Revue de presse #61 – Mai 2018

De mai 2018, nous retiendrons la disparition, à l’âge de 83 ans, du photographe Sam Nzima, auteur d’un cliché qui a fait le tour du monde, celui de l’écolier Hector Pieterson, mortellement blessé, porté à bout de bras par un jeune camarade, Mbuyisa Makhubu, aux côtés de sa soeur Antoinette Pieterson, dont le visage exprime la détresse et l’effroi d’une telle situation. Prise à Soweto le 16 juin 1976 lors d’une manifestation étudiante refusant l’imposition de l’afrikaner dans l’enseignement, cette photographie a contribué à une prise de conscience mondiale des horreurs du régime d’apartheid en Afrique du Sud.

De mai 2018, nous retiendrons également que la photographie artistique a été primée lors de la 13e édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (avec le Grand Prix remis à Laeïla Adjovi), que la revue MFON, dédiée à la photographie féminine d’ascendance africaine, est parue et que des femmes photographes, une fois de plus, font la « Une » des publications que nous recensons ces derniers temps : Esther Ruth Mbabazi, Mimi Cherono Ng’ok, Emilie Régnier, pour n’en citer que quelques-unes ici. Bonne lecture !

Artist Lebani Sirenje draws a portrait of the late Sam Nzima during a memorial service for the veteran photojournalist in Joburg. Picture: Itumeleng English/African News Agency (ANA) ***

Hommage à Sam Nzima

The legacy of Sam Nzima’s iconic photo will live on in Palestine, par Iqbal Jassat, Middle East Monitor, le 28/05/18 ;

“No picture more powerfully captured the horror and brutality of apartheid, or did more to galvanise international revulsion against it,” wrote Chris Barron in his obituary of Nzima in the Sunday Times. Barron observed that in terms of impact and effect, the photograph was in the same league as Associated Press photojournalist Nick Ut’s picture of a naked Vietnamese girl running down the road screaming in agony after being caught up in a US napalm strike, which changed American perceptions of the Vietnam War.

As fate would have it, Sam Nzima’s death and the recollection of the power of his camera planting “the seeds of international opposition that would eventually topple the racist regime…” — as Time put it — coincided with news of Israel’s bizarre attempt to replicate South Africa’s notorious apartheid laws targeting media freedom. It’s strange, I know, but true. »

A story of a memorable photograph, and why it matters, par J. Brooks Spector, Daily Maverick, le 18/05/18 ;

« Nzima had been a photographer for The World newspaper, a white-owned, but essentially black-edited daily paper, then a part of the Argus Group. (The World was forced by the government to close in 1977 and a few years later was reborn as The Sowetan, under new leadership.) Its readers were mostly in the greater Johannesburg-Pretoria area, but this particular photograph soon transcended its initial placement and became the image of the increasingly fierce student rebellion against the apartheid era government. It went big. Globally. »

A snapshot of Sam Nzima, par Kwanele Sosibo, Mail & Guardian, le 18/05/18 ;

« Sam Nzima’s interest in photography was first piqued by a teacher’s box camera. He later bought himself a Kodak Box Brownie, which he used to shoot pictures of tourists at the Kruger National Park during school holidays. In the 1950s, he picked up further skills from a colleague at a hotel where he worked. He later freelanced for The World after sending photos of his bus trip to the publication. He joined the publication full-time in 1968. »

*** Family glad Nzima was lauded before death, par Bongani Nkosi, Pretoria News, le 18/05/18 ;

Mort du photographe Sam Nzima, icône de Soweto, par Ève Beauvallet, Libération, le 13/05/18 ;

« Le 16 juin 1976, des milliers d’écoliers et d’enseignants noirs manifestent contre l’imposition de l’afrikaans, la «langue de l’oppresseur», comme langue d’enseignement. A leurs côtés, des journalistes, dont cet homme, muni de son Pentax SL, photoreporter au World. La police ouvre le feu. Hector Pieterson, 13 ans, est touché – le premier des quelque 170 personnes tuées en trois jours. Il est transporté par un étudiant en larmes. La photo de son agonie est imprimée en une du World et dans la presse étrangère le lendemain. Symbole de manifestations réprimées dans le sang, tournant dans la lutte contre le régime de l’apartheid, l’image bouleversa les consciences mondiales mais coûta cher à son auteur. »

ACTUALITÉ DES PHOTOGRAPHES

Mimi Cherono Ng’ok’s best photograph: a new perspective on male bodies, par Edward Siddons, The Guardian, le 30/05/18 ;

« I try to be sensitive, to explore how power dynamics change when it’s a woman behind the camera and a man in front of it. Throughout history, the male gaze has usually been about asserting power. I think about how to be fair, how I would feel if it was me. I hope my work is a starting point for people to think about bodies in different ways. »

La jeunesse ougandaise telle qu’elle est, par Fanny Arlandis, Slate, le 16/05/18 ;

« Je me demandais comment les jeunes Ougandais des différentes régions vivaient et passaient leur temps libre après l’école», raconte Esther Ruth Mbabazi. Depuis un an, cette photographe ougandaise mène un travail quotidien sur la jeunesse dans son pays et suit trois personnes: Latif, Irene et Aidah, respectivement 18, 17 et 15 ans. Ce dont je me suis rendu compte, c’est que ces jeunes ont tous en commun l’aspiration à la liberté. »

ARCHIVES

Windrush at 70: portraits of a generation – in pictures, par Ben Jacobs, The Guardian, le 24/05/18 ;

« Harry Jacobs established a studio in Stockwell, south London, where he became a renowned photographer to the Caribbean community for decades. »

Le photographe ivoirien Paul Kodjo sauvé de l’oubli, par Séverine Kodjo-Grandvaux, Le Monde Afrique, le 17/05/18 ;

« Grâce au travail de restauration entrepris par Ananias Léki Dago, 34 tirages qui racontent l’Abidjan des années 1970 viennent d’entrer au musée du Quai Branly. »

BIENNALE DE DAKAR

Photographie : l’imprimé félin immortalisé par Émilie Régnier, par Katia Touré, Jeune Afrique, le 23/05/18 ;

Dakar, carrefour des photographes artistiques africains, Dakaractu, le 9/05/18 ;

« Initiateur de l’exposition, Mamadou Gomis, photographe artistique sénégalais, explique : « J’ai commencé à préparer cette exposition au mois de février dernier mais l’idée date de 2016. J’en avais parlé à certains confrères sénégalais qui n’y croyaient pas. J’ai alors créé un groupe WhatsApp pour tous les photographes artistiques africains ». Son pari, il va le gagner car des dizaines d’Africains, partageant l’amour de la photographie artistique, ont répondu à son appel à l’occasion de cette exposition qui est une première. (…) Relevant la difficulté de l’exercice de leur métier dans leurs pays respectifs, les photographes artistiques africains souhaitent la pérennisation des échanges entre eux. En outre, ils invitent la population à s’intéresser davantage à leur art tout en sollicitant plus de considération de la part des autorités. »

A Dakar, une biennale sans concessions, par Philippe Dagen, Le Monde, le 8/05/18;

Ouverture de la Biennale de Dakar : Laeïla Adjovi primée, l’État sénégalais engagé, par Katia Touré, Jeune Afrique, le 3/05/18 ;

EXPOSITIONS

Celebrating the Grace of Black Women, par Antwaun Sargent, The New York Times, le 29/05/18 ;

« Decades after “The Negro Woman,” that same motivation has inspired Kamoinge’s new exhibit, “Black Women: Power and Grace,” at the National Arts Club in New York from May 28 to June 30. “With this exhibition we are showing our love and appreciation to our mothers, wives and sisters,” said Russell Frederick, a co-organizer of the exhibition and Kamoinge’s vice president. “I think black women, who have mostly been objectified in the media, have actually made a major mark on society that really can’t be quantified but has gone unrecognized. »

Andrew Esiebo’s photos explore Africa’s football passions, par Lolade Adewuyi, fc Naija, le 12/05/18 ;

« The body of work introduces a series of images Esiebo took over the course of 12 years in Nigeria, Ghana, Senegal and South Africa. He witnessed the intense nature of the game being played under bridges, along narrow corridors in low-income neighbourhoods, inside water bodies, and even on dangerous construction sites. »

[Du côté de chez Mandela] Goldblatt, le regard du tigre, par Georges Lory, Rfi, le 1/05/18 ;

« Saisissante est la juxtaposition de deux familles, noire et blanche, sortant du culte dominical : le père, la mère, la fille adolescente, endimanchés. La pose est identique, l’arrière-plan urbain fait éclater la différence.

Autre rapprochement instructif : le terrain vague de Kliptown, à Soweto, où fut proclamée la Charte de la Liberté en 1955 et la place dallée qu’il est devenu dans les années 2000, avec un hôtel en prime. « Joburg n’est pas une ville facile à aimer », écrit Goldblatt. Les images de Hillbrow, quand c’était un quartier blanc, contrastent avec les pièces nues de Soweto où sont allongées les jeunes femmes qui viennent tenter leur chance en ville. Une exception :  la chambre à coucher, déjà cossue, de Richard Maponya alors qu’il construisait son empire commercial. Sous chaque œuvre, Goldblatt a le souci de la légende longue et explicite. »

PUBLICATIONS

MFON: women photographers of the African diaspora – in pictures, par Joanna Ruck, The Guardian, le 21/05/18 ;


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.