Revue de presse #58 – Février 2018

Si le mois le plus court de l’année dédié à l’histoire des Noirs a été cette année marqué par la sortie mondiale du film « Black Panther », on n’oubliera pas de mentionner la foire 1:54, l’ouverture des expositions de David Goldblatt au Centre Beaubourg à Paris et d’Africa is No Island (Afrique in visu) au MAACAL à Marrakech, ainsi que d’autres belles histoires comme ce mariage en blanc durant la Terreur rouge en Éthiopie, proposé par Vintage Addis Ababa. Bonne lecture !

© Vintage Addis Ababa

ACTUALITÉ DES PHOTOGRAPHES

L’Afrique du Sud en noir et blanc de David Goldblatt, La Grande table (1ère partie) par Olivia Gesbert, France Culture, le 21/02/18 (durée : 27 min.) ;

« Mineurs, dockers, ouvriers, petits propriétaires terriens afrikaners, Johannesburg de jour comme de nuit, la banlieue noire de Soweto comme le quartier blanc de Hillbrow, il montre tout à échelle d’homme. La commissaire de l’exposition Karolina Ziebinska-Lewandowska le présente aujourd’hui comme « l’un des plus intransigeants détracteurs du système ». Malgré lui ?

« La prise de conscience de mon corps dans la société m’est venue tôt. Dans mon esprit, il n’y avait pas de différence entre ma peau blanche et les corps noirs qui m’entouraient. C’était la différence de statut qui était importante. David Goldblatt »

Photographie : David Goldblatt dans les failles de l’Afrique du Sud, par Claire Guillot, Le Monde, le 21/02/18 ;

« En 1963, David Goldblatt a photographié une scène apparemment innocente : deux enfants, un noir et un blanc, s’amusent à dévaler une route de terre à bord d’un chariot de bois artisanal. Les deux sont pieds nus dans la poussière, flanqués d’un clébard sympathique. Mais nous sommes à Randfontein, dans l’Afrique du Sud raciste de l’apartheid. Le Blanc est un kleinbaas, un « petit maître », le Noir un klonkee, un « petit Noir ». Et quand il s’agit de tirer le chariot pour remonter la pente, « C’est le Noir qui pousse », souligne le photographe, souriant.

L’amitié et l’enfance, l’inégalité et l’injustice mêlées en une même scène. C’est cette capacité à capter la complexité et l’ambiguïté des rapports humains qui a fait la marque de fabrique de David Goldblatt. Ce photographe majeur, considéré comme le père de la photo sud-africaine, fondateur, sous l’apartheid, d’une école devenue une référence, le Market Photo Workshop, est aujourd’hui salué par une intelligente rétrospective au Centre Pompidou, à Paris. Depuis les années 1950, ses images auscultent les soubresauts de son pays : ses déchirements liés au régime d’apartheid, ses divisions dans l’exercice de la démocratie, avec une distance critique qui explique peut-être qu’il a fallu attendre longtemps pour voir son œuvre reconnue au-delà des frontières de son pays. »

Interview de Karolina Ziebinska-Lewandowska, conservatrice au cabinet de la photographie du Musée national d’art moderne et commissaire de l’exposition David Goldblatt, par Anne-Frédérique Fer, FranceFineArt, le 22/02/18 (durée : 17 min.) ;

Extrait du catalogue – La photographie en tant qu’acte de penser par Karolina Ziebinska-Lewandowska :

« À plusieurs reprises, David Goldblatt a affirmé que, concernant son travail, l’appareil photographique n’est pas une arme pour lui, ajoutant qu’il a compris très tôt qu’il n’était pas investi d’une mission.

Ces mots prononcés publiquement, notamment lors du congrès « The Culture and Resistance » organisé en 1982, en pleine lutte civique contre l’apartheid, par les artistes et intellectuels sud-africains en exil et l’ANC (African National Congress), ont provoqué de vives réactions dans le milieu militant qui participait à l’événement. Parmi les critiques, on compta certains collègues et amis de Goldblatt, membres d’Afrapix – ce collectif et agence photographique indépendants –, pour lesquels dénoncer les dysfonctionnements et les crimes de l’apartheid à travers la photographie était un devoir. S’il soutenait leur action, Goldblatt n’était pas membre de l’Afrapix et ne partageait pas leur stratégie. Il est néanmoins considéré comme l’un des plus intransigeants détracteurs du système, et ses photographies pourraient en être la preuve. »

Marvel commissioned a Kenyan photographer for these exclusive Black Panther art pieces, par Abdi Latif Dahir, Quartz Africa, le 17/02/18 ;

« Before the movie’s launch in cinemas in London this week, he was commissioned by Marvel to create an “exclusive art piece” and given the creative license to experiment. Macharia is known for his composite photographs, in which he employs elements of history, science fiction, and digital photo editing to comment on historical narratives and social issues. »

Atelier A – Malik Nejmi, Arte, 2016 (durée : 10 min.) ;

« Malik Nejmi, d’origine marocaine, scrute l’histoire familiale sur fond d’histoire collective. Avec El Maghreb, série photographique, il raconte le père pour se raconter. Raconter le père qui refuse de dire et de se souvenir. S’emparer du silence reçu en héritage pour parler du grand champ migratoire. »

Hicham Benohoud, destruction et reconstruction, par Susan Loehr, Arte, le 16/02/18 (durée : 5 min.) ;

EXPOSITIONS

Africa is no island, l’exposition des 10 ans d’Afrique in visu au Macaal du 27 février au 24 août 2018 à Marrakech. © Baptiste de Ville d’Avray / Afrique in visu

Africa Is No Island, par Sophie Wright, The British Journal of Photography, le 12/02/18 ;

« Marrakech is a hub of arts-related activity this February. On the 24th, 1-54 Contemporary African Art Fair launches its first edition on the continent, and on the same day the Museum of African Contemporary Art Al Maaden opens a special exhibition and programme, Africa Is No Island. Curated by Afrique in visu, the latter exhibition is a physical embodiment of everything the photography platform has been working towards since it was started a decade ago online with the mission to develop a professional network for photographers across the continent and the wider diaspora. Featuring more than 40 established and emerging photographers, the exhibition brings a personal selection of artists from the platform’s network into contact with MACAAL’s Collection Lazraq – a contemporary collection with a strong focus on Moroccan work.

(…) Rethinking borders and histories is at the core of the Afrique in visu project. “It’s why we invited projects that deal with African identity but not just in Africa; in can be in Europe, it can be anywhere,” says Mercier. “For us, this kind of project is very symbolic of what we wanted to say.” »

L’Afrique n’est pas une île, preuve à l’appui, par Amine Boushaba, L’Economiste, le 28/02/18 ;

« Inaugurée à l’occasion de la foire d’art contemporain africain «1.54» à Marrakech, l’exposition célèbre également l’ouverture à l’international du Macaal après une année de «soft opening», très riche en évènements. «L’Afrique n’est pas une île, mais un territoire connecté, plein de possibles».

Une phrase qui résume l’esprit de l’exposition sectionnée en trois parties : «Je suis ma représentation», «Dessiner des géographies» et «Recueillir l’histoire». Trois chapitres présentés comme une déambulation à travers l’image, réinvestissant l’imaginaire lié au continent africain et abordant des problématiques culturelles universelles telles que la tradition, la spiritualité, la famille et l’environnement… »

ARCHIVES

A white wedding during Ethiopia’s Red Terror, par

« Love can often flourish in the most hopeless of situations. And so it was for Aynalem and Genet who married each other in 1978 during the height of Ethiopia’s brutal Red Terror. (…) Photos from this day have been compiled by the digital archive, Vintage Addis Ababa, to show how people carry on with life in exceptional circumstances. »

MARCHÉ DE L’ART

With a New Art Fair and Museum, Marrakech Presents African Art on Its Own Terms, par Antwaun Sargent, Artsy, le 28/02/18 ;

« “This museum is a gift to the city,” said Othman Lazraq, MACAAL’s president and the director of Fondation Alliances. (A private Moroccan art collection, amassed over the last 40 years by Lazraq’s family, forms the museum’s permanent collection of some 2,000 contemporary works.) “We want to give a voice to a younger generation of Moroccan and African artists to express themselves in their country and on their continent, and not leave and go be promoted in the U.S. or Europe.” He added, “This is a platform for African artists and our way of trying to democratize access to their art. African art has to be African. It has to be shown in Africa.”

(…) To the delight of many critics and curators, the exhibition (NDLA : “Africa Is No Island”) presents none of the African photographers revered in contemporary Western art circles in London or New York. There is no Malick Sidibé or Zanele Muholi; even the internationally known Moroccan photographer, Hassan Hajjaj, is absent from the galleries. »

Marrakech se rêve en carrefour de l’art contemporain en Afrique francophone, par Roxana Azimi, Le Monde Afrique, le 25/02/18 ;

Au Musée Yves-Saint-Laurent de Marrakech, au Maroc, en octobre 2017.

« Au Comptoir des mines de Marrakech, jeudi 22 février, c’était art, performances et musique gnaoua à tous les étages du superbe bâtiment art déco reconverti en galerie-centre d’art. Le propriétaire des lieux, Hicham Daoudi, ne s’en cache pas : il rêve de faire de ce lieu une galerie internationale, un tremplin pour une scène marocaine portée par des figures comme Mustapha Akrim ou Noureddine Tilsaghani.

Pour cet entrepreneur ambitieux, le Maroc vit un tournant sur le plan artistique. « Nous n’avons pas le PIB des puissances occidentales, mais il existe un dynamisme qui permet le commerce de nombreuses formes d’art », insiste-t-il. Et d’ajouter, volontiers lyrique : « Il se passe quelque chose de grandiose actuellement, car nous avons la chance de voir émerger une génération en or, accompagnée de professionnels audacieux et talentueux qui bouleversent les codes anciens. » »

Lire aussi :   A la foire 1:54 de Londres, l’art africain sur son 31

« Touria El Glaoui, fondatrice de la foire 1:54, en fait partie. Après le lancement à Londres, voilà cinq ans, de ce salon dédié à l’art du continent africain, la jeune femme a inauguré jeudi une bouture à Marrakech, dans l’hôtel La Mamounia (jusqu’à dimanche). Un coup d’envoi prudent – à peine 17 galeries – mais réussi, avec quelques expositions remarquables consacrées à Abdoulaye Konaté ou Ernest Mancoba et une foule d’artistes talentueux à découvrir, comme le Guinéen Nu Barreto, le Marocain Hicham Benohoud et l’Américain Kyle Meyer.

Le choix de Marrakech pour le lancement d’une greffe africaine n’est pas anodin. Cosmopolite, la ville jouit d’une infrastructure hôtelière et de charmes patrimoniaux qui séduisent les touristes. Elle compte aussi beaucoup d’expatriés, notamment exilés fiscaux français, enclins à la dépense. « C’est une ville-carrefour, un pont parfait entre le nord du continent, le Sud, le Moyen-Orient et l’Europe », résume Touria El Glaoui. Hicham Daoudi l’avait bien compris en lançant en 2010 la Marrakech Art Fair, qui s’est arrêtée après deux éditions, à la suite des printemps arabes, faute de sponsors publics et privés.

(…)

Cette effervescence nourrit beaucoup d’espoirs et pose une question : le Maroc peut-il devenir un carrefour du marché de l’art en Afrique francophone, au même titre que l’Afrique du Sud pour le versant anglophone ? « Oui, car il y a un marché intérieur, et pour les ressortissants de pays africains, il est plus facile d’aller au Maroc qu’ailleurs », estime Nicole Louis-Sidney, directrice de la galerie LouiSimone Guirandou, à Abidjan : « Pour nous Ivoiriens, il y a des vols directs et pas besoin de visa. »« 

1-54 Contemporary African Art Fair Landing in Marrakech is 2018’s Most Anticipated Art Event, par Nadia Sesay, OkayAfrica, le 23/02/17 ;

« This year the ever-evolving art fair will present a mix of 17 galleries from Europe and Africa specializing in contemporary African art. Further diversification of these exhibiting galleries yields more than 60 artists, both emerging and established, from over 20 countries. There are five newcomer galleries to the fair this year, including LouiSimone Guirandou Gallery, from Côte d’Ivoire, and Loft Art Gallery, which is located in Morocco.

(…) Concurrent to 1-54 will be the opening of Museum of African Contemporary Art Al Maaden (MACAAL). MACAAL will launch with two exhibitions: Africa Is No Island, a group photography show including artists Sammy Baloji and Joanna Choumali, and a semi-permanent showcase of the museum’s collection to feature works by Serge Attukwei Clottey, Abdoulaye Konaté, and Chéri Samba.

(…) The debut of an African art fair, which was founded in the west, on the African continent not only epitomizes a homecoming but also nods to a shift in the global appreciation of contemporary African art. El Glaoui tells us, « [The new edition on the African continent] is a sign of movement…I believe we are moving past the ‘trend phase’ into a more stable period focused on sustainability. Globally, institutions and scholars are prioritizing Africa-centered research in an effort to expand the canon. Because of this discourse on artistic and cultural practices of Africa and its diaspora have become more intricate, going beyond just conversations on visibility and clichés. Although there are noticeable shifts, we acknowledge that there is always room for deeper considerations and evolvements. »

André Magnin: « Musées, collections et foires contribuent à l’émergence de l’art africain » (ENTRETIEN), par Salma Khouja, HuffPost Maroc, le 22/02/18 ;

COPYRIGHTS

R2.1bn copyright claim over Madiba image, par Charl Blignaut, News24, le 25/02/18 ;

LES ANNONCES DU MOIS

ICP’s 2018 Infinity Award winners, par Eva Clifford, The British Journal of Photography, le 27/02/18 ;

« Bruce Davidson, Dayanita Singh, and Samuel Fosso have all won recognition in the International Center of Photography’s prestigious awards. »

Lagos – Maputo 2018: Call for Participation Closes March 6

« We are seeking passionate African artists (photographers, writers, filmmakers, historians, architects, dancers, performance artists, and graffiti artists) who are interested in participating in this road trip. »

La 4e Biennale Internationale de Casablanca lance son appel à candidatures, 10/02/18 ;

« (…) la 4e Biennale Internationale de Casablanca, qui annonce son retour pour le mois d’octobre 2018, lance dès à présent son appel à candidatures à l’attention des artistes marocains et internationaux. Ces derniers sont invités à prendre connaissances des détails de cet appel sur le site de la Biennale, pour un dépôt de candidature qui se clôturera le 31 mars prochain.

Les acteurs culturels de la place sont également appelés à participer en amont à l’élaboration de ce rendez-vous. Ainsi, une rencontre organisée la semaine prochaine, aura pour but de présenter l’édition 2018, baptisée “Récits des Bords de l’Eau” (“Tales from Water Margins”).

La thématique choisie « s’inspire d’un intérêt pour les contextes insulaires, ainsi que les marges et flux culturels », indique un communiqué des organisateurs de la Biennale. L’événement précise que cette thématique est par ailleurs un clin d’oeil à la résidence de la biennale, située près d’Essaouira, face à l’Océan Atlantique. Le thème choisi fait enfin écho « à la géographie du Maroc, au carrefour du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et de l’Europe; de son rôle historique dans la cartographie du monde; et de sa position stratégique comme passerelle vers, et gardienne de, l’Europe forteresse », poursuit la même source. »

Concours international de photographie : le Congolais Baudouin Mouanda reçoit le premier prix, Agence d’information d’Afrique centrale, le 1/02/18.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.