Revue de presse #35 – Février 2016

Retour sur février 2016, mois de 29 jours, mois de l’histoire des Noirs, mois d’une actualité photographique toujours aussi riche, qui commence par un hommage rendu à la photographe Leila Alaoui, immortalisée sur les murs de Ouagadougou par le collectif d’artistes de l’atelier Hangar 11.

XVM6aec05c6-d962-11e5-a65e-93f28c522578

Leila Alaoui par le collectif Hangar 11, Ouagadougou, février 2016 © Ouedraogo Dieudo.

Actualité des photographes

Young Black Photographers Making Waves, par Ikran Abdille, #Photography, le 7/02/16 ;

Behind the masks in West Africa, par , CNN, le 14/02/16 ;

Harbi is from the North African nation of Tunisia, and says that doing this photo series was also a personal exploration of his own identity.

“I think that we, North Africans, … we look always north, north, north,” he said. “We have a lot of things to win and to understand and to gain (by) looking south. … To go and meet people and understand them and work with them. … (Africa is) a part of our identity and I think it’s time to look south and to re-explore narratives, to tell stories differently, to play with form. There (are) no rules.”

Malick Sidibé / Omar Victor Diop : deux générations géniales de portraitistes africains, par Joséphine Bindé, Télérama, le 16/02/16 ;

“Résultat du face-à-face : l’image d’une Afrique en mouvement, pleine d’espoir et d’avenir. Cette génération créative qui décolle, Omar Victor Diop en est d’ailleurs l’incarnation parfaite. Remarqué en 2014 avec son « Projet Diaspora » (une série de portraits inspirés par des figures oubliées de l’histoire africaine), le Dakarois n’en revient toujours pas d’exposer aux côtés de Malick Sidibé. Et bénéficiera au printemps d’une résidence d’artiste à Brooklyn, à l’occasion de la 1:54 Contemporary African Art Fair.”

Purpose and humanity in Profitmaking Lagos, par Nosmot Gbadamosi, African Digital Art, le 17/02/16 ;

“Anybody can make fantastic images in this day where people have 12 megapixel phones and digital. They make really great photos that they post on Instagram and it’s just a hobby. With digital now, you can take a photograph and see it instantly and people think that makes you a good photographer but what makes you a good photographer is the content and how much you understand of what you are doing and the depths you are willing to go. I think what is missing is that process, there has to be a process, there has to be a methodology, there has to be research and if you have those I think for me one should be fine.”

Mobile Photography/Art – Pic of the Day (305) – via Instagram, par Joanne Carter,  TheAppWhisperer, le 18/02/16 ;

(le compte Instagram de Girma Berta distingué :  @gboxcreative)

Portraits « Vintage », 2014-2015, par Ibrahima Thiam, Afrique in visu, le 19/02/16 ;

“Ces photographies anciennes ont été longtemps ignorées parce que populaires et communautaires. Aujourd’hui, le regard qu’on porte sur elles a évolué. Témoins complexes de notre histoire, elles captivent mon attention qui me permet de donner une seconde vie à cette mémoire collective. Ces portraits « Vintage » sont composés d’anciennes photos d’archives chargées d’histoires, d’émotions et de temps, ce sont des tranches de vies d’individus de la génération d’aujourd’hui qui invitent à un véritable voyage dans le passé.”

Rencontre avec Omar Victor Diop, à l’occasion de son exposition à la Galerie du Jour Agnès b. en collaboration avec la Galerie Magnin-A, ça fait du bruit, le 23/02/16 ;

“(…) je pense que des portfolios comme le sien (NDR : de Malick Sidibé) ou de Seydou Keita sont des documents sociologiques, ce sont des sources historiques. J’espère que le Studio des vanités va rentrer dans cette catégorie-là d’ici quelques années.”

African Cities in Motion: Timelapse photography, African Digital Art, le 23/02/16 ;

Mayeul Akpovi is a photographer from Cotonou, Benin. He has been experimenting with timelapse and hyperlapse photography as a way to capture various urban centers across the globe. His latest project, Abidjan in Motion, consists of 15 days of shooting and 15 days of piecing over 45,00 still photographers that capture the city of Abidjan.”

The mega churches of Lagos: huge hangars hold hundreds of thousands – in pictures, The Guardian, le 24/02/16 ;

Un portfolio d’Andrew Esiebo issu de sa série “God is alive” qui porte sur les églises pentecôtistes au Nigeria.

Africa through the lens of Andrew Esiebo, par Ladi Opaluwa, This is Africa, le 29/02/16 ;

Rencontre avec Malala Andrialavidrazana à la 10ème édition des Rencontres de Bamako, biennale africaine de la photographie, ça fait du bruit, 02/16 ;

“Ce travail s’intitule Figures. C’est une nouvelle série que je me plais à appeler « broderies digitales » où je superpose des cartes anciennes du 19è siècle avec des éléments que j’ai extrait le plus souvent de billets de banque – ceux là sont plus ou moins anciens ou contemporains -, et parfois j’utilise aussi d’autres documents d’archives personnelles, qui eux sont essentiellement des pochettes de disque de mon adolescence jusqu’à ce que j’ai cessé d’écouter des 33 et 45 tours.”

Aida Muluneh: Reframing the Art of Ethiopia, the African Continent, and the African Diaspora, par Linda Kocovaos, David Krut Projects, non daté ;

Photojournalisme

Les images primées au World Press Photo 2016, Courrier international, le 18/02/16 ;

Expositions

L’exposition Made in Algeria séduit le public du MuCEM, revue de presse de l’exposition, INHA, le 17/02/16 ;

À fendre le cœur le plus dur, par Etienne Hatt, Artpress, le 9/02/16 ;

“Au cœur de l’exposition À fendre le cœur le plus dur se trouve une archive, celle de Gaston Chérau, écrivain envoyé par le journal français le Matin en Libye, ou Tripolitaine, pour couvrir la guerre qui, en 1911-1912, oppose les ambitions coloniales du royaume d’Italie à la fragilité de l’empire ottoman. (…) Frappé par la force des images, l’historien Pierre Schill, qui les a progressivement mises au jour, les a confiées à des artistes et à des écrivains pour qu’ils les « prennent en charge », selon son expression, et jettent sur elles un regard différent, dont la justesse et le pouvoir d’explication ne seraient pas inférieurs à celui de l’historien.

Festivals / foires

Coup d’arrêt pour la biennale Photoquai, par Clémentine Mercier, Libération, le 3/02/16 ;

Rideau sur Photoquai, victime de coupes budgétaires, par Valérie Duponchelle, Le Figaro, le 03/02/16 ;

«Il nous fallait, de toutes façons, trouver une évolution pour Photoquai, hier pionnière dans le sillage des premiers accrochages du Sénat sur les grilles du Luxembourg, révolutionnaire par sa spécificité et sa forme, aujourd’hui en concurrence avec la photographie de rue, offre devenue gigantesque pour ne pas dire surabondante»(…) Mais, Photoquai représente à elle seule un budget important de 800.000€. (…) Le succès public de Photoquai n’est pas en cause puisque un demi-million de visiteurs a vu sa dernière édition. La photographie reste une de nos priorités, tant par les résidences d’artistes et donc des commandes qui y sont liées, que par notre politique d’acquisitions ».

Rencontres de Bamako/ programme « Images et Lycées » : Les lauréats ont reçu leurs prix, par Assane Koné, Notre Nation, le 16/02/16 ;

Projets

Presenting Pasts, par Andrea Stultiens, L’Internationale, Decolonising Archives, février 2016 ;

HIPUganda has a mixed audience following and responding to the images shared. There are those who grew up, and used to live, in Uganda. There are Ugandans, mainly living in the capital city Kampala and other urban centres it seems. And there is a group with general interest in photography and archives. Let me brutally generalise here for a moment, based on observing the responses to photographs shared on the Facebook page. The first group is looking for recognition, to connect their memories to those of others through photographs. The second group is keen to compare pasts and presents, while the third group loves to discover beautiful images that do not necessarily say anything about historical events, but capture aesthetics in a cultural and sometimes historical perspective.”

Open Roads & Invisible Borders, par Sean O’ Toole, Aperture, Issue 222, Spring 2016 ;

Countdown: Dis Kain City Project by Nlele Institute, le 5/02/16 ;

“Recently the Nlele Institute talent barometer published a list of 15 emerging photographers with a couple of dark horses – previously unknown to the photography and art circles in Lagos (Nigeria). These photographers are now being profiled for the art world to see and get to know them, their works and their potentials to excite industry watchers and stakeholders as the year unfolds.

The listed photographers are: Rahima Gambo, Logo Oluwamuyiwa, Godsproperty Chinenye John, Tunji Lana, Anthony Monday, Jenevieve Aken, Aderemi Adegbite, Christopher Nelson Obuh, Adeola Olagunju, Akudi Tseja, Gaspard Lihouenou Koutchika, Ayo Akinwande, Kemi Akin-Nibosun and Tega Agbro.”

Q&A with Emmanuel Iduma (Class of 2015), Art Writing, 17/02/16 ;

“In January of this year, Emmanuel Iduma (MFA ’15) and fellow writer/editors Serubiri Moses and Ndinda Kioko launched the online journal “The Trans-African,” dedicated to the reflections of independent art writers from Africa on the photographs, images, and other visual cultures of Africa.

(…)

I write about photographs because in examining them, they refuse expert knowledge to accommodate impassioned scrutiny. There’s much more to be said, always. But I begin with where I am at the moment of writing.”

Independent Art Writing. Trans-African Clarity, entretien d’An Paenhuysen avec Emmanuel Iduma, Ndinda Kioko et Moses Serubiri, à propos de la nouvelle plate-forme The Trans-African, Contemporary &, le 17/02/16 ;

Recension d’ouvrages

Translator’s Note: Glenna Gordon’s Striking photobook Diagram of the Heart and its Many Reviews, par  Carmen McCain, A Tunanina… (blog), le 21/02/16 ;

Février : Les choix de la librairie de la MEP, par Irène Attinger, L’Oeil de la photographie, le 9/02/16 ;

(avec notamment un livre de The Borderlands de Jo Ractliffe et un ouvrage intitulé Pony Congo de Vicente Paredes)

Photographie historique

99 photos prises en Noir et Blanc pendant la décennie noire par Michael von Graffenried, Algérie 360˚, le 7/02/16 ;

Anciennes photos d’Algérie: Une opération de protection et d’inventorisation lancée, Huffpost Algérie, le 11/02/16 ;

Une opération d’inventorisation d’un important fonds de photographies anciennes de villes algériennes a été récemment lancée par le programme d’appui de l’Union Européenne (UE) à la protection et à la valorisation du patrimoine culturel en Algérie, a indiqué jeudi le chef du projet.

Bint el-Sudan, « le Chanel n° 5 d’Afrique », par Joan Tilouine, Le Monde, le 29/02/16 ;

“Dans ce contexte, la survie et le rythme de production de Bint el-Sudan relève du petit miracle industriel. C’est aussi une « exception graphique », s’amuse un revendeur grivois du grand marché Kantin Kwari, frappé par un double attentat-suicide en décembre 2014. Sur le petit flacon vert au design inchangé s’affiche, en effet, la seule femme aux seins nus visible au nord du Nigeria, où la charia est en vigueur depuis 2000. C’est une « fille noire » traditionnelle d’antan, vêtue d’une jupe rouge, les pieds et poignets ornés de bracelets. Elle a été photographiée au Soudan dans les années 1920 par le créateur du parfum Eric Ernest Burgess, alors âgé de 29 ans, grand voyageur et consultant de la société W. J. Bush & Co.”

Waiting for Tito. Unofficial scenes from a presidential tour of Africa, par Samuel Goff, Red Africa. The Calvert Journal, non daté ;

““Africa was presented as the domain on which Tito built his reputation as a globally significant political figure,” says Radovan Cukić, head of the Research Department at the Museum of Yugoslav History in Belgrade, where the Tito photos are archived.”

Prix

Kader Attia, Ulla von Brandenburg, Yto Barrada et Barthélémy Toguo nommés pour le Prix Marcel-Duchamp, Le Quotidien de l’Art, le 5/02/16 ;

“Le comité de sélection du Prix Marcel-Duchamp a tranché : Kader Attia, Ulla von Brandenburg, Yto Barrada et Barthélémy Toguo seront cette année en lice pour la plus prestigieuse distinction dans le domaine de l’art contemporain en France. Ce choix marque indéniablement la richesse de notre scène artistique, terre de rencontres et de dialogues, pour ces créateurs dont le travail est le fruit de multiples cultures.”

Clichés

Behind Steve McCurry’s Valentino Ad Campaign, par Marysa Greenawalt, Time, le 16/02/16 ;

“The collection, which debuted at Paris Fashion Week last October, sparked criticism on social media regarding perceived racial insensitivities. One commenter on Twitter wrote, “That’s very cute of #Valentino to pay homage to the African culture for the new collection, but ummm…where were the african models?” (…) On Instagram, Valentino described the collection as “primitive, tribal, spiritual, yet regal.

(…)

After the ad campaign was released, Fashionista criticized Valentino for “using people of non-European cultures as a backdrop for white models wearing European designers’ clothing.”

Egypt Bans Teen Who Climbed and Took Photos Atop the Great Pyramid of Giza, par Claire Voon, Hyperallergic, le 5/02/16 ;

Les annonces du mois

Zanele Muholi est parmi les récipiendaires des Infinity Awards (catégorie “documentaire et photojournalisme”) ;

L’appel à candidatures pour les Résidences photographiques du musée du quai Branly est ouvert jusqu’au 15 mars 2016 ;

Le Call for Proposals: Arab Documentary Photograph Programme est ouvert jusqu’au 1er avril 2016 ;

“The focus of the Arab Documentary Photography Program is to support compelling non-stereotypical and unconventional visual documentation of important social issues and narratives relevant to the Arab region. In recognition of the image’s power to document, educate and advocate, the ADPP will also explore ways by which such a body of work can reach out to wider audiences and engage with them in compelling and impactful ways. ”

La foire d’art contemporain africain 1:54 annonce la liste des galeries et artistes invités à prendre part à sa deuxième édition new-yorkaise qui se tiendra du 6 au 8 mai prochain.

Pour finir, signalons ces initiatives lancées par le quotidien The Guardian autour des médias sociaux à Lagos :

How is Lagos changing? Share your stories, par Francesca Perry et Chris Michael, The Guardian, le 10/02/16 ;

How Does The Western Media Get Nigeria Wrong?, Social Media Week, organisée par The Guardian, le 22/02/16.

 

 

 


1 réponse

  1. fototaa dit :

    Les dernières photos prises par Leila Alaoui pour Amnesty International, avant sa disparition tragique, sont exposées en ce moment à Ouagadougou :
    http://federationgams.org/2016/03/12/burkina-faso-amnesty-international-expose-les-dernieres-photos-de-leila-alaoui/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.