Le Rapport Augustt (version 2017) – par Jean-François Werner

2005

Nous sommes heureuses d’annoncer la parution en ligne de la version « revue, corrigée et abrégée » (2017) du Rapport dit Augustt, du nom du photographe auquel ce rapport est consacré.

Cette monographie (accessible au lien ci-dessous et détaillée dans le sommaire qui suit) sur l’oeuvre de Cornélius Augustt Azaglo (1924-2001) est signée Jean-François Werner*. Fruit d’années de travail, cet important opus n’a pas d’équivalent dans la recherche sur la photographie de portrait commerciale ouest-africaine de la seconde moitié du 20e siècle. Ce rapport est aussi un document irremplaçable qui relate une étape de la recherche sur l’histoire des pratiques photographiques en Afrique – avec ses acteurs et ses débats – qui, en cette fin des années 1990, en était encore à ses débuts et a, par là, durablement marqué la recherche à venir.

http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers18-02/010072162.pdf

* Anthropologue pour le compte de l’Institut de Recherche pour le Développement (ex-ORSTOM), l’auteur a mené de 1991 à 2016 un programme de recherches en trois étapes sur les modalités d’appropriation des technologies visuelles et leurs usages sociaux en Afrique de l’Ouest.
Après avoir étudié la fabrication des portraits photographiques (support argentique) en Côte d’Ivoire, il s’est intéressé à la télévision sous l’angle de la réception des telenovelas par les femmes au Sénégal. Puis, entre 2002 et 2016, il a entrepris de défricher le champ de l’imagerie médicale en réalisant, toujours au Sénégal, des études sur la radiographie et l’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM).
En dépit de leurs différences, ces trois objets d’étude ont en commun d’appartenir au nouveau paradigme techno-scientifique qui, dans le domaine de la représentation visuelle, a été engendré par l’invention de la photographie.

Cette photographie a été réalisée le 30-05-1995. Elle montre Augustt en train de trier des négatifs dans son studio. Sur le banc, on observe un empilement de boîtes et d’enveloppes dans lesquelles il conservait ses clichés. A noter sur le mur deux affiches encadrant un calendrier offert par Kodak. Elles ont été ramenées par Augustt de son voyage à Bamako à l’occasion des premières Rencontres de la photographie africaine qui ont eu lieu en décembre 1994 . © JFW, 1995.


SOMMAIRE

Introduction générale
PREMIERE PARTIE – Les images d’Augustt
Avant-propos
Chapitre 1 : Regards croisé sur la production d’Augustt
Évaluation quantitative de l’activité d’Augustt à partir de l’analyse d’un échantillon du fonds
Évaluation fine de l’activité d’Augustt à partir de l’analyse des registres
Chapitre 2 : Le portrait à usage public
Le portrait à usage public comme fardeau
Le portrait à usage public comme champ de bataille
Le portrait à usage public comme objet d’art
Chapitre 3 : Le portrait à usage privé
Le rituel photographique
L’esthétique augusttienne vue par Augustt
L’atelier photographique comme laboratoire d’expérimentation sociale
Entre public et privé, la pratique du reportage
La photographie en couleur
DEUXIEME PARTIE – L’histoire de vie d’Augustt
Introduction
Chapitre 4 : Les origines (1924-1954)
Le récit de vie
Les passions de Cornélius : le foot
Contextualisation I (1) : Brève histoire de la photographie ghanéenne
Contextualisation I (2) : Les débuts de la photographie à Korhogo
Contextualisation I (3) : Éléments pour une histoire de la photographie en C.I.
Chapitre 5 : L’âge d’or (1955-1980)
Le récit de vie
Contextualisation II : La photographie de studio à Korhogo dans les années 1970
Chapitre 6 : Le naufrage (1980-1993)
Le récit de vie
La religion de Cornélius
Contextualisation III (1) : La révolution de la couleur en Côte d’Ivoire
Contextualisation III (2) : L’introduction de la couleur à Korhogo
Contextualisation III (3) : Les photographes de Korhogo face à la crise
Chapitre 7 : Renaissance et fin (1994-2001)
Renaissance
La fin
Post – Scriptum
Korhogo dans la tourmente
TROISIEME PARTIE – Les outils et techniques d’Augustt
Chapitre 8 : Les outils et techniques du photographe
Le Studio du Nord en 1994
Les studios d’Augustt entre 1958 et 2001
Les outils et techniques de la prise de vue
Les outils et techniques et de la chambre noire
Les charges
Les pratiques commerciales
L’identification du photographe
Chapitre 9 : Les outils et techniques de l’archiviste
La méthode d’archivage abordée par les contenants et les clichés
La méthode d’archivage abordée par l’étude des registres
La conservation du fonds
Intérêt documentaire du fonds Augustt
Chapitre 10 : Les outils et techniques du comptable
Examen des registres comptables
Estimations budgétaires concernant trois années témoins
Conclusions
Bibliographie
Remerciements

Vue partielle de l’intérieur du studio prise de la porte d’entrée : elle montre le comptoir derrière lequel se tenait Augustt, une enseigne posée sur le sol et, à l’arrière-plan, le rideau qui masquait l’entrée du couloir menant à son habitation. © JFW 1994.

Vue générale de l’entrée du Studio du Nord telle qu’elle se présentait en 1994.
Il s’agit de la quatrième et dernière localisation du Studio du Nord dans le quartier Dem à Korhogo.
Augustt a travaillé dans ce studio de 1982 à 2001.
Noter l’enseigne peinte fixée au dessus de l’entrée indiquant le nom du studio et celui du photographe ainsi que son adresse postale.
De part et d’autre de l’entrée, sont exposés des portraits. A gauche, une sélection de photographies d’identité de clients. A droite, une sélection de portraits en buste ou en pied.
La personne que l’on aperçoit dans l’embrasure de la porte est Cornélius Augustt.
Cliché en date du19-06-1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.