Revue de presse #37 – Avril 2016

Avril 2016 restera marqué par le départ et le retour des deux “pères de la photographie africaine” (à propos de “pères”, lisez l’article de Tajudeen Sowole dans le Guardian-Nigeria, qui remet les pendules à l’heure) : tandis que Malick Sidibé tire sa révérence le 14 avril, Seydou Keïta (décédé en 2001) est à l’honneur dans le cadre d’une exposition au Grand Palais, sur laquelle nous reviendrons dans un prochain billet.

“The Stranger’s Notebook” © Dawit L. Petros, courtesy Tiwani Contemporary

Actualité des photographes

The Stranger’s Notebook – Dawit L. Petros’ Journey Across Africa, par Tom Seymour, The British Journal of Photography, le 13/04/16 ;

“In The Stranger’s Notebook (Prologue), Petros tried to synthesis these texts in order to consider the complexity of migratory movements within Africa, questioning “the privileging of certain narratives of migration over others.”

Exposition de Seydou Keïta au Grand Palais

Photographie : « Seydou Keïta », du studio de Bamako au Grand Palais de Paris, par Nicolas Michel, Jeune Afrique, le 14/04/16 ;

A la recherche de Seydou Keïta, le photographe, par Valérie Nivelon, RFI, le 9/04/16 ;

(Avec Abdoulaye Keïta, Érika Nimis, Françoise Huguier, André Magnin, Jacques Goldstein, Céline Solignac).

Seydou Keïta, premier photographe africain au Grand Palais, par Siegfried Forster, RFI, le 1/04/16 ;

“Une approche aujourd’hui complètement renversée par le marché de l’art. Certes, Keita était d’accord et même très heureux de faire retirer et agrandir ses photos sur proposition des collectionneurs. En revanche, ses photos changent alors totalement le contexte et les critères esthétiques. Le lien intime et social entre le photographe et le modèle est remplacé par les choix esthétiques de collectionneurs européens sur le marché mondial de la photographie, très loin de Bamako.

Une petite photo payée 300 francs CFA par les clients de Keita vaut aujourd’hui entre 10 000 euros et 12 000 euros. Pour un grand tirage argentique moderne, il faut débourser près de 20 000 euros, mais on est encore très loin de la vraie valeur du photographe, comparable à un Richard Avedon (1923-2004) ou un Irving Penn (1917-2009), remarque Jean Pigozzi, également propriétaire de la plus grande collection d’art contemporain africain (CAAC) : « Ça n’a pas tellement augmenté depuis sa mort, parce que, d’une manière générale, la photo n’a pas tellement augmenté. Deuxièmement, pour la photo africaine, il n’y a pas tellement de bourgeois qui veulent avoir une photo africaine dans leur salon. Et comme les bourgeois achètent les photos… Ce qui m’étonne, c’est que les rappeurs, les joueurs de football ou les Noirs qui ont gagné beaucoup d’argent ne se sont pas rués sur les photos de Keïta. Mais cela viendra… »

(2 audios dans cet article : Yves Aupetitallot, commissaire générale de l’exposition Seydou Keïta et Jean Pigozzi : “J’ai découvert Seydou Keïta”…)

Consulter le dossier « Seydou Keïta » de RFI ici.

Autres expositions

Sammy Baloji à la Galerie Imane Farès, par Claire Nini, Afrique in visu, le 25/04/16 ;

802 That is where, as you heard, the elephant danced the malinga. The place where they now grow flowers. Tel est le titre de la première exposition personnelle de Sammy Baloji dans la galerie parisienne Imane Farès.

L’artiste nous demande de le suivre au sous-sol, nous pénétrons alors dans une pièce étroite aux murs noirs où sont accrochés sur un premier pan de mur trois tirages petits formats représentant Les vues aériennes des mines de Kolwezi, et sur un autre pan de mur un tirage grand format intitulé Vue aérienne d’Elisabethville (Lubumbashi).

« Ce qui m’intéresse dans ces prises de vues aériennes ce sont les fissures, les traces, les lignes, en lien direct à mon travail photographique sur les scarifications. » nous explique Sammy Baloji.”

Afrique : le devoir de mémoire selon Sammy Baloji, par Elodie Schwartz, Art Actualité, le 20/04/16 ;

Imperfect Chronology: Charting Arab history through photography and film, par Izy Radwanska Zhang, British Journal of Photography, le 8/04/16 ;

“At the end of this month, the Whitechapel Gallery will reveal the third part of Imperfect Chronology, a 15-month exhibition of Arab art from the Barjeel Art Foundation. The penultimate episode, titled Mapping the Contemporary I, will display a collection of striking photographs and artistic and documentary videos made between 1990 – 2000.”

Projets

Inés Plasencia: “La fotografía es un agente importante en la construcción del racismo”, par Rubén H. Bermúdez, En Negro y Negro, le 4/04/16 ;

“Inés Plasencia, investigadora del archivo fotográfico de Guinea Ecuatorial entre los años 1861 y 1936, en años de la colonia española, charla con Rubén H. Bermúdez sobre el uso de la fotografía para construir una imagen de raza y la importancia del control de los medios de producción de imágenes.”

‘We’ll make ​our country​ great again’​: ​project shows true face of Somalis, par Ndesanjo Macha, The Guardian, le 19/04/16 ;

“For many people it is easy to stereotype Somalis as agents of terrorism, annoying refugees, gun-wielding pirates or competing warlords. Not the peaceful, resilient people they really are, say the team behind Somali Faces – an online project highlighting the everyday stories of Somalis around the world.”

The Stevenson’s Instagram takeovers; Social media as a tool to subvert traditional art neuroses, Bubblegum Club, le 12/04/16 ;

The Stevenson gallery, a contemporary art space in Johannesburg and Cape Town, focusing on both national and international artists, is once again pushing the boundaries of the exhibition format beyond the confines and limitations of the white cube. The first exhibition series within this vein was Ramp at the Gallery in Cape Town (…)

The Instagram takeover series extends this spatial interrogation to the digital realm in a way that starts to unravel some of the gatekeeping distinctions between what constitutes ‘gallery-worthy’ art and what doesn’t. Not only does the Instagram format start to consider everyday social media articulations as potentially valuable artistic expressions, but it also raises questions around dissemination and access to art works, particularly important considering South Africa’s current socio-political landscape, where galleries could often be experienced as intimidating and inaccessible spaces.

A purely instrumental and commodifying logic is also undermined through the use of a format where the ‘art objects’ themselves can easily disperse, circulate and cross-pollinate.”

In Pictures: Everyday Africa you don’t see on the new. Hope, happiness and hustle beyond the headlines, par Alex King, Huck, le 11/04/16 ;

Everyday Africa have launched a print sale featuring images from 18 photographers spanning 15 countries and all net proceeds from this sale will fund further educational initiatives and a forthcoming book.”

Création de la fondation Leila Alaoui, 6/04/2016 ;

“Créée en mars, la fondation est présidée par la mère de Leila Alaoui, Christine Alaoui.

(…) Son talent et son regard “sur le monde faisaient d’elle une artiste unique. Elle avait un chemin artistique qui au delà de la photographie posait la question de notre humanité”, poursuit Christine Alaoui, qui promet que la fondation perpétuera l’œuvre et la mémoire de la photographe.”

«Musée de la photographie» de Madagascar: des photos en ligne en attendant le vrai musée, par Volana Razafimanantsoa, RFI, le 3/04/16 ;

“Près de 4500 photographies historiques de Madagascar de la pré-colonisation à l’indépendance de la Grande Ile en 1960 ont été numérisées depuis près d’un an par le musée de la photographie de Madagascar. Un musée pour l’instant virtuel. Toutes les photographies sont disponibles en ligne sur Facebook et le site internet du musée. Le projet est né de l’association en 2013 d’une professeure d’histoire, Helihanta Rajaonarison, d’un mécène belge,Cédric Donck et d’un photographe amateur, Tsiry Solofomihanta. Chaque semaine, Tsiry se rend chez des particuliers pour numériser les photos afin d’en faire profiter aux internautes. L’objectif est de créer un véritable musée physique à Antananarivo dans trois ans.”

Biennales

Simon Njami : « Une bonne biennale est une biennale qui me fait pleurer dans une autre langue », par Syham Weigan, Diptyk, sans date ;

“Dak’art était bonne depuis le début, parce qu’elle faisait partie de ces trois biennales qui ont été voulues par des pays : à Dakar, Ouagadougou et Johannesburg (qui n’a duré que deux éditions). Et dès lors qu’il y a une volonté politique de faire quelque chose, c’est bien. La volonté politique est un point décisif et déterminant, c’est la suite qui peut devenir problématique. Pour Dak’Art, la volonté politique s’est perdue dans l’administration et, malheureusement, le côté positif pour ces trois biennales que j’ai citées était le corollaire de leur propre négation : c’est qu’une biennale n’est pas nationale. C’est une volonté politique nationale, mais elle ne peut pas être nationale.”

Simon Njami on the restitution of African art and artists’ huge potential for subversion, par Sabine Cessou, The True Africa, le 25/04/16 ;

Simon Njami : mon plan pour le Dak’art 2016, par Parfait Tabapsi, This is Africa, le 1/04/16  ;

“Quand la biennale (NDR : de Dakar) a été créée quelques temps après Revue noire que nous avons créée, il n’y avait pas un seul artiste africain dans une biennale internationale ! Aujourd’hui c’est tout le contraire avec des artistes qui voyagent partout dans le monde. Le plus important pour moi c’est que le Dak’art ne soit pas seulement la biennale du Sénégal ou de l’Afrique, mais que ce soit une biennale inscrite dans le parcours des biennales. Et pour y arriver, il y a des choses simples comme le catalogue, les artistes de talent…”

(…) la thématique de la Biennale que j’ai emprunté à Senghor dans un poème qui fait partie du recueil Hosties Noires : la cité dans le jour bleu. C’est le poème dans lequel Senghor commence à rêver d’une Afrique libre, une projection sur le devenir de l’Afrique, c’est-à-dire d’un endroit avec des peuples fraternels. Je pense qu’il faut réactiver ce rêve et dans le contexte actuel, c’est important de rêver de cette cité utopique.

(…) Quand de grands dirigeants se sont réunis en Indonésie pour penser le non-alignement, ils ne voulaient pas avoir à choisir entre X et Y mais inventer leur propre troisième voie. Mon Bandoeng de 2016 est évidemment culturel. C’est pour dire que nous ne sommes pas obligés de fabriquer des musées comme c’était le cas en Europe il y a un siècle, mais qu’il y a d’autres choses plus endogènes à inventer.

Koyo Kouoh’s Ambitious EVA International Bridges the Gap between Europe and Africa, par Ben Eastham, Artsy, le 18/04/16 ;

“(…) Kouoh suggests that Ireland belongs to a community of countries in recovery from colonialism, and was perhaps the first among them. It might seem obvious to state that Ireland was once a colony, but the proposal that the country might have as much (or more) in common with West Africa as with Western Europe does challenge conventional readings.”

Marché de l’art

Since then, interest from the market and from museums has grown, boosted by last year’s Africa-focused Venice Biennale. This year’s Armory Focus — a curated section of the Armory Show that spotlights a different region each year — was entitled African Perspectives. It featured two 1:54 galleries, Mariane Ibrahim, which showed Amanze, and the Abidjan-based Galerie Cécile Fakhoury, which showed the Ivorian photographer François-Xavier Gbré.”

Clichés

White Savior Barbie’ Hilariously Parodies Volunteer Selfies In Africa, par Zeba Blay, The Huffington Post, le 18/04/16 ;

“The bio for the Barbie Savior Instagram says it all: “It’s not about me… but it kind of is.” (…) Barbie Savior is taking it one step further by poking fun at people who suffer from the “White Savior Complex.” If you’re unfamiliar, the term is used to describe the white Westerners who travel to third world countries and make the entire affair an exercise in self-congratulatory #sacrifice.”

Comptes-rendus d’ouvrage

Portraits de ville : Asmara par Marco Barbon, Antidote ;

Prix/récompenses

2016 INFINITY AWARD: TRUSTEE — Artur Walther. Source : le site de l’ICP ;

Appels à candidatures / Appel à dons

Open Call for a Photography Portfolio Review, Goethe Institut, Addis Ababa, 1-3 June 2016. Deadline : 20 May 2016 ;

Goethe Calls for Application for Road Trip to Dak’Art Biennale, The Sole Adventurer, le 7/04/16 ;

“Goethe-Institut Nigeria is now receiving applications from artists interested in a road trip to Dak’Art Biennale in Senegal in Emeka Udemba’s mobile museum known as “Molue Mobile Museum of Contemporary Art” – MMMoCA. The deadline for submission is April 17th, 2016.”

RECAP POPCAP – A Book on African Photography : “To celebrate POPCAP’s fifth anniversary we will be collating the 25 winning photographic series of the last five years in the book RECAP POPCAP, and personalities from the African photography scene will discuss the present situation in their field. The content of the book will be translated into five languages.” The crowdfunding campaign will go until 31st May.

À venir…

Photojournalism in Conflict: on the Frontline of History, World Press Freedom Day’s, 2-4 May 2016, Helsinki, Finland ;

“‘Photojournalism in Conflict: on the Frontline of History’, portrays the daily life of populations in conflict areas affected by political unrest, economic pressures or social crises in the Arab region and East Africa. The exhibition features the work of young photographers from Arab and East African countries who received training on Photojournalism and Conflict-Sensitive Reporting in the Age of New Media. The trainings were funded by Finland and Sweden, and implemented in Jordan and South Sudan within 2014 and 2015. Around 300 young photographers living in conflict or transition areas were empowered to use photojournalism to create world-changing news coverage through trainings in conflict sensitive reporting, editing and writing skills, documentary filmmaking, and lessons in ethics in photojournalism and the role of new media. The workshops addressed the need for specialized training in East Africa and in particular, post-conflict Arab countries. Participants ranged from inexperienced to mid-career photojournalists working under dangerous situations and where freedom of the press is compromised. Photojournalists perform their jobs in varied surroundings – from awards ceremonies and sports events, to political rallies and violent conflicts. They have the ability to tell the news through images. However, this vital role needs to be undertaken with care and expertise. The work behind ‘Photojournalism in Conflict: on the Frontline of History’ is the result of cultivating a sense of journalistic responsibility embraced by young photojournalists in the Arab region and East Africa despite the recurrent threats, dangers and pressures faced in their fieldwork.”

Photographers

Nadia Abdullah (Yemen) / Ikilass Henry (South Sudan) / Jok Solomon (South Sudan) / Hilina Abebe (Ethiopia) / Maheder Haileselassie Tadese (Ethiopia) / Ezer Mnasri (Tunisia) / Mohamed Adel (Egypt)
/ Ahmad Abu Sitta (Jordan-Palestine) / Ala’a Khweled (Syria) / Mohamed Abdulazez (Syria)

Curated by Frédérique Cifuentes

 


1 réponse

  1. fototaa dit :

    “Announcing the Tim Hetherington Trust / World Press Photo Foundation Fellowship”, World Press Photo, le 23/04/16 ;
    http://www.worldpressphoto.org/news/2016-04-23/announcing-tim-hetherington-trust-world-press-photo-foundation-fellowship
    “The inaugural The Tim Hetherington Trust / World Press Photo Foundation Fellowship has been awarded to Nana Kofi Acquah, to develop his project about gender/women in Africa, thereby contributing to a new African visual voice.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.