Exposition Félix Diallo | Mémoires vives – Kita, mars 2018

Félix Diallo (1931-1997) fut le premier photographe de Kita (Mali), petite ville à mi-chemin entre Bamako et Kayes. À l’avant-garde des nouveautés (comme le montrent ses images), il fut le fer de lance de la photographie dans sa région et le témoin privilégié d’une époque, les années 1950-1980, et de ses profonds changements.

L’exposition « Mémoires vives » est présentée successivement et pour la première fois à Montréal au Canada (dans le cadre de l’exposition collective et interactive Sanaa Yangu, à la Galerie du Cdex, du 17 au 24 février 2018) et à Kita (dans les espaces publics de la ville).

À Kita, le vernissage de l’exposition, présentée sur bâches, aura lieu dans les rues de la ville le samedi 3 mars 2018.

© Félix Diallo, Kita, c. années 1960

Commissariat : Érika Nimis en collaboration avec la famille de Félix Diallo.

Un grand merci aux partenaires : Ville de Kita, Ville de Marly-le-Roi, AJMK, Matrix/AMP, Nigra Iuventa, UQAM et Fotota.

Quelques mots sur le projet de valorisation du fonds Félix Diallo

Vingt ans après la disparition de Félix Diallo, une nouvelle étape vient d’être franchie en février 2017, avec le soutien du projet « Matrix/Archive of Malian Photography » qui a permis la numérisation du fonds analogique « miraculé » de ce photographe (895 négatifs noir et blanc tous formats confondus : du film 135 au format chambre).

La mise en ligne des archives de Félix Diallo numérisées sur le site [http://amp.matrix.msu.edu] doit se faire courant 2018.

© Félix Diallo, Kita, c. années 1960

Biographie du photographe

Né en 1931 à la Mission catholique de Kita au Mali, Félix Diallo est scolarisé jusqu’en 1947, année où son père décède. À l’âge de vingt ans, il prend le chemin de Bamako et gagne sa vie comme tailleur. À cette époque, un vent libérateur, celui de l’indépendance, souffle sur la capitale. Un jour, il est présenté à Pierre Garnier, propriétaire depuis 1935 du magasin Photo Hall Soudanais, qui a côtoyé tous les photographes de l’époque et formé plusieurs d’entre eux (notamment Adama Kouyaté). Dès 1952, il se lance dans le métier et achète son premier appareil, un Scout Box (format 6×9 cm) avec lequel il se photographie et photographie ses voisins à Dar Salam (quartier de Bamako). Quand Pierre Garnier quitte la ville en 1954, Félix Diallo décide de retourner à Kita pour développer le commerce de la photographie dans sa région encore peu touchée par les technologies modernes. En 1955, il ouvre un premier studio tout près du marché de Kita. Les débuts sont plutôt difficiles : les gens restent méfiants devant son appareil. Patiemment, sa chambre 13×18 cm sur le dos, il part faire des tournées sur les places de marché de toute la région. Partout où il s’installe, il fabrique lui-même sa chambre noire (pièce entièrement tapissée de toile noire). Il attend la nuit pour développer ses négatifs à la main et réaliser ses tirages à l’aide d’une lampe-tempête couverte de papier rouge (pour ne pas voiler le papier). C’est l’époque héroïque de la photographie sans électricité. Le matin, les images sont prêtes. Pour attirer le client, il trouve toutes sortes d’astuces, comme d’utiliser un petit phonographe. C’est ainsi que Félix Diallo, créant l’événement partout où il passe, devient vite populaire dans la région.

© Félix Diallo, Kita, c. années 1960-1970

Le studio de Félix Diallo

En 1956, Félix Diallo s’implante définitivement à Kita où il fait construire une maison dans le quartier de Ségoubougouni. En juin de l’année suivante, son deuxième studio est inauguré, Photo Bar (studio et débit de boissons à la fois), rebaptisé plus tard Photo Lux. Félix Diallo photographie essentiellement à la lumière du jour, à l’ombre d’un mur, le plus souvent dans sa cour (Kita ne sera électrifiée qu’au début des années 1980). Il réalise également ses tirages à la lumière naturelle, en faisant des contacts à l’aide d’un châssis-presse. En 1975, il fait venir un groupe électrogène. Il peut désormais s’équiper en éclairage qu’il fabrique lui-même et installer un agrandisseur. Cependant, de nouveaux problèmes vont entraver ses projets : le prix des pellicules et du papier photo augmente à la même époque, et pour finir, à l’orée des années 1980, la photographie en couleurs s’impose, au détriment du noir et blanc. Déçu, il délaisse complètement son studio pour retourner à la terre. Il part avec toute sa famille s’installer à Talaco (à 2 km de Kita) où il plante des arbres fruitiers et fait de l’élevage. Jusqu’à son dernier souffle, Félix Diallo s’est consacré à son verger et à sa famille. Il songeait pourtant toujours à la photographie : il devait former l’un de ses plus jeunes fils, Paul Diallo. Le destin en aura décidé autrement. Félix Diallo est décédé subitement le 5 septembre 1997. Restent à présent ses archives et la mémoire de ceux, proches, clients, qui l’ont connu et apprécié.

Une monographie est parue en 2003 aux éditions Toguna (Toulouse).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.