Photographie et oralité – Récit de Mountaga Dembélé – par Érika Nimis

Reproduction photographique d’une carte de vœux réalisée par Mountaga Dembélé en 1948 (original détruit) © Moussa Kalapo, 2016.

Le projet « Photographie et oralité » (évoqué dans le précédent billet) est mené entre Dakar et Bamako depuis 2011. Il interroge les rapports entre photographie et oralité à partir de différents angles.

Parmi les contributions en ligne sur le site du projet, Érika Nimis, co-animatrice de Fotota, en proposant la transcription de deux entretiens réalisés il y a plus de vingt ans avec le photographe malien Mountaga Dembélé (1919-2004), veut souligner l’importance capitale du témoignage oral dans la recherche sur l’histoire de la photographie en Afrique. « Il est nécessaire de convoquer sur un pied d’égalité toutes les sources, à commencer par les témoignages oraux qui sont parfois les seules traces attestant du parcours d’un photographe qui a été déterminant pour l’histoire locale », écrit-elle à juste titre. Cet entretien permet également de reconsidérer la manière dont l’histoire de la photographie s’écrit au Mali et ce, à travers la diffusion de deux entretiens inédits avec l’un de ses acteurs majeurs, resté en marge de l’histoire « mainstream ».

« « Existe-t-il une tradition photographique en Afrique ? » s’interrogeait un journaliste du Monde, en ouverture d’un article intitulé « Fixer une mémoire qui se perd » consacré aux premières Rencontres de la photographie africaine. Dans cette question, je retiens le terme « tradition » que j’associe d’emblée à la « tradition orale », celle véhiculée par les griots, maîtres de la parole. Dans les lignes qui suivent, je redonne justement la parole à un photographe malien disparu dans le plus grand silence en 2004. Ce photographe, que j’ai rencontré à deux reprises entre fin 1995 et début 1996, s’appelait Mountaga Dembélé. Dans les premiers récits du photographe malien de renommée internationale Seydou Keïta (c. 1921-2001), Dembélé était présenté comme un « mentor » qui l’a notamment initié au tirage et lui a cédé son laboratoire, une fois formé. Pourtant, son identité a été longtemps confondue avec celle de Boundiala Kouyaté, un autre photographe de Bamako-Koura – le quartier où officiait Seydou Keïta – et dont la carrière s’est développée à la même période (les années 1940-50) que Mountaga Dembélé et Seydou Keïta. »

Lire la suite ici.

À noter que l’article et la retranscription des deux entretiens avec Mountaga Dembélé par Érika Nimis sont également disponibles en anglais ici.

Bonne lecture !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *