdoulaye Barry et ses flous nocturnes.”

Exposition « Frontières »: entre ouverture et fermeture, par Sébastien Jédor, Rfi.fr, le 24/11/15 (audio, 5:13) ;

David Goldblatt – Standard Bank Gallery, par Sean O’Toole, ArtForum, non daté ;

Publications

Oliver Kruger : Golden Youth, aux éditions L’Artiere, Italie, par Sean O’Toole, L’Oeil de la Photographie, le 11/11/15 ;

“Johannesbourg est une cité jeune, aussi bien démographiquement qu’historiquement parlant, fondée en 1886 sur les promesses d’un gisement aurifère souterrain gigantesque. L’âge moyen des habitants actuels est de 25 ans, ce qui représente six ans de plus que l’âge moyen sur le continent Africain. Dans une géographie définie par sa jeunesse, le style vestimentaire compte depuis plusieurs décennies pour les résidants de Johannesbourg.”

Life Along the Mosquito Coast, par Jon Lee Anderson, The New Yorker, le 11/11/15 ;

This essay was drawn from the introduction to “Mosquito Coast,” a collection of photos by Guillaume Bonn, which will be published in December by Hatje Cantz.

Jérôme Ferrari, Oliver Rohe : Écrire ce qui nous est donné à voir, par Jean-Philippe Cazier, Diacritik, le 18/11/15 ;

A fendre le cœur le plus dur, écrit par Jérôme Ferrari et Oliver Rohe, porte sur un ensemble de photographies prises par l’écrivain et journaliste Gaston Chérau en 1911, dans la Tripolitaine, en Libye, alors occupée par l’armée italienne et où Chérau est envoyé par le journal français Le Matin. Le livre se présente comme un essai de lecture de ces photographies qu’il ne s’agit pas seulement de décrire puisqu’écrire sur ces photographies permet de mettre au jour leurs dimensions politiques, historiques, psychiques. L’écriture apparaît ici comme un exercice critique de dépliement de ces dimensions que les photographies impliquent mais qui ne sont pas immédiatement perceptibles – que les photographies de Chéreau auraient plutôt pour tâche de masquer. Mais A fendre le cœur le plus dur suggère également des liens qui mettent en rapport ce passé violent de la colonisation avec une autre violence qui est celle de notre présent. Le livre propose donc une certaine intelligibilité des politiques et rapports de force actuels, en même temps qu’il développe un point de vue sur l’esthétique de la photographie dans son rapport au politique.”

Festivals et biennales

Les réalités filantes de Lubumbashi, par Estelle Lecaille, Afrique in visu, le 16/11/15 ;

“L’équilibre entre artistes internationaux et nationaux, primordial pour éviter toute frustration de la part des artistes locaux et ouvrir la scène artistique lushoise à des artistes de renommée internationale, a été aussi de mise. Les artistes étrangers étaient épaulés durant leur production par des artistes lushois dont certains connaissent déjà une carrière internationale. Ces binômes créés sur un échange de savoir faire et de connaissances sont un élément décisif et indispensable dans un processus créatif qui cherche à amalgamer des éléments divers.”

Rencontres Internationales de la Photographie de Fès, par Jeanne Mercier, L’Oeil de la Photographie, le 18/11/15 ;

L’artiste congolais Sammy Baloji, à la 13e Biennale d’art contemporain de Lyon, par Muriel Maalouf, Rfi.fr, le 20/11/15 ;

Marché de l’art

La photographie africaine séduit les collectionneurs, par Roxana Azimi, Le Monde, le 2/11/15 ;

“L’engouement se mesure à l’aune de la montée en flèche des prix. Une photo de la saisissante série des « Hommes hyènes » de Pieter Hugo, qui valait 8 000 dollars en 2008, se négocie aujourd’hui autour de 35 000 dollars. La série « Faces and phases » de sa consœur Zanele Muholi, qui explore l’histoire visuelle des lesbiennes et gays africains, marginalisés et victimes d’attaques homophobes, a vu ses prix progresser plus modérément, de 3 000 dollars, en 2007, à 5 200 dollars. Aujourd’hui, les collectionneurs s’arrachent les clichés de la star montante, le Sénégalais Omar Victor Diop, 35 ans.”

Le boom événementiel de l’art contemporain africain, par Akouavi Assogba-Migan, Rfi.fr, le 30/10/15 ;

« Nous ne pouvons pas nous soumettre à un couvre-feu culturel », par Azu Nwagbogu, Le Quotidien de l’art, le 23/11/15 ;

Foires

The Kenya Art Fair 2015, par Ogonga Thom, the alternative writer, le 24/11/15 ;

Photojournalisme

Powerful images that tell stories, par Bamuturaki Musinguzi, The East African, le 6/11/15 ;

(A propos de l’Uganda Press Photo Awards 2015)

“This year, 115 photographers submitted more than 1,500 images. Kisige’s photograph was selected as the overall winning entry from 27 winners across seven categories, by the jury panel of Annette Sebba, Frédérick Noy, Katrin Peters-Klaphake, Jide Adeniyi Jones, Carl de Souza and Aida Muluneh, all experienced photography professionals.

Kampala-based Kisige is a photojournalist with the Vision Group. He won an EOS 7D DSLR camera plus lens from Canon.”

Uganda Press Photo Award up-skills photojournalists, par Jamie Matroos, Design Indaba, le 11/11/15 ;

“Ugandan photojournalists like Kisige are based all over the country with no training and no equipment. The aim of the awards is to uncover the hidden gems in Uganda’s photography scene and provide those photographers with the support and exposure they need to survive in the industry.

“The goal is to create a strong platform for photography in Uganda, to promote domestic production at home and abroad and encourage people to see the wider industry and try to situate themselves within it,” says Kućma. “We are trying to get people interested in photography as a craft, and to make photography that falls outside of the newspaper format more accessible to the general public.””

« Le photojournalisme est un métier à part », dixit Danybe, par Solo R., Madagascar Matin, sans date.

 


1 réponse

  1. fotota dit :

    Une parution datée du mois de novembre :

    Vincent Godeau, La photographie africaine contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.