Érika Nimis en résidence à Raw Material Company (Dakar) – février 2018

© Érika Nimis. Gorée, 1er février 2018.

Le projet de résidence d’Érika Nimis à Raw Material Company, qui a débuté fin janvier 2018, consiste à déambuler dans plusieurs lieux (souvent emblématiques) de Dakar, qui appartiennent au passé, même récent, lieux qui sont à présent en friches, rasés ou transformés, et de tenter d’en faire revivre l’essence, en photographiant ce qui reste et en recueillant, lorsque cela est possible, la parole de témoins qui ont fait exister ces lieux.

Érika Nimis souhaite « utiliser » les matériaux ainsi collectés pour ré-ouvrir le passé et mener une réflexion sensible sur le rapport à la trace, à la mémoire et à l’histoire que l’humain tente parfois d’effacer pour (peut-être) rendre le présent (et son futur) plus habitables.

Quels que soient les legs du passé, que décidons-nous d’en faire, une fois que ces derniers ne sont plus a priori utiles ou souhaitables dans nos vies ? Décidons-nous de les ignorer, de les détruire ? Ou au contraire de les observer, de les conserver, voire de les transformer ? Ce sont quelques-unes des questions soulevées lors d’une rencontre à RAW Material Company, le 16 février 2018, qui présentait le travail photographique en cours d’Érika Nimis sur les traces de ce qui reste, des rêves du passé et leur place dans le quotidien de Dakar, ville-palimpseste.

Photographe, historienne de l’Afrique (diplômée de l’ÉNSP/Arles et de l’Université Paris 1) et professeure associée en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), Érika Nimis vit et travaille à Montréal. Elle est membre de la coopérative d’artistes Cercle Carré et du Cabinet, espace de production photographique, devenu en 2016 L’imprimerie, centre d’artistes.

Sa pratique artistique consiste à photographier en couleurs les lieux périphériques, en marge, les rebuts et les recoins délaissés, en s’attardant sur les détails qui ne sont pas toujours visibles de prime abord. Elle est par ailleurs connue pour ses travaux sur l’histoire de la photographie en Afrique de l’Ouest et ses recherches sur les relectures de l’histoire africaine faites par les artistes visuels contemporains à travers l’usage des archives photographiques. Auteure de trois ouvrages sur l’histoire de la photographie ouest-africaine (dont un tiré de sa thèse de doctorat : Photographes d’Afrique de l’Ouest. L’expérience yoruba, Paris, Karthala, 2005), elle mène en parallèle divers projets de recherche, de publication et d’exposition, tout en collaborant avec plusieurs revues dont Ciel Variable. Elle co-écrit le blog Fotota avec Marian Nur Goni.


1 réponse

  1. Marian Nur Goni dit :

    Le Soleil parle de la résidence d’Érika Nimis ici :
    « Photographie : Erika Nimis fixe des traces du passé de Dakar », le 22/02/18 ;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.