Photo Studio George et la mémoire de Douala – entretien avec Rosario Mazuela (APhI)

African Photography Initiatives (APhI) est « une organisation qui travaille dans, avec, pour et à travers les archives photographiques en Afrique », selon Rosario Mazuela, co-responsable d’APhI avec Jürg Schneider. Pour Fotota, Rosario revient plus en détails sur leur travail dans les archives du Studio Photo George à Douala, travail d’autant plus vital qu’il vient efficacement contrer, une fois de plus, l’idée reçue selon laquelle la photographie en Afrique aurait seulement émergé aux indépendances, limitée à quelques noms érigés hâtivement en « pères de la photographie africaine ».

Vous avez travaillé dans les archives du Studio Photo George à Douala au Cameroun. Pouvez-vous brièvement présenter ce studio et ses archives, leur histoire et leur contenu ?

Le Studio Photo George a été fondé en 1934 par George E. Goethe (Sierra Leone, 1896 – Douala, 1976). Ce studio était l’un des premiers établissements permanents au Cameroun. À la mort du fondateur, le studio a poursuivi ses activités sous la direction de son fils aîné, Cyrille Doualla Goethe, jusqu’en 2000. Cyrille qui a étudié la photographie et le journalisme à Paris à la fin des années 1950 a géré pendant près de trente ans l’entreprise ouverte par son père, avec le soutien de plusieurs photographes qui travaillaient dans le studio et apprirent de Cyrille les techniques de la photographie et la tradition esthétique européenne. Le studio Goethe a documenté pendant plus de cinquante ans la ville de Douala et la vie de ses habitants. On trouve dans ses archives les portraits réalisés en studio, les reproductions réalisées en laboratoire et les reportages à l’extérieur qui couvraient les évènements (fêtes, cérémonies) des familles et des entreprises de Douala.

1.-Mosaïque Studio George, de gauche à droite, Cyrille Doualla et Georges Goethe

À gauche : Cyrille Doualla. À droite : George Goethe © Studio George, non daté

Pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec la famille Goethe ?

Lors de nos séjours à Douala, passage obligé pour se rendre à Buea où nous avons travaillé pendant trois ans dans les Archives du Service de Presse du Cameroun, nous avons fait la connaissance de Cyrille Doualla et de sa famille. Une véritable amitié est née. À chaque rencontre, nous nous familiarisions un peu plus avec le studio (et son fonds d’archives), qui malheureusement n’était plus actif. Le studio se trouve dans la concession familiale à Akwa, rue Castelnau, au cœur de Douala. Le développement du quartier, de la ville et les besoins de la famille ont poussé à la rénovation des bâtiments de la concession pour leur donner plus d’espace. C’est lors d’un voyage début 2014 que nous avons réalisé le danger encouru par les archives qui étaient conservées dans un bâtiment en mauvais état.

Avec l’appui du Cultural Emergency Response (CER), un programme de la Fondation Prince Claus, APhI et la famille Doualla Goethe ont procédé à une intervention d’urgence. En juillet 2014, nous sommes retournés protéger les archives qui étaient encore bien conservées et numériser une partie des négatifs et des tirages. Ce travail s’est achevé en février 2015.

N’ayant pas la possibilité de déplacer le fonds, nous étions obligés de travailler dans un endroit qui n’était pas vraiment idéal pour mener à bien nos tâches. Cette contrainte, additionnée à une certaine précarité des services en ville (électricité et eau), nous a conduit à une méthode disons « spéciale », voire improvisée, pour sécuriser le fonds. Un facteur clé dans le succès de ce projet fut la collaboration de Christine Goethe, fille de Cyrille, et la disponibilité de toute la famille et de son entourage.

2.-Révision des matérielles dans la concession familial, 2014

Sauvegarde du fonds Goethe dans la cour de la concession familiale, Douala, 2014 © APhI

Comment ce projet s’insère-t-il dans le cadre des activités et des objectifs d’APhI ?

APhI est une organisation qui travaille dans, avec, pour et à travers les archives photographiques en Afrique. Depuis 2008, nous nous sommes plutôt intéressés aux archives de presse, car nous restons persuadés que ces archives sont les fonds photographiques les plus fragilisés, du fait qu’ils sont souvent oubliés dans un contexte où l’intérêt des chercheurs et du marché international de l’art se concentre davantage sur les archives de studios. Si les photos de studio contribuent sans aucun doute à une meilleure compréhension de l’histoire sociale d’un pays, les archives de presse ajoutent une dimension autrement plus politique et constituent donc une source de grande valeur pour l’écriture de la grande et de la petite histoire d’un pays.

