Regards d’artistes sur les archives 1- Tarz par Héla Ammar

En prévision de notre prochain atelier qui se déroulera dans le cadre des RÉAF à Paris début juillet 2016, nous initions une série d’entretiens avec des artistes qui utilisent les archives photographiques.

Première à ouvrir le bal, Héla Ammar, à travers sa pratique photographique, veut témoigner des changements qui s’opèrent dans la société tunisienne depuis la chute de la dictature. Tarz (2015) est sa dernière installation. Présentée à Sidi Bou Saïd, Marseille et Bamako, Tarz rend compte des soubresauts de l’histoire politique tunisienne, à travers un fil rouge qui tisse entre eux différents fragments de la mémoire historique de la résistance populaire qui ne s’est jamais tarie depuis la colonisation française. Héla Ammar a littéralement « brodé » des images d’archives, privées et officielles, mais aussi ses propres photographies, pour mieux saisir l’empreinte qu’a laissé l’image de la révolution tunisienne dans sa mémoire.

Dans quel contexte social et politique est née l’installation Tarz ?

Tarz (qui signifie « broderie » en arabe) est née peu après la révolution tunisienne. La chute de la dictature a notamment permis de libérer l’image de la fonction de propagande dans laquelle le régime l’avait enfermée. Très vite, l’image de reportage ou documentaire s’est taillée une place de choix, traduisant d’abord l’énorme besoin d’immortaliser les moments uniques que nous étions en train de vivre, pour ensuite témoigner de sujets dont l’exploration était jusque-là interdite.

Étrangement, cette soif d’images de l’instant présent a provoqué chez moi un manque des images du passé. Comme si cette présence soudaine d’une Tunisie en pleine effervescence révélait l’absence de tous les pans d’une Tunisie occultée ou reniée. C’est dans cette quête de repères temporels que s’insère ce projet. Cela correspondait à un besoin de replacer cet événement majeur dans le cours de l’histoire de la Tunisie et d’interroger une mémoire tronquée.

Cette installation photographique mêle aux archives des images du présent. Le tout, relié par une broderie de fil rouge, tisse un champ spatio-temporel unifié et constitue une tentative de recoller les fragments d’une mémoire éclatée. Un fragment est par définition la partie d’un tout. Pris isolément, il peut suggérer l’image entière, de la même manière qu’il en révèle ce qui en est absent. C’est un peu la logique de cette mosaïque : des fragments de passé et de présent se juxtaposent dans une tentative désespérée de former un tout.

tarz_2015_héla ammar

Tarz (photo de l’installation) © Héla Ammar, 2015

D’où viennent les images d’archives de cette installation ?

J’ai eu énormément de mal à rassembler les images d’archives. En raison du passé militant de mon aïeul, je me suis naturellement dirigée vers les archives familiales mais une bonne partie d’entre elles avaient été détruites, faute d’entretien. Quant aux autres, elles étaient largement éparpillées.

En Tunisie, les Archives nationales sont centralisées, depuis 1999, dans une bâtisse moderne, répondant aux normes de conservation des documents d’archives. Les institutions publiques du pays ont l’obligation légale d’y déposer leurs archives auxquelles s’ajoutent des dons privés. L’ensemble donne une impression de cohérence et de richesse, mis à part qu’il n’y pas d’archives photographiques, ni d’archives audiovisuelles. A mon grand regret, il semblerait que les Archives nationales n’aient pas les moyens de les acquérir (car il s’agit surtout de fonds privés mis à la vente) ou d’en assurer la conservation. La Bibliothèque nationale abrite quant à elle ce genre de documents. Malheureusement leurs conditions d’exploitation sont particulièrement strictes.

J’ai donc puisé dans ce qui restait des archives familiales. Certaines images d’archives viennent de fonds privés que des amis ont bien voulu me laisser exploiter et j’en ai retrouvé d’autres encore sur le net.

Détail_Tarz

Tarz (détail) © Héla Ammar, 2015 – à gauche : une photo prise en 2011 lors du sit-in de la Kasbah, à droite : photo d’archive datant du protectorat

Comment as-tu opéré ton choix ?

Mon choix s’est fait de manière assez instinctive. Prises isolement, ces images n’ont pas forcément de relation les unes avec les autres. Mais toutes représentent un fragment significatif de l’histoire de la Tunisie. On y voit se succéder le dernier Bey de Tunis et les quatre présidents de la République, comme on y retrouve des références aux mouvements nationalistes. C’est dans cette mesure qu’elles pourraient offrir une lecture politique de l’histoire de la Tunisie.

J’y ai également intégré des images qui font référence à la société tunisienne et aux grands chantiers de l’État à des époques différentes. La femme y occupe une place de choix. Le rôle qu’elle a joué de tout temps et qu’elle continue encore, aujourd’hui, à jouer marque à mon sens la spécificité de la Tunisie. On présente souvent son statut privilégié comme l’œuvre de Bourguiba, mais je tenais aussi à rappeler que des mouvements féministes se sont battus pour son émancipation bien avant l’indépendance. On retrouve la femme sur tous les fronts et aujourd’hui, plus que jamais, elle demeure le maillon fort de notre société civile. La femme ne pouvait donc manquer à l’image.

Manifestation pour la liberté de la femme_1962_Tunis_helaammar

Manifestation pour la liberté de la femme, Tunis, 1962 © Héla Ammar, 2015

Quels types de manipulations as-tu faites sur ces images ?

Il n’y a pas eu de manipulation sur les images d’archives en dehors de la broderie. Je les ai simplement reproduites en les rephotographiant. Par contre les images contemporaines (qui côtoient les images d’archives) ont été manipulées : je les ai désaturées et vieillies de manière à ce qu’elles se confondent avec les images d’archives. C’était assez troublant d’ailleurs de jouer ainsi avec le temps ! Je me suis souvent demandée si ce n’était pas une forme de tricherie… Mais, en l’occurrence, celle-ci était voulue et complètement assumée. En alignant la texture et le rendu des images contemporaines sur ceux des images d’archives, mon but était de construire un espace temporel unifié et de répondre ainsi à la problématique de la fragmentation de la mémoire.

Comment as-tu établi le « raccord » avec les photographies contemporaines que tu présentes dans ta série ?

Cette abolition des frontières temporelles  est accentuée par une broderie de fil de soie rouge. Il s’agit d’un raccord visuel qui, pour moi, a une signification particulière. Le choix de la broderie et de la couleur du fil n’est pas anodin. Le rouge est la couleur de notre drapeau national. Quant à la broderie, elle évoque la patience, voire l’abnégation, la répétition et donc le temps. C’est dans ce sens que je l’ai utilisée pour trois œuvres de l’installation Tarz, qui se complètent : Saadya, Gorgaf et Tarz.

Saadya_Dignity_helaammar_2014

Saadya © Héla Ammar, 2014

Dans la vidéo intitulée Saadya, je mets en scène une brodeuse qui fait et défait les mots liberté, dignité, travail et justice (écrits en caractères arabes) sur un fond sonore mêlant discours politique et révolte populaire. L’acte de faire et de défaire ces broderies fait référence au long processus que nous vivons de déconstruction et de reconstruction des valeurs de la République.

Dans Gorgaf (« Métier à broder »), ces quatre valeurs brodées sont piquées de mille aiguilles pour être ensuite déconstruites et associées à des jasmins fanés, barbelés et autres avatars désormais liés à notre quotidien.

Enfin, dans Tarz, le fil rouge qui relie ces fragments remonte le temps, le raconte et le transcende. Il traverse une mosaïque transgénérationnelle et devient un symbole de continuité et de transmission. Il s’enracine dans l’archive, se ravive dans l’actualité. Il suture nos blessures et unifie le champ éclaté de notre mémoire.

Gorgaf_Tarz_Dignity__hélaammar_

Gorgaf © Héla Ammar, 2015

En manipulant ces images d’archives, au-delà du travail de mémoire, tu souhaitais « [laisser] aussi une grande place à l’imaginaire, au ressenti voire à l’inconscient collectif ». Peux-tu nous en dire plus ?

La charge évocatrice de cette installation dépasse la simple description. Du coup, si la mémoire occupe une grande place dans ce travail, elle laisse aussi place au ressenti et à l’imaginaire.

Dans un contexte de transition et de renouveau, chacun d’entre nous cherche des repères, et c’est d’ailleurs ce que les images brutes fournissent dans cette installation. Mais à aucun moment je n’ai voulu retranscrire une partie de l’histoire de la Tunisie ou en donner un récit chronologique. En abolissant les frontières temporelles, j’ai notamment voulu traduire la multitude de questions que l’histoire passée et présente de la Tunisie peut soulever. La perception qui en résulte n’est pas de nature strictement cognitive, elle s’inscrit davantage dans le sensible et donc dans l’imaginaire collectif.

Aussi, la confrontation du passé avec le présent pousse forcément à se poser la question du futur. J’ai d’ailleurs toujours nié à cette installation une quelconque velléité nostalgique. Pour moi, la compréhension du présent passe nécessairement par la connaissance du passé. Mais on ne peut aussi entrevoir le futur, voire l’imaginer, qu’en reliant ces deux fragments temporels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.