Processus de patrimonialisation, usages et « muséification » du passé – école doctorale à Porto-Novo (Bénin)

Marian Nur Goni, qui co-anime ce blog, participe en ce mois de juillet 2018 à une école d’été doctorale à Porto-Novo (Bénin), dédiée aux « processus de patrimonialisation, usages et muséification du passé ».

Fresque murale, enceinte du musée ethnographique Alexandre Sènou Adandé de Porto-Novo, 2018. Photo : Marian Nur Goni.

Les processus de patrimonialisation ou la revendication d’un héritage dans le cadre d’une (re)construction nationale, locale et /ou ethnique sont des phénomènes complexes. Dans les périodes de transition historique, les enjeux sont multiples et la fragilité du contexte politique est un riche terreau pour un renouveau des rapports à la représentation du passé. Pour comprendre ces processus, il faut mobiliser des savoirs en histoire, en anthropologie, en archéologie, en sciences politiques, en histoire de l’art, et en muséologie. Leur décryptage nécessite une collaboration interdisciplinaire, qui n’est pas toujours aisée à instaurer dans le cadre institutionnel existant dans le domaine de la recherche, construit autour de disciplines distinctes. Le but principal de cette école d’été est de créer un espace de formation des doctorants et d’échange interdisciplinaire entre des chercheurs travaillant sur les processus de patrimonialisation, les usages et la « muséification » du passé en lien avec la construction nationale (ou plus largement identitaire).

Cette troisième université d’été à Porto-Novo est organisée avec un groupe de doctorants et d’artistes sélectionnés suite à un appel à candidatures. L’école a une double finalité. Premièrement, une finalité scientifique : mener une réflexion sur les processus de patrimonialisation (notamment en contexte postcolonial, post-dictatorial et à l’issue des conflits politiques), sur les usages et la « muséification » du passé en lien avec la construction nationale. Deuxièmement, l’école a une finalité pédagogique : proposer aux doctorants d’effectuer un court stage de terrain ethnographique, leur permettant de pratiquer différentes méthodes de recherche en sciences sociales et politiques.

L’école comporte plusieurs volets :

– des enseignements dispensés par des professeurs provenant des institutions partenaires, mais également par des professeurs invités. Les enseignements porteront tant sur la méthodologie de la recherche, que sur des sujets comme l’histoire des politiques urbaines/ des musées/ des recherches archéologiques au Bénin. Aux cours et ateliers « classiques » s’ajouteront des discussions informelles quotidiennes avec les étudiants tout au long de l’école, pour les aider à remanier leur projet, à élaborer les guides d’entretiens, à trouver des références bibliographiques ou des sources documentaires, etc.

– un atelier pratique d’anthropologie visuelle

– des visites guidées de la ville, des musées et de sites patrimoniaux

– une enquête de terrain proprement dite : des « équipes » de trois étudiants réaliseront une recherche de terrain (entretiens, observation participante, recherche dans les archives nationales centrales ou locales/ privées, etc.)

– un atelier de pratiques curatoriales, en collaboration avec l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) et le Centre culturel Ouadada, dans lequel les doctorants apprendront à concevoir une exposition, du projet scientifique muséographique jusqu’à la mise en place des partenariats et des dispositifs de médiation.

– l’école thématique sera close par une présentation des résultats de cette recherche préliminaire, sous une forme choisie par les doctorants : présentation orale, poster scientifique, exposition photographique/ multimédia (extraits d’entretiens, matériel vidéo), projet de film documentaire ou happening dans un musée/ atelier d’artiste.

Contenu scientifique :
Les cours et les projets de recherche des doctorants se déploieront sur quatre axes principaux, à savoir : 1. les politiques urbaines et les politiques de la mémoire, 2. les constructions muséographiques, 3. les pratiques artistiques contemporaines, 4. les pratiques archéologiques.

1. Les enseignements mettront en discussion les représentations du passé dans le tissu urbain de Porto-Novo. L’intention est d’inviter les étudiants à mener une réflexion sur la manière dont l’espace urbain lui-même (re)présente différentes narrations historiques et construit la mémoire culturelle de la ville et de la « nation » : comment gère-t-on/ efface-t-on la mémoire du passé ? Quels sont les enjeux symboliques et politiques des projets d’aménagement urbain imaginés par les différents régimes politiques ? Comment reconstruit-on la ville (post)coloniale ? Comment des « sites » spécifiques (lieux, événements clés pour l’histoire du colonialisme, de l’esclavage mais aussi pour les royautés et les religions) deviennent des lieux de l’oubli, de l’amnésie politique ou sociétale ou, en reprenant la formule de Nora, des « lieux de mémoire » ?

2. Les doctorants seront invités à s’interroger sur les processus de réécriture, renégociation, réappropriation du passé colonial à partir des collections muséales. On vise à aider les étudiants à comprendre, explorer et développer des pratiques curatoriales liées à la mise en exposition des collections d’objets historiques, « ethnographiques » ou d’art. Les cours et les visites des musées problématiseront les pratiques de « savoir-pouvoir » inhérentes à la construction des archives, la production des sources ainsi que leur utilisation pour l’écriture de l’histoire.

3. Ensuite, on interrogera les pratiques artistiques qui se positionnent par rapport à ces métamorphoses de l’espace urbain, à l’amnésie politique ou sociétale. En rencontrant des artistes contemporains, en visitant des musées et des espaces artistiques, on examinera les enjeux esthétiques, politiques et épistémologiques de la rencontre entre l’art contemporain et les politiques urbaines et muséales.

4. Finalement, on interrogera la production des savoirs sur le passé à travers les pratiques archéologiques, leur mise en valeur et la particularité de leur histoire au Bénin.

École doctorale d’été, Centre Ouadada, Porto-Novo, 2018. Photo : Felicity Bodenstein.

Programme scientifique et culturel (du 18 au 30 juillet 2018) :

Mercredi, 18 juillet 2018 [EPA]

10h30- 11h30 : Didier Houenoudé – La route de l’esclave à Ouidah : Cyprien Tokoudagba ou le paradoxe d’un discours.

11h45-12h45 : Anna Seiderer – Les musées béninois à l’épreuve de la décolonisation.

14h-16h : Gérard Bassalé – Visite des places vodun à Porto-Novo.

20h : Projection du film – Mémoire promise de Gaetano Ciarcia- Centre Ouadada.

Jeudi, 19 juillet 2018 [EPA]

9h-10h : Gabin Djimassé – Les espaces muséaux d’Abomey.

10h15-11h15 : Felicity Bodenstein – Iyoba Idia, une reine mère – des objets, des images et comment comprendre le sens d’un patrimoine dispersé ?

11h30-12h30 : Damiana Otoiu – A qui appartient le patrimoine des musées ? Débats récents concernant la restitution des biens culturels.

14h30 – Visite du Palais Honmé- Porto-Novo.

Vendredi, 20 juillet 2018 [EPA]

9h-10h : Victoire Adégbidi – Porto-Novo, politiques d’urbanisme d’une patrimonialisation à controverse.

10h15-11h15 : Présentations des recherches sur le Bénin par les doctorants.

11h30-12h30 : Théodore Atrokpo et Estelle Lecaille – Présentation du projet dokountin#4.

15h [Centre Ouadada] – définition et discussion des projets des groupes en présence de Gérard Bassalé, Félicity Bodenstein, Didier Houenoudé, Damiana Otoiu et Anna Seiderer.

18h – Vernissage de l’exposition dokountin#4 à OUADADA en présence des artistes Ishola Akpo et Hélène Amouzou.

Lundi, 23 juillet 2018 [EPA]

9h-10h : Bachalou Nondichao – Le musée palais-royal d’Abomey.

10h15-11h15 : Benoît de l’Estoile – Museo Afro-Brasil de Sao-Paolo.

11h30-12h30 : Romuald Tchibozo – Les lieux de mémoire au Bénin.

14h – Visite du musée d’ethnographie Alexandre Sénou Adandé et du Jardin des Plantes.

Mardi, 24 juillet 2018 [EPA]

9h-10h : Marian Nur Goni – Réparer (avec) l’archive ?

10h15-11h15 : Franck Ogou – Collections photographiques de Porto-Novo.

11h30-12h30 : Rokia Bamba & Antje Van Wichelen – Noisy images.

17h [Centre Ouadada] – définition et discussion des projets des groupes en présence de Gaëlle Beaujean, Felicity Bodenstein, Didier Houenoudé, Benoit de L’Estoile, Damiana Otoiu et Anna Seiderer.

Mercredi 25 juillet 2018 [Centre Ouadada]

9h-10h : Placide Mumbembele – Musée, lutte politique et revendications nationales en situation (post)coloniale au Congo-Kinshasa.

10h15-11h15 : Gaëlle Beaujean – Perceptions des artefacts royaux aboméens depuis le 17e siècle.

Jeudi 26 juillet 2018 [Centre Ouadada]

9h30-10h30 : Marie Zolamian, Stephan Goldrajch et Myriam Rispens – Work in progress. Résidence.

11h : départ pour une rencontre avec Théodore Dakpogan. Work in progress. Résidence.

17h [Centre Ouadada] – définition et discussion des projets des groupes en présence d’Alexis Adandé, Felicity Bodenstein, Alessandra Brivio, Marian Nur Goni, Benoit de L’Estoile, Didier Houenoudé, Placide Mumbembele, Damiana Otoiu et Anna Seiderer.

17h [Centre Ouadada] – définition et discussion des projets des groupes en présence d’Alexis Adandé, Felicity Bodenstein, Alessandra Brivio, Marian Nur Goni, Benoit de L’Estoile, Didier Houenoudé, Placide Mumbembele, Damiana Otoiu et Anna Seiderer.

Jeudi 26 juillet 2018 [Centre Ouadada]

9h-10h : Alessandra Brivio – Impact de la patrimonialisation du vodun sur les pratique religieuses

10h-11h : Alexis Adandé – Inscription comme patrimoine mondial au profit de qui ?

Lundi 30 juillet 2018 [EPA]

15h – Restitution du travail de terrain des étudiants et discussion en présence de Felicity Bodenstein, Benoit de L’Estoile, Didier Houenoudé, Damiana Otoiu et Anna Seiderer.

Co-organisateurs

Felicity BODENSTEIN, Technische Universität, Berlin,
Didier HOUENOUDE, Université Abomey-Calavi,
Damiana OTOIU, Université de Bucarest,
Anna SEIDERER, Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis.

Intervenants

Alexis ADANDE, Université Abomey-Calavi ; Victoire ADEGBIDI, Agence nationale de promotion des patrimoines et de développement du tourisme ; Théodore Atrokpo, village souterrain d’Agongointo ; Bachalou NONDICHAO, Abomey ; Rokia BAMBA, Bruxelles ; Gérard BASSALE, Centre culturel Ouadada ; Gaëlle BEAUJEAN, musée du quai Branly – Jacques Chirac ; Felicity BODENSTEIN, Technische Universität, Berlin ; Alessandra BRIVIO, Université de Milan; Théodore DAKPOGAN, Porto-Novo ; Benoît De L’ESTOILE, ENS/CNRS ; Gabin DJIMASSE, Abomey ; Stephan GOLDRAJCH, Bruxelles ; Didier HOUENOUDE, Université Abomey-Calavi ; Estelle LECAILLE, mòsso, Bruxelles ; Placide MUMBEMBELE, Université de Kinshasa ; Marian NUR GONI, Ecole supérieure des Beaux-arts de Nantes Métropole, Franck OGOU, Ecole du Patrimoine Africain ; Damiana OTOIU, Université de Bucarest ; Myriam RISPENS, Bruxelles; Anna SEIDERER, Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis ; Romuald TCHIBOZO, Université Abomey-Calavi ; Antje VAN WICHELEN, Bruxelles ; Marie ZOLAMIAN, Liège.

Institutions partenaires

Ecole du Patrimoine Africain, Porto-Novo ; Université Abomey-Calavi, Cotonou ; Centre culturel Ouadada, Porto-Novo ; Technische Universität, Berlin, Kunstgeschichte der Moderne, projet Translocations ;Université Paris Lumières, projet Glissements de terrains : Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain ; Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne, projet Les musées comme terrain : stratifications et relectures contemporaines des héritages coloniaux en France et en Allemagne ; Ecole normale supérieure, Département de Sciences Sociales ; Centre Maurice Halbwachs, EHESS ; Esthétique, Pratique et Histoire des Arts (EPHA), Université Paris8/ Vincennes, Saint-Denis ; Humboldt-Universität zu Berlin, The Centre for Anthropological Research on Museums and Heritage (CARMAH) ; Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le centre HiCSA (Histoire culturelle et sociale de l’art) ; Le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA Villa Noël) ; Université de Bucarest ; l’axe de recherche Processus de patrimonialisation, usages et mises en musée du passé ; Mòsso, Plateforme indépendante pour l’art contemporain, Bruxelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.