George Goethe, photographe reconnu tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Cameroun comme l’un des pionniers de la photographie en Afrique centrale, mais sur qui, mise à part cette réputation plutôt générale, aucun travail de recherche sérieux n’était disponible, nous intéressait évidemment beaucoup. Aussi, après avoir travaillé pendant des années dans les archives étatiques, dans un cadre administratif et souvent assez politisé, nous avons eu envie de nous engager dans des archives « civiles » et de travailler avec les photographes et leurs familles. En fait, ce que nous avons trouvé à Douala a dépassé toutes nos attentes. Nous avons eu en effet l’immense chance de nous plonger dans les archives d’un studio « au complet », riches tant sur le plan quantitatif que qualitatif, dans tous les domaines couverts par le studio. Le studio George répondait en effet aux commandes des clients privés, mais aussi à celles des institutions et des entreprises. C’est à travers la documentation des entreprises de Douala et des évènements publics que les photos du studio George rejoignent la photo de presse sur le plan thématique. C’est en allant au-delà des formidables portraits de la bourgeoisie de Douala que l’on s’aperçoit que le studio George se distinguait par son esthétique et dans son mode opératoire des autres studios déjà bien connus en Afrique de l’Ouest dont on ne connaît pratiquement que la production en studio.

5.- Montage, retouche et la rencontre des générations © Studio Georges

Rencontre des générations, photomontage © Studio George, non daté

Quels sont les différences et les points communs entre les deux fonds d’archives, celui de Buea et celui de Douala, quant aux travaux que vous y avez effectués et aux défis de vos interventions ?

On pourrait parler de différences contextuelles comme la localisation des archives. Buea est une petite ville de montagne et Douala la plus grande ville portuaire du Cameroun et son centre commercial. Cela a beaucoup d’impact sur des facteurs comme le rythme de travail, le rythme de vie, l’accès aux ressources matérielles et humaines, etc. Ce sont des différences importantes pour des projets de longue durée.

Un autre facteur important pour la coordination du projet est celui du partenariat, notamment avec le propriétaire des archives. Le studio George appartient à une famille et les archives de Buea à l’État camerounais. Si nous représentons la prise de décisions et les voies de communication d’une manière vectorielle, les lignes des deux institutions seraient perpendiculaires. Dans le premier cas, nous avons dû « négocier » avec plusieurs personnes de la famille. Dans le second cas, la communication, toujours fragile au point de s’éteindre, devait faire l’aller-retour dans un système administratif et hiérarchique entre Buea et Yaoundé. Au-delà de cette différence, nous avons appris sur le tas dans les deux cas les codes et les cultures de communication respectifs de nos partenaires. Ce sont des points très importants qui peuvent constituer des obstacles ou, au contraire, favoriser la réalisation d’un projet sur un terrain si sensible. Aussi, il faut le souligner, nous travaillons souvent dans un cadre où des chercheurs, des artistes ou des collectionneurs qui étaient passés par là avant nous, en quête de photos, d’archives, etc. ont laissé leurs traces. Dans un sens positif : des portes ouvertes, des individus et des institutions intéressés à notre travail et nous appuyant. Dans un sens négatif : une certaine hésitation, une réserve sinon une méfiance claire quant aux objectifs de nos activités de sauvegarde du patrimoine visuel. Évidemment, nous devons nous-mêmes être conscients des conséquences de notre comportement et de nos actions sur le travail de ceux qui nous suivent.

Ces fonds photographiques ont été produits par des photographes qui sont soit décédés, soit très âgés et n’ont plus la capacité de faire bouger les choses. À présent, ces fonds sont entre les mains d’une seconde ou d’une troisième génération pas nécessairement impliquée dans sa création, ce qui veut dire que la valeur attribuée à ces fonds et l’attention qui leur est portée ne sont plus les mêmes. Parfois, nous avons l’impression que ces nouvelles générations perçoivent ces fonds comme un héritage trop lourd qui ne fait qu’occuper de l’espace là ou il fait défaut et coûte cher. Ainsi, un autre défi était ce manque d’intérêt pour ces archives. En même temps, nous avons rencontré, tant aux archives à Buea qu’à Douala, des personnes passionnées que nous avons fortement encouragées, comme Emmanuel Pa Mbwaye, Primus Forgwe ou Christine Goethe.

L’un des problèmes qui reste à résoudre à Buea et à Douala, et probablement partout en Afrique, c’est de trouver pour ces fonds photographiques des centres d’archives dignes de ce nom, autrement dit des centres qui offrent des conditions optimales pour leur conservation. Cela reste un grand défi.

3.-Table de séchage improvisée sur la voiture de Cyrille, 2014

Table de séchage improvisée sur la voiture de Cyrille, Douala, 2014 © APhI

Après avoir numérisé une partie des archives du Studio George et avoir pris des dispositions pour sa sauvegarde, quelles sont les prochaines étapes ?

Les dispositions prises pour sa sauvegarde sont provisoires, parce que les archives se trouvent dans un espace de la concession familiale qui n’est pas du tout idéal pour une conservation sur le long terme. Le risque de dégradation est réel et la famille, propriétaire et héritière des archives, doit s’y confronter. Nous suivrons cette question de près avec elle. Par ailleurs, convaincus que la reconnaissance de ces archives peut contribuer à leur protection, nous avons organisé, en février 2016, une exposition en l’honneur de George et Cyrille Goethe à l’espace doual’art à Douala. Cet évènement populaire en terme de fréquentation a montré la place importante qu’occupe toujours ce studio et son fonds d’archives. Maintenant, nous projetons l’édition d’un catalogue (mieux vaut tard que jamais !) qui servira d’instrument de promotion des archives et de référence sur le travail de ce studio sur cinquante ans.

4.- Reproduction du liVre d’échantillons du Studio, 2015

Reproduction du livre d’échantillons du studio, Douala, 2015 © APhi

Comment avez-vous effectué votre sélection d’images pour l’exposition que vous avez montée en février dernier ?*

Notre souhait était de présenter ce fonds d’archives à travers ses productions commerciales. Partant de là, nous avons développé quatre parties : les portraits, les reportages, les reproductions et les cartes postales. Nous avons ajouté une installation sur la chambre noire, hommage à l’ère analogique, et avons montré la toile du fond original du studio, hommage à l’ère des studios.

Pour la sélection des images des quatre sections, le premier critère a été le respect des droits des images. Les clients qui visitent un studio le font pour des raisons privées, afin d’obtenir une photo souvenir d’un moment clé de leur vie ou des documents d’identité. L’utilisation de ces clichés pour d’autres projets (comme une exposition publique) doit être approuvée par elle / lui ou sa famille. C’est pour cela que nous avons demandé au photographe de trier ses archives en fonction de cette question. Ensuite, nous avons voulu faire un parcours sur les thèmes et les compositions les plus classiques du studio : poses individuelles, couples, groupes d’amis, familles, etc. Nous avons choisi des échantillons de chaque catégorie pour montrer la diversité des travaux. Quant aux cartes postales présentées dans l’exposition, elles proviennent de la collection de Christraud Geary et de la nôtre.

La perception du fonds Goethe a-t-elle changé au niveau local (et comment) suite à sa « patrimonialisation » ?

Sincèrement, nous n’avons pas encore fait d’enquête et n’avons pas de données pour répondre à cette question. C’est une affaire à suivre. L’intérêt du public pour le fonds Goethe ou, du moins, de ceux qui étaient présents au vernissage est évident. Beaucoup de gens se souviennent du studio. Le visiter fut un rituel pendant une bonne partie de leur vie. Mais il faut aussi accepter le fait que notre approche de l’image a complètement changé aujourd’hui, dans un contexte où tout le monde prend des photos avec son mobile et les envoie par mail ou sur WhatsApp. Les photos sont partout, mais elles sont virtuelles et n’existent plus physiquement. Je pense que le travail que nous faisons sera davantage apprécié par les générations futures. En tant qu’historiens, nous travaillons dans la longue durée et percevons la valeur et l’importance des archives du studio Goethe dans cette perspective.

6.- Portraits de Cyrille Doualla avec Rosario Mazuela et Jürg Schneider dans le Studio George disparu, 2013

Portraits de Cyrille Doualla avec Rosario Mazuela et Jürg Schneider dans le studio George (fermé en 2013) © APhI

  • Pour un aperçu détaillé de l’exposition, voir ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *