Signez la Déclaration de Yaoundé

nee2762_nueva-cabecera_texto-kopie_web

Depuis qu’elle est investie par les sciences humaines et sociales et le marché de l’art, la photographie africaine n’a jamais fait autant l’objet de publications et d’expositions. Et pourtant, on oublie trop souvent dans quel état déplorable et quelles conditions se trouvent la plupart des archives photographiques (mais aussi cinématographiques), gardiennes des mémoires visuelles du continent. Et même si, ces dernières années, beaucoup a été fait pour conserver et numériser les archives photographiques en Afrique, leur conservation à long terme et leur accès ne sont nullement assurés.

Le Cameroun est un pays très riche en culture immatérielle et matérielle, en documentation et en archives. Dans la partie administrée par la France jusqu’en 1960, communément appelée Cameroun oriental, les archives nationales ont été mises en place en 1952. Dans la partie anglophone, un service photographique qui a créé ses propres archives au fur et à mesure de son fonctionnement, a été ouvert en 1955. Les archives nationales à Buea, aujourd’hui une annexe des archives nationales à Yaoundé, ont vu le jour seulement en 1959 grâce à une initiative privée, celle du couple Edwin et Shirley Ardener.

Dans les deux premières décennies du Cameroun indépendant, sous la République Fédérale du Cameroun, puis la République unie du Cameroun, les archives nationales à Yaoundé et à Buea se sont développées de manière efficace. Les deux parties du pays, « anglophone et francophone », de l’État fédéral devaient alors cohabiter, s’intégrer et assurer la traçabilité de leur histoire et de leur culture*. La détermination des pouvoirs publics à mettre en place les dispositifs juridiques et normatifs pour le développement des archives a fait que les archives nationales ont alors été rattachées à la Présidence de la République. Les ministères de l’Information et de la Culture qui constituaient deux ministères distincts dans les années 1980, étaient les tutelles des archives nationales à Yaoundé et de son annexe à Buea.

Le service photographique à Buea – et donc ses archives – (de même que son homologue à Yaoundé) fonctionnait bien jusqu’à la fin des années 1980, période où il fut abandonné dans un contexte de diversification de la presse nationale et, plus tard, de transition de la photographie argentique vers le numérique. Si les archives nationales à Yaoundé et Buea ont connu, selon des contextes politiques et économiques variables, des hauts et des bas par rapport à la qualité de leurs services, les archives photographiques ont subi un destin plus grave, à savoir leur abandon et leur fermeture au public.

Actuellement, ces archives se trouvent dans une situation préoccupante quant à leur protection, conservation et utilisation. Le matériel est exposé, sans aucune protection, au climat humide et chaud et l’accès aux photographies/négatifs n’est ni formalisé, ni officiellement réglementé pour leur utilisation.

De 2013 à 2015, African Photography Initiatives (APhI) a mené un travail pharaonique à Buea, à savoir la numérisation de 40 000 images qui couvrent la vie politique, économique et sociale de la partie anglophone du pays entre 1955 et la fin des années 1990. Tout ce matériel, physique et numérisé, est prêt à être mis à la disposition du public.

L’État du Cameroun dispose bien d’un cadre juridique qui règle la gestion de son patrimoine (entre autres, la loi N° 2013/003 du 18 avril 2013 régissant le patrimoine culturel au Cameroun), ainsi que du personnel qualifié qui applique ces lois.

nee_8936

First anniversary of the United Republic of Cameroon, Buea, 20 May 1973 © MINCOM

Pour cette raison, APhI a formulé la « Déclaration de Yaoundé » qui appelle le gouvernement et les autres parties prenantes à assumer leurs responsabilités et à faire tout leur possible pour préserver et donner accès aux archives photographiques et cinématographiques analogiques et numériques du Cameroun.

Dans un premier temps, la Déclaration de Yaoundé demande au Ministère des Arts et de la Culture de reconnaître les archives photographiques de presse de Buea et de Yaoundé comme biens culturels, en vertu du chapitre V de la loi N° 2013/003 sur le patrimoine culturel, avec la volonté d’attirer l’attention sur les archives nationales autant photographiques que cinématographiques.

La Déclaration de Yaoundé est un plaidoyer qui souligne l’importance de ces archives comme partie intégrante du patrimoine du pays et comme héritage pour les futures générations. Ensemble, nous espérons créer un élan et ouvrir la voie pour la préservation durable et l’accès aux archives photographiques et cinématographiques, analogiques et numériques, au Cameroun et, par extension, dans d’autres pays africains.

La Déclaration de Yaoundé a été présentée le 9 novembre à l’Université de Yaoundé I dans le cadre d’une conférence internationale. Approuvée par le vice-chancelier de l’université, les organisateurs de la conférence et par plus de 50 (premiers) signataires camerounais, la Déclaration de Yaoundé figurera comme première recommandation dans les actes de cette conférence.

La Déclaration de Yaoundé, avec la liste des signataires, sera remise en temps opportun aux ministères de la Communication et de l’Art et de la Culture du Cameroun.

Nous vous invitons à signer et diffuser la Déclaration de Yaoundé en ligne :

http://african-photography-initiatives.org/index.php/research/yaounde-declaration

Pour souscrire à la déclaration, veuillez envoyer un e-mail à yaounde.declaration@gmail.com avec comme objet « Déclaration de Yaoundé ». Indiquez s’il vous plaît vos prénom et nom, ainsi que votre institution.

Merci pour votre soutien.

An English version of this post can be read here.

* Michel Ngwanyi, « L’Environnement des archives au Cameroun », Comma, International Journal on Archives, 2015-1.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *