Paul Kodjo : une œuvre en héritage – entretien avec Ananias Léki Dago

Dans cet entretien, le photographe Ananias Léki Dago revient sur les différentes étapes qui ont conduit à la sauvegarde des archives de Paul Kodjo, figure majeure de l’histoire de la photographie ivoirienne au 20e siècle, entré récemment dans les collections photographiques du musée du quai Branly.

Dans un article de Jeune Afrique paru en 2015, l’œuvre de Paul Kodjo est présentée comme symbolisant « les années fastes du ‘miracle ivoirien’, où le cacao nourrit un pays fraîchement indépendant. » Quelle est la trajectoire de ce photographe, dans le contexte historique qui fut le sien ?

Paul Kodjo se déclare photographe quand il ouvre son studio « Hollywood Photo » en 1959 à Abidjan dans le quartier de Treichville situé sur l’avenue 21, rue 23. Parallèlement il suit des cours de photographie, par correspondance, au New York Institute of Photography. La Côte d’Ivoire n’était pas encore indépendante. Mais en 1961, l’année qui a suivi la proclamation de l’indépendance, il intègre le premier quotidien ivoirien Abidjan-Matin, affichant clairement sa volonté de se démarquer d’une pratique commerciale se limitant à la photographie de studio. Il est le premier de sa génération à tracer cette voie. Il a donc eu le privilège d’être le témoin de ce temps-là, en photographiant son pays fraîchement indépendant. Il a couvert tous les événements importants, du fait de son statut de photographe officiel. On peut à juste titre présenter son travail comme symbolisant les années fastes du ‘miracle ivoirien’.

L’immeuble de la Caisse de Stabilisation dans le quartier d’affaires du Plateau, Abidjan, années 1970 © Paul Kodjo

En quoi son œuvre est-elle majeure ? Comment son appréhension peut-elle nous aider à nuancer le récit mainstream que l’on fait aujourd’hui de la photographie en Afrique de l’Ouest (avec, en vedettes, les photographes Malick Sidibé et Seydou Keïta) ?

Le travail de Paul Kodjo est incontournable dans l’histoire de la photographie en Côte d’Ivoire. Il est considéré comme l’un des premiers photographes ivoiriens à avoir porté une vision. Il a tenté de hisser la photographie là où il pouvait le faire avec ce qu’il possédait comme moyens. Il a toujours essayé d’ouvrir la photographie à d’autres formes d’expression, en collaborant avec des artistes de tous bords. Je prends comme exemple sa première exposition de groupe en 1969 au Foyer International d’Accueil de Paris avec quatre autres artistes d’origine africaine : le peintre camerounais Didier Etaba, le peintre et dessinateur malgache Henri Ratsimiebo, le sculpteur ivoirien Jean-Claude de Lattre et le photographe malien Bekaye Camara. En outre, sa soif constante d’apprendre le conduit jusqu’en France, le pays de Daguerre. Là, il s’inscrit à la fois à l’école ABC de la photographie de Paris et au Conservatoire Indépendant du Cinéma Français. Cela ne l’empêcha pas de travailler comme photographe au Centre d’Information et Diffusion Ivoirien à Paris (CIDI), l’agence que le Président Félix Houphouët-Boigny avait créée et dont le directeur était Jacques Baulin. Par la suite, Paul Kodjo s’établit à son propre compte, en récupérant les locaux du CIDI situés au 13 bis rue Laffitte dans le 9e arrondissement. C’était l’adresse de son studio photo à Paris. Paul Kodjo a également exprimé son désir de structurer les choses, en créant en 1970, dès son retour au pays, MAMEDIS (Mass Media Service), sa propre agence constituée de trois départements : photographie, cinéma et édition. Une vision intelligente qui malheureusement n’a pas duré, faute de soutien financier. Paul Kodjo s’est par ailleurs préoccupé de transmettre ses savoirs, en enseignant la photographie à l’Institut National des Arts. N’oublions pas qu’il a également initié le roman photo dans le magazine Ivoire Dimanche dans les années 1970, et qu’il a fait travailler de nombreux acteurs locaux. Ces quelques points énumérés permettent d’affirmer que l’œuvre de Kodjo est d’une importance majeure et que rien ne justifie qu’on fasse de lui un ‘inconnu au bataillon’.

Siège de l’agence MAMEDIS, angle avenues 15 et 16, rue 7, Treichville, Abidjan, années 1970 © Paul Kodjo

Il y a quelques années, Paul Kodjo vous a confié son fonds de négatifs. Dans quelles conditions votre rencontre (intergénérationnelle) s’est-elle faite ? Que retirez-vous de son expérience et de vos échanges ?

Tout remonte à 2008, lorsque de passage en Côte d’Ivoire – j’étais à cette époque basé en Europe – j’ai exprimé à Esther Kodjo, la fille aînée de Paul, mon désir de revoir son père. Nous nous étions quittés en 2002, après la seconde édition des Rencontres du Sud, un festival photo que j’organisais et auquel il avait participé. Il m’avait, à cette occasion, fait part du problème de ses négatifs en souffrance. C’était comme un appel à l’aide. J’ai à mon tour tenté d’amplifier l’appel de Paul en faisant mention de la situation de ses archives dans le texte du catalogue qui accompagnait ses photos : ”Aujourd’hui, [Paul Kodjo] vit dans une petite ville du Ghana à 21km d’Elubo. Là, il s’occupe beaucoup plus de sa plantation et répond par moments, en tant que directeur de la photographie, à des commandes de films publicitaires. Ses clichés méritent qu’on les sorte des deux malles dans lesquelles ils ont été entreposés et où ils subissent les dommages de l’humidité. Les Rencontres du Sud lui rendent hommage en présentant un échantillon de toute sa richesse photographique. Nous souhaitons que cette initiative ne soit que le prélude d’une consécration plus importante”. Il fallait agir face à cette urgence ! Parallèlement à cela, la Côte d’Ivoire souffrait d’une crise socio-politique qui gagnait en importance. Il y avait donc urgence de toutes parts ! J’ai, en ce qui me concerne, immigré en France, laissant derrière moi un chantier inachevé, mais surtout un pays dans une crise profonde. Je souffrais aussi. Mon souhait ardent à ce moment-là, en tant que fils de la Côte d’Ivoire, était que tout rentre dans l’ordre afin de reconstruire le pays. Vous savez, quand, dans une famille, survient une crise, il appartient à chaque membre d’y mettre du sien. C’est alors l’addition des actions des uns et des autres qui concourt à un rétablissement effectif. Dans mon cas, ma part à faire se situait / se situe encore dans mon domaine d’activité, la photographie. Lorsque, contre tout attente, Paul Kodjo m’a proposé de récupérer ses négatifs sérieusement abîmés, j’ai mesuré la responsabilité qui m’incombait en acceptant de m’en occuper. Si je refusais, c’était un pan important de l’histoire de la Côte d’Ivoire, selon le regard photographique d’un de ses fils, qui disparaîtrait. Alors que l’une des caractéristiques de la crise ivoirienne était identitaire, perdre cette partie de notre histoire apparaissait inconcevable ; de surcroît une histoire racontée par un des nôtres. Comment pouvons-nous envisager l’avenir, si nous ne retenons pas notre histoire ? Incontestablement, sauvegarder les négatifs de Paul Kodjo et procéder à une mise à jour de sa production est ma part d’effort à la reconstruction de ce pays qui n’a d’ailleurs pas encore passé sa phase de cicatrisation. Il était impératif d’agir. J’ai alors foncé !
L’histoire de Paul Kodjo est riche. J’ai noté sa soif d’apprendre et sa détermination à prendre des risques pour justement avancer. C’était un homme très actif. Je le considère aujourd’hui comme un re-père.

© DR

Quelle est la nature de ce fonds, son ampleur ?

Vous me donnez l’occasion de vous relater dans quel état était ce fonds quand je l’ai vu pour la première fois. La malle, posée à mes pieds, contenait beaucoup de choses. Il y avait un grand désordre. Voici en quels termes je décris la scène dans mon journal intime : ”Je me souviens encore de cette sensation de froid dans le dos, lorsqu’il ouvrit la malle, en voyant les cafards, araignées et autres insectes encore vivants s’échapper précipitamment de leur cachette. Je mis la main dans le tas de négatifs et de tirages photos d’époque sérieusement abîmés par l’humidité et ressentis, au bout de quelques secondes, des picotements sur la peau. Je me mis à tousser à cause de cette poussière, peu ordinaire, mélangée aux bestioles mortes qui finirent par se décomposer sur les documents et le lot de négatifs. La tête enfouie dans la malle, je ne pouvais pas me retenir. C’était comme si j’avais découvert une perle scintillante au fond d’un tas d’ordures. Seulement, j’avais dû arrêter de respirer car il se dégageait de cette malle une odeur de renfermé pour le moins toxique. Cela a duré quelques minutes comme si j’avais effectué une immersion en apnée. La situation était surréaliste”.
Le fonds était essentiellement composé de négatifs et, comme je le mentionne dans mes notes, de tirages photo d’époque détériorés. Mais il y a un élément important que je ne recense pas dans mon récit, c’est son press-book que j’appelle “la bible” et qui contient les articles de presse qu’il avait soigneusement compilés. Dans l’ensemble, les documents contenus dans la malle dataient de la fin des années 1960 jusqu’à la fin des années 1980, période à laquelle il a cessé son activité. Les informations indiquées sur les pochettes de négatifs m’ont orienté dans la reconstitution du parcours de Paul Kodjo, au point d’être arrivé à scinder en deux parties l’ensemble des négatifs reçus. La première partie concerne la production de l’auteur Paul Kodjo. Et justement ma recherche et le reconditionnement des négatifs ont porté sur cette première partie, ce qui me semblait le plus urgent. À l’issue des actions de préservation, nous avons estimé la collection de négatifs de Paul Kodjo à environ 3 120 clichés. Ce chiffre est dérisoire au regard de la carrière qu’il a connue, mais je me réjouis de ce peu que nous détenons car la situation aurait pu être pire. Ce qu’il a perdu est énorme. Quant à la seconde partie, elle fera l’objet d’un travail ultérieur. Il s’agit de la production de l’agence MAMEDIS. Lorsque Paul Kodjo est rentré de France, il a créé MAMEDIS (Mass Media Service) dont il était responsable pour le département photographie, en plus d’être le directeur général de l’entreprise. Le collectif de photographes de MAMEDIS fonctionnait sur la base d’une agence classique. Les photographes allaient couvrir des évènements en tous genres pour le compte de l’agence.

Pochette de négatifs du collectif de photographes de l’agence MAMEDIS © Ananias Léki Dago

Comment êtes-vous parvenu à préserver les archives du photographe ?

J’ai bénéficié des conseils de techniciens dans le cadre d’un séminaire auquel j’ai pris part en 2014 à Porto-Novo (Bénin), qui portait sur le thème de la préservation du patrimoine photographique en Afrique de l’Ouest. Ce séminaire était organisé par l’association Resolution Photo dont Jennifer Bajorek et Erin Haney sont les principales représentantes. J’ai, à cette occasion, présenté publiquement et pour la première fois, le cas urgent des archives de Paul Kodjo devant des personnes averties comme Debra Hess Norris, professeure au département Art Conservation de l’Université de Delaware, Nora Kennedy, chercheure en charge de la conservation au Metropolitan Museum of Art et Bertrand Eric Lavedrine, chercheur au CNRS sur la photographie et sa conservation. J’ai par ailleurs eu droit à une visite au département conservation du Metropolitan (New York) et pu sillonner pendant toute une journée entre les casiers de rangement, à ouvrir des boîtes, pour voir comment ils procédaient et ce sur quoi ils insistaient dans la conservation. Les conseils pratiques de ces chercheurs et conservateurs m’ont permis d’entamer un travail de base sur la conservation, en attendant une intervention beaucoup plus élaborée et professionnelle. C’est justement ce qui s’est produit lorsque j’ai obtenu du Goethe Institut d’Abidjan des moyens plus conséquents. J’ai travaillé à Paris avec le vétéran du laboratoire noir et blanc, monsieur Toros, au reconditionnement des négatifs. Au-delà de cet aspect technique, il faut reconnaître que l’histoire particulière des négatifs de Paul Kodjo constitue un cas d’école. Et dans ma position de photographe, cela a été / reste une expérience vraiment enrichissante. Il m’a fallu procéder à un travail de recherche méthodique pour reconstituer l’histoire de Paul Kodjo et donner un sens à la partie de sa production qui a été sauvée. J’ai beaucoup aimé cet aspect de ma recherche. J’aimerais, si la possibilité se présentait, partager cette expérience avec d’autres.

Extrait d’un roman photo, sans titre, Abidjan, années 1970 © Paul Kodjo

Le musée du quai Branly – Jacques Chirac a récemment acquis un ensemble de photographies de Paul Kodjo. Quelles ont été les étapes clés dans l’acquisition de cet ensemble ?

Bien avant de frapper à la porte du musée du quai Branly pour introduire l’éventuelle possibilité d’acquisition du travail de Paul Kodjo, il était primordial pour moi d’effectuer un travail préalable d’organisation qui ferait comprendre à mon interlocuteur que je maîtrisais mon sujet. J’ai donc soigneusement décrit le concept, dégagé les principaux ensembles qui apparaissaient dans l’œuvre de Kodjo, identifié les clichés les plus significatifs et procédé à des tirages de lecture de format 18x24cm. Une fois ce travail effectué, je suis allé voir le musée, avec mon dossier bien ficelé et mes boites de tirages. J’apparaissais d’emblée comme un partenaire. J’ai développé les arguments qui soutenaient l’entrée de Paul Kodjo dans les collections du musée. Le musée a mis du temps à me répondre et lorsque l’heure a enfin sonné, j’ai reçu un courrier de Christine Barthe, responsable de l’unité des collections photographiques au musée. Nous étions d’accord sur les choix que j’avais opérés et les différents corpus que j’avais constitués. Christine Barthe s’est imprégnée du dossier et en a fait part à sa hiérarchie qui devait soit valider soit rejeter le dossier. Comme vous pouvez le deviner, le dossier a été approuvé pour passer, dans un premier temps, devant le pré-conseil d’acquisition puis, dans un second temps, devant le véritable conseil d’acquisition. Finalement, un ensemble de 34 photographies de Paul Kodjo est entré dans les collections du Quai Branly – Jacques Chirac. L’œuvre de Kodjo est désormais logée aux pieds de la tour Eiffel.

Pour finir, quelles sont les prochaines étapes concernant la valorisation du fonds ?

Dans un premier temps, il faudrait tirer son travail, les clichés les plus significatifs, pour constituer un ensemble cohérent qu’on mettra sur le marché. La valorisation de son fonds passe bien entendu par l’organisation d’une exposition monographique accompagnée d’un livre. Je suis par ailleurs en train de réaliser un documentaire sur lui. En somme, il reste encore beaucoup à faire, et nous n’en sommes qu’au tout début.

Sans titre, Abidjan, années 1970 © Paul Kodjo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *