Initiative panafricaine pour sauver les archives photographiques #1 – par Franck Ogou

Franck Ogou est archiviste et gestionnaire du patrimoine à l’École du Patrimoine Africain (EPA) de Porto-Novo (Bénin). Depuis 2003, il s’intéresse aux collections photographiques privées au Bénin, dans le but de créer un centre de recherche consacré à l’héritage photographique béninois. Membre de l’association Images et Mémoires, il a organisé quatre expositions photographiques et collabore activement à d’autres projets internationaux, dont Resolution Photo. Il trace pour Fotota les grandes lignes d’un projet de l’EPA qui doit aboutir à la création d’un centre de ressources documentaires et iconographiques en ligne au service de la recherche scientifique en Afrique.

Dans les pays africains, en général, les archives photographiques ne bénéficient pas au même titre que les imprimés de l’attention qu’elles devraient recevoir. Pourtant, d’importantes collections ont été constituées dans bien des pays. Citons, à titre d’exemple, le Mali, le Sénégal, le Nigeria, la Sierra Léone et l’Afrique du Sud. Ces collections permettent de reconstituer aujourd’hui l’histoire sociopolitique, économique et culturelle des peuples africains et représentent un patrimoine important dans la reconstruction de l’identité des communautés du continent.

Malheureusement, qu’elles soient privées ou publiques, ces collections sont confrontées aujourd’hui à des difficultés communes : des conditions de conservation à risque (entassement dans des boîtes non adaptées, exposition à la poussière et aux intempéries) qui réduisent la durée de vie des ces documents et œuvres uniques, des cessations d’activité ou des rétrocessions de fonds à des tiers, ainsi qu’un trafic illicite de ces photos qui se vendent très bien sur le marché de l’art.

De plus, à ce jour, il est difficile voire souvent impossible d’accéder à ces archives, car plus de 95% de ces fonds sont détenus par des privés (anciens photographes, héritiers d’anciens photographes et/ou des personnalités politiques et intellectuelles). De fait, il est aujourd’hui hasardeux d’entreprendre des inventaires et des études poussées afin d’entrevoir comment mieux les conserver et les mettre en valeur.

Face à ce constat, l’École du Patrimoine Africain (EPA), en tant que structure panafricaine spécialisée dans la formation des professionnels du patrimoine (musées, archives et bibliothèques), la conservation des patrimoines et leur valorisation, se propose de lancer, au niveau du continent (prioritairement dans les 26 pays d’Afrique francophones, lusophones et hispanophones au sud du Sahara [1]), un programme de sauvetage des archives photographiques à travers un vaste plan qui, à terme, débouchera sur la mise en place d’un centre de ressources documentaires et iconographiques en ligne au service de la recherche scientifique en Afrique. Cette plateforme sera créée et gérée par l’EPA basée à Porto-Novo, au Bénin.

Pour atteindre cet objectif, le programme sera mis en œuvre sur une période de cinq ans avec une phase pilote sur un fonds privé, qui se déroulera au Bénin.

P1000622

Le fonds Cosme Dossa, Porto-Novo. Photo : DR

Phase 1 : Projet pilote sur le fonds photographique de Cosme Dossa, premier photographe officiel du premier gouvernement de la République du Dahomey (actuel Bénin)

Cette première phase sera accompagnée de l’inventaire général du patrimoine photographique dans les pays africains partenaires du projet. Réalisé essentiellement via Internet et à travers un réseau de professionnels africains, il permettra d’avoir une idée de l’état de conservation des fonds photographiques. Cet inventaire sera coordonné par l’EPA et appuyé par les réseaux des associations professionnelles. Cette activité pourra donner lieu à une publication du type « Répertoire des archives photographiques en Afrique ». Tout dépendra des résultats obtenus.

Autre temps fort de cette première phase, une première formation de 15 jours (prévue pour être organisée deux mois après le lancement du projet, soit en octobre 2016) regroupera une quinzaine d’acteurs de la photographie (privés et institutionnels). Elle reviendra sur les principes de base de conservation des archives photographiques et permettra en outre d’ébaucher une réflexion sur la situation des archives en Afrique. Elle jettera les bases pour l’élaboration d’un manuel de bonnes pratiques à l’intention des gestionnaires.

Pendant et après la formation, un chantier-école sera lancé sur le fonds de Cosme Dossa [2]. Ce chantier-école servira de base pratique pour les participants. Il permettra de passer en revue les techniques d’inventaire, de documentation et de numérisation d’un fonds d’archives photographiques. Les participants ne suivront pas tout le chantier mais juste une partie démonstrative qui durera à peu près 15 jours pendant le déroulement de la formation.

Le financement de cette phase, d’un montant d’environ 26 000 euros, a été déjà mobilisé grâce au Fonds EPA et les activités démarrent au mois de février.

P1000623

Le fonds Cosme Dossa, Porto-Novo. Photo : DR

Phase 2 : Afrique de l’Ouest

Les pays ayant répondu à l’inventaire seront prioritaires. Globalement, les activités suivantes seront mises en œuvre : formation des techniciens des Archives nationales et des acteurs privés et chantiers-école sur des fonds privés (documentation et numérisation).

Phase 3 : Afrique centrale et pays lusophones et hispanophones

Les mêmes activités que celles décrites ci-dessus seront activées.

Phase 4 : Plateforme, conférences, expositions

Au fur et à mesure que les chantiers-école se mettront en place dans les pays, une plateforme sera conçue et mise en ligne. Elle rassemblera toutes les bases de données qui seront créées dans les pays. Sa gestion incombera à l’EPA.

Ce programme, d’un montant d’environ 500 000 euros mobilisés auprès de divers partenaires internationaux, sera mis en œuvre avec un ensemble de partenaires aussi bien techniques que financiers. Les Archives nationales des pays cibles sont les partenaires de choix car elles assureront l’opérationnel, sous l’autorité de l’EPA. Les détenteurs des fonds photographiques, les photographes ou leurs ayants droit constituent aussi des partenaires privilégiés car ils mettront à disposition leurs œuvres. Les ONG travaillant dans ce domaine seront également associées.

[1] Bénin, Togo, Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal, Mauritanie, Congo, RDC, RCA, Gabon, Tchad, Angola, Guinée Équatoriale, Madagascar, Côte d’Ivoire, Cap Vert, Sao Tomé et Principe, Burundi, Cameroun, Comores (Iles), Guinée, Maurice (Ile), Rwanda, Guinée-Bissau, Mozambique.

[2] Cosme Dossa (1923-2013) fut une figure incontournable de la scène photographique du Bénin, ex-Dahomey. Tailleur de formation, il se lança dans le métier en 1949, en ouvrant le studio Lumière à Porto-Novo (à cause des Frères Lumière). Il cessa ses activités à la fin des années 1990, pour se consacrer pleinement au métier de son père et de son grand-père : herboriste et phyto-praticien. Merci à Angelo Micheli pour ce complément biographique.


2 réponses

  1. Merci de me tenir au courant sur ce qu’on peut faire…..

  1. 19/03/2016

    […] Bénin – Initiative panafricaine pour sauver les archives photographiques http://fotota.hypotheses.org/2670 Moderniser la gestion des archives au Sénégal : une condition de l’émergence […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *