Collectionner les « images du passé » à Alger – par Awel Haouati

Dans les lignes qui suivent, Awel Haouati* nous présente son mémoire de master  en anthropologie sociale intitulé « Collectionner les images du passé à Alger : La réappropriation des cartes postales et affiches produites pendant la période coloniale dans l’Algérie contemporaine » (sous la direction de Benoît de L’Estoile, EHESS, 2015).

A l’issue d’un master de recherche en anthropologie à l’EHESS, suivi entre 2013 et 2015, j’ai rédigé un mémoire sur la question des réappropriations et de la réception des images produites pendant la période coloniale, dans l’Algérie contemporaine. Le cœur de ce premier travail de recherche était un questionnement sur l’intérêt que l’on pouvait porter aux photographies, aux cartes postales et aux affiches produites pendant la colonisation aujourd’hui, en Algérie. Intérêt qui transparaît à la fois à travers la pratique de la collection de ces images du passé chez les Algériens, et celle de leur numérisation et de leur remise en circulation sur Internet, sur les réseaux sociaux. Seul accès visuel à ce passé colonial, ces images représentent des archives, des documents et des témoignages pour les Algériens d’aujourd’hui. Elles sont chargées de nouveaux sens et font l’objet d’interprétations et de réactions complexes, selon le contexte dans lequel elles sont réutilisées et manipulées et selon ce qu’elles donnent à voir.

Dans la continuité d’un changement de perspective déjà entamé

En se détournant d’une analyse des contextes de production de ces images issues de la colonisation, ce travail cherchait à interroger et à comprendre les interprétations qui sont faites de ces images dans un contexte post-colonial, par un public différent de celui auquel elles étaient initialement destinées. En effet, les photographies, les cartes postales aussi bien que les affiches publicitaires ou propagandistes portant sur l’Algérie française, et sur d’autres colonies, étaient principalement destinées à un public d’Européens d’Algérie et/ou de métropolitains. Ceux que l’on appelait « indigènes » y figuraient en tant que sujets photographiés, mais n’étaient que très rarement concernés par la consommation de ces médias. Analysées dans de nombreux travaux comme les produits d’une iconographie coloniale, voire orientaliste, ces images ne sont pourtant pas toujours reçues et interprétées comme telles par les Algériens d’aujourd’hui. Sans remettre en question les travaux, notamment en histoire et en histoire de l’art, qui ont pu être menés sur ces images, ainsi que l’apport des travaux d’Edward Saïd et de ses héritiers sur l’orientalisme, il s’agissait dans ce travail de ne pas enfermer les images dans ces catégories pour se pencher sur ce qu’elles véhiculent aujourd’hui pour celles et ceux qui se les réapproprient et qui participent à leur remise en circulation dans le contexte postcolonial. La perspective choisie pour ce travail se situe donc en partie dans ce qui a été, par exemple, proposé dans l’ouvrage collectif dirigé par François Pouillon et Jean-Claude Vatin, Après l’Orientalisme [1], qui aborde les questions de la réception et de la réappropriation des œuvres, picturales et littéraires, orientalistes dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Néanmoins, cette recherche ne concerne pas uniquement la réception des représentations orientalistes, puisque la réception d’une autre iconographie m’a intéressée, plus répandue à Alger et davantage constituée de vues urbaines des villes coloniales et d’instantanés de la vie quotidienne de leurs populations européennes et autochtones, que de mises en scènes.

Circulation et commercialisation des images anciennes à Alger

Le point de départ de ce travail a été une enquête de terrain portant sur la pratique de la collection d’images de la période coloniale à Alger. Au cours d’entretiens avec des collectionneurs (je n’ai rencontré que des hommes, et la fille d’un collectionneur), j’ai questionné ces derniers sur leur passion pour la collection d’images anciennes, sur leur rapport à ces images et ce qu’ils y recherchent, ce qui les y intéresse. Les propos et les récits de ces collectionneurs occupent ainsi une place centrale dans ce travail. A ces entretiens menés à Alger se sont ajoutées des discussions avec des collectionneurs algériens, tunisiens et marocains basés à Paris et à Casablanca (au cours d’un séjour de terrain au Maroc), ainsi que des observations faites lors d’expositions de photographies et de cartes postales de la période coloniale, notamment au sein de musées privés au Maroc. Le présent résumé se concentrera sur les entretiens avec les collectionneurs algérois et sur la récente digitalisation et la diffusion sur les réseaux sociaux de ces photographies et cartes postales anciennes.

IMAGE 1

L’étal de F. Azzoug à Alger propose à la fois des cartes postales et des copies de photographies de l’époque coloniale, ainsi que des photographies des personnalités politiques et des dirigeants algériens après 1962, entre les timbres, les billets et les pièces de monnaie. © Awel Haouati

Etal de F. A. photo de Lamine Ammar Khodja

L’étal de F. Azzoug à Alger © Lamine Ammar Khodja

La carte postale constitue un moyen accessible de s’offrir des photographies anciennes, à la fois bon marché et facilement transportable. Elle est par conséquent plus présente chez les collectionneurs et plus visible dans l’espace public, contrairement à d’autres catégories d’images, plus coûteuses, comme les affiches ou les tirages photographiques. Il existe ainsi quelques étals de vente de cartes postales dans le centre-ville et de rares boutiques spécialisées à la fois dans la vente cartes postales, de timbres postaux, de copies d’affiches publicitaires de la période coloniale, ainsi que de divers objets de collection divers comme des billets de banque, des pièces de monnaie. Bien que parfois situés près de lieux que l’on pourrait qualifier de touristiques (la Grande Poste d’Alger, le Théâtre National, situés au cœur de l’ancienne ville coloniale d’Alger), ces points de vente semblent principalement fréquentés par les Algérois et par les Algériens de façon générale, plus rarement par les étrangers qui visitent Alger ou y résident. Hormis la partie visible de ce qui s’apparente à un marché « informel » de la carte postale ou de l’affiche ancienne, l’achat et la vente d’images anciennes se fait le plus souvent dans la sphère privée, à travers un réseau de collectionneurs qui se connaissent les uns les autres et que des rencontres, plutôt rares et ponctuelles, réunissent pour échanger, vendre ou revendre les pièces de leurs collections. Jusqu’à une période très récente, les cartes postales, photographies et affiches de la colonisation n’étaient donc visibles que par le collectionneur et par son entourage, et ne sortaient que très rarement de la sphère du privé. Internet et l’expansion des réseaux sociaux dans la société algérienne ont cependant bouleversé cette situation et les images sont désormais accessibles à un plus large public d’internautes, et deviennent de ce fait reproductibles, ré-imprimables.

La collection : un travail personnel d’accumulation et de conservation des traces de la colonisation ?

Le fait de s’intéresser, de rechercher et de collectionner des images du passé, et précisément de la colonisation, n’est évidemment pas propre au contexte algérien. Pour prendre un exemple proche, il existe en France des salons consacrés à la cartophilie (« Cartexpo » à Paris), des marchés aux timbres et aux cartes postales (Carré Marigny à Paris), et les brocantes et marchés aux puces proposent presque systématiquement des cartes postales, des affiches anciennes, jusqu’aux boîtes de photographies de famille abandonnées ou trouvées [2]. Souvent, les cartes postales mises à la vente sont classées par pays, par régions et par villes, qu’il s’agisse de la France ou des colonies françaises. Les acheteurs, collectionneurs ou simples curieux, demandent alors aux négociants des cartes postales d’un lieu précis, souvent de leur lieu de naissance, de leur lieu de résidence, du village de leurs parents ou de leur pays d’origine. Pour les collectionneurs que j’ai rencontrés à Alger (et au Maroc), et dont certains fréquentent les marchés en France, il s’agit aussi le plus souvent d’acquérir et de conserver une trace, un témoignage, de l’état d’un lieu à une certaine époque : une rue, un quartier, un escalier, un bâtiment qui aurait changé entre le début du XXème siècle et aujourd’hui. La dimension locale et l’appartenance à un lieu occupent donc une place importante dans cet intérêt pour les images du passé, qui permettent une comparaison entre un avant et un après.

La spécificité du cas algérien réside tout de même dans le fait que des images produites entre le début du XXème siècle et la fin des années 1950 renvoient aussi à une période de colonisation, qui s’est achevée par une guerre de libération à la fois longue et douloureuse, à la suite de laquelle les élites politiques algériennes ont appelé à faire « table rase » [3] du passé colonial. Hormis ce qui concerne la guerre de libération nationale, il semble qu’aucun travail d’archivage et de conservation des traces matérielles et des images de cette période coloniale n’a été entrepris par les institutions depuis l’indépendance. L’effort d’écriture de l’histoire et de conservation de ses traces (images et objets) s’est principalement concentré sur la période de la guerre d’Algérie [4]. Il existe ainsi un musée de l’armée à Alger, où l’exposition permanente est consacrée au récit de la guerre d’indépendance, ainsi que des musées consacrés aux traditions de l’Algérie et à son passé pré-colonial, mais pas de musée de la colonisation, par exemple. En accumulant ainsi les objets et les images liés à la période coloniale, les collectionneurs endossent quelque part un statut de « producteurs d’histoire », que certains revendiquent explicitement, dans un contexte où quasiment aucune institution, muséale notamment, ne fait ce travail de conservation, de préservation et d’archivage des images relatives à cette période de l’histoire de l’Algérie.

Néanmoins, les cartes postales, les affiches et les photographies anciennes (c’est ainsi que la plupart de nos interlocuteurs désignent ces images) ne sont pas toujours mises en relation avec l’histoire coloniale par ceux qui les collectionnent et les manipulent. Les interprétations et les discours suscités par ces images du passé vont en effet au-delà de la séparation entre colonial et post-colonial, remettant en question ces frontières chronologiques.

Représentations idéalisées du passé

S’il arrive que la collection soit présentée par le collectionneur comme un moyen de reconstituer, par les objets et les images, une Algérie française disparue, dans une démarche historique ou dans une démarche « mythologique », voire « fantasmagorique », ces images ne sont pas rattachées au seul contexte colonial par la plupart des collectionneurs. Pour eux, elles représentent une « époque » idéalisée qui suscite la formulation de propos que l’on pourrait qualifier de nostalgiques et dont les frontières chronologiques sont poreuses et changeantes. De tels propos peuvent par exemple accompagner les photographies des populations « indigènes », comme ces « scènes et types » que l’on retrouve sur de nombreuses cartes postales ou ces clichés consacrés aux « petits métiers » qui faisaient le quotidien de la Casbah, et qui sont aujourd’hui reçues comme des photographies d’Algériens et d’Algériennes. Dans ce cas de figure, la nostalgie est exprimée vis-à-vis de traditions, de coutumes et de pratiques « algériennes » qui ont aujourd’hui disparues. Ces formulations nostalgiques peuvent également concerner des clichés de scènes de vie et des vues urbaines de la ville européenne avec ses architectures, ses cafés, ses tramways et ses salles de cinéma. Ces clichés sont souvent l’occasion pour les collectionneurs de faire des va-et-vient entre passé et présent et de comparer ainsi une « époque » regrettée avec un présent souvent décrit comme très éloigné et très différent de ce qui était et qui ne reviendra plus.

Pour une grande part des Algériens qui s’intéressent à ces images du passé colonial et les collectionnent, celles-ci ne renvoient pas vraiment à un vécu, puisqu’ils sont nés peu avant ou après l’indépendance (les collectionneurs que nous avons rencontrés ont entre 40 et 60 ans ; les internautes qui ont accès à ces images sur les réseaux sociaux sont encore plus jeunes). On peut alors avancer que les cartes postales produites pendant la colonisation offrent une image de l’Algérie comme certains ont pu la connaître dans les années 1960, 1970, voire 1980, ou comme les plus jeunes imaginent cette « belle époque » [5] de l’Algérie. A partir de ces images, il arrive ainsi que des chevauchements s’opèrent entre les périodes coloniale et post-coloniale, des continuités entre l’Algérie française et les trois décennies qui ont suivi son indépendance, années du socialisme, et qui ont précédé la seconde période de crise que le pays a traversé à partir de la fin des années 1980 et tout au long des années 1990. Par conséquent, et contrairement à certains chercheurs qui ont choisi de parler de « nostalgie coloniale » [6], il conviendrait de ne pas placer dans une telle catégorie les représentations idéalisées du passé chez ces collectionneurs algériens, car il me semble que cette expression ne rend pas compte de la complexité des représentations du passé que véhiculent des images qui, si elles ont été produites pendant la colonisation, ne renvoient pas uniquement à ce seul contexte colonial dans l’Algérie d’aujourd’hui, mais à ce qui est vu comme un « âge d’or » de l’Algérie.

IMAGE 2

Une capture d’écran de la page « Alger à une certaine époque ». Le premier commentaire dit : « Belcourt c’était un quartier, et c’est devenu un endroit où on étouffe. Si ceux qui sont morts viendraient à se réveiller, ils verseraient des larmes de sang en le voyant ainsi. Notre pauvre quartier. Il s’en va [dans le sens de se dégrader] et nous avec. Je suis de la rue de Cambrai. Que dieu apporte le bien [à l’avenir]. Amine [Amen]. » © Awel Haouati

Les cartes postales en noir et blanc des années 1920 et 1930 ou celles en couleurs des années 1950 donnent une image assez esthétique de la ville d’Alger. Elles offrent une occasion pour les habitants d’Alger de comparer l’état actuel de leur ville, de leurs quartiers et de leurs rues à celui de l’époque, visible sur les photos, de regretter ce temps où tout était plus beau, plus propre, plus « civilisé ». Des expressions en algérien (la langue darija) reviennent alors souvent dans les propos des collectionneurs, comme dans ceux des internautes, comme « Ya hassra ! », qui est difficile à traduire et exprime un sentiment profond de nostalgie et de regret du passé, ou « ki kounti, ki welliti ! » (« Comme tu étais, comme tu es devenue ! », en s’adressant à la ville ou à un quartier, une rue), qui est une comparaison de l’état de la ville actuel avec celui du passé. Ces photographies anciennes peuvent également amener des discours sur l’appartenance à Alger et sur l’ « authenticité » des « vrais » citadins algérois, par opposition aux « nouveaux venus » qui sont tenus pour responsables de la dégradation de la ville et de ses transformations. De tels propos sont donc à replacer dans le contexte historique et social de l’Algérie contemporaine. Ainsi que le relève l’historienne Lucie Ryzova à propos d’un intérêt similaire pour les photographies anciennes du Caire en Egypte, notamment sur les réseaux sociaux : « il y a toujours un jugement sur l’histoire récente » du pays derrière ce genre de commentaires nostalgiques, souvent « explicite » [7]. Les discours qui accompagnent ces images anciennes révèlent davantage le regard que les Algériens portent sur leur présent, par opposition à un passé idéalisé, voire fantasmé. Si elles ne conduisent pas à un oubli de la réalité de la domination coloniale de la part de ceux qui ont été un jour colonisés, de telles images en permettent l’oblitération partielle et momentanée.

Entre oblitération de la dimension coloniale et tensions liées au contexte de production des images

Lorsqu’elles ne suscitent pas de propos nostalgiques, les images produites pendant la période coloniale sont à l’origine de critiques, de tensions et de conflits. Leur numérisation les a conduit à sortir du cercle restreint des collectionneurs pour se rendre accessibles à un public beaucoup plus large, et a introduit ainsi de nouveaux enjeux quant à leur réception et leur réinterprétations par un public qui les découvre. Depuis environ cinq ans, on observe sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, une multiplication des pages consacrées aux images anciennes ou aux archives visuelles de l’Algérie. Créées par des collectionneurs soucieux de partager leur collection avec le plus grand nombre ou par des amateurs et des passionnés d’images anciennes, ces pages Facebook attirent un nombre important d’internautes et sont autant de fenêtres qui permettent d’en savoir un peu plus sur la réception des clichés du passé, particulièrement celle des cartes postales et les photographies prises sous la colonisation. Certaines pages sont axées sur des périodes de temps bien délimitées, comme les années 1930 ou 1950, d’autres publient à la fois des clichés de l’Algérie coloniale et des premières décennies de l’indépendance.

IMAGE 3

Sur la page « Algérie CPA », le commentaire d’un internaute sonne comme une piqûre de rappel à ceux qui se laisseraient facilement prendre par la nostalgie face aux photographies du passé colonial. © Awel Haouati

Si le ton général des publications et des commentaires des internautes est celui de la nostalgie, du regret du passé, il arrive que des critiques et des condamnations soient formulées par les internautes sur certaines images. Une de nos interlocutrices qui a décidé de publier une partie de la collection d’un de ses proches sur une page Facebook, nous a ainsi expliqué qu’elle faisait elle-même attention à ne publier que les images qu’elle jugeait « valorisantes » pour le public algérien et qu’elle évitait ainsi de publier des images trop violentes ou choquantes : photographies de la misère des « indigènes », portraits de mendiants ou photographies de femmes dénudées (souvent désignées sur les cartes postales comme des « Mauresques aux seins nus »). Ainsi, le passage de ces images de la sphère du privé à la sphère du public implique un tri, une sélection et une censure de la part de ceux qui les remettent en circulation, en les numérisant et en les publiant sur Internet. Le fait que des Algériens soient à l’origine de la publication de ce genre d’images, violentes et dérangeantes, est également à la source d’un certain malaise et de tensions. Il arrive ainsi que les critiques soient formulées directement à l’encontre de ceux qui publient ces images, où on leur reproche par exemple de faire l’« éloge du colonisateur » et de présenter le colonialisme sous un jour positif. Ces interactions autour de la publication de clichés de la colonisation démontre l’existence d’une frontière entre ce qui peut être montré au public et ce qui doit rester dans la sphère du privé.

Ainsi, la réappropriation et la réception des images produites pendant la période coloniale dans l’Algérie d’aujourd’hui oscillent entre, d’un côté, l’idéalisation du passé et l’oblitération de la domination et de la violence coloniales et, d’un autre côté, ce rejet ou ce refus de voir des images, notamment des photographies dans lesquelles ce contexte colonial refait surface de manière crue et frontale et devient trop apparent pour être ignoré.

Dans le cadre d’une thèse, il s’agira d’approfondir la question de la constitution d’archives visuelles privées par des individus, aussi bien sur la période coloniale que sur la période post-coloniale, et de réfléchir à la place occupée par ces archives privées dans le présent algérien et au rôle qu’elles jouent dans l’écriture de l’histoire de ce pays, au-delà des récits officiels.

[1] François Pouillon, Jean-Claude Vatin (dir.), Après l’Orientalisme. L’Orient créé par l’Orient, Paris, Karthala, 2011.

[2] Voir à ce sujet le très intéressant article de Morad Montazami, « Photo trouvée, image perdue. L’analyse iconographique à l’épreuve de l’anonymat », Conserveries mémorielles, N°2, 2007.

[3] Voir Benjamin Stora, Algérie, histoire contemporaine 1830-1988, Alger, Casbah Editions, 2004.

[4] L’historienne Malika Rahal évoque cette absence de « récit-cadre » historique à partir de 1962 et cette focalisation sur la guerre d’indépendance : Malika Rahal, « Le temps arrêté. Un pays sans histoire. Algérie, 2011-2013 », Écrire l’histoire, n° 12 – automne 2013, pp. 27-36 ; Malika Rahal, « Comment faire l’histoire de l’Algérie indépendante ? », La Vie des idées, 13 mars 2012. ISSN : 2105-3030. [URL : http://www.laviedesidees.fr/Comment-faire-l-histoire-de-l-Algerie-independante.html]

[5] Nous empruntons l’expression de « belle époque » à Ed McAllister, doctorant en histoire, qui aborde la question de la nostalgie pour les années socialistes de l’Algérie : Ed McAllister, « Algeria’s Belle Epoque (1). Postcards and Nostalgia : Images of Algiers in the 1970s », Textures du temps [http://texturesdutemps.hypotheses.org/414#identifier_3_414, publié le 5 décembre 2012]

[6] Voir par exemple William Cunningham Bissel, « Engaging Colonial Nostalgia », Cultural Anthropology, Vol. 20, No. 2, 2005, pp. 215-248.

[7] Lucie Ryzova, « Nostalgia for the Modern : Archive Fever in Egypt in the Age of Post-Photography », Photo Archives and the Idea of Nation, Caraffa C., Serena T. (ed.), Berlin/Munich/Boston, De Gruyter, 2015, pp. 301-318.

* Née à Alger en 1992, Awel Haouati suit des études d’histoire de l’art à Paris avant d’obtenir un master en anthropologie sociale à l’EHESS en 2015. Également active en tant que photographe, elle est membre du collectif de photographes algériens « 220 » (Alger/Oran/Mascara) et publie quelques travaux dans des revues algériennes (Nedjma Adjazairiya, Guentra, Esprit bavard). En 2014, elle participe à une exposition collective organisée par l’Institut Goethe : “Next to here. Young photographers from North Africa and the Middle East”, dans une douzaine de villes de la région Maghreb – Moyen-Orient, dont Le Caire (Contemporary Image Collective), Beyrouth, Ramallah et Tunis (B’Chira Art Center).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.