Un article de Sean O’Toole sur la photographie de rue à Nairobi

“Nairobi’s traditional family portrait goes al fresco”

par Sean O’Toole,  Mail & Guardian, le 24 mai 2013.

“Nairobi’s street photographers run ingenious and efficient set-ups throughout the city.

The battered toolbox, its lid wide open, looks like a yawning hippo. I stop to look at the unattended box, which is placed next to a walkway leading to Uhuru Park’s central lake. The gaping mouth offers a display of 10 neatly laid out photographs.

Two young men seated on a red pedal boat smile at me from one of the photographs. I can hear the distinctive slapping sound of the boat — or one just like it — in the background. The lake where the photo was taken lies just beyond a patch of grass where the box’s owner, Ben Kariuki, is kipping.”

Lire la suite de l’article : http://mg.co.za/article/2013-05-24-nairobis-traditional-family-portrait-goes-al-fresco

(Le lien vers le site de Sam Hopkins, cité dans l’article, est ici).

…………………………………………….

A noter qu’en 1998, Heike Behrend écrivait déjà du Kenyatta Conference Center comme d’un lieu propice à la photographie : “Nombreux sont les touristes qui se font par exemple photographier devant le Kenyatta Conference Center de Nairobi, symbole du pouvoir africain moderne. Les photographes proposent différents choix de poses. Une variante des plus appréciées consiste à jouer sur le rapport de grandeur du bâtiment et sa perspective. On peut y voir une critique des rapports de pouvoirs post-coloniaux, l’image mettant symboliquement en opposition le peuple et la représentation du pouvoir.” (in “La photographie populaire de studio au Kenya”, Anthologie de la photographie africaine. Paris, Revue Noire éd., 1998, p. 164). Les photographes développent ensuite leurs clichés dans des laboratoires dans lesquels ils ont “contracté un engagement” (Ibidem). Entre temps, toutefois, ce qui a été appelé la “révolution numérique” est passée par là et cet article montre que les photographes kényans ne sont pas en reste…

Quelques références sur la photographie au Kenya, par Heike Behrend :

Behrend, Heike, 1998, “Love à la Hollywood and Bombay in Kenyan Studio Photography”, Paideuma, 44, Anthropology and the Question of the Other, pp. 139-153.

-, 1998, « La photographie populaire de studio au Kenya », Anthologie de la photographie africaine. Paris, Revue Noire éd., pp. 161-165.

, 2000, « “Feeling Global”: The Likoni Ferry Photographers in Mombasa, Kenya », African arts, 33, 3, pp. 70-77 (+ 94).

, 2003, “Photo Magic: Photographs in Practices of Healing and Harming in East Africa”, Journal of Religion in Africa, 33, 2, pp. 129 -145.

-, 2008, «Politiken des Gesichts im Spannungsfeld von Bilderverbot und populärer Fotografie an der Ostküste Kenias », in: Movens Bild. Zwischen Evidenz und Affekt, Gottfried Böhm, Birgit Mersmann, Christian Spies (Hg), München (Wilhelm Fink Verlag), pp. 326-343.

, 2009, « “To Make Strange Things Possible”: The Photomontages of the Bakor Photo Studio in Lamu, Kenya », in: Media in Africa, John Middleton and Kimani Njogu (ed.), International African Institute (Edinburgh University Press), pp. 187-207.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.