Quels matériaux pour les arts d’Afrique ? Créations, collections, circulations

Une fois n’est pas coutume, nous annonçons ici le premier cycle de séminaires Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques, un projet né de la volonté d’un groupe de chercheures (Armelle Gaulier, Maëline Le Lay, Emilie Matignon, Emmanuelle Spiesse, associées au laboratoire Les Afriques dans le monde – LAM – de Bordeaux  et Marian Nur Goni, doctorante au CRAL/EHESS) souhaitant aborder les rapports entre “art et politique” dans une perspective transdisciplinaire et dans le cadre d’un dialogue entre universitaires et praticiens.

Quels matériaux pour les arts d’Afrique ? Créations, collections, circulations

Sam Hopkins-Dead Stock-bd

Sam Hopkins, Samson’s Dead Stock: A Matrix of Remembering and Forgetting (détail). Courtesy de l’artiste. © Érika Nimis

Ce premier cycle de séminaires souhaite interroger les formes et enjeux des pratiques artistiques contemporaines sur le continent africain à partir de l’idée-force d’« archive » et des négociations, reconversions, filiations auxquelles la manipulation de ses matériaux donnent lieu. L’archive est entendue ici au sens large : fonds, collections privées ou muséales, différents types de gisements matériels, numériques ou symboliques, héritages artistiques et culturels transmis par les générations d’artistes qui ont précédé etc. sont ainsi concernés.

À partir de quels matériaux travaillent aujourd’hui les artistes, commissaires et conservateurs vivant sur le continent africain ? Quelles questions posent l’appropriation, voire la réactivation, de ces matériaux ? Quelles valeurs ajoutées engendrent leurs circulations ? Et, par-là, comment la question du patrimoine est-elle affectée, redéfinie, voire transformée, par ces pratiques contemporaines ? Enfin, quelles écritures de l’histoire, ainsi que de l’histoire de l’art, la prise en compte de ces patrimoines permet-elle ?

Mettre l’accent sur l’« archive » et les multiples questions que son utilisation pose à l’artiste et plus largement à la cité – car elle implique une anticipation pour le futur – nous permettra également d’aborder d’autres thématiques telles que les formes contemporaines de l’activisme artistique en Afrique ; les réseaux et lieux de circulation de ces “’produits’ de haute nécessité” (1) et de leurs auteurs ; ainsi que les économies qui les soutiennent (le financement participatif, par exemple, la place -croissante/décroissante selon les cas – du financement octroyé par les instances internationales, le poids croissant de certains collectionneurs etc.).

Chaque séance abordera – à travers l’intervention des artistes, commissaires et chercheurs invités – une ou plusieurs de ces idées, l’ensemble du cycle proposant ainsi un panorama des pratiques artistiques contemporaines africaines, dans leurs dimensions historique, sociale, politique et économique.

(1) Nous reprenons ici le titre du manifeste écrit en 2009 par neufs intellectuels antillais dont Patrick Chamoiseau et Édouard Glissant : le “Manifeste pour les ‘produits’ de haute nécessité”.

Calendrier des séances (sous réserve de modification)

Jeudi 10 décembre 2015
“La réception des arts d’Afrique en Occident : valorisation ou réappropriation ?”, par Maureen Murphy, historienne de l’art, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

16h-17h : Lancement du livre Archive (re)mix. Vues d’Afrique (dir. M. Le Lay, D. Malaquais, N. Siegert, PUR, déc. 2015).

Jeudi 11 février 2016
“L’Éthiopie est-elle un “musée des peuples” ? Le cas du patrimoine Konso et l’exposition de la statuaire funéraire wakka”, par Chloé Josse-Durand, doctorante au LAM/Sciences Po-Bordeaux.

Jeudi 17 mars 2016
Dominique Malaquais, historienne de l’art et politiste, chargée de recherche à l’IMAf (CNRS) autour de l’Archive des festivals panafricains.

Jeudi 24 mars 2016
Sammy Baloji, artiste et fondateur des Rencontres Picha. Biennale de Lubumbashi et Lotte Arndt, enseignante en théorie à l’École supérieure d’art et design de Valence, autour du projet qu’ils mènent ensemble “Hunting and Collecting” et du Pavillon belge présenté à la Biennale de Venise 2015, auquel tous les deux ont pris part.

Jeudi 14 avril 2016
Jürg Schneider, historien, autour du projet African Photography Initiatives dont il est l’un des fondateurs et qui vise à la sauvegarde et à la valorisation des archives photographiques africaines et Franck Ogou, archiviste à l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) au Bénin, autour d’un projet photographique pilote promu par cette institution.

Jeudi 13 octobre 2016
Bisi Silva, fondatrice et directrice du Centre for Contemporary Art, Lagos (CCA, Lagos) et commissaire des Rencontres de Bamako 2015.

Jeudi 17 novembre 2016
Sam Hopkins, artiste basé à Nairobi, autour de ses œuvres et de son travail de commissariat dans le projet “Mashup the Archive” du centre d’art et de recherche Iwalewahaus de l’Université de Bayreuth.

Jeudi 8 décembre 2016
Conclusions par Emmanuelle Spiesse et Marian Nur Goni, responsable de ce premier cycle de rencontres.

Toutes les séances du cycle I, ouvertes à tou-te-s, se dérouleront au FRAC Aquitaine de 14h à 16h.

Contact : seminaire.art.politique@gmail.com

FRAC AQUITAINE
HANGAR G2, BASSIN À FLOT N°1
QUAI ARMAND LALANDE
33300 BORDEAUX

Projet financé par la Fondation Carasso sous l’égide de la Fondation de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.